"Kill Mittal", le jeu vidéo dont le héros est un ouvrier de Florange

 |   |  328  mots
KillMittal.com
KillMittal.com (Crédits : Killmittal.com)
Le bras de fer entre les ouvriers des fourneaux de l'usine d'ArcelorMittal à Florange et leur patron Lakshmi Mittal a inspiré un jeu vidéo à Alexandre Grilletta : « Kill Mittal ».

Se mettre dans la peau d'un ouvrier d'Arcelor Mittal et se battre pour sauver son usine. Tel est le but du jeu de « Kill Mittal », créé par Alexandre Grilletta, et inspiré de la lutte entre Lakshmi Mittal et les ouvriers des fourneaux de Florange contre la fermeture du site.

Le scénario prend place dans le futur  : "2030, Mittal a fait main basse, puis fermé la majorité des aciéries mondiales, mettant à la rue des milliers de métallurgistes". Le joueur, vêtu d'orange (la couleur du syndicat), doit réussir à rallier les autres ouvriers de l'usine à sa cause. "Pour ces hommes lassés des promesses non tenues et des fermetures à répétition, quand toutes les médiations ont échoué, une seule solution : kill Mittal", indique le jeu. Ensemble, ils se battent contre le géant de l'acier, représenté sous la forme d'un robot, pour empêcher la fermeture de l'usine. Pour y parvenir, les ouvriers utilisent tout ce qui est à leur disposition : barricades, voitures, barils... et doivent faire face aux forces de l'ordre.

Illustrer l'héroïsme des salariés

Assurant qu'il ne s'agit pas d'une "incitation à la violence ou à taper sur les grands patrons", Alexandre Grilletta explique que "l'histoire des ouvriers de Florange était tout simplement un bon sujet, avec des héros et un méchant, les ingrédients pour faire un bon jeu vidéo". Fils d'ouvrier lui aussi, le concepteur insiste sur sa volonté de valoriser le courage et l'héroïsme des salariés de l'acier. "Je me suis dit 'plutôt que de faire un nouveau jeu de guerre, pourquoi ne pas illustrer l'héroïsme de notre époque à travers le combat de ces ouvriers qui se battent pour garder leur boulot ?"

Ce n'est pas la première fois que les ouvriers font l'objet de soutien. En avril 2012, le groupe Zebda avait organisé un concert à Florange, pour soutenir les salariés dans leur lutte.

Quelques extraits du jeu en images :

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2013 à 18:48 :
@ Roberto non je ne pense et si il est commercialisé les ouvriers de Florange ne vont pas touchez des droits d'auteur car il ne faut pas oubliez que ce jeu est basé sur un fait de société, et non d'un manga ou d'une bd.
a écrit le 23/05/2013 à 23:20 :
à churchill je te présente mes excuses tu à 1000 fois raison pour ce problème et moi qui ne te prends pas au sérieux, alors on enterre la hache de guerre de toute les façons nos querelles de comptoir ne vont pas régler les problèmes du chômage et qui vont continuer à se perpétuez, bonne soirée
a écrit le 23/05/2013 à 19:42 :
@ Bili hari, félicitation votre commentaire est très bien tourné mais en dépit des réactions de la justice, et des syndicaliste, l'usine est fermé, en plus quand ce jeu va être commercialisée les jeunes vont pouvoir se défouler dessus, après on s'étonne qu'il y à de la violence partout, le gouvernement n'a absolument pas fais son travail pour une éventuelle reprise, bien au contraire.
a écrit le 23/05/2013 à 18:43 :
Scandaleux ou pas (scandaleux évidemment, bête et surtout méchant, passible de condamnations..); mais une chose est sûre, c'est que ce type de comportement est à proscrire dans le contexte de difficultés de compétitivité de nos industries, et d'une image de la France déplorable..il faut savoir être adulte, professionnel, et arrêter les comportements de casseurs, mélanchonistes râleurs et prompts à l'insulte, au dénigrement, ou de syndicalistes "révoltés", "criant leurs douleurs" et autres bousilleurs des appareils de production..A classer donc dans les destructeurs de la France..On attend la réaction du parquet..
a écrit le 23/05/2013 à 17:43 :
Sur quelle console de jeu on pourra jouer à ce jeu stupide
Réponse de le 24/05/2013 à 14:20 :
Tu peux déjà y jouer sur PC et MAC. Mais à part le caractère polémique, le jeux est simple et un peut dépassé graphiquement. Sans doute pour s'adapter sur tablettes et smart-phones.
Réponse de le 25/05/2013 à 14:04 :
à aka, merci pour le renseignement tu est sympa
a écrit le 23/05/2013 à 17:30 :
Mittal détruit des familles, et il faudrait s'offusquer que quelqu'un fasse un jeu où on vise fictivement ce personnage ignoble ? Oussama ben Laden avait fait lui aussi l'objet de tels jeux. Personne n'avait été choqué à l'époque. Les licenciements à la Mittal provoquent des déchirures dans la société et détruisent des familles entières, ne l'oubliez pas.
Réponse de le 23/05/2013 à 17:38 :
Un licenciement n'est pas une incitation publique au meurtre et sa publicité ne rapporte pas un sous. Il faut comparer ce qui est comparable.
a écrit le 23/05/2013 à 16:45 :
Quel opportuniste (au sens péjoratif du terme) M. Grilletta! Il ne manque plus que M. Mittal lui fasse un procès en règle pour incitation au meurtre avec un jeu intitulé "Kill Mittal". Si son jeu s'appellait "Save Florange" ce serait tout de suite moins vendeur. Combien cette opération marketing lui a déjà rapporté?
Réponse de le 24/05/2013 à 17:25 :
ça ne lui a pas rapporté un sou, il a fait ça de son temps libre pour défendre une cause qui lui tient à coeur. Tout n'est pas marketing monsieur.
a écrit le 23/05/2013 à 16:01 :
C'est scandaleux.
Réponse de le 23/05/2013 à 17:54 :
Qu'est-ce qui est scandaleux: le principe ou la cible? Parce que si c'est la cible, il faut faire la liste de ceux qu'il est acceptable de viser. Moi par exemple, je n'aime pas qu'on s'en prenne aux diplodocus.
a écrit le 23/05/2013 à 15:48 :
En quoi est-ce radicalement nouveau ou différant de Killaut'Chose? Il fallait réagir avant, quand vos enfants passait leurs nuits sur leur PC à tirer sur des cibles vivantes.
Réponse de le 23/05/2013 à 15:59 :
Ca n'est pas d'accord, parc que grâce à KillEverone mon fils a appris à bien viser qui est son métier. Donc d'ailleurs il vietn de rentré dans la poice et au moins il a un empoi.
Réponse de le 23/05/2013 à 16:17 :
Ces jeux permettent à tous de développer depuis leur domicile et à tout moment, en fonction des contraintes professionnels ou télévisuelles de chacun, une nouvelle compétence.
a écrit le 23/05/2013 à 15:41 :
"Des héros et un méchant"? C'est vraiment comme cela que Grilleta appréhende le sujet de la fermeture de l'usine Florange? Incroyable communistes.
Réponse de le 23/05/2013 à 16:51 :
Pas du tout communiste, libéral puisqu'il sait que ce jeu marchera, il gagnera donc de l'argent...
Dingue cette haine des communistes sachant que ça fait plus de 20 ans (avec une brêve coupure) que ce sont des gens de droite au pouvoir et qui nous ont mis dans une merde pas possible.
a écrit le 23/05/2013 à 15:18 :
trop bien je vais l'acheter, si ça peut encourager tous les ouvriers qui travaillent pour un salaire de misère et traités comme des esclaves de botter les fesses de leurs patrons voyous ce serait un bon début.
Réponse de le 24/05/2013 à 17:26 :
Le jeu est gratuit.
a écrit le 23/05/2013 à 13:13 :
Lamentable, c'est lamentable...
Réponse de le 23/05/2013 à 15:16 :
Pourquoi ? Il s'agit là de libéralisme, rien de plus. Ce jeu est là car il répond à un marché. Mittal ne renierait pas ce fonctionnement de l'économie.
Réponse de le 23/05/2013 à 21:02 :
Ouais bin c'est nul quand même et de le dire c'est la liberté d'expression.
a écrit le 23/05/2013 à 12:36 :
il y en aurait eu, des lecons de morale et des cris de singes sociaux, si mittal avait fait un jeu appele ' kill florange'; marrant mais c'est tjs les memes qui donnent des lecons de morale et font de la provocation...
Réponse de le 23/05/2013 à 15:58 :
Vous avez parfaitement raison!
Réponse de le 23/05/2013 à 23:14 :
@ churchill, t'est bien placé pour donner des leçons de morale et fond de la provocation, bisous churchill et dors bien.
a écrit le 23/05/2013 à 12:36 :
Quoiqu'on puisse penser du personnage, Mittal est une personne, un être humain. Donner un tel nom à un jeu montre à quel point les gens peuvent être déconnectés de la réalité. Jusqu'au moment où un juge leur remettra les idées en place.
C'est à çà que servent les juges, d'ailleurs.
Réponse de le 23/05/2013 à 12:50 :
D'ailleurs, rien n'empêche la Justice de se saisir elle-même du problème...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :