L'expérience de Florange inspire une loi sur la reprise des sites rentables

 |   |  473  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors que les négociations sociales concernant l'avenir des 400 employés mosellans dont l'emploi est menacé à Florange suite à la fermeture du site d'ArcelorMittal débutent ce 30 avril, un proposition de loi sur la reprise des sites rentables est présentée au Parlement.

"Quand une firme ne veut plus d'une unité de production, mais ne veut pas la céder, nous lui en ferions l'obligation pour qu'un repreneur puisse reprendre l'activité", avait déclaré François Hollande le 24 février 2012, en visite sur le site ArcelorMittal de Florange lors de sa campagne pour les élections présidentielles.

Plus d'un an plus tard, une proposition de loi sur la reprise des sites rentables est en passe d'être présentée ce mardi 30 avril à l'Assemblée nationale, par le groupe des députés PS. Selon un article des Echos daté de ce 30 avril, celle-ci tient en trois articles.

3 mois pour trouver un repreneur

Les entreprises concernées seraient celles employant plus de 1.000 salariés, "souhaitant fermer l'un de (leurs) établissements". Le chef d'entreprise devra en premier lieu informer le comité d'entreprise de fermer le site et une première phase de trois mois est prévue pour la recherche d'un repreneur. Il devra alors "apporter une réponse motivée à chacune des offres de reprise reçues" indiquent Les Echos, citant un document dont le journal s'est procuré une copie.

Le comité d'entreprise aurait un droit de regard sur les réponses de l'employeur et pourra même "saisir le président du tribunal de commerce" s'il juge que le dirigeant d'entreprise ne fait pas tout pour maintenir le site à flots. Si un tel cas survient, le législateur vérifiera "que l'effort de recherche d'un repreneur a bel et bien été fourni" et il devra aussi déterminer "si l'employeur a refusé des offres de reprise crédible". Si le dirigeant d'entreprise en a rejeté, le juge pourra le condamner à une pénalité, dont le montant maximum sera 20 SMIC multiplié par le nombre d'emplois dont la suppression est envisagée.

Il est trop tard pour Florange

Pour le site de Florange, il est déjà trop tard, les hauts-fourneaux ont été mis en sommeil la semaine dernière et l'heure n'est plus à la reprise mais aux négociations avec les partenaires sociaux pour proposer une solution de repli aux 400 salariés dont l'emploi est menacé. "On a la garantie qu'il n'y aura pas de licenciement sec. Mais le problème, c'est que sans plan social, il n'y a pas de base légale et la direction peut proposer ce qu'elle veut aux salariés", a déclaré à ce propos Jean-Marc Vécrin, représentant CFDT. Les négociations débutent justement ce mardi, la possible loi sur la reprise des sites rentables est d'ailleurs déjà surnommée "loi Florange". Peut-être évitera-t-elle à l'avenir à d'autre sites industriels de rejouer la pièce dramatique qui s'est joué en Moselle ces derniers mois.

LIRE AUSSI:

>> Sauver Petroplus et Florange ? Pas un "bon business" pour la BPI

>> Florange, le site le plus rentable d'ArcelorMittal ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2013 à 18:47 :
Quelques questions de cours aux étudiants en économie :
1) Calculez le nombre d'emplois perdus du fait des entreprises qui refusent de grandir du fait des effets de seuil (50 salariés par exemple), lesquels constituent toujours un renchérissement important de leur prix de revient ?
2) C'est quoi une entreprise rentable ? Une entreprise dont le résultat est meilleur que l'année dernière ? Une entreprise dont le résultat est meilleur que la moyenne de la profession ? Définir la position du curseur.
3) Une entreprise qui, tout en ayant encore un résultat positif cette année, constate une érosion de ses marges de 30% par an depuis plusieurs années doit-elle être considérée comme rentable ?
4) Une entreprise dont le métier est condamné, qui n'a pas su modifier son modèle économique, mais qui gagne encore de l'argent doit-elle être considérée comme rentable ?
...... on pourrait encore continuer longtemps. Si ce machin venait à être mis en place, ça ferait encore une superbe usine à gaz dont les socialistes ont le secret. Ce n'est surement pas une bonne idée en ces temps où il faut protéger l'environnement contre les gaz à effet de serre !!!
a écrit le 30/04/2013 à 16:10 :
Hollande ne comprendra décidemment jamais rien, ce n'est pas avec des mesures collectivistes et démagogiques que l'on sauvera des emplois, quand ces pieds nickelés de la politique auront fait du tissu industriel un champ de ruines il faudra deux décennies avant de s' en remettre.
Réponse de le 30/04/2013 à 17:51 :
Je trouve au contraire que la mesure est bonne, que faire d'autre devant des personnes tel que Mittal ? C'était un désastre annoncé d'avance, car tout ce que touche cet homme se retrouve en ruine, il n'a que faire des salariés.

Mon entreprise est à deux pas de celle de Florange (nous on produit des rails), on a été racheté par l'Indien Tata Steel, qui contrairement à Mittal, fait des choix raisonnés dans les achats. Résultat, plusieurs dizaines de millions d'? d'investissement pour répondre aux demandes futures et se positionner sur de nouveaux marchés, alors même que le site vient juste d'être racheté. Car il y a une vision, un positionnement voulu aussi sur un produit bien particulier, bref une vrai vision à court et long terme dans l'achat de l'entreprise. Mittal à une vison court-termiste, et n'achète que pour démanteler et garder ce qui lui convient, n'ayant cure des salariés, des compétences et savoir faire détruits, tout autant que l'outil de travail.

Si la loi existerait déjà, un site comme Florange n'aurait certainement pas fermé puisque rentable, et fournissant un produit de qualité qui plus est.
Réponse de le 30/04/2013 à 18:09 :
@GhostKilla Je comprend votre amertume pour vos collègues de l'acier, mais sachant que 1/ il y a surcapacité de production d'acier dans le monde, 2/ que 99% du minerai et/ou ferrailles traitées en aciérie aujourd'hui arrivent en Europe par la mer, l'avenir de cette aciérie dans les terres était compté dès le départ, que ce soit Mittal ou pas.Votre situation est différente et croyez bien que je souhaite que votre entreprise continue et se développe mais ne vous faites pas d?illusions les lois idiotes de ces socialistes n'y seront pour rien.
Réponse de le 30/04/2013 à 18:58 :
Certains secteurs rentables sont démantelés par des boites étrangères qui on surtout mis la main sur la liste des clients et des technologies de pointe et se débarrasse d'un concurrent gênant. C'est le cas pour Pechiney et Usinor. C'est 2 secteurs sont en plus stratégiques quand on possède un secteur aéronautique et une industrie automobile. Même les USA loin d'être de gauche on soutenu leur secteur (ex : Bethlem Steel). On critique déjà cette loi, mais elle offre un cadre juridique pour éviter la politique de la terre brulée de certains magnas internationaux. L'économie de marché à quelques inconvénients que seul l'état est capable de limiter. Le site de Florange est rentable, même si l'acier est un secteur cyclique. L'approvisionnement en matières 1eres peut se faire via le rail, d'autant qu'il me semblait qu'il fallait faire des efforts sur le CO2...
Réponse de le 30/04/2013 à 19:04 :
@ghostKilla. Si la loi avait existé, elle n?aurait rien changée. Tout simplement parce que Mittal n'a pas refuse de vendre les haut fourneaux. ils n'ont pas trouve preneur. Pas sans la partie "froide ". Hors il veut les exploiter...donc, une loi le forçant a vendre un site dont ils ne veut plus ne se serait pas appliquée, puisqu?il veut le garder. Et la partie chaude serait fermée, faute de repreneur...D?ailleurs, le problème de cette loi, ça va être de trouver des cas ou l'appliquer..Vous avez raison sur le fait d?investir pour avoir de nouveaux marchés..ces nouveaux marchés se trouvent ils dans l?activité de hauts fourneaux , ou dans le développement des produits finaux ? vous faite des rails ( de mémoires , le montant de investissements pour cette technologie ont été 10 fois moindres que ce qu'il 'l faut pour rénover Florange ), Mittal de l'acier auto, et ça lui réussit autnt qu'à vous...Si il s'était positionné également sur les rails, c'est peut être votre site qui fermerait . Et vous n'avez visiblement pas besoin non plus de la production de Florange. le vrai problème, c?est ça..Et la vraie question c'est : si cette loi avait existé à ce moment, Tata aurait il investit dans votre site ? et si elle est votée, acceptera t'il de continuer à le developper, avec le risque de devoir le céder à un concurrent ?
a écrit le 30/04/2013 à 15:10 :
Et qu'à t on prévu pour les syndicats , de plus non majoritaire, qui poussent les entités industrielles à fermer en refusant toute proposition "valable" pour assurer la survie de l'activité sous pretexte de sauvegarde des avantages acquis ?
a écrit le 30/04/2013 à 15:10 :
Et qu'à t on prévu pour les syndicats , de plus non majoritaire, qui poussent les entités industrielles à fermer en refusant toute proposition "valable" pour assurer la survie de l'activité sous pretexte de sauvegarde des avantages acquis ?
a écrit le 30/04/2013 à 14:42 :
ca veut dire quoi, 'rentable' et ca veut dire quoi ' activite'... quand ils vont devoir determiner ca ils vont s'arracher les cheveux ( oui, parce que ' florange est rentable si mittal investit 1 milliard gratuit', ca veut pas dire grand chose... quant a definir ' activite' ca risque d'etre au moins aussi drole...)
a écrit le 30/04/2013 à 14:41 :
Même les entreprises sont mortelles. Le problème, c'est la pénurie de travail.
Vouloir maintenir à tout prix une entreprise en vie, c'est un mauvais calcul.
a écrit le 30/04/2013 à 14:12 :
encore un frein psychologique à l'installation des entreprises en france. Pour celles qui sont déja là, avant un changement géographique il faudra organiser la non rentabilité du site , ou payer l'amende.
a écrit le 30/04/2013 à 14:03 :
Des lois et des taxes: la recette socialiste. Entre l'inimitié avec l'Allemagne, notre perte d'influence historique en Europe, notre chômage record... Mr Hollande ne cesse de faire la une de notre chère presse nationale. Je suis l'actualité sur Onemoretab, un site qui permet de voir tous les sites d'info en même temps et force est de constater que Mr Hollande est présent chaque jour sur tous les journaux avec une nouvelle "dégringolade". Hier Mr Hollande s'offrait une petite acalmie en donant du grain à ces "pigeons" entrepreneurs. Nous attendons les mesures du gouvernement pour enrayer ce chômage de masse!
a écrit le 30/04/2013 à 13:47 :
décidément, la gauche a du savoir faire pour limiter les entreprises à s'installer en France. Tout est tellement mal pensé, contre productif à l'envers du bon sens que je ne trouve même plus les mots suffisants pour dénoncer la bêtises des politiques.
a écrit le 30/04/2013 à 13:47 :
Hollande tient ses promesses.si vous n'étiez pas d'accord,il ne fallait pas voter pour lui...le volontarisme du ps peut heurter certaines ames néolibérales,mais l'activisme entrepreneurial d'une Royale ou les fulgurances visionnaires d'une Karine Berger sont les meilleurs remèdes pour nous sortir du marasme hérité de la droite.
Réponse de le 30/04/2013 à 13:56 :
Manque AUBRY et DSK pour trouver du Boulot.
Réponse de le 30/04/2013 à 14:30 :
@elu ps il semble nécessaire de vous rappeler que mr hollande n'a fait que 28% des votants 23% des électeurs au deuxiéme tour c'était le choix entre la peste et le clholéra .ce qui veut dire que les électeurs n'ont pas choisi toutes les fausses promesses des deux candidat mais les moins mauvaises l'atteinte au droit de propriété est certainement une mauvaise
Réponse de le 30/04/2013 à 14:53 :
Elu PS, j'ai voté Hollande pour virer l'autre populiste et ceci en sachant que Hollande n'aurait ni les tripes ni les moyens de mettre sa politique en vigueur (et je misais dessus justement).

Rétrospectivement pas d'erreur, Hollande ne mène pas une politique socialiste. Beaucoup de bruit mais aucune mesure.
Réponse de le 30/04/2013 à 15:01 :
"élu ps" est-il sérieux ou est-ce de l'humour au second degré ? J'espère pour lui que c'est de l'humour. Ceci étant, les "fulgurances" de Madame Berger ont un côté assez touchant même si cette dernière n'a jamais rien géré durant sa carrière de fonctionnaire zélée et techno, quant à l'activisme brouillon de Royal avec l'argent des autres et faillites en série...
Réponse de le 30/04/2013 à 16:50 :
Je n'ai pas voter pour Hollande ni d'autre d?ailleurs (vote blanc, qui hélas n'est pas reconnue ... une sorte de vol contre la démocratie)... vu le nombre d?incompétents économiques dans le le monde politique !
Réponse de le 30/04/2013 à 19:07 :
Pour le 1er Mai "élu ps" va reprendre florange avec ses deniers "personnels" (j'y tiens) ... et fera fortune !!!!!!!!!!
Réponse de le 30/04/2013 à 19:15 :
remise à élu ps !!!
Remise de la médaille

Les médailles métalliques sont frappées et gravées aux frais des titulaires ou de leurs employeurs (en cas d'accord de ces derniers) sur commande adressée à l'Administration des Monnaies et Médailles après publication des promotions au Recueil des actes administratifs des départements.

L'attribution de la médaille donne lieu à la délivrance d'un diplôme qui rappelle les services pour lesquels les intéressés sont récompensés.

L'employeur peut verser une prime au salarié, lorsque celle-ci est prévue par des dispositions conventionnelles ou des usages applicables dans l'entreprise.
a écrit le 30/04/2013 à 13:45 :
voici une loi d'une très grande stupidité, et surtout pour les salariés !!!!
NE JAMAIS AVOIR 1000 SALARIES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 30/04/2013 à 13:19 :
Il faudrait une loi pour empècher de faire des lois pour n'importe quoi. Créons un gouvernment Apps : il y a aussi une loi pour ça !
Réponse de le 30/04/2013 à 13:53 :
Une société RENTABLE ne ferme pas, elle trouve sans problème un repreneur, SIMPLE.
Réponse de le 30/04/2013 à 14:36 :
@Toledo : Excellent !
a écrit le 30/04/2013 à 13:04 :
Cette loi est contraire au droit européen, il suffira aux entreprises d'aller devant la CJUE pour débouter toute décision de justice.
a écrit le 30/04/2013 à 12:39 :
Y'a t il d'autres pays "libres" ou on propose de telles âneries et ou on fait appel aux investisseurs étrangers? Si ce n'était pas si grave on éclaterait de rire. Quelle bande de clowns
a écrit le 30/04/2013 à 12:26 :
Je croyais que nous vivions dans une société libérale.Bien sûr c'est difficile pour les anciens salariés mais le rapport maintenir à tout prix (c'est à dire à cout de millions) 400 personnes sur un site non rentable pour satisfaire à la volonté de syndicats bobos gauchos , je ne vois pas l'interet.qu'il y ait une négociation gagnant-gagnant, l'entreprise verse des indemnités, les salariés les touchent et on se quitte bons amis.
Ce n'est pas à l'Etat d'intervenir à tout bout de champs dès qu'une entreprise va mal.Mettre ces sociétés sous oxygène ne sert à rien.Donner un coup de pouce oui, maintenir en survie non.Il faut savoir tourner la page et aller de l'avant.
a écrit le 30/04/2013 à 12:17 :
si le truc avait été rentable .... y' aura eu émeute au portillon pour la reprise ! (encore une une député fonctionnaire ) on dirait !
a écrit le 30/04/2013 à 12:16 :
On à aidé les banques, Il faut renationalisé Florange .....ou alors demain adieu l'auto suffisance industriel....et bonjour les desastres economiques annoncé...
Réponse de le 30/04/2013 à 12:34 :
nationalisé Florange ! .... ben non ! tous ce qui est nationalisé perd du fric ! Fermé ça coûte moins cher !
Réponse de le 30/04/2013 à 13:05 :
Un trou de plus à combler.c'est le système communiste,se voiler la face et perdre de l'argent public.de plus ils sont reclassés à Dunkerque ou Fos.
Réponse de le 30/04/2013 à 13:13 :
Les banques ont été aidées, mais elles ont remboursé leur dette avec intérêts (et très vite en plus).

Florange? Je ne suis absolument pas convaincu qu'ils rembourseront quoi que ce soit...
a écrit le 30/04/2013 à 11:59 :
Texte économiquement idiot, le même site industriel peut être rentable ou non rentable suivant les actifs incorporels - modèles, brevets, marques, savoir faire - dont dispose son propriétaire. Exemple simplet et accessible au socialiste moyen : Le même restaurant avec les mêmes fourneaux et casseroles suivant que c'est un Ducasse (ou Guérard ou Dutournier...) ou un Tartempion gâte-sauce qui l'exploite n'aura pas du tout la même rentabilité. Pour le reste, obliger à vendre est probablement inconstitutionnel surtout quand il s'agirait de vendre à un concurrent, enfin c'est de nature à faire fuir les investisseurs. Mais Hollande et ses amis sont, dans leur genre, des gâte-sauces.
a écrit le 30/04/2013 à 11:59 :
Sera-t-il possible de récuser les juges membres du Syndicat de la Magistrature ?
Réponse de le 30/04/2013 à 13:48 :
on ne les récuse pas, on les mets en suspicion légitime !!!
a écrit le 30/04/2013 à 11:57 :
simple la revolution en force ,l
a écrit le 30/04/2013 à 11:51 :
il y a celui qui parle de choc de simplification à la télévision pour amuser la galerie et l'aréopage d'incompétents qui persistent dans l'édification d'usines à gaz...Le français est bien 50% mouton , 50% pigeon...et 100% mougeon.
Réponse de le 30/04/2013 à 12:02 :
Le français ceci, le français cela... et vous ? Sortez la tête de votre nombril, je vous en supplie !
a écrit le 30/04/2013 à 11:51 :
donc il défait les promesses faites hier aux entrepreneurs a chaque fois il nous fait le coup il improvise suivant l'auditoire
a écrit le 30/04/2013 à 11:41 :
une loi sur la reprise des sites rentables .... Ha way alors pourquoi il s'en débarrasse MrMittal ?
Réponse de le 30/04/2013 à 12:54 :
Pour trouver encore plus rentable ailleurs !
a écrit le 30/04/2013 à 11:35 :
Une atteinte de plus au droit de propriété, jadis, il y a très très logtemps, "inviolable et sacré"..Nous sommes dans la "redistribution", le pseudo intérêt des salariés (cela va être très drôle de voir des sites fermés après un an de reprise sans plus personne pour négocier des indemnités de départ, si ce n'est Montebourg..).. Les élus (je ne veux même pas croire un instant que notre gouvernement soit aussi stupide pour ne pas réflêchir un instant) n'ont toujours pas compris la base de la survie de la maison France: protéger et attirer les investisseurs, protéger et attirer les entrepreneurs..ce n'est même plus possible de dire "on va dans le mur" puisque nous en sommes à constater les morts après le crash..
a écrit le 30/04/2013 à 10:58 :
Cinglante démonstration de l'incohérence politique économique actuelle et de l'incompétence maladive qui règne dans ce pays. La France a besoin de PME; mais celle-ci sont peu compétitives, donc il n'y a pas grand choses à attendre de la majorité de ces entreprises pour les années à venir. Certes, ne les affaiblissons pas encore plus, mon emploi et bcp d'autres en dépendent.... La France possède particulièrement beaucoup de très grandes entreprises françaises et a profité enormément de localisation de grands groupes internationaux. Comment définir la rentabilité d'un site lorsque les dirigeants de ces grandes entreprises ont (logiquement) tout le mal et intérêt du monde à justement déterminer la rentabilité de chaque site et sa viabilité ainsi que le répartition des investissements? Claude34 le dit bien, bien répondre à ces questions difficiles fait partie du trésor d'une entreprise et c'est sa propriété intellectuelle qui devrait être protégée par tous les moyens. Cette loi est une atteinte grave à la liberté d'entreprendre. Démagogie, usine à gaz, une envie maladive de répandre la misére, d'accord, mais ce n'est plus une ânerie de plus, c'est encore une de trop!
a écrit le 30/04/2013 à 10:31 :
Vaut mieux une loi que rien du tout : les sites industriels rentables doivent être protégé et sauvé des requins de la finance !! Par contre pourquoi la BPI decide-t-elle que L'usine Arcelor Mittal de Florange n'est pas un bon business pour eux ?? Idem pour PSA Aulnay ou d'autres entreprises ??? Faire une loi est une necessisté pour protéger les sites industriels et trouver des repreneurs !! Sait-on si les sites sont rentables ou non ??
Réponse de le 30/04/2013 à 11:45 :
Vaut mieux rien du tout! Si les sites industriels sont vraiment rentables, c'est leur rentabilité qui les protège des requins de la finance, pas besoin de loi. Si ils ne le sont pas, alors ils finiront par fermer de toute façon...à moins que l'état ne prétende tout gérer directement. Mais comme il est déjà bien incapable de gérer correctement son périmètre actuel....
Réponse de le 30/04/2013 à 11:56 :
La BPI est sans doute arrivée à la même conclusion que MITTAL: le site n'est vraiment pas rentable. Tiens finalement il y a peut être des gens compétents à la BPI ( son image est peut-être faussement ternie par une parachutée célèbre...qui elle n'ont plus n'est pas rentable)

Réponse de le 30/04/2013 à 12:09 :
A Servon : Comme je l'explique plus haut, la notion de site industriel rentable est idiote et ne dépend pas du site lui-même. Exemple simple : Le même atelier de confection fabriquant des modèles de grand style vendus sous une marque de luxe sera rentable alors que le dit atelier fabriquant des T-shirts et des slips vendus sous marque de distribution dans les hypers ne le sera pas. Dans l'industrie d'aujourd'hui ce qui compte, ce sont les incorporels (brevets, marques, modèles ...), la quincaille industrielle, ce n'est pas grand chose (sauf dans la haute technologie). Mais nos député PS en sont restés à l'industrie modèle 1848...
a écrit le 30/04/2013 à 10:13 :
c'est quoi un site de production, dans une économie à forte composante de services? c'est quoi un site rentable?
Réponse de le 30/04/2013 à 10:59 :
Il est inquiétant que vous ne sachiez pas ce qu'est un site de production. J'aimerais qu'on en finisse avec tous ces baratins d'énarques nous expliquant que l'avenir de la France, c'est une économie de services, sans production. On voit bien où ça nous mène, quand l'Allemagne qui a fait le choix inverse s'en sort bien mieux.
a écrit le 30/04/2013 à 10:08 :
La définition de site rentable est compliquée et subjective (faites la liste des critères et vous comprendrez vite), encore plus dans un groupe international . On se dirige donc encore vers une bonne grosse usine à gaz qui va servir au mieux à faire vivoter encore un peu quelques sites obsolètes qui fermeront quand même...et faire beaucoup de démagogie. Une ânerie de plus...

a écrit le 30/04/2013 à 10:04 :
La valeur d'un site industriel n'est rien par rapport aux processus et techniques qu'il faut utiliser pour le faire fonctionner. Cela revient à exprimer que la propriété intellectuelle des entreprises industrielles n'existe plus ...
a écrit le 30/04/2013 à 9:56 :
message contradictoire avec l'effort de hollande hier pour se rapprocher des entrepreneurs. Sur cette lo ien elle-même, on se rend compte encore une fois que Hayek avait raison. Plus on demande de choses à l'état,p lus il va en faire, et tout va devenir politique. Comment des juges peuvent décider d'une bonne ou mauvaise conduite économique d'un dirigeant ? Les juges connaissent les lois, pas l'économie ??? Or, une grande majorité des juges est maintenant d'extrème gauche (cf mur des cons) on peut craindre une justice partiale socialiste, cad que le patron ou le propriétaire a tjrs tort, quoi qu'il fasse. Tout cela est bien beau et bon, mais cela aura pour conséquence une misère toujours plus grande.... Comme d'habitude avec le socialisme, qui ne sait créer que de la misère ...
Réponse de le 30/04/2013 à 13:00 :
Le syndicat de la magistrature est de gauche tout comme la CGT est de gauche aucune nouvelle là dedans, ils ne s'en sont jamais caché !!! C'est la liberté syndicale que d'avoir ses opinions, il y aussi des syndicats de droite que je sache. So what ? Il n'y a pas des poursuites judiciaires contre des politiques ou agents de gauche ? Si alors cette affaire n'en est pas une. CQFD
a écrit le 30/04/2013 à 9:30 :
Cette loi ne peut s'appliquer à Florange puisque le site n'est pas rentable. Il n'aurait été rentable qu'avec des subventions déguisées de l'état sous forme de commandes spéciales. D'une manière générale il n'est pas plus facile de voir qu'un site est rentable dans un groupe que de voir combien une multinationale cache de bénéfice.
Réponse de le 30/04/2013 à 9:51 :
De plus, de nos jours, les commandes publiques importantes sont soumises à un marché public. Il ne serait pas certain que l'état puisse soutenir Florange par des commandes "artificielles". Ceci n'est, de toutes façons, pas son rôle.
Réponse de le 30/04/2013 à 15:26 :
Euh, c'est moi ou le mot "rentable" est totalement absent? Ils sont en train de parler de tout site, là. Donc, une entreprise va mal, plombée par l'un de ses sites, et elle ne peut le fermer avant des délais ahurissants - 3 mois, puis justice consulaire, etc. De quoi planter ses autres sites. Tout va bien!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :