Salaire des patrons : Jean-Christophe Cambadélis aura des regrets

 |   |  218  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Jean-Christophe Cambadélis a expliqué vendredi que son camp "aurait aimé" qu'il y ait une loi encadrant les salaires ou stock-options des grands patrons, mais, a-t-il expliqué, "la crise est très complexe".

Jean-Christophe Cambadélis a tenté de justifier le renoncement à une loi encadrant les salaires et les stock-options des patrons vendredi, sur l'antenne de iTélé. Selon lui, son camp "aurait aimé" qu'il y ait une loi. Mais pour le député socialiste, "la crise est très complexe", et les circonstances ne sont pas favorables à une telle mesure.

Pas de reculade, selon Jean-Christophe Cambadélis

Interrogé sur cette "reculade" du gouvernement, qui a renoncé à légiférer sur la gouvernance des entreprises, l'élu de Paris a réfuté, mais a admis qu'à "l'évidence, on n'est pas au niveau que nous nous étions nous-mêmes fixé". 

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a expliqué jeudi préférer "miser sur une autorégulation exigeante" plutôt que légiférer. Pourquoi ce changement ? "La réalité de la crise est complexe, c'est très, très difficile aujourd'hui de faire passer ce type de loi dans un moment où nous avons besoin de tous pour avancer", a dit Jean-Christophe Cambadélis. Les députés PS ne risquent-ils pas de se déchaîner, notamment à la gauche du parti ? "Se déchaîner, je ne pense pas, le regretter, certainement". "Il est évident qu'on aurait aimé que cela puisse être fait", a encore dit le député.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2013 à 12:10 :
Les deux "socialistes" en lice, Sarkozy et Hollande étaient deux menteurs et les medias leur ont servi la soupe ... La "repentance" de Cambadelis est un mensonge de plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :