Fonctionnnaires : l'objectif d'un départ sur deux non remplacé a été dépassé en 2012

 |   |  218  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'an dernier, 61% des départs de fonctionnaires à la retraite n'ont pas été remplacés. La cible qu'avait fixé Nicolas Sarkozy a donc été dépassé.

Quelque 27.001 emplois de fonctionnaires ont été détruits en 2012. Au total, cela correspond à un taux de non remplacement des fonctionnaires de 61%. Un record qui dépasse l'objectif qu'avait visé l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy.  Le budget correspondant à ces postes s'est ainsi réduit de 930 millions d'euros, selon des chiffres révélés par les Echos et le Figaro. En prenant compte d'autres circonstances (ancienneté et autres mesures sur les rémunérations), la masse salariale de l'Etat n'a progressé que de 0,07% pour atteindre 81,4 milliards d'euros l'an dernier.

Moins de départs à la retraite que prévu

Ce dépassement de l'objectif tient notamment au fait que le gouvernement Fillon avait prévu de supprimer 30.258 emplois sur 60.000 départs à la retraite initialement prévus. Mais les départs effectifs ont été moins nombreux (44.000). Mécaniquement, l'objectif de taux de non remplacement a donc été dépassé. Au total, pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy 150.000 postes auront été supprimés.

Masse salariale quasi stable

Les créations d'emploi dans l'Education nationale décidé par l'équipe de Jean-Marc Ayrault n'ont par ailleurs pas encore inversé cette tendance. Toutefois, l'action pour tenter de limiter la hausse de la masse salariale se poursuit avec un gel du point d'indice qui impacte les rémunérations des fonctionnaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2013 à 10:55 :
2 deputes par departement 2 senateurs par region
suppression des cantons car departement et region suffisent ça ferait deja pas mal d'economie en terme de gestion car "trop d'elus tuent les elus"mais ilne faut pas aller trop loin dans la suppression car les francais doivent etre representes au niveau regionnal et nationnal mais je pense que ces solutions peuvent representer un bon compromis quand a la fonction publique c'est sur que l'on peut encore supprimer des postes mais en etudiant secteur par secteur parce que la fonction publique est un d'une gestion trop vaste pour etre traite dans sa globalite
a écrit le 29/05/2013 à 7:57 :
J'aime les gens qui postent pendant les heures de boulot pour dire que les fonctionnaires sont des branleurs !
Réponse de le 29/05/2013 à 13:23 :
Qu'est ce qui te dit qu'ils sont au boulot ???? Pourquoi pas à la retraite ou au chômage ...
a écrit le 28/05/2013 à 21:42 :
C'est toujours la même chose, c'est une politique dans la politique. Si nous souhaitons faire un discours avec nos confrères, avant d'arriver à notre tour de parole, si quelqu'un est de notre même avis, nous le contestons.Depuis l'arrivée de MR. Nicolas SARKOZY en politique, présenté par MR. Jacques CHIRAC, et jusqu?au temps de son élection en tant que président, il a occupé pas mal de fonctions ministériels. L?expérience qu'il en a retiré, restera dans les mémoires des Français. Il a réussi dans chacune de ses entreprises. Il a essayer de les réutiliser en tant que chef d?État. C'est peut-être parfois marrant, mais il, Sarkozy, a essayé de montrer que la France est la France, elle n'est pas moins que les autres pays. Nous avons vu un MR. SARKOZY faisant son jogging du Bois-de-Boulogne jusqu'à New York, en vélo à Paris. Nous avons aussi entendu une voix au parlement Européen, interpeller : «  Hé Barack ! ». Peut-être est-marrant mais nous avons pu voir par là que son ambition était pas seulement de s'élever lui-même, mais d'élever toute la France avec lui. Donc de ce point de vu, il est inutile du dire que les fonctionnaires partis n'ont pas été remplacés, ils étaient déjà trop.
Avant l'arrivé au pouvoir de Gauche, ils ont voulu changer la donne et ont même dit qu'ils allaient crée 60,000 postes à l'éducation nationale mais après leur arrivé ont vu que Nicolas Sarkozy était dans le vrai. Ils n'ont pas voulu l'avouer. Les systèmes ont même commencé à changer. Diminution de 30% du salaire des Ministres. Diminution du pouvoir d'achat des ouvriers. En supprimant les heures supplémentaires. Brouillé le système d'éducation nationale, ce qui n'a pas plu aux parents, même aux communes. Ils n'ont pas fait ce qu'ils devaient faire. Consolider l'éducation. Dans toutes les écoles publique, il y avait des profs absents, il n'y avait pas moyen d'assurer l'ordre dans les établissements. Cela ne veux pas dire que les postes manquaient. Il y en avait parfois trop. Des surveillants se baladent avec leur portables, les enfants sèchent les cours. Si le PS voulait absolument faire quelque chose d'utile, alors, il est bien qu'il suive le même chemin que Nicolas SARKOZY. Il faut supprimer 300.000 postes sans compter les retraites. Par cette occasion , je souhaite appeler l'ex-président, MR. Nicolas SARKOZY, à prendre l'UMP par la main, au lieu de se diviser
a écrit le 28/05/2013 à 16:09 :
Je connais le monsieur sur la photographie, il est certainement en pleine possession de ses moyens en ce moment
a écrit le 28/05/2013 à 15:55 :
sauf pour les fonctions régaliennes!
certains sont partis en retraite normale à 50 ans....Donc alignons les sur le privé!!!
a écrit le 28/05/2013 à 15:25 :
Moins de fonctionnaires? On peut donc nous augmenter?
a écrit le 28/05/2013 à 15:14 :
Cela pose un réel problème moral, parce que supprimer des emplois publics et faire fermer des entreprises de l?autre côté, ça ne donne pas de travail aux jeunes qu?on laisse sur le côté. C?est du chômage à vie. N?oubliez pas que c?est entre un quart et la moitié des diplômés qu?on rejette. Et puis il faut aussi répondre à la problématique du déficit, donc comment compte-t-on payer les fonctionnaires ? Quelles dépenses va-t-on réduire ? C?est le même problème dans tous les pays qui croulent sous les dettes et entravent la production. On joue avec la vie des gens, or on compte des victimes par millions ! Voyez dans quel état on a mis cette Europe ! Manifestons !
a écrit le 28/05/2013 à 15:01 :
Hollande va finir par comprendre de l'effet néfaste du poids des fonctionnaires en France, qui sont sans efficience et parfois à la limite de l'inactivité. Bonne nouvelle donc. Il faut maintenant modifier le statut de tous ces gens et leur régime de retraite.
a écrit le 28/05/2013 à 13:30 :
il faudrait déjà dissoudre le sénat et le conseil économique et social, deux bidules qui ne servent à rien ( à part caser les potes )
a écrit le 28/05/2013 à 12:09 :
Oui il faut virer tous c'est fonctionnaires qui ne travail pas et garder les meilleurs ceux qui font leur boulot, mieux les payer ceux qui vraiment travail pour la collectivité en toute honnêteté. Pas comme ses méduses qui assis sur leur quanta- soi ne pense qu'à eux même. Attendez! on en connait tous !!!!! Non ????
Réponse de le 28/05/2013 à 15:05 :
non:cessez avec le populisme bon marché
Réponse de le 28/05/2013 à 17:15 :
à ps bonheur pour moi le commentaire de M est juste et vous répondez cessez avec le populisme bon marché c'est dans la bible édité pour les syndiqués ps que vous avez lu le populisme bon marché eh bien camarade syndiqué tu gagneras ton entrée au paradis du socialisme à la droite de mitterand.
a écrit le 28/05/2013 à 11:25 :
3 "n" pour fonctionnaire, il y en a un en trop !
Réponse de le 29/05/2013 à 11:24 :
cessez de toujours taper sur le dos des fonctionnnaires!cessez le populisme!
a écrit le 28/05/2013 à 11:10 :
on baise du côté publique pour augmenter cinq fois plus côté collectivités territoriales c'est comme le chômage 3,5 millions d'inscrits alors que la réalité d'après certaines études indépendantes est de 9 millions...
Réponse de le 30/05/2013 à 9:53 :
Les fonctionnaires ne sont pas seulement des branleurs, ce sont des félons. De manière général, lorsque il y a des victimes parmi le public, lorsqu'ils font appel à la justice, la première démarche à faire est de porter plainte. Mais beaucoup de gens déplorent cette manière de faire, car les plaintes ne sont pas tout le temps enregistrées. Si jamais elles sont enregistrées, il est difficile ensuite d'avoir de nouvelles de l'enquête. Même difficile d'ajouter un complément. Or, si nous ne leur donnons pas nos propres indices recueillis, l'enquête ne pourra pas avancer. Parfois, il nous est même refusé de déposer notre plainte. Pourtant, c'est exactement pour cette raison que nous leur avons attribué ces fonctions. Ce sont des branleurs, je garde cet opinion, mais pas tous. Voilà comment les fonctionnaires remplissent leurs missions. La situation oblige, je répète : « Même en supprimant des postes, il reste beaucoup trop de fonctionnaires. ». Un autre exemple; la délinquance. Beaucoup de parents, se font du soucis pour leurs enfants. A l'école, lorsque les profs sont absents, les surveillants prennent le relais. Mais cette méthode ne correspond pas aux valeurs de l'éducation nationale. C'est une irresponsabilité de la part de l'éducation. Nous pouvons au moins supprimer le nombre de surveillants et augmenter le nombres de professeurs. Pour que nous n'ayons pas à faire face à ce genre de situation. Un exemple : un professeurs s'est absenté du collège. Le surveillant qui devait garder les élèves quitta la salle et laissa les enfants sans surveillance. Une demi heure plus tarde, ledit surveillant revient chercher son portable, qui a disparu, accusant les élèves présents à la permanence. C'est une honte pour l'éducation des jeunes. Voilà le résultat de la manière de faire des professeurs. De tels choses sont impensables dans certains pays. Chez nous, lorsqu'un enfant pleure, les responsables maternelles appellent les parents pour qu'ils viennent le chercher. Aux États-Unis, leur manière de penser est tout autre. Si untel enfant pleure, leur devoir est de le calmer, et de le garder dans l'établissement. Leur objectif est de guider les enfants dans la bonne voie, pour ne pas qu'ils finissent dans la rue. Supprimer les postes de fonctionnaires n'est pas le seul sujet important. Il y aussi les milliers d'associations, que MR. SARKOZY souhaitait supprimer. Par rapport à son ancienne fonction, il a jugé nécessaire d'accomplir cet acte.Des milliers et des milliers d'?. C'est un gaspillage d'argent public Il n'existe aucune relation entre les associations et le public. Soit cet association ferme pour la journée, soit cela devient un salon de thé privé. Soyez réaliste. Ne prenez pas les choses à la légère. Tout ces actes criminels qui touchent les familles, c'est douloureux. Et même si ce n'est pas dans notre famille, cela se passe dans un autre endroit, mais tous sont des familles. Elles ont tout en commun avec nous, la douleur, la joie... Les enfants tués par Mohammed Mehra, cela nous vous fait dons pas de peine ? Qu'ont fait les enfants, pourtant ? Ils n'avaient aucun tort. Presque partout, il y a des criminels qui sont emprisonnés, puis relâchés le lendemain, et recommencent les mêmes crimes. Cela se fait depuis des années et aucun fonctionnaire n'en tire de leçon. Ce n'est pas un travail public. On ne peut pas remplacer un fonctionnaire par un stagiaire, ce que nous voyons, récemment. Les inexpérimentés, que peut-on attendre d'eux ?
a écrit le 28/05/2013 à 10:56 :
Et alors la France va mieux??
a écrit le 28/05/2013 à 10:53 :
Vous dites : "Toutefois, l'action pour tenter de limiter la hausse de la masse salariale se poursuit avec un gel du point d'indice qui impacte les rémunérations des fonctionnaires."
Ceci mérite d'être affiné, en effet, c'est le point d'indice qui est gelé, mais pas le traitement, la nuance n'est pas que sémantique;
pour être précis, il faut dire que hors évolution du point d'indice, les rémunérations, ont progressé en moyenne depuis plus de 10 ans, de 2,75 %/an. Depuis 1999, les rémunérations ont progressé de 3,6 % par an (1,9 % hors inflation) selon la cour des comptes. Sur ce total la revalorisation traditionnelle du point d'indice n'explique que 0,85 % chaque année. Le salaire des agents a ainsi augmenté automatiquement de1,9 % grâce à l'ancienneté ou aux promotions. Sans oublier le coup de pouce de 0,85 % par an octroyé sous forme d'avantages catégoriels à certains ministères ou corps de fonctionnaires...demandez aux salariés du privé s'ils ont bénéficié des mêmes augmentations ?
Je ne parle même pas de la garantie de l'emploi que l'on peut chiffrer à 20 % du salaire...alors que la France compte près de 3.300.000 chomeurs dans le privé.....voilà un fait plus près de la vérité
a écrit le 28/05/2013 à 10:28 :
Voila qui pose un problème moral et économique : on supprime plus d?emplois que le précédent, mais redéfinit-on le périmètre d?action de l?Etat ? On a inventé des emplois alors qu?on dit que l?Etat entrave la production et on les supprime pour payer une retraite. Mais cela ne s?accompagne pas d?une réduction de charges pour créer un emploi productif? selon la formule inventer, produire, vendre. Nous avons un aléas moral entre les boomers et les jeunes générations. On se paye la sécurité d?emploi sur la précarité et le chômage des salariés qui ne cesse d?augmenter avec les fermetures d?usines pour raisons de charges ou compétitivité et d?innovation. Pourquoi ne fait-on pas le travail qu?il faut ? Rappelons que la fonction publique se dit inquiète dans la presse, ce qui est normal vu le niveau du déficit, une austérité à venir.
a écrit le 28/05/2013 à 10:15 :
La politique des bonimenteurs de Sarkozy comme de Hollande n'a pas de limite. On réduit la masse salariale chez les agents publiques pour augmenter trois plus dans les collectivités territoriales dont la majorité des régions françaises est détenus par les socialiste. Hollande tient sa promesse d'une France de fonctionnaires paresseux surpayés et pour la majorité des français la pauvreté et des larmes ainsi que la poursuite de notre pays dans sa faillite programmée...
a écrit le 28/05/2013 à 9:59 :
Bonjour,

Cet article est édifiant car on se garde bien de préciser d'une part le nombre total des fonctionnaires en poste actuellement des fois que cela en énerverait quelques uns. D'autre part on oublie une donnée extrêmement importante qui participe à la démagogie autour des départs à la retraites à savoir l'inertie du système de retraite des fonctionnaires sur le budget de l?État.
Je m'explique : Lorsque un fonctionnaire par à al retraite il a en général encore une moyenne de vie d'environ 25 ans. Sa retraite étant à taux plein et les fonctionnaires ayant un système de point à ancienneté, ces derniers partent en général à la retraite avec un salaire correct et donc une retraite correcte comparativement au privé.
Donc lors du passage de l'activité à la retraite l'état paye exactement la même chose aux retraité, la seule chose qui change c'est une ligne sur le plan comptable. Mais au niveau budgétaire c'est pareil.
L'arnaque intellectuelle vient du fait que d'une part on oublie trop facilement que les salaires des fonctionnaires ne sont pas chargés et d'autres part que l'économie démontrée est faite à partir de budgets fictifs. On dit que l'on a économisé 930 millions alors qu'en fait il faudrait préciser que l'on a modifié le budget par rapport aux projections de l'année précédente et non parler d'économies ce n'est pas tout à fait pareil même si tout le monde ne saisira pas la nuance.
De toute les manières même si on divise le nombre de fonctionnaire par deux en ne remplaçant pas les départ à la retraite, l'inertie due à l'allongement de la durée de vie stabilisera le budget sur au moins vingt ans donc on ne fera jamais d'économies, en France, à court terme, sur la réduction du nombre de fonctionnaire grace aux départs à la retraite. Cela n'aura qu'un effet de stabilisation du budget.
Pour réellement faire des économies il faut proposer des plans de départ volontaires avec des conditions très avantageuses à savoir : deux ans d'études tout en étant payés + deux ans de salaires en indemnité et adios. Cela permettrait de faire des économies immédiates, de basculer une partie des effectifs du publique vers le privé mais cela induirait une caisse de compensation entre la sécu publique et la sécu privée mais également une caisse de compensation pour les retraites. On dépenserait beaucoup d'argent pendant cinq ans pour en gagner beaucoup par la suite. De toute les manières tout bon gestionnaire vous dira que pour gagner de l'argent il faut n dépenser.
Réponse de le 28/05/2013 à 16:53 :
Si dans le fond, pour ce qui est de la retraite, c'est juste, votre façon de penser est par contre complètement à côté de la plaque ... car si l'on ne remplace pas, forcément que l'on fait une économie, car si l'on remplace, on paye le nouveau fonctionnaire, plus la retraite de l'ancien. Hors là on ne paye que la retraite puisqu'il n'est pas remplacé.

Faut quand même réfléchir à ce que l'on dit des fois ...
Réponse de le 29/05/2013 à 4:31 :
effectivement, quand 2 fonctionnaires partent à la retraite, ils sont payés 75% de leur salaire, donc 1,5 salaire en cumul pour les 2. Si vous en recrutez un pour remplacer les deux cela fait : 1,5+1= 2,5 donc budgetairement, il n'y a pas de diminution!!!!!! Le problme n'est pas celui la. Il est de savoir :
- quel est l'efficacite du systeme ? quel service on rend a la population? a quel cout?
- qu'elle est l'organisation efficace qui permet de rendre ce service?
et la pour parler comme les syndicalistes, il y a du grain a moudre, des economies à faire.
En particulier la parcellisation des taches, la multiplication des guichets, le mille feuille hierarchique et territorial generent des couts et de l'inefficacité.
Réponse de le 30/05/2013 à 9:54 :
Les fonctionnaires ne sont pas seulement des branleurs, ce sont des félons. De manière général, lorsque il y a des victimes parmi le public, lorsqu'ils font appel à la justice, la première démarche à faire est de porter plainte. Mais beaucoup de gens déplorent cette manière de faire, car les plaintes ne sont pas tout le temps enregistrées. Si jamais elles sont enregistrées, il est difficile ensuite d'avoir de nouvelles de l'enquête. Même difficile d'ajouter un complément. Or, si nous ne leur donnons pas nos propres indices recueillis, l'enquête ne pourra pas avancer. Parfois, il nous est même refusé de déposer notre plainte. Pourtant, c'est exactement pour cette raison que nous leur avons attribué ces fonctions. Ce sont des branleurs, je garde cet opinion, mais pas tous. Voilà comment les fonctionnaires remplissent leurs missions. La situation oblige, je répète : « Même en supprimant des postes, il reste beaucoup trop de fonctionnaires. ». Un autre exemple; la délinquance. Beaucoup de parents, se font du soucis pour leurs enfants. A l'école, lorsque les profs sont absents, les surveillants prennent le relais. Mais cette méthode ne correspond pas aux valeurs de l'éducation nationale. C'est une irresponsabilité de la part de l'éducation. Nous pouvons au moins supprimer le nombre de surveillants et augmenter le nombres de professeurs. Pour que nous n'ayons pas à faire face à ce genre de situation. Un exemple : un professeurs s'est absenté du collège. Le surveillant qui devait garder les élèves quitta la salle et laissa les enfants sans surveillance. Une demi heure plus tarde, ledit surveillant revient chercher son portable, qui a disparu, accusant les élèves présents à la permanence. C'est une honte pour l'éducation des jeunes. Voilà le résultat de la manière de faire des professeurs. De tels choses sont impensables dans certains pays. Chez nous, lorsqu'un enfant pleure, les responsables maternelles appellent les parents pour qu'ils viennent le chercher. Aux États-Unis, leur manière de penser est tout autre. Si untel enfant pleure, leur devoir est de le calmer, et de le garder dans l'établissement. Leur objectif est de guider les enfants dans la bonne voie, pour ne pas qu'ils finissent dans la rue. Supprimer les postes de fonctionnaires n'est pas le seul sujet important. Il y aussi les milliers d'associations, que MR. SARKOZY souhaitait supprimer. Par rapport à son ancienne fonction, il a jugé nécessaire d'accomplir cet acte.Des milliers et des milliers d'?. C'est un gaspillage d'argent public Il n'existe aucune relation entre les associations et le public. Soit cet association ferme pour la journée, soit cela devient un salon de thé privé. Soyez réaliste. Ne prenez pas les choses à la légère. Tout ces actes criminels qui touchent les familles, c'est douloureux. Et même si ce n'est pas dans notre famille, cela se passe dans un autre endroit, mais tous sont des familles. Elles ont tout en commun avec nous, la douleur, la joie... Les enfants tués par Mohammed Mehra, cela nous vous fait dons pas de peine ? Qu'ont fait les enfants, pourtant ? Ils n'avaient aucun tort. Presque partout, il y a des criminels qui sont emprisonnés, puis relâchés le lendemain, et recommencent les mêmes crimes. Cela se fait depuis des années et aucun fonctionnaire n'en tire de leçon. Ce n'est pas un travail public. On ne peut pas remplacer un fonctionnaire par un stagiaire, ce que nous voyons, récemment. Les inexpérimentés, que peut-on attendre d'eux ?
a écrit le 28/05/2013 à 9:55 :
Cet article est trompeur car dans les administrations territoriales les embauches dépassent largement les départs soit disant non remplacés. Mais il y a eu un début de bonne intention qui sera vite effacé par le bidochon et sa bande.
a écrit le 28/05/2013 à 8:37 :
Bravo ! Passons aux choses sérieuses maintenant : le non remplacement d'un rentier sur deux, ils nous coûtent encore plus cher que les fonctionnaires !
Réponse de le 28/05/2013 à 9:21 :
retraité tu le seras aussi ,,,,,,,???? par contre payer des fonctionnaires, des élus , des rmistes professionnels cela on peut l'éviter
Réponse de le 28/05/2013 à 9:30 :
qu'appelez vous rentier?? soyez précis svp, parce que donner des phrases sans sens, n'importe quel kéké peut le faire.
Réponse de le 28/05/2013 à 9:43 :
@Non remplacement d'un rentier sur deux. Par définition, un rentier ne vous coûte rien ! C'est marrant cette propension à inverser les rôles...
a écrit le 28/05/2013 à 8:33 :
Les fonctionnaires doivent mo*rrir (ou disparaitre).
Réponse de le 28/05/2013 à 8:50 :
Le Jojo veut s'auto dissoudre ce matin...
a écrit le 28/05/2013 à 8:10 :
Je propose que l'on dégraisse également dans le privé de 61 % sur le principe d'égalité.
Réponse de le 28/05/2013 à 8:24 :
Dans le privé, ça se fait au fur et à mesure, quand l'activité n'est plus rentable, il y a "restructuration" ou l'entreprise ferme. Le problème dans le public est la gestion du budget. Quand celui ci n'est pas à l'équilibre, on augment les impôts, taxes, etc au lieu de diminuer la dépense comme dans le privé.
C'est vrai pour un fonctionnaire, il ne comprend ce qu'est la réalité économique.
Réponse de le 28/05/2013 à 8:30 :
Dégraisser le privée ? Cela se fait depuis des années !
Réponse de le 28/05/2013 à 9:23 :
@iliad : c'est vrai, il ne reste plus que les tâches :p ...Faut vraiment changer de lessive ! ;)
Réponse de le 28/05/2013 à 9:40 :
Vous parlez du service public of course ?! Parce que pour l'instant, ça reste le privé qui créé de la richesse et finance le pays.
Réponse de le 28/05/2013 à 9:59 :
Je ne suis pas fan des fonctionnaires mais quand même. Comment pouvez-vous confondre service publique et entreprise privé ? Doit-on fermer une école primaire si elle n'est pas rentable ?
Réponse de le 28/05/2013 à 10:50 :
Ah bon!!! Et des classes d'environ 12 élèves du CP au CM2 confondus , vous trouvez ça "normale"?
En campagne profonde, vous trouverez souvent se problème car les maires ne veulent pas faire de regroupement, et quand l'éducation nationale veut le faire, tout le monde cri au scandale, car ils vont faire 5 min de plus en bus ou en voiture car la commune d'à coté est à 3-5 km plus loin. Ahh les français, il faut moins de fonctionnaires mais pas chez moi chez les autres.
Réponse de le 28/05/2013 à 11:16 :
Les classes à 35/37 élèves me choquent plus que des classes à 12 élèves dans les campagnes profondes comme vous les appelez ! Pour prendre un peu de hauteur et sortir de votre exemple caricatural, je confirme que la vocation d'un service publique n'est pas d'être rentable (bien qu'il doit être géré au mieux) mais d'apporter .......un service publique. Un état n'est pas une entreprise que cela vous plaise ou non.
Réponse de le 28/05/2013 à 11:56 :
On ne demande pas à un service publique comme l'éducation nationale d'être rentable : il ne génère pas de revenus à proprement parler. Le terme de rentabilité ne s'applique donc pas. Par contre on demande à nos services publiques d'être efficaces et à l'équilibre. On demande à l'éducation nationale de penser d'abord à nos enfants plutôt qu'aux vacances des professeurs ou à leur augmentation automatique en fonction de l'ancienneté complètement dé corrélée des compétences.
Réponse de le 28/05/2013 à 13:35 :
Ce qui est choquant, c'est que d'après la cour des comptes, 20 000 professeurs payés par l'EN ne voient jamais les élèves et que la solution d'Hollande, c'est d'en rajouter d'autres. Par ailleurs, pour gérer le même nombre d'élève, les allemands ont moitié moins de personnel administratif et les écoles ne sont pas moins bien gérées. Comme quoi, les problèmes de l'EN ne viennent ni du manque de profs global, ni d'une sous-administration, mais d'une désorganisation globale.
Réponse de le 28/05/2013 à 14:00 :
Et si vous supprimiez tous les cadeaux fiscaux aux entreprises et les niches fiscales au lieu de pleurer comme des madeleines ? ça rapporterai bien plus que la réduction des effectifs de l'Etat. En plus, le nombre de chômeurs dans le privé est déjà très élevé et l'intérim (qui est un indicateur avancé) ne montre aucun signe d'amélioration. Moins de fonctionnaires = plus de chômeurs = moins de CA pour les artisans et les PME = plus de concurrence entre les salariés = baisse des salaires = Bangladesh. Franchement, je me demande comment vous avez réussi à être le pays des lumières !
Réponse de le 28/05/2013 à 16:34 :
Réponse à "rentabilité".
Malheureusement si, le service publique doit-être rentable et dégager du profit.
Exemple dans le secteur hospitalier, ou l'on demande de faire des économies et d'augmenter le rendements des malades et des femmes qui vont accoucher.
On fait payer des sommes de plus en plus astronomiques sur des durées de séjour après accouchement de plus en plus courtes pour rentabiliser au mieux les chambres (parfois qui laisse à désirer). voilà la réalité.
Pognon, pognon, fric, pognon,argent dans les foufouilles
Réponse de le 30/05/2013 à 9:55 :
Les fonctionnaires ne sont pas seulement des branleurs, ce sont des félons. De manière général, lorsque il y a des victimes parmi le public, lorsqu'ils font appel à la justice, la première démarche à faire est de porter plainte. Mais beaucoup de gens déplorent cette manière de faire, car les plaintes ne sont pas tout le temps enregistrées. Si jamais elles sont enregistrées, il est difficile ensuite d'avoir de nouvelles de l'enquête. Même difficile d'ajouter un complément. Or, si nous ne leur donnons pas nos propres indices recueillis, l'enquête ne pourra pas avancer. Parfois, il nous est même refusé de déposer notre plainte. Pourtant, c'est exactement pour cette raison que nous leur avons attribué ces fonctions. Ce sont des branleurs, je garde cet opinion, mais pas tous. Voilà comment les fonctionnaires remplissent leurs missions. La situation oblige, je répète : « Même en supprimant des postes, il reste beaucoup trop de fonctionnaires. ». Un autre exemple; la délinquance. Beaucoup de parents, se font du soucis pour leurs enfants. A l'école, lorsque les profs sont absents, les surveillants prennent le relais. Mais cette méthode ne correspond pas aux valeurs de l'éducation nationale. C'est une irresponsabilité de la part de l'éducation. Nous pouvons au moins supprimer le nombre de surveillants et augmenter le nombres de professeurs. Pour que nous n'ayons pas à faire face à ce genre de situation. Un exemple : un professeurs s'est absenté du collège. Le surveillant qui devait garder les élèves quitta la salle et laissa les enfants sans surveillance. Une demi heure plus tarde, ledit surveillant revient chercher son portable, qui a disparu, accusant les élèves présents à la permanence. C'est une honte pour l'éducation des jeunes. Voilà le résultat de la manière de faire des professeurs. De tels choses sont impensables dans certains pays. Chez nous, lorsqu'un enfant pleure, les responsables maternelles appellent les parents pour qu'ils viennent le chercher. Aux États-Unis, leur manière de penser est tout autre. Si untel enfant pleure, leur devoir est de le calmer, et de le garder dans l'établissement. Leur objectif est de guider les enfants dans la bonne voie, pour ne pas qu'ils finissent dans la rue. Supprimer les postes de fonctionnaires n'est pas le seul sujet important. Il y aussi les milliers d'associations, que MR. SARKOZY souhaitait supprimer. Par rapport à son ancienne fonction, il a jugé nécessaire d'accomplir cet acte.Des milliers et des milliers d'?. C'est un gaspillage d'argent public Il n'existe aucune relation entre les associations et le public. Soit cet association ferme pour la journée, soit cela devient un salon de thé privé. Soyez réaliste. Ne prenez pas les choses à la légère. Tout ces actes criminels qui touchent les familles, c'est douloureux. Et même si ce n'est pas dans notre famille, cela se passe dans un autre endroit, mais tous sont des familles. Elles ont tout en commun avec nous, la douleur, la joie... Les enfants tués par Mohammed Mehra, cela nous vous fait dons pas de peine ? Qu'ont fait les enfants, pourtant ? Ils n'avaient aucun tort. Presque partout, il y a des criminels qui sont emprisonnés, puis relâchés le lendemain, et recommencent les mêmes crimes. Cela se fait depuis des années et aucun fonctionnaire n'en tire de leçon. Ce n'est pas un travail public. On ne peut pas remplacer un fonctionnaire par un stagiaire, ce que nous voyons, récemment. Les inexpérimentés, que peut-on attendre d'eux ?
a écrit le 28/05/2013 à 8:06 :
ENCORE MOITIE DE TROP ....compare a nos voisins qui ne portent pas plus mal ....meme mieux
Réponse de le 28/05/2013 à 16:24 :
le problème est que les fonctionnaire d?Etat diminue alors que les citoyens s'en plaignent (moins de police, moins de contrôle sanitaire, moins de recherche de fraude...)au profit des territoriaux embauché par arrangement ... a coté de çà:

La mission d?information sur les niches fiscales, qui a remis son rapport le 5 juin 2008 évalue le manque à gagner total pour l?Etat à 73 milliards d?euros. les multinationales en France ne payent pas plus de 8% D impôts grâce à toutes les techniques d'optimisations fiscales , manque à gagner pour l?état chiffré par alternative économique supérieur a 150 milliards, fraude social 20 milliards par les particulier et 50 par les entreprises.
perte de la capacité de création monétaire par l?état français dû à la loi de 1973 giscard-pompidou 45milliard par an ce qui a généré une dette de 1800 milliards..

ça nous fait 73+150+20+50+45 = 297milliards de perdu pour l?état par an
quand on sais que le budget de l?état n'est que de 300 milliards environs
il vaut mieux savoir avant de parler

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :