Auto-entrepreneur : rien n'est joué !

 |  | 562 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le week-end a été chargé en émotions. On pensait le débat clos après les déclarations de Jean-Marc Ayrault vendredi. Que nenni ! Les propos du Premier ministre ont simplement été mal compris. La limitation dans le temps ne concernera pas que le secteur du bâtiment comme il l'avait pourtant annoncé. En attendant l'arbitrage final de Matignon, à la fin du mois, Pierre Moscovici tente d'apaiser les inquiétudes des uns et des autres.

Retour à la case départ ! Vendredi, Jean-Marc Ayrault a tenté de clore le débat en indiquant lors d'un déplacement en Ardèche que seuls les métiers du bâtiment seraient concernés par une limitation dans le temps du régime social de l'auto-entreprise. Après une période qu'il reste encore à déterminer - de un à cinq ans ?- les auto-entreprises de ce secteur auraient l'obligation de se transformer en entreprise classique.

«?Il y a un problème qui a été soulevé par les artisans du bâtiment, parce que là il y a en effet une concurrence qui peut s'avérer inacceptable pour les professionnels?», a-t-il néanmoins ajouté. Le ?bâtiment demande énormément de compétences, de savoir-faire, de respect d'un certain nombre de règles : sécurité, environnement, réglementation. ?Donc ce qui est proposé, c'est que lorsqu'un auto-entrepreneur dans le bâtiment s'installe, au bout de deux ans, si son entreprise est viable, il rejoint le droit commun.?Pour tous les autres (...), je pense par exemple à des auto-entrepreneurs qui vont s'installer dans les métiers du numérique, il faut qu'ils soient rassurés, qu'ils soient sécurisés, c'est le message que j'annonce. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir? », a déclaré le Premier ministre à Annonay dans l'Ardèche.

Un Premier ministre recadré par un membre du gouvernement

Etait-ce un désaveu pour Sylvia Pinel, la ministre de l'Artisanat, dont le projet de réforme du régime a déclenché l'ire des auto-entrepreneurs, que ce soient leurs représentants officiels ou officieux comme les Poussins ? Même pas.

Dans un communiqué de presse, publié vendredi après l'intervention de Jean-Marc Ayrault, la ministre a précisé que les consultations étaient toujours « en cours » avec les parties prenantes. Sylvia Pinel a-t-elle recadré le Premier ministre ? Il semble que ce soit le cas, l'entourage de ce dernier ayant précisé ce week-end que les propos du Premier ministre avaient été tronqués et mal interprétés...

Une liste de  métiers à définir

Outre le secteur du bâtiment, la coiffure et la réparation automobile mais aussi tous les métiers qui exigent une qualification, une obligation d'assurance, toux ceux dont l'activité est un enjeu de santé ou de sécurité pour le consommateur sont dans le viseur du ministère de l'Artisanat qui réfléchit également à limiter ce régime dans le temps en fonction du niveau du chiffre d'affaires. Ainsi, un auto-entrepreneur dont l'activité de services générerait plus de 32.600 euros - ou moins si ce seuil est abaissé comme la rumeur le laisse entendre - devrait changer le statut de son entreprise. En multipliant les cibles, la ministre tente-t-elle de diviser ses opposants ? Peut-être.

Heureusement, la polémique devrait bientôt cesser. Si Sylvia Pinel a indiqué vendredi que Matignon arbitrerait mi-juin, Pierre Moscovici a précisé ce lundi sur l'antenne de France Info que le Premier ministre trancherait à la fin du mois. « Le gouvernement n'a aucune intention de remettre en cause le statut d'auto-entrepreneur », a tenu à préciser le ministre de l'Economie, soulignant que celui-ci "a pu connaître ici où là, certains excès, certaines dérives, connaître certains problèmes. L'idée c'est de maintenir un environnement favorable tout en corrigeant ce qui a pu ne pas fonctionner", a-t-il expliqué.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2013 à 18:36 :
S PINEL et le Président sont autistes, il ne veulent pas prendre en compte les rapports IGAS et IGF.
Comme pour le reste ils resteront fixé sur le cap choisi, même si il les même droit dans les récifs.
Soyons pragmatique, la raison essentielle c'est la casse d'une loi phase du précédent gouvernement.
Comme cela a déjà été signalé, très souvent les petits travaux récupérés par les AE ne sont pas gérables par des entreprises. Et puis que les fédérations du bâtiment commencent par faire le ménage chez eux, a ma connaissance il ne s'agit pas du milieu le plus a cheval sur la légalité du travail, et de la facturation déclarée.
Cette argumentation de la concurrence est grotesque, elle n'est là que pour justifier la casse du régime.
Quant à créer un entreprise solide en deux ans avec un CA max de 10000? c'est tout simplement débile.
Qu'il s'agisse de notre Président ou du Ministre il faut dire que leur expérience en matière d'entreprise est proche du zéro absolu.Si un AE doit avoir les qualification requise pour vivre de son travail, n'est il pas tout aussi important que nos dirigeant soient soumis à la même règles.
Enfin et pour conclure, quel sera le sort de ceux qui quitteront l'AE au bout de deux sans pouvoir mettre en place un structure classique rentable ? Et ceux qui déposeront le bilan dans les 24 mois.
a écrit le 04/06/2013 à 4:48 :
Tant que l'on sera gouverné par des gens qui n'ont jamais gagné un seul euro de leur vie en travaillant mais toujours bien vécu sur le dos des autres, les décisions prisent par ces gens-là seront dépourvues de bon sens et les problèmes s'ajouteront les uns aux autres.
a écrit le 03/06/2013 à 23:24 :
La liberté d?entreprise, la création de richesses et d?emplois sont-ils en périls en France ? Elles sont reconnues d?utilité publique même si l?enrichissement extravagant choque. On assiste à une déroute et l?opinion est claire, nombreux sont ceux qui demandent la démission de la présidence et l?on compte de nombreux révoltés, pire que du mécontentement. Le déficit c?est pour qui ? Les français ne veulent plus d?impôts et à 70% ils sont prêts à descendre dans la rue. On relève dans la presse les faits suivants : l?économie de l?endettement arrive à son terme. Nous aurions 112% de crédit. La surveillance de la soutenabilité doit être plus exigeante. Les PME n?accèdent pas aux marchés pour se financer. Il faut passer à une économie de fonds propres. Le financement de l?Etat ne doit pas évincer les entreprises. Les entreprises sont financées par les banques à 76% et 90% pour les PME. Les marges des entreprises françaises sont plus réduites de 25% par rapport à nos voisins, ce qui réduit leur autofinancement. L?épargne est mal rémunérée en Europe par rapport aux autres zones, deux ou trois fois plus aux USA et en Asie. On parle d?un besoin de financement de 80 milliards, plus 10 pour les PME et 20 pour la R&D par an. La France ne détient pas de fonds de pensions de retraite. Le régime réglementaire détourne l?épargne des placements en fonds propres et ressources longues. La fiscalité met à mal l?investissement en actions des ménages. La dépendance de la France à l?étranger augmente. On note une réduction de l?offre d?épargne. Il existe un risque de marginalisation de l?Europe qui ne règle pas ses problèmes internes. Le financement de l?économie pose le problème de la souveraineté nationale et du contrat social. Il existe un risque de transfert des centres de décisions. Ainsi ce dont on parle, c?est le risque systémique pour l?économie française. Un problème de financement de l?activité sur ceux des bulles qui drainent les revenus comme l?immobilier. Nous avons un risque d?éclatement de la société française en plus de la déroute que nous connaissons déjà? Si on manifeste en Europe, la question du laxisme se pose. Alors faisons-nous du développement économique ? Il serait utile qu?on se saisisse de ces questions au sein de la société?
a écrit le 03/06/2013 à 22:17 :
Je suis écoeuré par ces nouvelles.
Je suis restaurateur de meubles anciens. En 32 ans de métier, j?ai été du côté du salarié et du côté du patron. EI, SARL, Micro, AE, j?ai tout fait. J?y ai cru à ce système, j?ai eu jusqu?à 4 salariés, ils gagnaient le SMIC, et, en travaillant beaucoup, beaucoup plus qu?eux, j?arrivais quand même à gagner moins qu?eux? Mais, on faisait du beau boulot. J?ai aussi connu le dépôt de bilan et les marques que ça laisse (ça calme). Par contre, j?ai toujours été très généreux avec l?URSSAF, l?AVA, le RSI, les comptables, etc. Je n?ai jamais été malade et pris d?arrêt de travail même quand je me suis coupé les doigts et, cerise sur le gâteau, je n?ai pas eu droit au chômage quand j?ai déposé le bilan pour insuffisance d?actif.
Aujourd?hui, les ateliers ferment, ce savoir-faire disparait. Comme de nombreux restaurateurs, je travaille en AE parce qu?avec un CA de 26000? il est impossible de faire face aux forfaits et à toutes les charges calculées sur N-2 (en fait c?est ça qu?il faut changer et, pour tout le monde).
Si cette mesure passe, Sylvia, tu auras sur la conscience la DISPARITION des Métiers d?Art (et, sûrement d?autres, mais je ne parle que de ce que je connais).
A + de 50 ans et avec les expériences que j?ai accumulées, tu vas me donner quoi comme suivi pour devenir un grand entrepreneur ? Sylvia, fais moi rêver, raconte moi une histoire, mais, je les connais ces histoires, c?est pas au vieux singe?... Laisse tomber c?est trop tard, j?ai compris depuis longtemps que je ne serais jamais riche, je ne serais jamais à la tête d?une multinationale cotée en bourse ET JE M?EN FOUS. Je veux juste faire mon travail correctement et en vivre simplement. Les cotisations sont quand même pas données 24% du CA sans récup de frais, c?est pas anodin quand même...et, vous les encaissez quand même mes chèques !!! Tu préfères que je ferme et que je prenne mon RSA ? Ok ! parce que dans la conjoncture actuelle ça va pas être facile pour trouver du taf, je le sais, je reçois plein de demandes d?embauche. Pis à 50 ans c?est bien connu on est foutu.
Je ne comprends pas ce que tu fais au ministère de l?artisanat, tu es faite pour aller beaucoup plus haut, l?artisanat, c?est des petites boites, des gens qui bossent seuls des « traines-lattes ». Toi, tu es faite pour coacher des vraies boites avec des salariés et tout et tout comme on vous apprend à l?école. Tu es faite pour être Ministre de l?Industrie, faut que j?envoie un mail à François qu?il te garde dans son équipe et te donne un vrai ministère.
Mais, en attendant si tu fais ton truc, je fermerai ma boîte, pas le choix, à moins que tu me dises que tu seras à mes côtés quand je serais dans la m? Oh Sylvia dis moi Oui !!!
a écrit le 03/06/2013 à 20:19 :
Aahhh la France, ses corporatismes, ses interdictions, son mille feuille administratif, ses monopoles et statuts protégés qu'il ne faut en aucun cas remettre en cause... S'ils limitent ce statut, c'est simple je plie bagage et je me casse!
a écrit le 03/06/2013 à 19:52 :
S'ils n'ont "aucune intention de remettre en cause le statut de l'auto-entrepreneur" alors pourquoi multiplient-ils les déclarations depuis 1semaine? Forcer les AE qui exercent à titre principal à quitter le statut au bout de 2 ans ne remet pas en cause le statut mais il signe l'arrêt de mort de milliers d'auto-entreprises, précisément celles qui permettaient à leurs créateurs d'en vivre (tout juste). Pour ceux qui sont AE en activité complémentaire la situation est moins grave ils ont un boulot à côté, mais visiblement ils sont épargnés.
a écrit le 03/06/2013 à 18:31 :
Les entrepreneurs de CroissancePlus dénoncent le projet du gouvernement de réformer le statut d'auto entrepreneur. Il y a plus de 3,2 millions de chômeurs en France, chaque auto entrepreneur crée au moins un emploi, le sien. Et il doit être encouragé.
a écrit le 03/06/2013 à 15:53 :
En effet, rien ne sera plus joué comme avant (navrant ?) d'après le commentaire explicite... sur l'article TOTAL et l'ENERGIE VERTE !
Et autant pour l'Allemagne, d'éviter les centrales au charbon et au gaz (aux ressources qui se feront rares et chères, inévitablement...)

A condition que l'Europe se bouge pour imposer autre chose de durable en hydraulique fluviale transfrontalière (son job !), et en gestion réelle des bassins versants des fleuves et rivières pour éviter ces crues insensées !

Poussons ces ronds de cuir vers le vrai, sans tant de mensonges comme-herse-s'cieux hauts' qu'à simagrées de gestion plus qu'à court terme (sur un 'ment-d'add'... à sueurs froides ?)...!*!*!*!
a écrit le 03/06/2013 à 14:41 :
Il faut interdire le statut auto-entrepreneur aux fonctionnaires qui ont la sécurité de l'emploi avec leur semaine à 30 heures dans la fonction publique par semaine profitent de ce statut. Scandaleux !!!
Réponse de le 03/06/2013 à 14:51 :
Tout à fait d'accord ! ces gens là du publique se reposent dans leur fonction et se permettent de monter des petites affaires alors que sont les contribuables qui les nourrissent avec leurs impôts et charges......
Réponse de le 03/06/2013 à 14:57 :
tout à fait d'accord
Réponse de le 03/06/2013 à 15:20 :
Il faut surtout en finir avec le statut de fonctionnaire dans la plupart des services de l'Etat à l'exception sans doute de quelques cas particuliers. Un statut de droit privé conviendrait très bien.
Réponse de le 03/06/2013 à 15:24 :
Arrêtons d'interdire, vive la liberté !. Tout ce qui va dans le sens de l'activité, de la création de richesses est bon pour le pouvoir d'achat de tous les Français. Si un fonctionnaire veut améliorer ses fins de mois, pourquoi pas ? cela permet d'être inventif et d'apporter des réponses aux nouveaux besoins . Logiquement un fonctionnaire ne pourra pas se consacrer entièrement à son entreprise, ayant déjà un job, donc créons, inventons, innovons, améliorons et cessons de nous jalouser les uns les autres, on va finir par tous en crever.
a écrit le 03/06/2013 à 14:35 :
Le vrai problème est que les auto entrepreneurs rendent inopérant tout le système de facturation au noir de certains artisans et qu'il est inacceptable pour des fonctionnaires de voir l'effort individuel encouragé. Bref l'auto entrepreneur doit etre une personne qui officialise des petits boulots qui ne font pas de mal à personne: vendre des parapluies quand il pleut, des montres , de la barbe à papa , facturer des services de proximité informatique etc.........
Vous l'avez compris, il s'agit de taxer ce qui ne l'était pas et certainement pas d'encourager la caste détestable de futur patrons d'entreprise..L'état met six mois à un an pour passer la moindre législation du parlement au décret final mais l'auto entrepreneur est prié de réussir en un an !
Réponse de le 03/06/2013 à 14:51 :
Exemple vécu : j'ai des travaux à faire à Paris, dans un studio : il faut casser une cloison et créer un placard. Impossible de trouver un entrepreneur "classique", car ce chantier est trop petit pour les intéresser. Si je fais appel à un AE, on va aussi lui reprocher sa "concurrence déloyale" ?
Réponse de le 03/06/2013 à 15:05 :
"L'état met six mois à un an pour passer la moindre législation du parlement au décret final mais l'auto entrepreneur est prié de réussir en un an !" J'ajouterai que si des personnes restent dans les clous des 32 000 ? par an, on ne peut pas considérer que cela soit un échec. Gagner par soi-même 1 800 ? à 2 000 ? par mois ne me semble pas si mal par les temps qui courent. C'est en tous cas mieux que d'être chômeur, non seulement pour l'estime de soi, mais aussi pour son avenir professionnel... et par-dessus tout pour la collectivité qui n'a pas à assister une personne en état de travailler. Je crois que nous avons assez de chômeurs comme cela dans ce pays, non ?
a écrit le 03/06/2013 à 14:15 :
c'est le finances qu iva être contente de voir enfin la France punir les vrais responsable de leurs soucis ..les gens qui font des enfants ...... Quand les gens deviendront un problème et bien demander à la gauche ..et peut être elle supprimera le smig (enfin le démolira ). La finance devra dire merci à Mr FH mais la finance est ingrate . Ouh ouh méchante finance pleine d' ingratitude
a écrit le 03/06/2013 à 13:57 :
Le batiment et les obligations de sécurité... quelles sont elles pour poser du carrelage ou peindre un mur? Les auto-entrepreneurs ne coulent pas béton ou ne posent pas des charpentes. Sans parler du fait que l'auto entrepreneur travaille surtout grace au bouche-à-oreille et ca ne pardonne pas quand on est mauvais. Il serait nettement plus sain d'alléger les charges des entreprises dans ce secteur car le fond du probleme est toujours le même, le cout du travail, le montant des taxes, la paperasse incompréhensible pour qui n'est pas comptable (et encore, les comptables s'y trompent aussi...). Le CICE ce n'est pas assez, c'est comme si vous étranglait, qu'on vous laisse ensuite respirer par une narine et qu'on appelle ça un 'cadeau'. Et on ne voit toujours rien arriver au niveau de la simplification administrative et fiscale.
Réponse de le 03/06/2013 à 14:23 :
rourou, la sieste est finie ! va prendre un tilleul-menthe...
Réponse de le 03/06/2013 à 15:45 :
rourou n'a quand même pas tort. Quelles conséquences sécuritaires ou de mise en danger de la vie d'autrui pour "peinturlurer" un mur ou poser de la moquette ? Autant de travaux pour lesquels les entreprises artisanales ou PME dédaignent se déplacer et même répondre ne serait-ce que par politesse.
Réponse de le 03/06/2013 à 16:48 :
oui il est plutôt lucide le rourou
a écrit le 03/06/2013 à 13:47 :
pour lui et sa bande CAVIARS tout est joue
a écrit le 03/06/2013 à 13:47 :
1an au pouvoir et voici la présidence perçue comme la plus longue de l'histoire de france !! Encore 4 ans cela va être long très long .... trop long!!!!
a écrit le 03/06/2013 à 13:35 :
ma femme apres 3 ans de chomage et d inombrables CV et rdv a monté sa structure en auto entrepreneur ( cours et traductions ) . Cela fait 3 ans qu elle beneficie du statut , paye 23 % de charges à l URSSAF ...... ou est le pb ????????????? qu elle reste au chomage ???
Que tous ceux qui sont en statut AE aillent s inscrire a POLE EMPLOI si le statut change , histoire de marquer le coup !!!!!!!!
a écrit le 03/06/2013 à 13:31 :
quand je lis les posts, je me dis que les francais n'ont pas compris l'enjeu de ce texte.... a 40 000 chomeurs de plus par mois, et 60 000 faillites/ an, le seul pb c'est de trouver des c... qui vont embaucher les chomeurs ( sachant qu'une etude essec montrait qu'en gros les seules boitent qui se creent sont des entreprises unipersonnelles n'ayant pas vocation a croite et embaucher)... l'idee c'est de casser le bras des independants pour les forcer a embaucher s'ils veulent survivre, quitte a devenir clochard...... on va rire en voyant le resultat...
Réponse de le 03/06/2013 à 15:09 :
... d'autant plus que la courbe du chômage doit toujours repartir à la baisse fin 2013. Tic tac, tic tac. La majorité des AE vont se retrouver au chômage, mais ils emporteront notre béné de président dans leur chute. Toujours ça de pris !
a écrit le 03/06/2013 à 13:30 :
arretez d "emmerder" ceux qui bossent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 03/06/2013 à 16:15 :
il faut arreter et les laisser travailler
a écrit le 03/06/2013 à 13:23 :
les ministres devraient avoir le statut d'intermittents du spectacle!
Réponse de le 03/06/2013 à 13:41 :
Pas les Ministres, tous les AE devraient devenir intermittents du spectacle, comme ça pas de problème ils conserveraient tous les avantages de ce statut en or (1% des salariés, 10% du déficit du chômage), cherchez l'erreur... Comme chacun sait, ils contribuent largement à la richesse nationale !!!! De plus, ce statut ne sera pas inquiété car favorable au pouvoir socialiste.
a écrit le 03/06/2013 à 12:49 :
faires vos jeux, rien n'est joué... Ainsi le gouvernement joue avec le travail et le revenu des petites gens. Et ça se dit socialiste. C'est à vomir.
a écrit le 03/06/2013 à 12:48 :
Pitoyable cette com un ministre qui recadre le chef!! les couacs continuent ,dangereux pour notre pays gouverné par des chauffards en zig zag permanent.
a écrit le 03/06/2013 à 12:39 :
Tous les AE ne sont pas des profiteurs de ce statut, malheureusement, mal conçu, ce statut permet plus facilement de marcher à côté des clous. Qu'il faille le faire évoluer et l'améliorer me semble un minimum.
Réponse de le 03/06/2013 à 12:50 :
Qu'est-ce qui rend pluis facile la fraude des AE par rapport à la fraude des artisans, selon vous ??? (le travail non déclaré n'existait pas avant ?)
Réponse de le 03/06/2013 à 12:54 :
il y a des automobilistes qui commettent des infractions : faut-il interdire la vente de voitures en France ? il y a des fonctionnaires qui ne foutent rien : faut-il virer tousd les fonctionnaires ? il y a des employeurs qui ne respectent pas les lois : faut-il interdire le salariat en France ??? ...arrêtez donc de jetez le bébé avec l'eau du bain !!! Au fait je connais des chômeurs qui fraudent aux ASSEDIC, et des mères qui se déclarent célibataires pour frauder aux aides familiales !!! ... on en tire des conclusions sur ces régimes ???
Réponse de le 03/06/2013 à 13:25 :
Ce n'est pas l'Ae mais tout le système français qui est mal conçu. Aujourd'hui, il s'effondre sous nos yeux.
Réponse de le 03/06/2013 à 15:13 :
Tout système repose sur un minimum de confiance et le dernier rapport commander par Mme Pinel prouve que les AE très majoritairement dans les clous. Même l'argument de la concurrence déloyale a été balayé. Mais les personnes comme JB38 sont des dogmatiques, seule la politique et la vengeance contre des personnes qui ont joué le jeu d'une réforme "sarkozienne" doivent en payer le prix.
Réponse de le 03/06/2013 à 16:19 :
+1 halley
a écrit le 03/06/2013 à 12:17 :
A la destruction de la seule chose qui marche et est dans une bonne dynamique! pauvre gouvernement incompétent dans sa gestion et dans sa communication
a écrit le 03/06/2013 à 12:03 :
Il faut que les artisans en tête l?UPA de la branche bâtiment cessent de faire de la désinformation et qu?ils étudient la réalité de leur difficulté que l?on peut lister rapidement:
Une baisse importante des crédits alloués par les banques.
La fin du prêt à taux zéro
Les nouvelles règlementations environnementales qui ont augmenter très fortement le coût de la construction
La baisse du pouvoir d?achat.
Une augmentation des charges
Pour les frontaliers du sud une concurrence des pays voisins qui ne sont assujettis aux mêmes charges
Des embauches de personnel des pays de l?est
Vous avez oublié ceux qui n?ont pas de statut mais qui après leur travail journalier ou le WE vous font concurrence dans le « calme » le plus complet et cela dans la plus grande des illégalités.

Il faut également noter que le bâtiment profite des 40 mds que l?Etat à mis pour la rénovation des bâtiments, somme verser par le contribuable.

Maintenant parlons chiffre la CAPEB communique pour l?année 2011:
L?artisanat du bâtiment avec 98% des entreprises, 67% des effectifs et 63% du chiffre d?affaires demeure, sans nul doute, la Première entreprise de France du bâtiment.
La CAPEB c?est
380 000 entreprises employant moins de 20 salariés, soit 98 % des entreprises du bâtiment
992 000 actifs, soit 67 % des actifs du bâtimen
80 000 apprentis, soit 81 % des apprentis du bâtiment
Réalisations
77 milliards d?euros de chiffre d?affaires, soit 63 % du CA du bâtiment,
1,63 milliard d?euros d?investissements, soit 61 % des investissements du bâtiment

Les AE environ 900000 dont 49 pour cent sans CA soit un solde   « positif » ~ 460000 actifs
Le tiers des AE est cloisonné dans 3 branches: le commerce, la réparation automobile et le bâtiment, donc environ 153000
Le pb des artisans du bâtiment n?est pas les AE mais tout d?abord les politiques menées par les différents gouvernements qui depuis des décennies « matraquent » les TPE, puis le manque de formation de certains artisans dans les nlles technologies, le coût des matériaux qui a explosé les fab profitant des nlles règlementation pour améliorer leur marge.
Les artisans sont absurdes car taper sue les AE est une aubaine pour le politique qui ne s?attaque pas au vrai pb de cette corporation.
Les artisans sont-ils aussi stupides que les politiques ont peut le penser.
Enfin que les artisans et plus particulièrement cessent leur hypocrisie en dénonçant le travail au noir des AE comme si eux étaient vertueux.
Après l?affaire des AE qui n?améliorera pas le marché des artisans que vont-ils inventer comme imbécilité pour dire que leur CA et marge chute.
Allez Messieurs soyez à la hauteur du chef d?entreprise que vous devriez être car votre combat anti AE montre la petitesse de votre niveau face aux vrais défis de la crise.
Remettez-vous en question et revoyez avec l?Etat le matraquage des charges qui est le vrai sujet .
Vous ^tes les pigeons des politiques qui ont bien compris que l'os des AE était ce que vous attrendiez mais n'oubliez pas les politiques tous bords confondus continuent à se gaver dans les dorures de la République avec l'argent de ceux qui passent à la moulinette des taxes dont le politique s'abstient dans bien des cas, je pense que l'UPA aura la Légion d'Honneur au titre du remerciement politique.
Réponse de le 03/06/2013 à 13:44 :
bravo mille fois bravo!!!! pour votre message sans langue de bois!!!!
a écrit le 03/06/2013 à 11:58 :
Mme Pinel, qui est de loin la moins compétente du Tarn et Garonne, RECADRE et ORDONNE au "Premier Ministre". C'est terrifiant. C'est quoi son job au fait ? C'est le Mr. Pipi de Matignon ?
a écrit le 03/06/2013 à 11:54 :
Le changement c'est tous les jours ! Vive la présidence para normale !
a écrit le 03/06/2013 à 11:51 :
Je ne suis pas auto-entrepreneur mais je me souviendrai longtemps et avec amertume de cette époque et de ce gouvernement qui m'ont fait basculer dans l'opposition à ce PS sans courage et sans imagination et qui mérite une bonne saucée aux prochaines municipales.
a écrit le 03/06/2013 à 11:42 :
prenons exemple sur la turquie il ne pas des anes battues eux comme les gaulois
Réponse de le 03/06/2013 à 12:35 :
c koi tu di?
j'ai rien compris a ce message.
En revanche, je pense qu'il ne faut prendre exemple sur la Turquie, surtout en ce moment.
Réponse de le 03/06/2013 à 16:25 :
nous sommes en FRANCE assez intelligents pour nous gerer nous-meme sans prendre exemple sur la Turquie, la Suede , l'Allemagne, l'Autriche , la Suisse etc......IL ME SEMBLE
a écrit le 03/06/2013 à 11:29 :
Bonjour,
Je vous prie de bien vouloir trouver copie du message envoyé ce jour à Mr
le Président Hollande suite aux déclarations de Mme Pinel Ministre
déléguée à l'artisanat sur les modifications du régime de
l'auto-entreprise.
Bien sûr, cela paraît moins important que le débat autour du mariage pour
tous : il s'agit juste de la subsistance de citoyens victimes de la crise.

Vous en souhaitant bonne réception
Cordialement

Franck Barthélemy


Bonjour Mr le Président,

Je vous écris aujourd'hui car je viens de lire que Mme Pinel ministre
déléguée à l'Artisanat, au Commerce et au Tourisme, envisageait, suite au
travail de lobbying des artisans de limiter la durée de vie d'une
auto-entreprise à deux ans dans le cadre d'une activité principale.
Voici mon histoire : comme de nombreux français, j'ai été licencié
économique en 2010.
Je faisais partie du groupe Adia, groupe de travail temporaire
particulièrement impacté par la crise.
Optimiste malgré tout, je pensais que mes 10 ans d'expérience avec une
vraie progression me permettrait de retrouver un emploi.
Malheureusement, il n'en fut rien : trop âgé (41 ans) et ne disposant pas
de diplômes en rapport avec mes missions (BTS Tourisme avec un vrai
parcours d'autodidacte), je n'ai pu, malgré de très nombreuses recherches
trouver un emploi.
J'ai donc, dans un premier temps proposé au Pôle Emploi cadre dont je
dépendais un parcours de formation courte me permettant de me remettre au
niveau des exigences du marché de l'emploi : toutes mes demandes de
formation m'ont été refusées au prétexte que "je n'étais pas prioritaire".

J'ai donc entrevu la seule solution qui me permettait de subsister : créer
mon auto-entreprise en tant que consultant en accompagnement emploi.
J'ai réussi à démarcher des clients et à ce jour j'arrive à facturer
environ 2500? par mois auxquels il faut bien-sûr retrancher les
cotisations sociales.
Je n'ai aucun autre moyen de subsistance que mon emploi et si cette
réforme devait voir le jour, cela signifierait que je travaillerai environ
50h par semaine pour une rémunération n'atteignant pas même le smic.
Je suis très inquiet pour l'avenir et je rajoute que mon ami (attaché de
presse, 47 ans et licencié économique comme moi il y a deux ans) est dans
la même situation.
Depuis cette annonce, nous vivons dans l'angoisse : comment allons-nous
vivre ?
Je tiens à votre disposition nos deux curriculum vitae et nous sommes tout
à fait prêt à accepter toute offre d'emploi que vous pourriez nous faire
parvenir.
Je vous prie, Monsieur le Président, d'agréer mes respects .
Franck Barthélemy, un citoyen très inquiet, très isolé et qui désormais a
peur de l'avenir.
Réponse de le 03/06/2013 à 12:15 :
Je suis dans une situation moins grave, mais néanmoins je suis abasourdie par l'ineptie des mesures envisagées. Et je supporte très mal l'hypocrisie de ces politiques qui disent à l'envi qu'ils veulent "un choc de simplification", "favoriser l'entrepreneuriat", "ne pas porter atteint au statut d'auto-entrepreneur", vouloir "aider", assister", "accompagner" les AE... et qui font exactement le contraire ! Si ces mesures passent, on devrait tous faire acte de candidature auprès du gouvernement...
Réponse de le 03/06/2013 à 15:16 :
La raison de tout cela est simple, comme Hollande a perdu la bataille qu'il avait décidé de mener contre les riches, il s'attaque aux plus faibles, les AE. Belle mentalité socialiste. Je pense que des millions d'AE sauront s'en souvenir au moment des municipales... et ce, même si le gouvernement revenait en arrière. Trop tard !
Réponse de le 03/06/2013 à 16:32 :
FRANCK vous n'etes pas un cas isolé et certains ont meme des gardes alternées , c'est bien inquiétant car il faut bien vivre -
a écrit le 03/06/2013 à 11:25 :
J'aime cette photo. Quelle force dans le regard, notre glorieux premier ministre est tout entier tourné vers le seul objectif qui compte aux yeux d'une véritable homme d'état français : la mise en place de la première démocratie populaire en europe depuis la chute du mur de Berlin.
En taxant ou en supprimant ce statut ultra libéral, on pourra arriver à une première étape qui est d'avoir 60 % du pib géré par l'état!
Réponse de le 03/06/2013 à 12:36 :
60% vous êtes loin du compte avec ces idéologues grands spécialistes de l'économie administrée à la mode soviétique.
a écrit le 03/06/2013 à 11:23 :
Les lobbys et les syndicats patronaux sont très actifs ces dernières jours. Sur le dossier des auto-entrepreneurs, pour faire valoir leurs intérêts corporatistes, mais aussi sur le dossier du tabac, du pétrole, et probablement d'autres dossiers où ils restent plus discrets. Ils semblent bénéficier en ce moment d'une écoute bienveillante des sphères du pouvoir politique.
Réponse de le 03/06/2013 à 11:51 :
C'est triste car les auto entrepreneurs outre le fait qu'on essaie de leur enlever leur part du gâteau, on ne leur laisse même pas les miettes !
Réponse de le 03/06/2013 à 16:36 :
RIEN n'est fait alors il faut attendre, le gouvernement refléchit afin de régler ce pb qui sépare A.E. et artisans dans les meilleures conditions pour tous -
a écrit le 03/06/2013 à 11:22 :
Ce qu'il faudrait , c'est généraliser le statut auto entrepreneurs a tous les métiers. Peu de charges, de la visibilité fiscale. Les entreprises payent trop de taxes et il serait souhaitable qu'elles puissent profiter de ce statut simple. Au contraire, ce gouvernement va démolir ce qui fonctionne très bien.
Réponse de le 03/06/2013 à 12:16 :
Tout à fait d'accord !
Réponse de le 03/06/2013 à 12:44 :
Peu de recette par le travail des entreprises (moins de TVA) veut dire plus d?impôts directs pour les pauvres particuliers qui en paient.
Réponse de le 09/06/2013 à 0:44 :
Idée reçue: on paye moins que les autres entreprises en déclaration réelle
Le régime de l'auto-entrepreneur est certes simple mais il n'a pas pas que des avantages: plafonnement du chiffre d'affaires qui fait qu'en pratique il est difficile de dégager un bénéfice important, la non récupération de la TVA qui peut couter cher en fonction de l'activité (prix du matériel, de machines...) et surtout le calcul des charges sociales sur le chiffres d'affaires.
Le régime n'est pas adapté aux activités qui nécessitent un fort investissement de départ: local, boutique, voiture pro, grosse machine...
Plus les charges de fonctionnement de l'activité (loyer de bail commercial, fournitures, assurance, essence...) seront élevées, plus grand sera l'écart entre le chiffre d'affaires et le bénéfice réel, et moins le régime sera adapté.
Car l'auto-entrepreneur sera imposé sur un montant qui ne correspondra pas du tout à la réalité économique de son entreprise.
Il y a beaucoup d'auto-entrepreneurs qui payent plus de cotisation que si ils étaient au régime réel (en raison de frais trop importants), leur choix est donc lié à la volonté d'éviter la paperasse Française et/ou lié au manque de connaissance comptable et/ou pour tester une activité.
Il faut savoir que le jeu, pour tout chef d'entreprise au régime réel (plus particulièrement les grosses boites qui ont les moyens d'élaborer des systèmes complexes pour payer le moins possible de taxes) est d'augmenter leurs charges pour payer moins, tout en restant dans le cadre légal.
En fait chaque entrepreneur peut faire le calcul et voir si il est gagnant ou non avec ce régime.
Le régime est adapté pour des entrepreneurs qui travaillent à domicile et on peu de frais.
Ce régime est aussi un outil qui permet de tester une activité, de recommencer, de réajuster, d'apprendre de ses erreurs, de grandir.
Le statut est surtout avantageux pour sa simplification des formalités Kafkaïennes typiquement françaises.
Mr le Président, simplifiez les démarches (qui n'ont strictement aucune utilité, à moins que leur but soit de décourager les petits chefs d'entreprise) pour tout le monde au lieu de vous attaquer aux plus petits.
a écrit le 03/06/2013 à 11:08 :
il n'y a que dans la vente ou l'auto entrepreneur n'a pas besoin de qualifications sinon les chambres de commerces demandes de l'experience(mini 3ans) ou un diplome pour exercer un metier manuel type coiffure,macon...La grogne vient du fait que l'auto entrepreneur paie moins de charge car il debute son activité.Avant ce statut c'etait du TRAVAIL AU NOIR!Il est deja limite dans le temps 5 ans maxi.Si disparition il se peut que le travail au noir recommence et les listes de pole emploi augmentes..........
Réponse de le 03/06/2013 à 11:22 :
L'autoentrepreneur ne paie pas moins de charges, il les paie en fonction de son chiffre d'affaires brut sans diminution de charges, de plus il est plafonné par un chiffre fixé annuellement (ex 34000brut pour les services avant prélèvement d'environ 24 %, un vrai riche comme on peut voir...). Si le régime était si avantageux, pourquoi tous les artisans n'auraient pas pris ce statut si formidable ? depuis 2009, ils en avaient le temps. Halte à la désinformation, il y a la place pour ces petites autoentreprises et aussi pour les artisans. Pourquoi empêcher des personnes de travailler en étant autonomes alors que c'est leur seule issue pour vivre ? gauche, vous avez dit gauche, de qui se moque t -on ?
Réponse de le 03/06/2013 à 11:22 :
L'autoentrepreneur ne paie pas moins de charges, il les paie en fonction de son chiffre d'affaires brut sans diminution de charges, de plus il est plafonné par un chiffre fixé annuellement (ex 34000brut pour les services avant prélèvement d'environ 24 %, un vrai riche comme on peut voir...). Si le régime était si avantageux, pourquoi tous les artisans n'auraient pas pris ce statut si formidable ? depuis 2009, ils en avaient le temps. Halte à la désinformation, il y a la place pour ces petites autoentreprises et aussi pour les artisans. Pourquoi empêcher des personnes de travailler en étant autonomes alors que c'est leur seule issue pour vivre ? gauche, vous avez dit gauche, de qui se moque t -on ?
Réponse de le 03/06/2013 à 11:23 :
L'autoentrepreneur ne paie pas moins de charges, il les paie en fonction de son chiffre d'affaires brut sans diminution de charges, de plus il est plafonné par un chiffre fixé annuellement (ex 34000brut pour les services avant prélèvement d'environ 24 %, un vrai riche comme on peut voir...). Si le régime était si avantageux, pourquoi tous les artisans n'auraient pas pris ce statut si formidable ? depuis 2009, ils en avaient le temps. Halte à la désinformation, il y a la place pour ces petites autoentreprises et aussi pour les artisans. Pourquoi empêcher des personnes de travailler en étant autonomes alors que c'est leur seule issue pour vivre ? gauche, vous avez dit gauche, de qui se moque t -on ?
Réponse de le 03/06/2013 à 11:23 :
L'autoentrepreneur ne paie pas moins de charges, il les paie en fonction de son chiffre d'affaires brut sans diminution de charges, de plus il est plafonné par un chiffre fixé annuellement (ex 34000brut pour les services avant prélèvement d'environ 24 %, un vrai riche comme on peut voir...). Si le régime était si avantageux, pourquoi tous les artisans n'auraient pas pris ce statut si formidable ? depuis 2009, ils en avaient le temps. Halte à la désinformation, il y a la place pour ces petites autoentreprises et aussi pour les artisans. Pourquoi empêcher des personnes de travailler en étant autonomes alors que c'est leur seule issue pour vivre ? gauche, vous avez dit gauche, de qui se moque t -on ?
Réponse de le 03/06/2013 à 12:18 :
bon commentaire, mais allez y doucement avec le clic de souris ...
Réponse de le 03/06/2013 à 16:40 :
entièrement d'accord avec vous verité
Réponse de le 09/06/2013 à 0:50 :
PETIT RAPPEL IMPORTANT: ne pas confondre chiffre d'affaire et bénéfices!!!
Le régime n'est pas adapté aux activités qui nécessitent un fort investissement de départ: local, boutique, voiture pro, grosse machine...
Plus les charges de fonctionnement de l'activité (loyer de bail commercial, fournitures, assurance, essence...) seront élevées, plus grand sera l'écart entre le chiffre d'affaires et le bénéfice réel, et moins le régime sera adapté.
Car l'auto-entrepreneur sera imposé sur un montant qui ne correspondra pas du tout à la réalité économique de son entreprise.
En fait chaque entrepreneur peut faire le calcul et voir si il est gagnant ou non avec ce régime.
Le régime est adapté pour des entrepreneurs qui travaillent à domicile et on peu de frais.
Il y a beaucoup d'auto-entrepreneurs qui payent plus de cotisation que si ils étaient au régime réel (en raison de frais trop importants), leur choix est donc lié à la volonté d'éviter la paperasse Française et/ou lié au manque de connaissance comptable et/ou pour tester une activité.
a écrit le 03/06/2013 à 11:01 :
Une girouette serait plus stable ...
a écrit le 03/06/2013 à 10:53 :
Dites-moi le petit nuage à côté de son crâne sur la photo, c'est de la fumée ou de la vapeur qui s'échappe ?
Réponse de le 03/06/2013 à 12:03 :
il vapote du cerveau et il fume de bétise.
Réponse de le 03/06/2013 à 12:48 :
ATTENTION : ça va être interdit dans les lieux publics, de fumer du cerveau !!!
a écrit le 03/06/2013 à 10:52 :
Quelle bande de clowns.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :