Les assureurs annoncent le pire, en cas de liberté de résiliation des contrats

 |   |  849  mots
Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d'assurance Copyright Reuters
Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d'assurance Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les assureurs annoncent une hausse des tarifs, si le projet Hamon est voté, de résiliation des contrats à tout moment. Alors même que le ministre de la consommation promet une baisse des prix de l'assurance...

On savait les assureurs opposés à la possibilité de résilier un contrat à tout moment, prévue par le projet de loi sur la consommation défendu par Benoît Hamon. N'ayant pas été entendus par le gouvernement, ils prennent l'opinon publique à témoin. Avec un argument massue: si le gouvernement croit que cette nouvelle possibilité va accroître la concurrence et donc faire baisser les prix, il se trompe lourdement. C'est ce qu'ont fait valoir ce mardi Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA), et Gérard Andreck, président du Gema (mutualistes), lors d'une conférence de presse, ce mardi.

Plus de concurrence, pour une baisse des prix...

Pour Benoit Hamon, c'est évident: nous pensons que davantage de possibilités pour les consommateurs de changer de compagnie d'assurance amènera à ce que les prix baissent. On a rarement vu que davantage de concurrence fasse augmenter les prix", avait déclaré le ministre. C'est totalement faux, affirment les assureurs.

... ou pour une hausse?

En effet, à l'heure actuelle, les prix sont lissés en tenant compte du fait que les risques de sinistre (inondations, cambriolages...) ne sont pas uniformes tout au long de l'année. En faisant payer pour une année pleine, ils peuvent donc compenser des périodes plus chères par d'autres qui le sont moins. "La résiliation à tout moment est une fausse bonne idée qui n'aura aucun effet positif sur les tarifs, d'autant que les tarifs d'assurance auto et habitation en France sont déjà les plus bas des grands pays européens", estime Gérard Andreck. Au contraire, face à une pratique probable de "désassurance" lors des périodes présentant moins de risques (ainsi, de nombreux motards résilieraient leurs contrats à l'automne, utilisant moins leur deux roues l'hiver, qui correspond du coup à une période moins risquée), les assureurs voudront... assurer leurs marges en relevant leurs tarifs. "En cassant l'annualité du contrat on supprime l'effet de la mutualisation des risques dans le temps" souligne un document FFSA-Gema.

Bernard Spitz s'appuie également sur une étude commandée par la FFSA au professeur Frédéric Jenny, président du comité de la concurrence de l'OCDE, dont les conclusions vont dans le sens de la profession. Selon cette étude, les assureurs n'auront d'autres choix que d'augmenter les prix "pour tenir compte de l'incertitude relative au comportement des assurés" ou de renoncer au principe de la tacite reconduction. ,"Dans les deux cas la mesure envisagée sera moins favorable aux intérêts des consommateurs que la situation actuelle", ajoute-t-il dans une lettre au président de la FFSA.

Comparaisons internationales
La FFSA et le Gema ont établi des comparaisons internationales, avec les pays -peu nombreux- pratiquant la résiliation à tout moment. En Grande-Bretagne, c'est le cas depuis longtemps. Or, quand la prime moyenne d'une assurance auto atteint 391 euros en France, elle est de... 447 euros Outre Manche. En outre, les marges des assureurs français sont plutôt faibles, en regard de celles des pays où se pratique la résiliation à tout moment (Grande-Bretagne, Pays Bas, Norvège, Canada) , selon une étude réalisée par Accenture. Autant dire que les possibilités de baisse de prix ne sont pas nombreuses.

La fin des rabais

Le secrétaire général du Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema), l'autre grande fédération du secteur, Jean-Luc de Boissieu, est lui aussi circonspect face aux arguments du gouvernement. "Il est bien évident qu'avec ce changement de système, les assureurs ne feront plus de rabais la première année car ils s'exposent à un risque de résiliation le premier jour de la deuxième année", a-t-il expliqué à l'AFP.

Avant même sa présentation en Conseil des ministres, l'assouplissement de la résiliation des contrats d'assurance avait déjà connu quelques difficultés. Le Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières (CCLRF), organe dépendant du ministère de l'Economie chargé de donner un avis sur les projets de loi en matière d'assurance notamment, avait ainsi donné un avis négatif à cette mesure Le CCLRF est notamment composé de parlementaires, de représentants des banques, des assureurs et des consommateurs.

Que Choisir plutôt pour la résiliation à tout moment

Du côté des associations de consommateurs, Alain Bazot, président de l'UFC-Que choisir, a dit sa "satisfaction" face à la mesure du gouvernement, estimant que cela allait "dynamiser la concurrence". "Cela suppose qu'on fasse très attention au risque de quitter une assurance avec une bonne couverture pour une assurance qui serait moins chère avec des prestations moindres", a-t-il relevé.

Battant en brèche l'argument du prix, un assureur n'ayant pas souhaité être identifié a invité le gouvernement à plutôt baisser la fiscalité sur les contrats "pour faire diminuer les tarifs et redonner du pouvoir d'achat aux ménages". Par exemple, pour 100 euros versés pour un contrat d'assurance automobile au tiers, les taxes représentent un peu plus de 34 euros, a-t-il indiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2013 à 20:54 :
Beaucoup ici souhaitent imposer aux autres ce qu'il n'aiment pas qu'on leur fasse, à savoir les plonger ds l'incertitude. c'est comme si on supprimait les cdi en disant que seul les meilleurs garderont leur emploi..c est debile, toutes les bonnes idées franco francaises sont balayées progressivement par une copie du modele anglosaxon detestable et le peuple abruti s'en rejouit, jalousant les assureurs qui s en mettent plein les poches alors qu on leur explique qu'ailleurs c est plus cher, jalousant les pharmaciens qui sont pourtant entrain de crever alors qu on leur explique qu'ils ont les medicaments les moins cher d'europe, jalousant les banquiers qlors qu'on a aussi le moins de frais bancaire, mais encore le statu des intermittents du spectacle alors que toutes ces particularités font notre force et notre nibeau de vie plutot agréable (vous bossez 35h les gars)
a écrit le 07/06/2013 à 8:45 :
Espérons que le gouvernement ne va pas encore baisser le froc, devant les lobbies des assureurs comme il l'a fait pour l'auto entrepreneur, et bien d'autres.....
Ils faut bien financer les yachts et villa dorées de ces messieurs les banquiers et assureurs.
Qui va payer la nouvelle "Porshe"?
soyez humain quand même !
a écrit le 05/06/2013 à 19:00 :
Mes très chers, les assureurs sont des banquiers vous pouvez un peu rêver mais pas trop quand même. Le manche est tout le temps à l'inverse de la cognée.
a écrit le 05/06/2013 à 10:12 :
Je m'inquiète pour nos compagnies d'assurances je crains des faillites. A bon entendeur (sur les prix) salut.
Réponse de le 05/06/2013 à 14:59 :
Bravo ! Je vous félicite ! Cependant, je ne vous avais pas vu à la place où s'est déroulé la manifestation contre le projet de Christiane Taubira, ou nous avions manifesté avec nos enfants pour leur avenir. Vous n'avez pas félicité Mme. La Ministre pour avoir crée sa loi. Et je vous félicité encore, pour vous être inquiété pour les compagnies d'assurance. Aujourd'hui, je suis un chômeur handicapé, grâce à quelqu'un comme vous, qui m'a persécuté en grillant le feu rouge, un matin, alors que je me rendais au travail. Suite à son mensonge, cette personne a été libéré. Cette même personne, depuis 5 ans, court les rues, tranquille et libre, et bénéficie de toute la compagnie souhaité. Or moi depuis 5 ans, je souffre physiquement, moralement et mentalement de tellement d'expertises, d'examens judiciaires... Je ne peut rien faire en compagnie de mes enfants, aucune sortie, aucun projets, aucun divertissements... Je suis licencié, mon commerce a fermé, je ne sais pas ou vas me mener mon destin, de quoi sera fait mon futur. Pendant cette période de trouble pour moi, mon assurance n'a rien fait pour m'aider. Je n'ai reçu aucun soutien, aucune défense de leur part. L'assurance de mon adversaire a envoyé un RDV pour un expertise, et mon assurance m'a juste envoyé une lettre sans aucune information, il m'a juste dit que je DEVAIS aller à ce RDV. Après être allé ici, ma vie a complètement changé. Je me rends compte que si j'étais allé moi aussi avec un expertise à cet endroit, mon quotidien serait tout autre. Cette information minime, mon assurance ne me l'a pas donné. Donc, vous, vous êtes inquiets pour les assurances et moi je dis : « Au Diable les assureurs. » Â cause d'eux, ma vie est dérangé, je laisse mes enfants seuls pour aller à mes rendez-vous et pour cette raison, ils sont toujours triste. Mais le vrai criminel est, lui, en joie. Pas la peine de s'inquiéter pour eux, pas vrai ? L?État et la loi seront là pour les défendre. Mais par conséquence, l'état doit écouter le peuple au moins une fois.
Réponse de le 05/06/2013 à 19:20 :
@Client. Mon inquiétude est à prendre au second degré je pensais ainsi fustiger les compagnies d'assurances ok. Ceci dit je n'ai jamais persécuté personne à un feu rouge ni ailleurs et je vous souhaite les meilleurs résultats possibles. Les assurances ont des obligations aussi vous savez il est peut-être possible de les faire valoir. Il existe par exemple dans les Mairies des assistances juridiques. Enfin... .
a écrit le 05/06/2013 à 8:49 :
Il serait bon aussi de légiférer sur une grille tarifaire claire et commune. Mêmes noms de garanties, ce afin que les assureurs cessent de nous noyer sous des termes abscons, nous empêchant ainsi de comparer de façon juste les contrats (applicable également aux banques).
Mais cela n'existera sans doute jamais, ça gênerait le business...
a écrit le 05/06/2013 à 8:23 :
Il est assez malhonnête d'écrire, à la demande de la FFSA, que l'étude a été commandée "au professeur Frédéric Jenny, président du comité de la concurrence de l'OCDE" alors que ledit professeur, lorsqu'il vend ses services, n'est pas plus président du comité concurrence de l'OCDE que mon plombier. Au demeurant, être membre d'une comité de l'OCDE c'est juste être membre d'un panel que l'OCDE consulte, et non être membre de l'OCDE. Je ne comprends pas qu'un journal accepte de relayer ce genre de manipulation de l'opinion. Ce mélange des genre et des casquettes, permettant de faire de l'argent avec des titres officiels censés donner une crédibilité, est maintenant prohibé dans le domaine pharmaceutique. Lorsque la FFSA achète une étude, qui inévitablement va dire ce qu'elle veut que l'auteur dise, ce n'est pas dut tout l'OCDE qui s'exprime, mais monsieur X qui ne représente ni l'OCDE ni la Cour de cassation (dont F Jenny fait aussi mention fort complaisamment dans sa bio). Sur le fond, cela me rappelle l'argument selon lequel l'arrivée de Free dans l'internet puis dans le téléphone ferait augmenter les prix. Les sociétés d'assurance sont un cartel, et elles craignent par dessus tout que l'une d'entre elle commence à se livrer à des pratiques concurrentielles pour capter des clients devenus volatiles. On fait donc signer une étude par une plume à vendre et par une presse complaisante et le tour est joué. Tout ce que l'on peut conclure est que F Jenny, ayant travaillé pour les assurances, est maintenant en conflit d'intérêt et devra le mentionner dans sa déclaration de conflit lorsque le comité concurrence de l'OCDE sera saisi de questions d'assurances.
a écrit le 04/06/2013 à 23:59 :
L'argument des pros est certainement le plus solide dans le temps. La volatilite liee a la resiliation a tout moment est un risqué, donc un cout qui sera a terme supporte par le consommateur final. La vraie solution serait d'accepter le risque et de reserver l'assurance aux situations extremes. Les assures beneficieraient d'un gain du fait de la reduction de la couverture, mais surtout cela les encourageraient a etre responsables.
Réponse de le 05/06/2013 à 5:11 :
vous êtes peut etre "pro" mais votre truc ressemble à rien.
a écrit le 04/06/2013 à 23:29 :
Pourquoi ne pourrait-on pas résilier à tout moment ? Ils peuvent bien eux, les assureurs !
Réponse de le 05/06/2013 à 8:27 :
FAUX un assureur peut résilier si le client ne paie pas ses primes ou s'il a fait une fausse déclaration sinon il doit attendre l'échéance principale du contrat.
a écrit le 04/06/2013 à 23:07 :
Bonjour,
Je pense que la mesure est souhaitable pour les raisons suivantes :
1 - L'épée d Damoclès de la résiliation plaidera en faveur d'une offre plus clair offrant plus de garanties, un meilleur service client et une célérité accrue dans le traitement des sinistres.
2 - Bien que les tarifs soient menacés d'augmentation à court terme, des pure players, des compagnies outre manche et certaines grosses assurances européennes en viendront vite à compresser les tarifs afin d'avoir un maximum de service dans un prix light. Concurrence oblige. Avec de Faibles marges il faut jouer sur la masse des abonnés pour compenser les sinistres.
Par contre il est certain que bon nombre d'opérations administratives et téléphoniques seront alors probablement sous-traitées à l'étranger, le revers de a médaille se fera donc probablement sur l'emploi local et le nombre d'agence pour passer,comme on le voit avec le monde bancaire, vers une solution 75% Web, 25% agences.
a écrit le 04/06/2013 à 21:11 :
Le fait que les assureurs craignent cette mesure prouve qu'elle est souhaitable. Les assureurs font comme i un assuré allaient changer d'assurance 3 fois par an, c'et n'importe quoi. Cette loi doit simplement permettre de stopper un contrat suite à un aléa provoqué par l'assureur. Espérons que le gouvernement tienne.
Réponse de le 05/06/2013 à 9:34 :
Ce que vous racontez est faux. Il n'y a rien de vrai dans votre commentaire. C'est impossible, car il existe une loi disant que nous ne pouvons changer d'assurance sans raisons valables. Quand devons nous- changer d'assureur ? Seulement quand nous avons un problème avec lui. Si je décide de changer, il faut d'abord l'annoncer au moins deux mois avant. Envoyer un courrier et recevoir la réponse, cela peut prendre deux mois de plus. Cela fait quatre mois plus les quatre autres mois que j'ai passé suite au contrat. En plus si je déclare un sinistre, il faut pour la résoudre à partir de 3 mois voire beaucoup plus ou toute la vie. Mais je prends au minimum trois mois. Au total, ça fait 11 mois. C'est les minimum des minimums. La loi protège les assureurs. Je n'ai aucun droit de faire ceci. Comment avez-vous osez dire des choses pareilles ? Vous obligez le Gouvernement à faire des choses mal envers les assurés.
a écrit le 04/06/2013 à 20:19 :
Les assureurs commencent déjà à s'adonner à des projets mafieux. Tous sont pareils, les lois sont toujours en leur faveur. La loi est une arme qu'ils peuvent utiliser ? utilisent ? à leur guise envers leurs clients, comme les syndiques des colocataires. La loi leur donne aussi le droit d'utiliser ceux-ci envers les copropriétaires, pour les « torturer ». Les copropriétaires sont toujours victimes des syndiques, ? la télé parle souvent de ce genre de mafias des syndiques ? comme les clients d'assureurs. Avant de faire un contrat, on essaye de convaincre le client par différents moyens, des informations peu détaillés, en défaveurs des assurés. Ils ne donnent jamais assez d'explications. Ils n'ont jamais le temps. Quand les assurés sont victimes d'un méfait, ils doivent courir derrière l'assurance pour se faire entendre, même s'ils sont difficiles d'accès. Ils cherchent tout les moyens possibles pour ne rien rembourser, ne rien faire. Parfois même, ils aident les criminels, et parfois aussi les libèrent par le mensonge. Il y a des témoins. Par exemple, les étrangers qui vivent en France, ont souvent des difficultés à s'exprimer, à faire les choses correctement, mais les assurances ne les aident en rien. Même pour les français, cet accès est difficile. En tant que client, suite à ma mauvaise expérience que j'ai vécu auprès de mon assurance, je veux faire comprendre au Gouvernement qu'il faudrait pour une fois s'intéresser au publique et s'intéresser à tout les problèmes qu'ils rencontrent. Ne pas confier ce travail aux mauvais assureurs. Les résiliations des contrats sont un droit, un minimum sécurisé pour les clients. Ils me torturent tellement en ce moment, moralement et mentalement, que j'ai envie d'appeler le monde entier et dire : « Il est temps de se manifester contre ces assureurs. Ou encore d'annuler complètement ce système d'assurance. » Si nous sommes victimes, que peut-on encore attendre d'eux ? A quoi ça sert d'être encore assuré pour toutes ces choses ?
a écrit le 04/06/2013 à 20:04 :
Ce petit chantage à la hausse me fait bien rire... Je suis actuellement assuré chez un assureur qui se trouve être un des moins chers du marché (c'est pour ça que je l'ai pris), et chez lequel je peux résilier à tout moment...
Réponse de le 05/06/2013 à 2:34 :
C'est qui pour info?
a écrit le 04/06/2013 à 19:51 :
Je ne vais pas pleurer sur le sort des assureurs...Quand on voit le prix que l'on paie pour la voiture alors que le nombre de morts a fortement diminué.
Réponse de le 13/06/2013 à 22:59 :
Tu m'étonnes
a écrit le 04/06/2013 à 18:35 :
Un coup de chapeau à Hamon sur ce projet qui espérons-le ira bien jusqu'au bout...
Réponse de le 04/06/2013 à 19:32 :
Je ne suis pas un fane des socialos fossoyeurs du pays ainsi que leurs amis du camp d'en face, mais là je tire ma casquette ! si il va jusqu'au bout sans perdre son poste et ceci pour tout les contrats d'assurance.
a écrit le 04/06/2013 à 18:31 :
Il faut également que l'on puisse enfin transférer les contrats d'assurance vie car les français traînent encore des quantités de contrats chargés en frais et ingérables alors qu'il existe des contrats internet bien moins chargés et bien mieux outillés pour affronter les diverses situations économiques. Allez, courage osez réformer les corporatismes qui nous gangrènent.
a écrit le 04/06/2013 à 18:26 :
Il n'y a que les honnêtes gens pour ne pas pratiquer le racket ou le chantage.
a écrit le 04/06/2013 à 18:11 :
Si les entreprises avouent aussi que la libre concurrence ne fait baisser les prix que dans les livres d'économie, où allons nous ? ^^
a écrit le 04/06/2013 à 18:08 :
Vous savez comment s?appellent les assureurs entre eux ?
Réponse de le 04/06/2013 à 19:12 :
non , j'ailerai savoir kirk !
Réponse de le 10/06/2013 à 15:46 :
Définition de l'assurance : C'est un parapluie qui se ferme quand il commence à pleuvoir !
a écrit le 04/06/2013 à 18:00 :
Il faut casser ce mini-monopole des assurances françaises en faisant venir des compagnies d'assurances étrangères !!! Comme tous monopole banques françaises, ratp, sncf, edf, notaire, pharmacie il faut mettre fin à cette république bananière !!!
Réponse de le 04/06/2013 à 22:54 :
Generali, Aviva, Allianz, Swiss Life ça ne vous dit rien ? et pourtant ces compagnies d'assurance ne sont pas Française
D'ailleurs les compagnies d'assurances étrangères ont déja le droit de s'installer en France grâce aux agréments ....
Réponse de le 05/06/2013 à 7:58 :
La concurrence n'existe que si il y a une bataille sur les prix. Si pleins d'acteurs se partagent gentiment le gâteau, alors c'est un oligopole.
Réponse de le 05/06/2013 à 8:32 :
la concurrence existe entre mutuelles, compagnie trditionnelles, réseaux bancaires,internet .Aujoourd'hui l'assuré paie le prix qu'il veut bien payer parce qu'il existe toujours le moyen de payer moins cher ....il sufffit de s'en donner la peine .........pour ce qui est des garanties et des services c'est une autre affaire ,à l'interessé d'assumer
a écrit le 04/06/2013 à 17:47 :
Si l'assurance ne peut plus rester une valeur refuge à la bourse de Paris, sur quoi pourra-t-on alors spéculer pour arrondir sa retraite de nabab?
a écrit le 04/06/2013 à 17:02 :
Si cette disposition est adoptée elle n'aura pas beaucoup d'effets .Les assureurs redoutaient une augmentation de résiliations avec la loi Chatel qui permet de résilier dans les 20 jours qui suivent la reception de l'avis d'échéance annuelle ce qui n'a pas été le cas.
Si l'assuré résilie aprés 14 mois il faudra qu'il justifie auprés du précédent assureur de sa nouvelle assurance ...et surtout qu'il restitue bien les attestations - tiers payant santé,carte verte et vignette auto - sinon la résiliation ne sera effective aïe aïe aïe !!!!!!!!!! ça se complique !.et celui qui n'st pas à 50% de bonus auto risque de voir son bonus évoluer moins vite .Faudra donc que l'assuré borde bien son affaire pour ne pas gagner 10? d'un coté pour en perdre 15 ou 20 de l'autre .
a écrit le 04/06/2013 à 16:59 :
Moi je trouve que ce qu'il y a de plus vrai dans cet article c'est le dernier paragraphe:

"a invité le gouvernement à plutôt baisser la fiscalité sur les contrats"

Les assureurs sont pas des enfants de coeur mais l'Etat est pas mal non plus dans son genre. Et je ne parle pas de gouvernement ou de politique mais bien de l'ETAT.
Réponse de le 04/06/2013 à 17:13 :
petit exemple vous causez un corporel léger avec votre voiture, pas d'arret de travail juste un pansement et quelques antalgiques ,cout pour la sécu 100 ou 200 ?, cout pour l'assureur 1.400 ? à verser à la sécu ( forfait mumimum )
a écrit le 04/06/2013 à 16:23 :
Et si les assurés prévoyaient de s'intéresser a certains contrats d'assurance vie et dont les bénéficiaires n'ont jamais été prévenu, la "cagnotte" restant bien au chaud et rapportant beaucoup.
Réponse de le 04/06/2013 à 18:33 :
Exact et quelle cagnotte !
a écrit le 04/06/2013 à 16:18 :
Dommage que la Tribune ne se soit pas renseignée sur l'argument de la hausse des prix en UK : dans ce pays, les contrats ne peuvent pas durer plus d'un an...ce n'est donc pas le même système que celui proposé en France. La Tribune reprend donc un argument fallacieux des assureurs!
a écrit le 04/06/2013 à 16:12 :
Ils font des menaces car ils en ont largement profité , en reconduisant des contrats pour des clients qui ne se souvenaient plus de la date d'inscription initiale avec tous les ennuis lettres recommandées successives. C'est mon cas , ils jouent avec la date d'échéance principale et la date d'inscription. Selon laquelle vous choisissez , ils vous rappellent que c'est l'autre qui détermine la fin du contrat et vous êtes reconduit pour un an , merci A...ianz
Réponse de le 04/06/2013 à 17:10 :
Dans votre cas je vous conseillerai d'opter pour les contrats à durée ferme sans clause de tacite reconduction .Vous souscrivez le 4 juin 2013 votre contrat prend fin automatiquement le 3 juin 2014 sans que vous aillez à envoyer de lettre de résiliation ............mais attention n'oubliez pas la date car au 4 juin 2014 vous serez sans assurance !!!!!!
Réponse de le 13/06/2013 à 22:52 :
Et ça pourrait pas faire parti du service de prévenir ;;;;
a écrit le 04/06/2013 à 15:51 :
Les assureurs prévoient d'augmenter les prèlèvements. Il ne font qu'imiter le gouvernement dans toutes ses politiques publiques. Qui pourrait le leur reprocher?
a écrit le 04/06/2013 à 15:44 :
Que le gouvernement ne cède pas à ces lobbys qui tondent les Français depuis trop longtemps. Vive la concurrence!
Réponse de le 04/06/2013 à 16:24 :
effet Free
Réponse de le 05/06/2013 à 0:38 :
lobbies!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :