Affaire Crédit Lyonnais-Adidas : Tapie parle beaucoup mais que veut-il dire ?

 |   |  708  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'arbitrage jugé suspect qui a permis à Bernard Tapie de toucher 403 millions d'euros dans le cadre de l'affaire Adidas-Crédit Lyonnais apporte chaque jour son lot de rebondissements. Et le principal intéressé ne se prive pas pour les commenter. Cherchons la cohérence...
  • "Vous n'imaginez pas à quel point je suis inquiet", a ironisé Bernard Tapie sur Europe 1 jeudi 23 mai alors que le ministre de l'Economie Pierre Moscovici avait confirmé la veille que le gouvernement envisageait un recours en nullité contre l'arbitrage qui avait permis à l'homme d'affaires de toucher 400 millions d'euros.
     
  • "Un arbitrage, il faut que les trois arbitres soient trois voyous qui ont touché de l'argent pour faire un arbitrage bidon, le reste c'est du baratin. On peut fantasmer comme ça pendant des plombes mais il n'y a rien de vrai là-dedans. Lorsqu'un arbitrage est fait, il est fait dans des règles", a encore assuré Bernard Tapie le 23 mai, dénonçant les accusations d'arbitrage "bidon". Avant de poursuivre: "s'il y a eu à l'intérieur de l'arbitrage quoi que ce soit de contestable, il y a longtemps que ça serait sorti, il y a longtemps qu'on le saurait".
     
  • "Le sort judiciaire de Madame Lagarde, franchement, ne m'intéresse pas du tout et ne me concerne pas du tout", a déclaré l'homme d'affaires au moment où la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) était auditionnée par la Cour de justice de la République (CJR), à qui elle devait s'expliquer sur son rôle dans l'arbitrage. "Madame Lagarde est dans le camp adverse, elle est ministre des Finances, représentante de l'Etat propriétaire de la banque, moi j'ai mon camp, elle a le sien", a poursuivi Bernard Tapie.
     
  • "Si on découvre la moindre entourloupe, le moindre dessous de table ou quoi que ce soit d'anormal, alors dans la seconde, à mon initiative, j'annule l'arbitrage", a déclaré l'homme d'affaires au JDD du 2 juin. Et d'ajouter qu'"aucun centime" n'avait été indûment versé.
     
  • "Une décision comme celle-là, aller à l'arbitrage, ne peut pas se faire sans que toute la chaîne de commandement soit d'accord", a-t-il affirmé au lendemain de la mise en examen de Stéphane Richard, l'actuel PDG d'Orange, pour "escroquerie en bande organisée". "S'il l'a dit, c'est que c'est vrai", a-t-il assuré, soulignant qu'une telle rencontre "précédait de six mois la décision définitive d'arbitrage".
     
  • "Rien ne s'est fait en catimini. Et ni Stéphane Richard, ni Christine Lagarde, ni Claude Guéant n'avaient le pouvoir de décider", a poursuivi Bernard Tapie, dans un entretien accordé à Reuters jeudi. Bernard Tapie s'est également étonné que l'on puisse lui reprocher sa proximité avec l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy qu'il voyait, selon ses dires, régulièrement, tous les trois mois, avant et après son élection en 2007. Et de préciser qu'il était "allé plusieurs fois à l'Elysée. Je ne m'en cachais pas, d'ailleurs. J'entrais et je sortais par la grande porte et pas par l'arrière-cour".
     
  • Bernard Tapie a également assuré avoir "souvent rencontré Henri Guaino, Catherine Pégard et un peu moins souvent Claude Guéant. C'est vrai que je voulais faire entendre mes arguments. J'ai également eu des rendez-vous avec Nicolas Sarkozy en personne et avec François Fillon à Matignon. Mais je ne me suis jamais entretenu de mon dossier avec eux."
     
  • "Il est probable qu'ils m'aient demandé à l'époque en quoi c'était intéressant pour moi et pour eux de passer à l'arbitrage, puisqu'on avait échoué dans la médiation", a expliqué Bernard Tapie, selon qui la ministre de l'Economie de l'époque a souhaité avoir un "grand nombre de consultations, d'avis et d'expertises" afin d'évaluer "les avantages et inconvénients" d'un arbitrage.
     
  • "Je n'ai pas choisi l'endroit où on souhaitait me recevoir", a confié Bernard Tapie. L'homme d'affaires a toutefois estimé qu'il n'était "pas interdit que le secrétaire général de l'Elysée, que le directeur du cabinet de Mme Lagarde et le directeur du CDR, qui sont toute la chaîne de commandement d'une décision comme celle-là", souhaitent le voir.
     
  • L'homme d'affaires a déclaré que toutes les réunions-clefs de l'arbitrage se sont déroulées au cabinet de l'avocat du CDR. "Sauf une fois, elles n'ont jamais eu lieu en ma présence, ni celle de Claude Guéant ou Stéphane Richard."


Pour aller plus loin: Affaire Tapie-Adidas: Stéphane Richard assure que Bernard Tapie a participé à une réunion cruciale à l'Elysée

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2013 à 11:17 :
RIEN A FAIRE DE TAPIE UN HOMME QUI TOURNE SA VESTE QU E LE VENT TOURNE NE MERITE PAS TEMP DE BUB,,????
a écrit le 18/06/2013 à 18:14 :
@Tapiedoitrembourser Pas du tout, Tapie a monté un prêt syndiqué auprès d'un pool bancaire à majorité étrangère (banques allemandes et japonaises), et à minorité française avec la SdBO, filiale du Crédit Lyonnais.
a écrit le 17/06/2013 à 11:57 :
Je suis innocent, je n'ai jamais acheté le match OM-Valenciennes.
a écrit le 15/06/2013 à 17:20 :
Par curiosité, je suis allé sur wikipedia pour remonter à la genèse de cette affaire et en dépit des comportements limites de nanar il est avéré qu'il s'est bien fait arnaqué par le Crédit Lyonnais, à l'époque banque publique... et devinez qui était le ministre de l'économie et des finances ? Eh ben, c'était déjà Michel Sapin, comme c'est bizarre ! Toute cette affaire sent extrêmement mauvais. Au passages, il a été estimé que nanar s'est fait enflé de l'équivalent de 400 millions d'euros environ et qu'il a eu de très nombreux problèmes en conséquence par la suite. Donc finalement, cette somme tant décriée par certain ne correspond pas à rien.
Réponse de le 15/06/2013 à 22:06 :
Vous ne savez pas tout. Pour acheter Adidas Tapie a dû emprunter l'argent du Crédit Lyonnais donc public, autrement dit le nôtre plutôt que de prendre des risques avec des capitaux lui appartenant essentiellement. Il a donc pris des risques avec notre argent et on connaît la suite, on a payé mais les bénéfices sont partis dans des paradis fiscaux. Quand Bernard Tapie Finance a sombré Tapie a profité de la valorisation des titres octroyée pour les petits actionnaires qui avaient presque tout perdu pour prétendre obtenir des montants au prorata de ces indemnisations, ce qui est contestable, valorisation et indemnisation sont 2 choses différentes. Il a de plus obtenu un préjudice moral qui pour un dèces atteint quelques dizaine de milliers d'euros et qui pour lui a été porté aux environs de 45 millions d'euros alors que le préjudice correspond principalement à un délai financier ! De plus il y a beaucoup trop d'intervenants souvent externes pour un arbitrage çà ressemble plus à un marchandage. Il n'est pas impossible par exemple que Tapie avait rôle de se présenter dans le cas prévu initialement d'une candidature DSK qui gênait plus Sarkozy qui n'avait pas vu venir Hollande. Dans tous les cas cette affaire aurait dû être réglée par la Justice et non par un arbitrage d'un gouvernement ayant de plus des affinités et proximités avec Tapie. Ce dernier doit donc rembourser et saisir la Justice comme tout le monde.
Réponse de le 16/06/2013 à 11:59 :
@iliad: Depuis quand WIKIPEDIA serait devenu parole d'évangile ? Qui a écrit ce thème dans WIKIPEDIA ? vous ne le savez même pas. L'objectivité vient de la pluralité des sources. Il vaut mieux faire confiance à la justice.
Réponse de le 16/06/2013 à 16:44 :
Faire confiance à la Justice ? autant croire au Pére Noël. Wikipédia donne le récit d'une
affaire, le "pédigrée d'une personne, ses études sa famille ses fonctions (cumul des
mandats etc Ensuite en recoupant avec Who is Who . J'ai une idée de "l'individu" c'est
à dire s'il se dit "pauvre" alors que c'est l'inverse.
a écrit le 15/06/2013 à 12:53 :
Nanar il est comme nous, il ne comprend plus rien! Si on lit les 2 arrêts 542 et 543 de la CC et l'avis de l'avocat général qui sont à l'origine de l'arbitrage, on arrive à la conclusion en cas de renvoi devant la cour d'appel de Paris en autre composition : 1/ que Tapie pouvait tout perdre ou 2/ que Tapie pouvait tout gagner si la vente était annulée (possible) ou 3/ qu'il pouvait prétendre à 135 millions si la cour d'appel arrivait à justifier sa décision ou 4/ qu'il pouvait prétendre à 438 millions si les arguments de l'avocat général étaient retenus.
Le tribunal arbitral lui a accordé 285 millions. Laisse tomber Nanar, va devant une cour européenne, ça nous coûtera un max mais les français seront contents!
a écrit le 15/06/2013 à 10:35 :
il a rien compris le nanard,il y a 25 ans ,c'etait le roi du petrole jusqu'au jour ou il a voulu faire de la politique.
la,le jugement rendu pour la somme du CL l'a ete ,il y a 5 ans,personne ne dit rien et comme par hasard,au moment ou il emet l'idee de refaire de la politique,vlan,on trouve une affaire
garde ton pognon et prends une retraite doree,je ne dirais pas que tu l'as merite,faut pas exagerer non plus,mais laisse tomber la politique,les loups sont plus mechants que toi
Réponse de le 15/06/2013 à 22:37 :
Ce n'est pas une question de loups mais d'argent public, donc le vôtre et le nôtre. Tapie a dans un premir temps risqué l'argent public donc le nôtre pour acheter Adidas, nous avons remboursé les dettes du Crédit Lyonnais, les résultats de la vente d'Adidas sont allés principalement dans les paradis fiscaux au lieu de nous revenir et enfin Bernard Tapie reçoit une somme sur la même base que l'indémnité des petits actionnaires floués et en plus 45 millions d'euros pour préjudice moral alors que cette somme n'est que de quelques dizaines de milliers d'euros dans le cas d'une victime décédée qui constituerait donc un préjudice bien inférieur à ce qui est essentiellement un délai de versement financier ! Il ne faut quand même par prendre les français pour d'éternelles vaches à lait qui laissent les bénéfices à des affairistes douteux et paient les dettes.
a écrit le 15/06/2013 à 10:08 :
on parle beaucoup de l'affaire Tapie ,en réalité c'est l'affaire du crédit lyonnais ,qui a remboursé les sommes énormes évaporées: c'est nous(14/15 milliards?ils ont tellement embrouillé les comptes que personne ne semble être en mesure de donner le montant exact !ni qui est responsable) ! alors trouver une diversion à 403 millions et faire croire que BT est le coupable alors que les jugements lui sont favorable cette histoire ressemble étrangement à la fable "les animaux malade de la peste)
a écrit le 15/06/2013 à 9:40 :
Quand on indemnise une victime pour préjudice moral après par exemple un décès, çà ne dépasse pas les quelques dizaines de milliers d'euros tout au plus. Là il n'y a pas eu décès, rien qu'une attente de fonds et Bernard Tapie a touché quelques 45 millions d'euros d'indémnités pour préjudice"moral". Je pense que les français devraient toucher 430 millions d'indémnités pour préjudice moral pour avoir eu à supporter l'ex-prisonnier Tapie, l'ex-fossoyeur d'entreprises pendant des décennies.
a écrit le 15/06/2013 à 9:31 :
Nanard est en train de prendre une grosse bonne quenelle par Francois, allez Nanard, serre les dents ca fait juste mal la 1ere fois !
Réponse de le 15/06/2013 à 14:02 :
Complètement d'accord avec vous, mais dans le même temps Nanard est de son côté en train d'en mettre une à pas mal de monde, dont vous et moi !. (Plus gros hôtel particulier de Neuilly, plus grosse propriété de Saint-Tropez, plus gros yacht de France, acquis avec cet (notre) argent,etc..)
Comme on dit à la campagne "l'un dans l'autre tout ce passe bien !".
Réponse de le 15/06/2013 à 15:22 :
si vous lisez attentivement les arrêts 542 et 543 de la cour de cassation, rien n'exclut une annulation de la vente, ce qui revient à dire qu'Adidas pour 80% reviendrait à Tapie ! La capitalisation boursière d'Adidas est de 17 Mrds! Si ça se réalisait, reconnaissez que vous faites un peu minable avec votre yacht, votre propriété, etc. 80% de 17 Mrds ça fait combien?
a écrit le 15/06/2013 à 8:50 :
contrairement à l'opinion générale, l'affaire me semble vide: il y a eu des réunions pour décider ou non d'un arbitrage? et alors, heureusement que cette décision n'a pas été prise sur un simple coup de tète. Un des 3 juges avait peut être un conflit d'intérêt? c'est possible mais il semble que les autres étaient plutôt du bord opposé et quoiqu'il en soit cela peut au plus faire casser la médiation pour en faire une autre.
Il est facile de sensibiliser les esprits dans le sens voulu et de tout mélanger comme les commentaires le démontrent , mais tout ce pataquès n'a qu'un but évident qui est politique.
Réponse de le 15/06/2013 à 13:06 :
Tapie doit rembourser. "C'est plus compliqué que cela". L'affaire date de 1993. J'ai eu affaire à la justice dans une affaire civile pendant 15 ans pour finalement avoir majoritairement raison mais pas totalement. J'aurais aimé pouvoir avoir recours à l'arbitrage pour voir cette affaire se terminer une fois pour toute! Je précise que l'avocat général avait proposé à la cour de cassation d'allouer 438 millions à Tapie. Il n'a pas été suivi mais je précise encore que le tribunal arbitral lui a accordé à titre d'indemnité 285 millions!
Réponse de le 15/06/2013 à 17:24 :
Ce qu'oublie beaucoup de commentateurs, c'est que nanar a bien était arnaqué par le Crédit Lyonnais de 400 millions d'euros pour la vente d'Adidas. Une arnaque qui lui a vallu de nombreux problèmes. Et que le comble de l'histoire, c'est que cette banque alors publique a commis cette arnaque alors qu'un ministre de l'économie et des finance PS était en poste... Et vous savez comment il s'appelait : Michel Sapin, comme le ministre actuel. Quel drôle de coïncidence...
Réponse de le 15/06/2013 à 23:35 :
@ Iliad : Sapin qui a été ministre moins d'un an n'est pas impliqué, il a au contraire défendu l'argent public et demandé la mise sous tutelle du Lyonnais http://www.liberation.fr/societe/0101368708-sapin-retombe-dans-le-trou-du-lyonnais Tapie, le Lyonnais et le gouvernement Sarkozy ont commis des irrégularités importantes avec l'argent public. Tapie et le Lyonnais en faisant un montage sur très majoritairement de l'argent public en prenant des risques disproportionnés sur cet argent public pour le rachat d'Adidas puis ensuite Tapie en se servant d'une base de valorisation contestable à partir de l'indemnisation des petites porteurs de BTF et éventuellement en marchandant un accord d'arbitrage ? vu les (trop) nombreux et divers intervenants notamment. Les dettes du Lyonnais ont été prises en charges par les français. Les recettes d'Adidas ont pas contre été en grande part dans des paradis fiscaux. @ lucifer : le dossier était complexe et l'avis de l'avocat général est dans ce cas relatif. sans évoquer le fait que la Justice n'a jusqu'au gouvernement actuel visiblement pas pu travailler comme il semble plus facile à présent. Au vu des développements de cette affaire le tribunal arbitral semble être contestable. Tapie n'était pas assuré d'obtenir plus et il est très douteux qu'il ait pu obtenir 45 millions d'euros pour "préjudice moral" ! Les décisions de Justice dans ce domaine sont rarement au niveau des demandes de l'avocat général et il y aurait eut appel etc. et possibilité de faire la clarté sur l'ensemble du dossier au cours d'un long procès avec les protagonistes plutôt qu'un arbitrage plus rapidement bouclé.
a écrit le 15/06/2013 à 7:00 :
nos élites dans toutes leur splendeur......splendeur et décadence. Toi le salarié payé au smic ou le petit retraité tu coutes trop chers à la société, alors que nous les élites ont a le droit de s'accaparer et dépenser les deniers de l'Etat comme bon nous semble, le reste ce n'est que du baratin.....et en plus ils font tout ça sans se cacher en s'exposant devant les caméras....INDIGNONS-NOUS !
a écrit le 15/06/2013 à 6:07 :
Tout à l'heure, je rencontrerai une victime,
Mais que vais-je lui raconter?
Elle n'est ni François TRUFFAUT ni Georges BRASSENS,
mais mille fois mieux, intellectuelle et titrée.
Mais que vais-je lui exposer?
Ils veulent "aider à changer les coupables" en futurs personnages populaires.
Mais que vais-je bien trouver à dire à la victime?
Je le serai!
a écrit le 14/06/2013 à 19:21 :
ça c'est bin vrai tout ça ? le probléme en France la presse, les médias N'ONT JAMAIS ETE
UN CONTRE POUVOIR, j'ai lu des choses dans les médias étrangers qui n'ont jamais
été publié, ou réduit ? sag warrum ? L'espéce humaine est faible, il faut un régulateur
pour freiner l'alternateur. Si j'avais le pouvoir qu'urais fait ? Je médite Montesquieu
qui des siécles a écrit : "TOUT HOMME QUI A LE POUVOIR A TENDANCE A EN PROFITER" Il est anormal que des élus qui trainent des casseroles ne démisionnent pas
d'eux même ? L'espéce humaine est comme les loups, il (Tapie" est faible la meute se
jette dessus. L'Affaire du Crédit Lyonnais doit être rejugé, y compris les "faillitaires"
Il s'est fait rouler la Tapie, ma grand mére aurait un voleur qui se fait voler par un autre
voleur le bon Dieu en rit. MAIS TAPIE A SUBI UN PREJUDICE A LA JUSTICE DE LE
DEFINIR? MAIS PAS DANS DES SIECLES
a écrit le 14/06/2013 à 19:02 :
"J'ai menti de bonne foi" ne va pas tarder à dire nanard. Comment peut-on faire confiance à un pareil bateleur
Ceci dit, 40 M? de préjudice moral, c'est ce morceau-là qui est choquant et peut faire penser qu'il y a eu une sorte de remerciement en échange de qcq.
a écrit le 14/06/2013 à 18:37 :
Avec toutes ces histoires, c'est étonnant tous ces hommes et femmes politiques ne font jamais de prison, ne payent jamais d'amendes, et sont toujours blanchis ! Cherchez l'erreur...
a écrit le 14/06/2013 à 18:12 :
Le pauvre nanar n'en n'a pas fini avec les insomnies
a écrit le 14/06/2013 à 18:10 :
L'argent est bien planqué à l'étranger. Il ne le rendra JAMAIS !
a écrit le 14/06/2013 à 18:02 :
Guéant vient d'entrer dans le bureau du juge pour ses histoire d'argent de poche (10.000 euros par mois) Encore une "victime" hein ?
a écrit le 14/06/2013 à 17:41 :
et on aimerait bine que les journaux refassent un historique impartial des évènements ayant amené à l'arbitrage. dans cette affaire l'Etat le CL et le CDR étaient bien mal partis : la vente forcée d'Adidas à vil prix au CL créait un dol incontestable (si le CL n'avait pas fait ce coup de force, BT n'aurait pas été mis en liquidation, en outre le CL s'était comporté en plein période suspecte comme un voyou au détriment des autres créanciers du groupe ou il aurait pu être attaqué en soutien abusif à de multiples reprises. Bref je n'ai aucune sympathie pour BT et je rappelle que le CL banque publique a fait n'importe quoi dans ce dossier comme dans d'aurtres avec la bénédiction de Mitterrand et béré.
a écrit le 14/06/2013 à 17:38 :
il n'y a que dans les dictatures que l'on impose aux gens de ce taire ,ceux qu'ils veulent d'un pays comme cela non que l'embarras du choix ,au revoir et surtout si vous le voyez ,dite lui qui me rende mon peigne!!!!!!!!!!
a écrit le 14/06/2013 à 17:37 :
il n'y a que dans les dictatures que l'on impose aux gens de ce taire ,ceux qu'ils veulent d'un pays comme cela non que l'embarras du choix ,au revoir et surtout si vous le voyez ,dite lui qui me rende mon peigne!!!!!!!!!!
a écrit le 14/06/2013 à 17:35 :
s'il y a effectivement des soupçons sur Estoup les deux autres arbitres Mazeaud et Bredin sont difficilement soupçonnables d'être favorables à Tapie. En outre ils sont d'éminenets juristes et le TA devait statuer en droit et non en équité
On rappelle que chaque partie propose un arbitre agréé par l'autre partie et ensuite ces deux premiers arbitres en désignent un troisième conjointement. Cette règle permet de ramener à epsilon les risques de collusion.

le juges s'acharnent mais je les voit mal arriver à faire casser la décision arbitrale, je peux me tromper car un forcing du parquet n'est pas exclu. Toutefois Tapie aura du temps devant lui car il pourra aller en appel et au besoins en Cass, comme l'a dit D Seux. Si ça repart FH ne sera plus à l'Elysée pour voir la fin de l'histoire.
a écrit le 14/06/2013 à 17:30 :
La dialectique de l'escroc qu'il emploie depuis son plus jeune âge..Virginité pénale acquise après son passage au ministère de la ville.
a écrit le 14/06/2013 à 17:27 :
Vite que la Suisse sorte la liste des ministres gauchos pour que les médias parlent d'autres choses, tout le monde a compris que le Lyonnais géré par les socialos à l'époque, sont responsables de cette magouille, il faut quand même se rappeler l'origine de cette embrouille.
a écrit le 14/06/2013 à 17:22 :
le feuilleton en live est une nouvelle forme de création littéraire : des auteurs de script interviennent à tour de rôle dans le temps pour nourrir l'action. Ils ont la possibilité de faire entrer d'autres auteurs qui ne peuvent refuser. Cela s'appelle le "feuilleton en bande désorganisée". Ce genre littéraire est parfaitement adapté on line.
a écrit le 14/06/2013 à 16:45 :
Je vous demande de vous taire
a écrit le 14/06/2013 à 16:38 :
Et le gouvernement va essayer de faire virer Stephane Richard de son boulot à Orange parce qu'il n'a pas parlé pendant sa garde à vue.
Et pour cause : il n'y a rien à dire.
Et pendant ce temps, le budget de l'Etat dérape, dérape....
Bref : on discute de la couleur du papier toilette alors que la maison brûle.
Ces gens sont d'une inconséquence absolue.
a écrit le 14/06/2013 à 16:33 :
Affaire médiatique que ces histoires de margoulins Parisiens, mais il existe aussi les mêmes histoires de margoulins Lyonnais, Bordelais, Nantais, etc ...moins médiatiques mais d?ampleurs comparables
a écrit le 14/06/2013 à 16:14 :
Nanar veut simplement dire "touche pas au grisbi salope" ;-)
a écrit le 14/06/2013 à 16:13 :
Je veux dire que je me suis fait pas suer à me coltiner "Tonton" et "Nico" pour rien. Je veux mon pognon, je l'ai mérité !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :