Affaire Cahuzac : les clefs pour décoder l'audition choc de l'ex-ministre du Budget

 |   |  326  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Jérôme Cahuzac est entendu ce mardi par la Commission d'enquête constituée après ses aveux concernant la détention d'un compte bancaire en Suisse transféré ensuite à Singapour. Les nombreuses auditions déjà réalisées, notamment celles de hauts fonctionnaires, ont révélé, entre autres, qu'un "sujet fiscal" Cahuzac était connu des services de Bercy bien avant les révélations de Mediapart. La Tribune vous propose une sélection de ces audtions et un historique de l'affaire en 15 dates.

La commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac a multiplié les auditions de fonctionnaires de Bercy en activité ou non, juges, etc... Mais certains témoignages émergent. Tel celui de l'inspecteur des impôts, Rémy Garnier, qui, le premier, a voulu enquêter sur l'affaire, mais n'a guère été entendu, ou celui du procureur de Paris, François Molins. Des auditions souvent techniques, mais d'où émerge quantité de détails qui feront avancer le dossier. 

Ce qui est établi, à ce jour, c'est donc que les soupçons sur la détention d'un compte par Jérôme Cahuzac datent du début des années 2000, qu'un fonctionnaire des impôts bordelais -qui n'a pas pu être interrogé, puisqu'il est décédé- avait demandé à étudier le dossier Cahuzac, qu'il l'avait fait venir de Paris, et avait conservé par devers lui jusqu'en 2007, et enfin que la plus haute hiérarchie de l'administration fiscale avait connaissance de l'existence d'un « sujet fiscal » à propos de Jérôme Cahuzac, bien avant la révélation des faits par Mediapart. En tous cas, au plus tard à l'été 2012 : Philippe Parini, qui cédait alors la place à Bruno Bézard à la tête de la direction générale des finances publiques (DGFIP) en avait informé son successeur.

A l'Elysée, c'est peu après le premier article de Mediapart, le 4 décembre 2012, qu'un conseiller de François Hollande, Alain Zabulon, recevait un appel de Michel Gonnelle, avocat détenteur du fameux enregistrement. Le 15 décembre, le chef de l'Etat était au courant de coup de fil. Mais il a préféré « donner crédit à Jérôme Cahuzac de sa bonne foi ».
 

>> DIAPORAMA Les auditions des protagonistes pour comprendre l'affaire Cahuzac

____

>> TIMELINE Les dates clés de l'affaire Cahuzac

>> LIRE AUSSI Il y avait à Bercy "un sujet fiscal" concernant Jérôme Cahuzac bien avant les révélations de Mediapart

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2013 à 20:17 :
Un fusible a sauté. J'attends les 15 autres dont on tarde à nous donner les noms. Ne les oublions pas.
a écrit le 26/06/2013 à 15:56 :
bon on est où : BALLADUR,SARKOZY,TAPIE, CAHUZAC.... EN PRISON .... et nous dit qu'il y'a une quinzaine de candidats en plus ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :