Les cadres au bord de "l'asphyxie financière" selon Carole Couvert (CFE-CGC)

 |   |  694  mots
La présidente de la CFE-CGC, Carole Couvert (c) Reuters
La présidente de la CFE-CGC, Carole Couvert (c) Reuters (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
La numéro un de la CFE-CGC, Carole Couvert, a haussé le ton lundi pour faire entendre la voix des classes moyennes et des cadres, "plumés de tous les côtés" et, à défaut de descendre dans la rue mardi, elle entend défendre ses propositions sur les retraites lors du débat parlementaire.

"Trop c'est trop, il faut arrêter de plumer" les cadres qui sont "au bord de l'asphyxie financière." Ainsi Carole Couvert, numéro un de la CFE-CGC depuis avril dernier, a-t-elle haussé le ton face au gouvernement lundi lors de sa conférence de presse de rentrée.

Le pouvoir d'achat des cadres sous pression

Elle a réagit aux mesures qui "rognent" le pouvoir d'achat des cadres notamment la suppression des heures supplémentaires, la baisse du quotient familial, la remise en cause de l'avantage fiscal en faveur des parents d'étudiants et de lycéens, la TVA à 20% à partir du 1er janvier ou encore la hausse des cotisations vieillesse des salariés dans le cadre du projet sur les retraites.

Selon elle, le président François Hollande doit "passer des discours aux actes" en faveur des classes moyennes et réclame pour elles "non pas l'égalitarisme mais l'équité". La classe moyenne n'est pas "assez riche pour s'exiler, pas assez pauvre pour profiter de la solidarité nationale", s'est-elle agacée.

Autre facteur aggravant: le tassement "des grilles salariales" dans les entreprises, affirme Carole Couvert, plaidant pour des hausses de rémunérations.

Pour soutenir la compétitivité des entreprises, la CFE-CGC rappelle sa proposition pour un transfert des charges patronales et salariales sur la "consommation", via une "cotisation sur la consommation".

Pas de mot d'ordre de grève, mais la colère gronde

La CFE-CGC, souligne sa chef, ne se joindra pas à la journée d'action mardi à l'appel de quatre syndicats - CGT, FO, Solidaires, FSU - contre la réforme des retraites. Mais, la décision a fait des remous au sein de la centrale et a été prise "à la majorité et non à l'unanimité" car compte tenu "du ras-le-bol", des militants souhaitaient manifester, reconnaît-elle.

C'est au cours des débats parlementaires que la confédération des cadres espère faire aboutir ses revendications notamment sur la pénibilité et en faveur des jeunes.

>> Lire aussi : Réforme des retraites: la contestation en 2013 n'est pas la même qu'en 2010

>> Lire aussi : Les syndicats en partie opposés à la nouvelle réforme des retraites

Prise en compte du stress et des risques psycho-sociaux

La CFE-CGC réclame la prise en compte des "risques psycho-sociaux" (le stress) et "le burn out parmi les facteurs de pénibilité". Le premier pas serait la classification du burn out - dont les symptômes sont reconnus - comme "maladie professionnelle", souligne Martine Keryer, secrétaire nationale chargée de la santé à la CFE-CGC. Quant au stress, il faudrait d'abord mettre en place des "critères scientifiques" pour le définir.

Carole Couvert salue par ailleurs comme un "point positif" la prise en compte des années d'études dans le projet de réforme des retraites. Mais, le texte ne va pas assez loin, dit-elle réclamant "la validation d'au moins deux années d'études supérieures dans le calcul des droits à la retraite".

>> Lire aussi : La réforme de Jean-Marc Ayrault dévoilée

Contre l'abaissement du plafond d'indemnisation des cadres

Avant l'ouverture des négociations sur l'assurance chômage, dont elle demande le report en janvier 2014,- la présidente du syndicat des cadres lance une menace en direction du gouvernement et du patronat : si les nouvelles règles devaient abaisser le plafond des indemnités chômage (actuellement de 6.200 euros mensuels), la CFE-CGC "étudierait" le passage à un dispositif de protection sociale "privé". Mais elle reconnaît que la solution serait "regrettable".

Changement de nom

Comme Carole Couvert l'avait annoncé au Congrès d'avril dernier, la confédération des cadres va changer de nom. Des agences spécialisées sont consultées qui feront des propositions pour un nom commençant par la lettre A, "pour être en tête des communiqués de presse!", explique la présidente du syndicat.

Une Assemblée générale extraordinaire de la confédération devra entériner, au deuxième trimestre 2014, cette nouvelle dénomination qui vise à donner une image de "proximité et de réactivité" au syndicat qui se veut "plus offensif", assure-t-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2013 à 20:43 :
"au bord de l'asphyxie financière." : si je puis me permettre, quand on est cadre il ne faut vraiment pas savoir gérer son budget pour en arriver là.
a écrit le 12/09/2013 à 9:32 :
Cette personne parle vraiment au nom des cadres... ou au nom des familles.
Je suis cadre, je suis loin de toucher ce salaire moyen dont elle nous parle et en tant que cadre contrairement à ce qui est écrit mes heures supplémentaires ne me sont pas payés, d'ailleurs elles ne sont pas du tout comptabilisées. Je ne vois personnellement pas à quel titre les heures supplémentaires devraient être défiscalisées, alors qu'une hausse de salaire ne l'est pas.
Ras-le-bol des français qui veulent à revenu supérieur payer moins d'impôts que les autres et qui ne voient l?État que comme un organisme de redistribution de subside et de système de défiscalisation.
Ras-le-bol des français qui passent leur temps à se plaindre de payer des impôts (et oui ça pourrait être pire dans d'autre pays, regardez les impôts sur le revenu en Belgique !), et qui se plaignent en même temps de ne pas toucher d'aide de la solidarité nationale. Non mais ce pays est-il devenu fou... on dit ne rien toucher mais dans le même temps on bénéficiait jusque là du quotient familial et d'une défisc pour les enfants étudiants (ça s'appelle bien de la solidarité nationale ça). Et puis cette personne ne sait-elle pas que nous disposons d'un système de soins relativement plus efficace que la moyenne et plutôt très bien couvert par notre système de sécurité sociale, d'un système d'éducation plutôt bien placé et beaucoup moins coûteux que dans certains de nos pays voisins dont on nous fait l'éloge constamment... A tout les français qui ne savent que se plaindre, prenez le large pour ce formidable Royaume-Uni où les impôts sont plus faibles (mais où étonnamment le niveau de vie l'est aussi) ou partez vivre dans cette formidable Allemagne où le taux de chômage est plus faible mais avec 4 millions de travailleurs pauvres en plus.... Il est temps que les français ouvrent les yeux quand on gagne 54 000 ? bruts par an, on devrait être content de participer à cette fameuse solidarité nationale et heureux de ne pas bénéficier des APL quand on est propriétaire de sa belle résidence principale.
"Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandes vous ce que vous pouvez faire pour votre pays", c'est simple :
- arrêtez de défiscaliser à tout va
- achetez français
- arrêtez de frauder
- arrêtez de réclamer des avantages
et regardez la France du bon côté : éducation, santé, qualité des infrastructures... après si ça ne vous va pas vous pouvez toujours partir vivre ailleurs. J'aime la France, mais ras-le-bol des français grincheux.
Réponse de le 12/09/2013 à 10:31 :
Je suis cadre du privé, et j'ai deux enfants en études supérieures. Je leur conseille, soit de devenir fonctionnaire, soit de s'exiler à l'étranger (Canada ou Australie). En France, en tout cas dans le privé, on va les faire travailler 12 heures par jour, pour un tout petit salaire horaire (compte tenu du nombre d'heures travaillées), et l'état en prendra une grande partie.
a écrit le 12/09/2013 à 9:12 :
Dans tous les cas, au delà de la problématique des cadres (dont j'appartiens), les difficultés portent de toute évidence sur 1. le coût du travail en France (où comment les prélèvements obligatoires asphyxient et tue les revenus du travail) 2. le droit social (qui fige totalement le marché de l'emploi, incite les employeurs à verrouiller les recrutements en CDI et utiliser massivement les CDD, recrutements devenus lamentablement plus des sources de risques que de développement), les 2 facteurs réunis générant un rapport de force déséquilibré au profit des employeurs (sur les profils souhaités comme sur les rémunérations, tant de ceux en poste que les candidats) face à plus de 3 000 000? de deemandeurs d'emplois qui ne demandent qu'à bosser pour pas cher (encore qu'une proportion marginale, dont je perçois qu'elle ne cesse tristement d'augmenter, préfère surfer la case assedic quede se lever le matin pour aller bosser afin de gagner... finalement peu en plus que ce qu'ils perçoivent de la collectivité). Dans tous les cas, pour ceux qui bossent (patrons, salariés), c'est la grande baise. Que nos concitoyens à l'âm sociale (souvent des gens qui ne bossent pas dans le privé, dénnonce les méfaits du marché tout en étant d'un égoïsme, d'une irresponsabilité et d'une immaturité économique gravissimes aussi bien en tant que bénéficiaires d'aides sociales, qu'en tant que consommateurs...) aillent voir comment la vie sociale se passe en Chine, en Allemagne, aux USA, au Brésil, en Espagne, en Grèce, au Vietnam ou encore en Suisse: ils verront que ce n'est pas l'Etat, par ses prélèvements obligatoires, qui est pourvoyeur de croissance, mais bien les agents économiques privés, confrontés à la notion de concurrence, de buget (oh: on ne dépense pas le fric qu'on a pas!!), d'initiatives, de responsabilité... Bref: la vraie vie, quoi!
a écrit le 11/09/2013 à 10:58 :
à voir un certain nombre de commentaires, beaucoup de français sont pour les privilèges et vicéralement anti entreprises, patrons, cadres... alors qu'ils aillent en corée du nord, c'est super et conforme à leur idéal, et qu'ils nous laissent travailler et gagner dignement notre vie plutôt que se faire saigner pour alimenter cette frange nantie de privilèges et totalement egoiste malgré les discours schizo sur les valeurs !!
Réponse de le 11/09/2013 à 11:07 :
+1, à écouter les discours politiques, c'est à croire qu'on est rendu dans la russie d'il y a 30 ans ! aucun réalisme économique, yaka fokon, on dépense et on verra plus tard ...2000 milliards de dette publique (étét, sécu, collectivités), 5000 en 2020 ? un vrai suicide provoqué par le monde public et politique totalement à coté de la plaque
a écrit le 11/09/2013 à 3:03 :
Paul L'Austère
Français travaillant et vivant hors de France depuis près de trente ans, j'observe que les pays voisins de la "Grande Nation" savent combien les cadres (ingénieurs, techniciens supérieurs, reponsables financiers des entreprises, etc) constituent les éléments dynamiques de la création de richesse<<. Par ailleurs, aux côtés des artisans et des professions libérales (médecins, juristes), ils constituent l'élément central de ce que l'on nomme les "classes moyennes". L'histoire et la sociologie poltique nous a démontré à plusieurs reprises que cesont les classes moyennes qui garantissent la stabilité poltique et la croissance économiquz d'un pays. exemple: le Brésil où la démocrarie se consolide à mesure du développement des classes moyennes. Conclusio: au lieu de matraquer fiscalement les classes moyennes créatrices, mieux vaudrait économiser sur les dépenses improductives d'assitanat
Réponse de le 11/09/2013 à 11:04 :
+ 10 000, en résumé, au lieu de privilégier l'idéologie sectaire et egoiste, meiux vaut encourager l'entreprise, le mérite et le développement de la richesse qui permettra de faire un social financé. mais la france est le dernier refuge des kmhers rouges, le musée de la politique politicienne stérile, des joutes verbales totalement décorréles de la réalité économique et du bon sens, et malheureusment les médias ne jouent pas leur rôle de contrepouvoir, d'interpellation, d'analyse contradictoire ...ne arlonspas de l'éducation nationale sde gauche pour inculquer le bon sens économique et la cohérence de gestion ..d'où la débâcle qui se poursuit
a écrit le 10/09/2013 à 18:12 :
Cadres ou cadrillons ,le salaire n est pas pareil §!??
a écrit le 10/09/2013 à 16:25 :
Toujours la même rengaine.
Ce pays est ingouvernable, non pas à cause des fonctionnaires, "assistés" et autres boucs émissaires, mais bien plus à cause d'un nombrilisme et d'une bêtise de plus en en plus importante des individus.
Tout le monde veux des baisses de dépenses, mais pas dans leur domaine.
Tout le monde veut moins de fonctionnaires, mais pas pour des sujets les concernant.
Touts le monde veut moins "d'assistés", mais que l'on ne touche pas au alloc et autres redistributions les concernant.
Tout le monde veut réformer les retraites, mais pour les autres.
...
En gros, vous êtes tous pour l'immobilisme vous concernant et la réforme pour les autres. Malheureusement, ce n'est pas comme cela que ça fonctionne. Donc, les gouvernants sont condamnés à l'immobilisme, sous peine de bordés d'injures dans le presse et les média.
Je pense qu'aujourd'hui la phrase de Kennedy a tout sens.
Commencez par vous demander ce que vous pouvez faire pour votre pays et non l'inverse.

Il faudra payer, donc autant le faire aujourd'hui de façon volontaire, que demain contraint par une crise majeure, dont on ne connaît pas l'ampleur ni les répercussions.
Réponse de le 10/09/2013 à 17:19 :
Oui mais nous on a que le pognon dans la vie, qu'est ce qu'on va deviendre ?
Réponse de le 11/09/2013 à 10:48 :
totalement d'accord sur le diagnostic global, tout est incohérent, on est dansla schizo à tousles étages, beaucoup veulent dépenser plus alors qu'on a 2000 millirads de dette et des recettes en baisse ! cependant ceux qui sont matraqués pour financer ceux qui sont au chaud et bloquent le pays n'ont pas tort de raler, parce que quand on a travaillé 70h/s et avec le stress des résultats, on a cotisé pour deux vies de travail / fonctionnaires, et au lieu d'avoir deux retraites on les massacre avec une retraite comme s'ils avaient travaillé 35h et au chaud ...message recevable ..
a écrit le 10/09/2013 à 16:17 :
Bon arrêter de vous chamailler : les pauvres, les classes moyennes, les riches de toutes les manières ils prennent à tous ceux qui ont plus que le RSA. J'ai la nette sensation qu'une forte immigration va se faire vers les pays du Nord
a écrit le 10/09/2013 à 14:48 :
"des cadres notamment la suppression des heures supplémentaires".
Je croyais que c'était juste la défiscalisation qui était supprimée .
a écrit le 10/09/2013 à 14:23 :
L'abaissement du plafond est un faux problème car il ne doit concerner qu'une infime minorité de cadres supérieurs et certainement pas ceux de la classe moyenne. Ce syndicat (comme les autres) est en perdition et cherche à recruter. Les cadres ne peuvent compter que sur leur propre performance pour s'en sortir
a écrit le 10/09/2013 à 14:09 :
Un acronyme qui commence par A : ABC = Avance Bourrin ou Crève
a écrit le 10/09/2013 à 12:09 :
"pour faire entendre la voix des classes moyennes et des cadres".

Ce ne sont pas les mêmes ?
a écrit le 10/09/2013 à 11:41 :
Hollande comme Sarkozy tient sa promesse d'une France de fonctionnaires à faibles productivités surpayés avec des administrations sans utilités ou en doublons et pour la majorité des français du privé travaillés plus pour gagner moins laminés par les impôts, taxes par refus de faire les réformes structurelles dans la fonction publique, territoriales, CHU, entreprises publiques, mille feuilles administratifs, etc enfin de réduire la dépense publique. Ainsi vogue la France vers la ruine et son Déclin. Hollande l'a dit : La France va s'appauvrir pour préserver une caste de nababs de monarques parlementaires et ses vassaux de 5,2 million de fonctionnaires aux avantage et privilèges dignes d'une république bananière !!!
Réponse de le 10/09/2013 à 13:24 :
Tout à fait. +1
Réponse de le 11/09/2013 à 10:49 :
+1, on est dans une dictature du monde plitico administratif qui vérouille tout, aucun vrai choix alternatif
a écrit le 10/09/2013 à 11:06 :
Ne polémiquons pas. Tout cela est fort logique :
Pour qui votent les classes moyennes en majorité ?
Pour qui votent les assistés en majorité ? Les classes dites défavorisées ?
Alors pour être élus il faut que les socialistes augmentent le nombre de défavorisés, et pour cela autant prendre dans les classes moyennes et les rendrent défavorisées, sinon dans les grosses fortunes c'est trop long !!!!!
Réponse de le 10/09/2013 à 11:31 :
Et avec les rentiers qui votent UMP, on est bien barrés !
Réponse de le 10/09/2013 à 14:31 :
@@ma pomme,
Continuez avec les cocos, vous êtes bien partis, + de fonctionnaires, + d'assistés, + de criminels, - de libertés...
Réponse de le 10/09/2013 à 15:01 :
Faut suivre son pépère : je plaignais ceux qui supportent les fonctionnaires ET les rentiers ! Les actifs du privé...
a écrit le 10/09/2013 à 10:50 :
... qu'ils sont "au bord" de l'asphyxie financière, il n'y a pas de raison valable pour crier au loup, même si c'est à la mode. Et quand ils y seront, ils feront comme tous les français et profiteront largement de toutes les aides, assistances et autres allocations généreusement versées par un état-providence que les p'tits français, avec leur mentalité d'assistés chroniques, ne veulent pas lâcher. Et donc, en un mot, on se fiche totalement du sort (peut-être, un jour, éventuellement) des cadres. Si la situation ne leur plaît pas, qu'ils changent d'orientation ou de pays, mais qu'ils ne viennent pas em... der le monde. pas plus eux que n'importe qui d'autre, d'ailleurs.
Réponse de le 10/09/2013 à 11:48 :
Carole Couvert est syndicaliste, ne l'oublions pas. Les cadres sont confrontés à de problèmes spécifiques et être cadre c'est parfois être "baisé" sur toute la ligne. Certains patrons considérant en effet que le cadre est, plus encore que tout autre salarié (encore un peu protégé par la loi), taillable et corvéable à merci 24/24 et 7/7, et que le "prestige" de la fonction suffit à lui tenir lieu de gratification, de majoration pour heures sup et de salaire. Il n'en reste pas moins que les cadres sont mieux payés que la moyenne et sont deux fois moins au chômage que les autres. Et quand ils sont au chômage, ils sont du fait de leur salaire antérieur, mieux indemnisés. Bref, ils ne sont pas prioritaires sur la trop longue liste des naufragés de l'économie et qui sont déjà en train de couler.
Réponse de le 11/09/2013 à 10:56 :
ben voyons, ils travaillent deux fois plus qu'un fonctionnaire, mais ils sont retraités comme s'ils avaient faits 35h... quand au sectarisme anti privé, vous avez raison, il fut tout supprimer, les entreprises, les patrons, les cadres... et vive la corée du nord !!! allez y si c'est mieux, mais réorientons la chianli française vers un peu plus de méritocratie et de justice ! un seul régime de travail, de cotisation, de retraite ...
a écrit le 10/09/2013 à 10:35 :
Et oui, je vois de plus en plus de cadre refuser un augmentation de peur d'y perdre plus in finae... on marche sur la tete. Travailler plus pour payer plus. Comme les medecins qui ne travaillent que 2 semaines par mois car tout le reste ne servirait qu'aux impots.
Réponse de le 10/09/2013 à 14:21 :
Ah ben du coup sur les deux semaines où ils bossent vos fameux médecins (à recevoir les rentiers se plaindre ?) ils laissent 50% à l'état ! Ils devraient travailler une semaine seulement comme ça ils ne travailleraient que quelques jours pour l'état !
a écrit le 10/09/2013 à 10:06 :
le monde de la finance est mon ennemie mais aussi le privé , e ceux qui gagnent plus de 2200? /mois
ils devront financer le train de vie et les retraites de mes "amis" : SNCF RATP , fonctionnaires Profs , Elus ...et moi même
a écrit le 10/09/2013 à 9:23 :
Les cadres en ont pris consciences puisque tous les meilleurs quittent la France et vont créer des richesses ailleurs.
De toute manière cela n?a pas d?importance pour nos gouvernants socialo communiste, puisque pour une société moyenâgeuse le talent et l?intelligence sont inutile dans la médiocrité.
Pauvre France nos ancêtres doivent se retourner dans leurs tombes.
Quelle décadence !!!
a écrit le 10/09/2013 à 9:21 :
Les années d'études dans la retraite ça me fait bien rigoler. Je fais de l'apprentissage depuis mes 18ans (dernière année d'école d'ingénieur) et je vais me faire doucement couillonner par des gens qui n'auront rien apporter à la société ou à qui que ce soit (entreprise). Si ils veulent que leurs études soit pris en compte dans la retraite ils n'avaient qu'à se bouger le ***, mais bon finis les 4 mois de vacances de l'année et les "je suis fatigué je vais pas en cours" comme je vois quasiment tout le temps Le pire c'est que ce sera et c'est peut être même les premiers à parler d'assistanat.

Il y a eu sacré manque d'éducation chez les gens qui réclame ça. N'ont ils jamais appris que toute peine mérite salaire.

Comme Yvan disait : "Etre cadre est un choix, qu'il faut assumer." La non prise en compte des études est aussi à prendre en compte.
a écrit le 10/09/2013 à 9:01 :
Les cadres devraient prendre conscience qu'ils vont être très sollicités pour financer le vieillissement de la population, qui quoi que racontent les intéressés, coûte bien plus que les bêtises de nos élus et de leurs affidés ...
Réponse de le 10/09/2013 à 9:26 :
Erreur, regardez seulement en Allemagne, c'est exactement l'inverse...
Réponse de le 10/09/2013 à 10:01 :
La démographie allemande n'a rien à voir avec la démographie française...
Réponse de le 10/09/2013 à 10:22 :
C'est bon arrêtez de nous bassiner avec vos comparaisons avec l'Allemagne !! On a rien à voir avec eux dans les 3/4 des domaines !!
Vous voulez peut être tant que vous y êtes qu'ils réoccupent la France et qu'ils réutilisent les techniques de travail comme il l'ont fait pour bétonner nos côtes ???
Réponse de le 11/09/2013 à 10:52 :
l'idéologie rend aveugle et borné, mais désolé, il faut prendre les bons exemples là où^ils se troiuvent, y compris dansles pays nordiaques qui dépensent beaucoup moins avec de biens meilleurs services publics...et en suéde, il n'y a pas de fonctionnaires, donc ils maitrisent...
a écrit le 10/09/2013 à 8:58 :
Faut pas non plus exagérer ! Moi aussi je suis cadre, au chômage, mais je parviens à subsister. On n'ira pas au ski cet hiver, on n'est pas allé en vacances cet été, on achète moins, on dépense peu, juste le nécessaire, mais on y arrive. Par contre, l'économie en pâtit... Et quand tout le monde sera au RSA, youpi on sera plus obligé de bosser dis-donc !
Eh oui ! Quand le porte-monnaie se vide, faut faire des choix ! Vive la France !
Réponse de le 10/09/2013 à 10:02 :
Une classe moyenne obligée de se serrer la ceinture et de compter ses sous est la preuve que le pays va mal.
a écrit le 10/09/2013 à 8:57 :
6200 ?/mois au chomage ... et elle trouve ca normal ?
Ca ne devrait pas depasser le smic, et avec les economies generees, on baisse les cotisations
Pour le reste, faut pas rever: Hollande prend l argent la ou il est facile a prendre. Chez les pauvres, il y a peu a prendre. chez les riches, c est dur car soit ils partent si on les taxent trop soit ils ont avocats et specialiste fiscaux pour minorer leurs impots. Il reste donc le ventre mou: ceux qui gagnent trop pour etre subventionnes et pas assez pour delocaliser/optimiser fiscalement
Réponse de le 10/09/2013 à 9:52 :
si vous plafonnez les indemnités qui sont une indemnité d'une assurance il faut aussi plafonner les cotisations à due proportion sinon cela devient un impôt déguisé. Faites attention avec ce genre de réflexe primaire, les intéressés vont un jour demander d'être assurer au 1er euro comme la loi européenne les oblige non plus chez le soit disant monopole de la sécu mais via des assureurs et ce pour les mêmes prestations mais avec une cotisation drastiquement réduite. Ce passage au salaire dit complet est maintenant juridiquement possible d'autant plus que le conseil constitutionnel vient de "l'encourager" par sa décision du 13/06/2013 sur l'abrogation du L912-1 notamment.
Réponse de le 10/09/2013 à 11:33 :
Les cotisations cadres sont de fait dégressives à partir d'un certain montant... Ensuite il s'agit d'une assurance universelle et le principe en est "chacun cotise selon ses moyens et bénéficie selon ses besoins". Les assurances premier Euro sont plafonnées, y compris en hospitalisation et ne sont plus disponibles à partir d'un certain âge. Ensuite elles ne couvrent ni les retraites, ni le risque chômage. Pour avoir une couverture équivalente à la couverture sécu, ça vous reviendrait en fait beaucoup plus cher dans le privé.
Réponse de le 10/09/2013 à 13:10 :
Réponse @délirant: Voilà encore bien le commentaire de quelqu'un qui croit connaître. 6200 ? de plafond vous parît excessif? Il faut déjà savoir que les sans les cotisations des cadres, le système serait KO. En effet, ce sont eux qui cotisent le plus et en profitent le moins, d'une part parce qu'ils sont peu nombreux en demandeurs d'emploi, et qu'en plus, ils retrouvent plus vite un job... Enfin, quand ils on moins de 50 ans. Au delà, je recommande de chercher à l'étranger!

Alors certes cela peut vous para'itre excessif, mais imaginez que vous gagniez 12000 ? par mois, et que du jour au lendemain, on ampute vos revenus de 50%? Vous ne seriez probablement pas d'accord...

Alors avant de faire des commentaires agressifs et dénués de bon sens, renseignez vous, analyser un peu la réalité des chiffres, cela vous évitera de dire des bêtises...
Réponse de le 10/09/2013 à 14:07 :
@délirant : ben bien sur, du jour au lendemain, vous passez d'une rémunération à 10 000 ? à 1000 ? par mois... heu ... et rien que le prêt de la maison ? qui va le payer ? Comme le dit si ben Carpatrick, il faut vois ce que les cadres paient et ce qu'ils ont en retour, en tenant compte du réel retour rendu...
Un peu hors sujet, mais dans le même sens : comment se fait-il que l'assurance maladie ne prennent en compte qu'à partie de 15 jours un arrèt de travail pour les chefs de petites entreprises ???? Pourtant, ils cotisent pareil, non ???
De toute manière, c'est toujours le même discours : ceux qui gagnent le SMIC croient que toucher 2300 ? est la panacé... enfin, quand il n'y a qu'une seule personne dans le couple qui travaille,ca fait juste un peu plus que le smic par personne... enfin bref, c'est sans fin. Si, sauf si toute personne en âge et en condition physique pour travailler serait dans l'obligation de travailler un minimum pour vivre. Ca changerai la donne. Chiche ??
Réponse de le 10/09/2013 à 15:48 :
je persiste et signe

si votre patron vous donne votre salaire complet à savoir votre net plus vos cotisations plus les siennes correspondant à la santé+chomage+retraite (pas les familiales car la CAF est un vrai monopole universel) et que pour les mêmes prestations (sans plafond) vous allez dans non pas l'horrible "privé" :) mais dans une grosse mutuelle étrangère (la sécu française n'es pas un modèle d'efficacité) pour la santé, une bonne assurance vie à cliquet pour le chômage et une retraite par capitalisation là aussi à cliquet cela vous coûtera beaucoup moins cher et vous rapportera plus (car le delta vous pourrez l'épargner pour votre propre compte et arrêter d'engraisser le mammouth et ses thuriféraires d'assistés....!
a écrit le 10/09/2013 à 8:51 :
"La CFE-CGC "étudierait" le passage à un dispositif de protection sociale "privé" : C'est exactement là ou veut en arriver l'état - tout privatiser. Pourquoi tout le monde se plaint, mais continue une compétition professionnelle perdue d'avance ? Qui sont les plus à plaindre, ceux qui ne travail pas, ou ceux qui s'en plaignent ?
a écrit le 10/09/2013 à 7:14 :
Devise socialiste : "Vous ne saurez jamais être assez généreux avec l'argent des autres."
a écrit le 10/09/2013 à 4:08 :
En France, on parle fort, mais c est pour dire beaucoup de bétises. Nos diplômés sont sous employés ainsi nous ne faisons pas de croissance et pas d emplois. La société dans les sondages est en rébellion contre le gouvernément. Les cadres, vous parlez des edf qui touchent 3 de retraite pour 1 cotisé en carrière fonctionnaire ? Parce qu il existe des jeunes diplômés ingénieurs qui font carrière chômeur alors que nous n avons pas de croissance? Fait-on des études pour avoir un travail correspondant ou bien pour être en exclusion ? En Europe sud on est fort pour ça.
a écrit le 09/09/2013 à 23:22 :
Il faut bien trouver de l'argent pour tous ces nouveaux fonctionnaires et anciens dont la retraite ne va être touchée. Non d'une pipe...
a écrit le 09/09/2013 à 23:21 :
Au lieu de prôner les valeurs travail et réussite, on préfère tirer tout le monde vers le bas. C'est ça la France à la mode hollandaise. Vive le roi!
Réponse de le 10/09/2013 à 6:51 :
Le crédo du socialisme, c'est la "redistribution". Dans l'imaginaire socialiste, celui qui a un travail a de la chance (il gagne de l'argent) et doit payer pour celui qui n'a pas de travail ou celui qui ne veut pas travailler.
Le problème c'est que l'on arrive au bout de ce système à cause du manque de courage et de la mauvaise gestion de l UMPS.
Dans de nombreuses villes, le déficit courant est de l'ordre de 20% par ce qu' une partie de ceux qui sont aidés, ne payent même pas la restauration scolaire de leurs enfants (subventionnée par ceux qui travaillent), leur élec, etc... et que les villes n'exigent pas que leur partie des frais soit payée.
Les impots locaux vont encore augmenter (après les municipales de 2014) et les classes moyennes qui financent tout, s?appauvrir encore et encore.
a écrit le 09/09/2013 à 23:19 :
Quand il n'y aura plus personne à tondre, la France deviendra une autre Corée du Nord. On en est pas très loin...
Réponse de le 10/09/2013 à 6:38 :
Dans les républiques socialo bolcheviques, il y a les cadres du parti (élus UMPS, énarques et francs maçons), les membres du parti (le services de propagande, les journalistes, les profs), et le reste du peuple (entrepreneurs, cadres, ouvriers, artisans, chrétiens).
Le service de propagande (journalistes) loue l'action du "Guide" (il est supérieurement intelligent et détient la vérité, il connait l'avenir (en rose c'est sur)).
Les profs éduquent la jeunesse pour qu'elle soit bien obéissante et socialisante (l'histoire est remaniée et arrangée pour éviter de mettre en lumière les systèmes politiques précédents).
Le peuple ramasse les miettes que les cadres et membres du parti n'ont pas mangées (via les impôts).
En France, les ministres touchent une retraite après 6 mois d'exercice, les fonctionnaires ont une retraite calculée sur les 6 derniers mois. Et qu'en est il pour le petit peuple du privé qui paye tout ça ?
Réponse de le 10/09/2013 à 9:00 :
Pour préciser votre comparaison, l'assiette de la retraite est elle la même entre privé et public : non!
Dans le privé, on prends en compte les primes pour le calcul de la retraite. Dans l'administration : non! De nombreux collègues ont calculé leur retraite. Elle est égale à environ 50 % de leur revenu des six derniers mois. Dans le privé il me semble que c'est légèrement plus!
Alors moi je veux bien qu'on m'aligne sur le privé mais TOTALEMENT. Pas sur ce qui vous arrange.
Réponse de le 10/09/2013 à 11:13 :
Vous avez raison sur les differences d'assiette, mais ce qui biaise voter engouement pour la retraite du privé, c'est que le fonctionnaire n'aura jamais de periode de chomage et qu'il est generalement fortement augmenté dans sa derniere année de travail (fortuitement biensur, pas opportunement). Surtout, le mode de calcul de la retraite des fonctionnaires ET le mode de remuneration des fonctionnaires (primes) est un gigantesque maquillage des comptes publics: cela permet de sortir une grande partie des depenses publiques (primes) des calculs. Je suis dans le privé et je suis tout a fait d'accord pour prendre en compte les primes des fonctionnaires dans l'assiette de calcul des retraites, sous reserve que l'etat ait cotisé à tous les regimes (secu, retraites) sur ces traitements. S'il ne l'a pas fait, il doit le faire (retroactivement), et seulement après elargir l'assiette à ces traitements. Dès lors, le vrai cout de l'ensmble de la fonction publique apparaitra, et là, plus personne ne pourra dire qu'il ne faut pas reduire le nombre de fonctionnaires.
Je precise que je ne suis pas pour la disparition des fonctionnaires, je veux des services publics, et il y a une grande majorité de fonctionnaires competents faisant bien leur travail. C'est juste que l'economie directe privée qui paye les impots permettant de faire tourner les services publics et les parachutes sociaux ne peut plus subvenir à ces depenses.
Enfin, certains (pas tous) de gauche tres prompts à parler d'avancee sociale en denigrant le grand capital et la "jungle" de l'entreprise, refusent de voir que le plus grand pourvoyeur de contrats precaires (donc sans retraites, limitation secu, ...) en France n'est pas un employeur privé, mais l'Etat avec des contrats de travail incroyables dans l'education nationale ou chez les pigistes de France Television (CDD reconduits d'années en années de Septmebre à Juin !!!). Si une boite privée faisait la meme chose, sa boite fermerait, et il ferait l'ouverture du 20h en qualité de nouvel esclavagiste !!!
a écrit le 09/09/2013 à 22:24 :
Il n'y a pas que les cadres qui voient leur salaires rognés, qui sont soumis au stress et qui ont des problèmes de fin de mois. Ce qui peut fâcher c'est que quand les gros maigrissent les minces meurent, et certaines revendications sont particulièrement malvenues, voire obscènes. Dénoncer le management par le stress c'est bien mais la base est également victime de ce même type de management orchestré par les confrères de Mme Couvert ! Tout aussi choquante cette revendication concernant le plafond chômage. Le plafond existe parce que les cotisations cadres sont plafonnées, en fait plus vous gagnez, moins vous cotisez en proportion. Il faut être singulièrement culotté pour s'accrocher à ce plafond qui est le plus élevé d'Europe. Que les syndicats de cadres continuent à réclamer une privatisation de leur assurance chômage et ils l'auront, enfin si leur employeur veut la payer sachant que ça coute très cher. Autant on peut considérer que le salarié lambda ne sera jamais en mesure de mettre de coté de quoi survivre 1 an en cas de coup dur, autant un cadre devrait pouvoir le faire et donc se passer d'assurance chômage...
Réponse de le 09/09/2013 à 23:37 :
On est en phase : je suis cadre, je prends mes risques : je me passe d'assurance chômage. En contrepartie, je ne paye plus de cotisation chômage et mon employeur ne verse plus rien à l'urssaf. Pour moi, c'est jouable, et pour toi ?
Réponse de le 10/09/2013 à 0:30 :
Le statut cadre recouvre des réalités salariales très différentes entre le cadre moyen débutant dans une PME, à peine au dessus du SMIC, le cadre dirigeant confirmé dans une grosse société qui émarge à plus de 10 000 euros par mois, ou le cadre consultant a 1500 euros/jour touts frais payés. Mon avis est qu'à partir de 4000 euros net, un salarié (cadre ou pas ) est en mesure de mettre de coté une épargne de précaution en cas de chômage. Mon cas personnel n'est pas exportable, mais ça fait une bonne dizaine d'année que je ne sollicite plus Pôle emploi pendant mes périodes d'inactivité, j'en fait une question de décence, même si parfois j'aurais été en droit de réclamer des indemnités conséquentes.
Réponse de le 10/09/2013 à 1:25 :
"Moi Président, Je", considère Riche " c'est vrai que je n'aime pas les Riches" dit-il : "je considère, que l'on est Riche à partir de 4000eur/mois" : voilà la position du 1er Personnage de l'Etat, donc avec la fiscalité Punitive, qui doit en résulter.
a écrit le 09/09/2013 à 21:54 :
Etre cadre est un choix, qu'il faut assumer. Dans ce cas, on bosse et on se tait, pris entre le marteau et l'enclume.
Réponse de le 09/09/2013 à 23:29 :
Non Yvan ! On bosse, certes, mais on ne se tait pas ! Toi peut-être, mais pas moi. Mais bon, chacun est libre ...
a écrit le 09/09/2013 à 21:38 :
faut savoir , on a rien sans rien si il ne sont pas content qu ils descendent dans la rue sous leurs bannières
a se demander si comme d habitude les cadres ne veulent que les bénéfices sans les inconvénients .
hurler au loup c est bien le montrer c est mieux alors messieurs, dames du courage , mettez vos menaces en actions .
a écrit le 09/09/2013 à 21:38 :
Oui il y en a marre d'être la vache à lait de tout le monde !
De + le rabot du quotient familial est à titre rétro-actif sur des revenus perçus en 2012 et une loi de finance votée en 2013. N'est-ce pas anti-constitutionnel.
On a cotisé pour les retraites de tous et on va partir en retraite nettement plus tard et avec nettement moins ! Et aucun effort côté des régimes spéciaux. On va finir par tout bloquersi vous ne comprenez que la violence de quelques uns
Réponse de le 10/09/2013 à 5:53 :
chiche ???????
a écrit le 09/09/2013 à 21:20 :
Heureusement la commission européenne va rejeter la réforme des retraites de HOLLANDE
a écrit le 09/09/2013 à 21:18 :
Va y Carole, on étouffe, on doit demander des reports d échéance aux impôts, alors en 2014 les classes moyennes sont à l agonie avec le matraquage fiscal à venir
a écrit le 09/09/2013 à 21:05 :
Comme le disait Caton l'Ancien, "l'austérité matérielle est la mère de toute les vertus. Elle engendre la discipline et l'esprit de sacrifice". Depuis que patrons et riches pensent à l'argent et à eux même avant de penser au groupe tout vas mal. L'individu n'est rien, la communauté est tout!
a écrit le 09/09/2013 à 20:25 :
le pb il est la: les cadres ne manifestent pas! he ben ils devraient, en utilisant des ' methodes syndicales': destruction de batiments dans la justice ( genre saccage de sous prefectures) , ' bousculade' de gens qui ne partagent pas leurs opinions, blocage complet du pays ( ils pourraient p ex bloquer les banques fin de mois, quand les salaires sont vires), etc... ca ca serait fun et social dans la justice! ;-))))))))))
Réponse de le 09/09/2013 à 21:47 :
Dans la vie il y a ceux qui se battent pour leurs droits, les loups, et ceux qui se font manger, les brebis. La cadres sont grégaires, n'ont pas de conscience de classe et ne sont pas mobilisés. Ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux même s'ils se font tondre en silence...
Réponse de le 09/09/2013 à 22:19 :
Sauf que la France de Hollande, ce sont les brebis qui se battent entre elles. Les loups, ils attendent tranquillement.
a écrit le 09/09/2013 à 20:02 :
Les pauvres ne sont pas aidés non plus. Cette représentante des cadres devrait se renseigner sur les différents paliers fiscaux. Il vaut mieux avoir un salaire de cadre qu'un salaire de pauvre qui paie lui aussi des impôts et qui lui aussi est plumé
Réponse de le 09/09/2013 à 21:46 :
Se faire pomper ses revenus difficilement acquis alors que d autres vivent des subsides que la classe moyenne paye en impôts, il y a un moment ou il faut dire STOP le moment est venu, CAD
Réponse de le 09/09/2013 à 22:30 :
Concrètement vous allez faire quoi ?
Réponse de le 10/09/2013 à 9:56 :
tapez la ou ca fait mal.. dans leur porte monnaie. en ayant eu un revenu Brut augmenter de 2,5%, mon revenu net, défalqué des taxes diverses a perdu 10% !!!!! Donc on attaque de tous les cotés. Première victoire. la cantine scolaire de notre commune communiste. A force d'élargir le prix, entre 40c et 6,5? le repas, les sales ruches ne mettent plus leur enfants a la cantine et s'organisent... grosse perte l'année passé et les nouveaux tarifs ne sont pas encore sortis. Taxe Habitation: + 13%, Taxe fonciere : + infini ( je devais etre exonéré 5 ans pour cause de maison BBC ). Redevance pollution de l'eau : +150%... et j'en passe... donc plus de dépenses de loisirs et d'extra ( vacances cette année dans la famille, plus de remplacement de voiture, moins de Kilometres, covoiturage...). Plus d'embauche d'artisan, travaux décalé ou je le fait moi même en foncion de mon temps....basculement progressif de mon AV en euros, vers des unités de comptes. Plus de CSG. vente de mes actions francaises pour passer sur des européennes ( plus de TF ).
a écrit le 09/09/2013 à 19:44 :
Un pays sans pétrole peut-il vivre sans technologies ? Que feront nos polytechniciens, des ponts qui ne mènent nulle part, des voies sans issues pour les diplômés français, des Galilées condamnés qui remettent en cause le système, des chateaux brillants au bac la recette plutôt que les 1000 pages. On parle simplification, allons nous simplifier l entreprise par la suppression des profits et déclarer l obligation étrangère inexistante et simplifierons-nous les procédures de planification de la production nationale qui ne respectent pas le plan décénal. Excusez la remarque notre ingénieur agronome est en malemploi, il distribue des tracts dans le métro au rsa. Voici l automne, la France tombe-t-elle en tourbillonnant ?
a écrit le 09/09/2013 à 19:06 :
ce n'est pas envers le gouvernement que les cadres devraient avoir des grief, mais bien plus envers leurs patron et dirigeants.....vis à vis deesquels ils ont abandonnés toute liberté de penser et d'agir, et sont de simple courroie de transmission prêts à toues les compromissions pour garder leur job

on peut les comprendre mais le fameux burn out, ils s'en préoccupent que ça leur arrive à eux, bien moins quand ce sont ceux à qui ils le font subir.....;;

ces méthode de management humains.... sont bien du fait de leurs patrons et d'eux-mêmes.... pas du gouvernement

et je suis désolé, mais la pénilbilité du travail de cadre me fait doucement rigoler...... qu'ils se syndiquent et osent faire grève, plutôt que de se taire..... et de pleurnicher comme de vielles femmes... pendant qu'ils font subir à leur collaborateur les contrainte du toujours plus, plus vite et moins bien récompensés.....
Réponse de le 09/09/2013 à 21:22 :
Vous êtes dépassés. Le statut cadre ne veut pas dire petit manager style juteux.
Réponse de le 10/09/2013 à 9:56 :
Oui , vous êtes dépassé. Un bon cadre , à l'heure actuelle , c'est un hypocrite dénué de toute considération sociale et morale , qui retourne sa veste toujours du bon côté , qui lèche les bottes du patron et du syndicat , qui applaudit quand c'est opportun d'applaudir , qui râle quand c'est bien vu de râler , qui aime le foot si ça fait bien , et la crème au chocolat si c'est bien vu aussi. Un bon cadre , c'est comme le lierre , ça se cramponne à l'arbre et ça lui suce le sang. Un bon cadre , c'est un macho fini qui méprise les femmes et les zanimos. Un bon cadre , ça achète une rolex et ça se croit arrivé partout ou ça va. Un bon cadre , c'est lourdingue.
a écrit le 09/09/2013 à 18:58 :
Allez , François Hollande , fais-les cracher , à ces privilégiés du système depuis 50 ans.
Réponse de le 09/09/2013 à 20:36 :
A certaines lectures on comprend que le management soit difficile ...
Et on devine d'où vient la pénibilité !!


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :