Procès de l'UIMM : l'ancien gotha du patronat à la barre

 |   |  413  mots
Denis Gautier-Sauvagnac l'ancien patron de l'UIMM comparaît à partir de de lundi. (Photo Reuters)
Denis Gautier-Sauvagnac l'ancien patron de l'UIMM comparaît à partir de de lundi. (Photo Reuters) (Crédits : Reuters)
Ce lundi s'ouvre le procès de l'ancien patron de la puissante fédération de la métallurgie ainsi que de huit autres cadres de l'organisation patronale. Ils comparaissent pour détournement présumé de plusieurs millions d'euros.

L'affaire avait ébranlé le patronat. Il appartient désormais au juge de déterminer s'il y a bien des caisses de l'UIMM qui ont bien fait l'objet de détournement. Le procès de Denis Gautier Sauvagnac l'ancien patron de l'Union de l'industrie et des métiers de la métallurgie (UIMM) ainsi que de huit autres personnes démarre ce lundi et doit durer jusqu'au 22 octobre. 

Des retraits d'espèce pour 18 millions d'euros

Retour en arrière. En 2007, Tracfin, signale au parquet soupçonner des activités de blanchiment au sein de l'organisation patronale. Trois ans plus tôt, la cellule anti-blanchiment de Bercy avait elle-même été prévenue par une banque que des individus à l'UIMM opéraient d'importants retraits en liquide. La somme retirée atteindrait 18 millions d'euros. Faute de trace comptable, 15,6 millions d'euros sur ce montant n'ont pas encore pu être retrouvés.

Une "caisse noire" de plusieurs centaines de millions d'euros?

Au cours de l'instruction, l'existence d'une caisse baptisée "Epim" (entraide professionnelle des industries et des métaux) est révélée. Datant de 1972, elle est censée servir aux adhérents qui connaissent des conflits collectifs et qui ont cotisé pour pouvoir en profiter. En 2006, le montant de cette caisse atteignait 600 millions d'euros. 

"fluidifier les relations sociales"

L'ancien numéro un de cette puissante organisation est soupçonné d'avoir détourné une partie de ces fonds, via ces fameux retraits en espèces. Devant le juge, il a expliqué avoir utilisé les fonds retirés pour des compléments de rémunération, pour des dépenses de caisse et "fluidifier les relations sociales", sans toutefois révéler le nom des bénéficiaires. L'ancien délégué général adjoint de l'UIMM, Dominique de Calan, a affirmé qu'il s'agissait d' "associations, des partenaires sociaux, des intellectuels, des médias et des pouvoirs publics". En 2009, des perquisitions avaient été menées, notamment dans des syndicats étudiants

L'UIMM montre patte blanche

La défense de Denis Gautier-Sauvagnac compte mettre en avant le fait que "toutes les dépenses non-justifiées de l'UIMM devaient être considérées comme présumées frauduleuses", a indiqué son avocat,  Jean Yves Leborgne, comme le rapporte l'AFP. A l'époque, pointe l'avocat,  les syndicats professionnels encadrés par la loi Waldeck-Rousseau de 1884 n'étaient pas obligés de rendre leurs comptes publics. L'UIMM s'y est pourtant pliée en 2009, après avoir été secouée par ce scandale. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2013 à 0:16 :
que de bruit pour rien , ces personnes ne feront jamais de prison ferme contrairement a d'autres qui n'ont pas de casier judiciaires et qui paient leurs taxes et impôts et qui auraient le malheur de trébucher , que du bruit et comme les mouches qui se prennent dans la toile de l'araignée , si grosses qu'elles en s'en sortent en bourdonnant très fort , les petites mouches elles resteront a l'appétit de l'araignée , alors qui est le plus a plaindre ?..
a écrit le 07/10/2013 à 16:53 :
Ou va l argent ? Certes..... mais d ou provient cet argent ???????
a écrit le 07/10/2013 à 15:05 :
Que ces grands bandits aillent en prison! Tu voles une mobilette tu vas en taule, tu détournes 17 millions d'euros en cash tu dois bien évidemment aussi aller au trou!
Ces patrons voyous sont de véritables escrocs et doivent impérativement faire un long séjour à la Santé ou à Fleury.
AU TROU!!!
a écrit le 07/10/2013 à 11:39 :
Ayant été un salarié de l'UIMM durant huit ans, je peux certifier que cette organisation patronale est un excellent employeur. Comme tous les salariés, j'ai bénéficié moi aussi (dans une petite mesure !!!) de cette caisse noire honnie, mais bien utile pour les salariés, dans la mesure où elle a profité, et elle profite encore probablement, à tous ceux qui acceptent de travailler pour ce syndical patronal. J'ai une retraite potable aujourd'hui, je le dois en grande partie à l'UIMM et à la fameuse caisse noire.
Réponse de le 07/10/2013 à 12:30 :
Moi aussi comme ancien salarié de l'UIMM, j'ai pu bénéficier de petites primes alimentées par la caisse noire qui m'ont permis d'acheter une maison à Saint-Tropez, et quelques menues dépenses comme mon yacht à Monaco et mon jet privé.
a écrit le 07/10/2013 à 9:56 :
j'adore également aussi l'expression ;fluidifier les relations sociales!! avec qui? a votre avis,eh bien je vous le dit avec les syndicats (très calmes en ce moment) étant retraité de la métallurgie j'étais toujours très surpris de la participation aux réunions a Paris des responsables syndicaux de l'entreprise ,qui faisaient-ils? nous n'avions jamais d'informations! j'ai a l'époque toujours soupçonné une magouille,aujourd'hui tout semble donner une réponse,les syndicats avaient -ils une gratification? l'enquete nous le dira,décidément nous en somme a une France de toutes les magouilles inimaginables,et a tous les niveaux.
Réponse de le 07/10/2013 à 10:58 :
A l'évidence en France nous sommes dans le royaume de la corruption la plus sale, pire que la corruption Berlusconienne en Italie ... Enfin faire des grève en Décembre dans le plus grand froid, les syndicats complices de l'UIMM et de la CGPME ne pouvaient pas faire mieux pour larver les grèves et les faire avorter ... ce n'est qu'un exemple ... les patrons de la CGT et la CFDT sont les pires corrompus et l'UIMM et la CGPME sont les pires corrupteurs ... ils s'organisent entre eux depuis 20 ans et ils mériteraient tous le bucher ou les crocs de boucher
Réponse de le 07/10/2013 à 12:08 :
Il faut noter que c'est l'ensemble du pole réformiste des organisations syndicale qui est dans le viseur de la justice !!! Il faut également noter que l'ordonnance du juge précise : que la CGT n'est pas concernée !
a écrit le 07/10/2013 à 9:50 :
la justice prend son temps.....jugement immédiat de quelques casseurs.... 6 ans de procédure pour des bandits corrompus et corrupteurq, les retraits payées en liquide tous les mois, les primes diverses payées en liquide.... c'était grand L UIMM... et ca faisait la loi au medef....
Réponse de le 07/10/2013 à 14:01 :
JC 59
et on ne connait que la partie visible de l'affaire,attendont que la partie cachee fasse sont apparition et les français vont tomber de haut de l'escroquerie sur le dos des travailleurs !!!!
Réponse de le 07/10/2013 à 16:57 :
Oui et c est scandaleux
a écrit le 07/10/2013 à 8:42 :
Un autre autre titre de bon aloi peut se rédiger ainsi ... "Procès de l'UIMM: l'ancien gotha des voleurs de poules et des ROMS du patronat à la barre
Réponse de le 07/10/2013 à 9:52 :
ne soyons pas modestes.... je connaissait l'UIMM quelle morgue quel mépris mais aussi la queue en fin de mois pour payer les "retraites" en liquide, la superbe maison de fonction d'un ou des retraités....et ce peitt didier si gentil qui arrosait;... tout le monde...ce que l'on ne sait pas c'est aussi les voitures de fonction les chauffeurs;..tres social tout cela
a écrit le 07/10/2013 à 8:32 :
J'adore l'expression "fluidifier les relations sociales" .. qui donne l'illusion de la vertu. Les communicants qui entourent les élites, font preuve de toujours plus d'inventivité !
Réponse de le 07/10/2013 à 10:03 :
OUI par exemple pour fluidifier les flux des acheteurs du dimanche dans les GSB en faisant distribuer par les membres de l'UMP UDI Nouveau Centre des enveloppes aux syndicalistes Casto Leroy ... on le voit bien dans ce monde de la fiance et des voyous de l'UIMM et de la CGPME ils n'ont pas peur de la Justice puisqu'il violent massivement les Jugements rendus....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :