" Avec le détachement, la concurrence est devenue malsaine"

 |   |  567  mots
Pour Alain Griset, la concurrence entre pays européens est un non-sens historique
Pour Alain Griset, la concurrence entre pays européens est un non-sens historique (Crédits : Reuters)
Dans un entretien accordé à La Tribune, Alain Griset, le président de l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat (APCMA) dénonce les dégâts causés notamment dans le bâtiment par le détachement des salariés étrangers. En attendant l'éventuelle harmonisation des règles fiscales et sociales en Europe, il demande au gouvernement de dénoncer unilatéralement la directive européenne si celle-ci n'est pas renégociée.

La directive sur le détachement des salariés européens reprend ce lundi. Quels sont les enjeux pour les artisans ?

Ils sont majeurs, tout particulièrement dans le secteur du bâtiment. Comment voulez-vous que les entreprises françaises puissent se battre sur notre sol avec des entreprises qui ne respectent les mêmes règles fiscales et sociales ? C'est impossible.

La concurrence est-il si forte ?

Les écarts de prix peuvent grimper jusqu'à 60% ! Par ailleurs, il ne faut pas croire que seules les régions frontalières sont touchées. Dans le centre de la France, les entreprises artisanales sont également menacées par ces bataillons de travailleurs détachés. Beaucoup d'entreprises témoignent être démarchés par des entreprises d'intérim basées hors de France qui leur propose une main-d'œuvre qualifiée et bon marché. On marche sur la tête.

Toutes les entreprises succombent-elles à la tentation ?

Toutes les entreprises, certainement pas ! Dans la situation économique actuelle, il est probable que certaines entreprises ne sont pas vertueuses, les difficultés économiques pouvant les pousser à de telles extrémités. Plusieurs grands groupes ont été pris dans la main dans le sac pour avoir utilisé les services de travailleurs détachés.

Directement ?

Bien sûr que non. Ils sont intelligents. Ils demandent à leurs sous-traitants de le faire pour eux.

Les marchés publics font-ils exception ?

Pourquoi voulez-vous qu'ils le fassent ? A cause de l'austérité budgétaire, un seul critère est retenu par les acheteurs publics : le prix. Résultat, des ouvriers polonais et roumains viennent travailler sur des chantiers lancés par l'Etat ou les collectivités locales, au nez et à la barbe des entreprises françaises.

L'APCMA se fait régulièrement entendre sur le sujet de l'auto-entrepreneur. La menace que fait peser les travailleurs étrangers détachés sur les entreprises françaises est-elle plus forte ?

C'est délicat de comparer. Une chose est certaine, les travailleurs détachés, comme les auto-entrepreneurs faussent le jeu de la concurrence. celle-ci est devenue malsaine. Les artisans n'ont pas peur de la concurrence, au contraire, à condition que les règles soient les mêmes pour tous.

Le malaise économique et social que cette situation engendre peut-il dégénérer ?

Nous espérons bien que non. Ceci dit, le mouvement des « sacrifiés » lancé par l'UPA a déjà recueilli plus de 500.000 signatures en moins de trois semaines. C'est un symbole fort. Il ne faudrait pas que la situation dégénère.

Le gouvernement, et en particulier Michel Sapin, le ministre du Travail est sur la même longueur d'ondes.

Le gouvernement nous écoute mais il ne fait rien ! Cette directive a bien été adoptée en 1996 à l'unanimité par les membres du Conseil européen, non ? S'il ne parvient pas à stopper ce phénomène, le gouvernement, s'il nous entend vraiment, peut décider unilatéralement de ne plus respecter cette directive européenne.

Quelles solutions préconisez-vous ?

Il n'en existe qu'une : l'harmonisation des règles sociales et fiscales en vigueur en Europe. Mais c'est un chantier de longue haleine. Ce n'est qu'à cette condition que l'on pourra enfin construite l'Europe économique. Nos vrais concurrents ne devraient pas être européens mais américains, russes, chinois ou indiens. Or, les règles actuelles de l'Europe font que nous nous battons entre nous. C'est regrettable, c'est à contre-courant de l'histoire.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2013 à 17:53 :
Vive la concurrence, elle fait baisser les prix et améliore l'efficacité des entreprises. A bas les monopoles d'un autre âge !
a écrit le 10/12/2013 à 12:31 :
C'est pourtant bien les Français qui ont dit STOP à l'Europe en 1995, Non? Et à 55% s'il vous plait. Alors faut pas venir pleurer maintenant, mais faire des propositions.
a écrit le 10/12/2013 à 9:21 :
il serait temps messieurs et mesdames les députés de vous apercevoir que ce genre de phénomène n'est que la conséquence de vos décisions stupides depuis quelques décennies.IL est temps de mettre en place une opposition sérieuse à toutes vos aberrations.
a écrit le 10/12/2013 à 8:50 :
Faudra t il que les Français s'inscrivent sur des plateformes étrangères de travail temporaire pour pouvoir travailler au pays?
a écrit le 09/12/2013 à 20:19 :
C'est l'europe qui est malsaine! J'espère que les gens s'en souviendront en Mai 2014 lors des élections.....
a écrit le 09/12/2013 à 20:11 :
C'est l'union europeenne qui est malsaine il faut vite en sortir avant d'etre soit meme contamine
a écrit le 09/12/2013 à 19:13 :
"Nos vrais concurrents ne devraient pas être européens mais américains, russes, chinois ou indiens. Or, les règles actuelles de l'Europe font que nous nous battons entre nous. C'est regrettable, c'est à contre-courant de l'histoire."

Merci mille fois monsieur de dire tout haut cette vérité !
Dans le secteur de la téléphonie mobile : ARM (anglais) conçoit des processeurs, Nokia (feu finlandais) concevaient les téléphones mobiles avec ces même processeur, CyanogenMod (fondateur tchèque) conçoit un système d'exploitation dérivé d'Android et Skype (feu Estonien appartient au même groupe que Nokia cad Microsoft) concevait un excellent logiciel de communication par internet.
Et avec tout ça on a pas réussi à faire une entité Européenne pour contrebalancer Apple ou Samsung !
Réponse de le 10/12/2013 à 8:47 :
Nous nous battons entre nous parce c'est ce que veut les US et la collaboration européenne est à l'oeuvre. Diviser pour mieux régner, et mettre sous tutelle pour manipuler!
a écrit le 09/12/2013 à 17:59 :
certains voudraient nous faire penser qu'il n'y a plus de travailleurs français qualifié de disponibles sur le marché.... alors on justifie la main découvre détachée.....

mais si on laisse au chômage les qualifiés, pour prendre des étrangers moins chers, c'est clair..... ces gens vont se tourner vers autres chose, et ensuite, on entendra, comme dans le textile, les "rois du secteur" dire, on n'a plus la compétence en france......;

à ce train la....... la france n'aura plus besoin de main d'oeuvre car plus d'argent....... un pays est une sorte d'écosystème..... et à trop chercher ailleurs.... pour faire au moins cher, on détruit totalement l'écosystème..... sans complètement enrichir les autres....... ne nous étonnons pas que le croissance ne vienne pas...... et que les comptes du pays soient plombés....... une bonne partie de la valeur des investissement fout le camp ailleurs.......
Réponse de le 09/12/2013 à 18:21 :
Oui effectivement nos Parlementaires sont "détachés" de toutes les réalités tant leur confort personnel est la seule chose qui les intéressent.

Mais au fond, peut être faudrait-il que les français désignent des parlementaires roumains au prix roumain détachés car nos parlementaires français n'ont plus ni les compétences, ni la volonté de bosser pour la France et encore moins l'intégrité qui sied à leurs fonctions.
Réponse de le 10/12/2013 à 19:31 :
sur le principe vous avez raison, mais les députés Européens sont payés par l'europe au prix des députés les plus cher. les fonctionnaires Européens sont envoyés par leurs pays et payés au prix du pays le plus cher, et aucune limite dans le temps... Une fois à Bruxelles ils peuvent y rester à vie !
une nomenclatura est née. Ce n'est pas l'Europe l'erreur, ce sons les décisions de cette nomenclatura qui vont tuer le système mis en place à leur profit.
a écrit le 09/12/2013 à 17:39 :
C'est exact : " Avec le détachement, la concurrence est devenue malsaine"

Mais au delà, l'Europe est devenue malsaine deppuis que le traité a été ratifié sur le dos et contre leréfendum qui en avait rejeté les modalités ...

et au delà du au delà, ce sont les parlementaires et les gouvernants politiques traitres qui ont agit de façon très malsaine, plus que malsaine, contre leur propre peule de France

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :