Baisse de la dépense publique : une question à 130 milliards d'euros

 |   |  687  mots
Jean-François Copé préconise 130 milliards d'euros d'économies sur les dépenses publiques. Il évoque la baisse du nombre d'élus...
Jean-François Copé préconise 130 milliards d'euros d'économies sur les dépenses publiques. Il évoque la baisse du nombre d'élus... (Crédits : <small>Reuters</small>)
Jean-François Copé préconise une baisse 130 milliards d'euros de la dépense publique, que mettrait en œuvre l'UMP en cas de retour au pouvoir. Mais où couper?

 130 milliards : c'est le chiffre choc lancé par Jean-François Copé, dans une interview aux Echos. Un chiffre correspondant aux économies que l'UMP engagerait sur la dépense publique, si elle revenait au pouvoir. Un chiffre considérable, mais le leader de l'UMP veut le rendre crédible en soulignant qu'il s'agit seulement de 10% des crédits dépensés chaque année par les administrations. Est-ce envisageable ?

D'abord, il faut souligner que la dépense publique ne représente pas 1.300 milliards d'euros. Elle atteignait 1.151 milliards en 2012. Compte tenu de la hausse annuelle actuelle, qui se situe entre zéro et 1% en volume, le niveau de 1.300 milliards sera plutôt atteint en 2016 ou 2017. Jean-François Copé vise donc, sans doute, la dépense publique de 2017.

130 milliards, à quelles conditions?

Mais là n'est pas le problème soulevé par le premier parti d'opposition. Il est plutôt de savoir à quelles conditions une baisse de 130 milliards de la dépense peut être envisagée. Jean-François Copé évoque la baisse du nombre d'élus, parlementaires et élus locaux. Quelle serait l'économie procurée par une telle décision ? Tout au plus de quelques centaines de millions. Nul ne peut prétendre sérieusement que là réside la solution.

 Avant tout de la dépense sociale

La dépense publique, ce n'est pas d'abord une masse de fonctionnaires dans des bureaux. C'est avant tout une dépense sociale. Selon les statistiques d'Eurostat, celle-ci représente, tout compris, près de 58% de la dépense publique française, toutes administrations confondues (665 milliards d'euros sur 1.151 milliards). Les dépenses d'assurance vieillesse représentaient à elles seules 311 milliards d'euros en 2012, selon l'Insee, celles pour la famille 51,9 milliards. Pour la santé, la dépense publique atteint 168,4 milliards. La politique du logement compte pour 22,4 milliards.

Les autres gros postes de dépenses sont l'éducation (124,8 milliards), les affaires économiques, poste qui comprend notamment les transports (75 milliards), le secteur police-justice (36,3 milliards) et la Défense (38,6 milliards).

S'inspirer des pratiques étrangères?

Où trouver, donc, 130 milliards d'économies ? En rabotant tous les crédits de 10% ? Difficilement envisageable. Une autre méthode peut être de comparer avec ce qui est fait à l'étranger. C'est du reste le point de départ de Jean-François Copé, qui souligne qu'en Europe, les dépenses publiques représentent globalement, en moyenne 50% du PIB, au lieu de 57% en France.

Dans une note publiée le 9 décembre, le directeur des études économiques de Natixis, Patrick Artus, adopte aussi cette approche comparative. Il préconise d'abord de ne pas toucher aux dépenses qui soutiennent la croissance. Certes, la France a des dépenses publiques de santé, d'éducation, et de défense, supérieures à la moyenne européenne. Mais elles contribuent à la croissance de long terme, estime l'économiste. Il ne faut donc pas chercher à les diminuer a priori.

 Couper dans les retraites, la politique familiale, le logement...

Si l'on exclut ces dernières du champ des économies, et que l'on se fonde sur les écarts avec les autres pays de la zone euro, pour tenter de se rapprocher de la moyenne, où faut-il couper ? «On est alors conduit à réduire les dépenses de retraite, de politique familiale et d'aide au logement » relève Patrick Artus.

S'agissant des retraites, l'Allemagne a montré « l'exemple », de ce point de vue, en coupant dès les années 2000 dans les retraites publiques, et en incitant les salariés allemands à souscrire à des retraites privées (plans Riester). Avec, pour conséquence, une forte hausse du nombre de retraités allemands se situant sous le seuil de pauvreté (deux fois plus qu'en France, comme le relevait récemment l'OCDE). Y'a-t-il un consensus en France pour privatiser les retraites ?

Ou pour réduire la dépense d'assurance maladie privatisant la sécurité sociale ? Ce serait là un moyen assurément radical de baisser la dépense publique : c'est le caractère public, plus largement qu'ailleurs, des assurances vieillesse et maladie qui explique pour une bonne part le surpoids de dépenses des administrations en France. Pour résumer, les Français sont-ils prêts à privatiser la sécu ?

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2014 à 21:04 :
On devrait le faire une année: on clôture la dépense publique, zéro euro, terminé. Les 16 millions de gamins resteraient à la maison, les profs avec, les gendarmes, les douaniers et le personnel hospitalier aussi. S'y rajouteraient les médecins, les kinés, les infirmières (plus de dépense publique donc plus de remboursements non plus) S' y rajouteraient les députés, les sénateurs, les ministres, les fonctionnaires des impôts etc...On aurait un chaos propice à une bonne croissance après....S'il reste quelque chose ou quelqu'un pour consommer. .
a écrit le 13/12/2013 à 8:42 :
pourquoi ne pas l'avoir fait du temps de Nicolas Sarkosy. que dire de l'attribution d'une retraite aux étrangers qui n'ont jamais travaillé ? Des économies il est possible d'en faire dans beaucoup de domaines, alors les propos démagogiques on connait.
a écrit le 12/12/2013 à 17:09 :
Pour diminuer le coût des retraites, on pourrait déjà rétablir la retraite à 65 ans (elle est à 67 ans en Allemagne), cela ferait beaucoup moins de retraités et plus de cotisants.. Les Français sont-ils prêts à travailler 5 ans de plus ?
Ce serait beaucoup leur demander compte tenu des habitudes prises. De toute façon, il n'y a rien à attendre d'un gouvernement socialiste qui a rétabli la retraite à 60 ans.
a écrit le 12/12/2013 à 16:01 :
Un livre choc French Corruption qui explique comment ça se passe derrière les rideaux de répoublique.
a écrit le 12/12/2013 à 15:27 :
il y a moins de deux ans ils etaient au pouvoir ex ils ont augmenté le nombre de deputés 11 deputés pour les pays etrangées!!!!!!!! quand ils avaient la presidence du senat les priviléges n'avaient pas diminué ,la reserve parlementaire existait, les agences d'etat etaient aussi nombreuses etc etc il faut surtout une limite du nombre des mandats pour éviter ces maguouilles ,la suppression du senat ,de la moitié des deputés
a écrit le 12/12/2013 à 7:15 :
UMPS : "Quand je suis élu, je ne respecte pas mes engagements". Allez, on vous connait bien, les démagos ! Vous n’ etes meme pas capable de faire un bilan de vos années au pouvoir. C'est vrai que votre bilan, catastrophique, est difficile a afficher ! On connait votre crédo : "apres nous, le déluge ; on en aura bien profité !"
a écrit le 12/12/2013 à 6:41 :
Depuis 40 ans, le RPR/UMP gouverne avec le PS par alternance avec le résultat que l'on connait : chomage de masse, paupérisation de la population, explosion de la dette, corruption, immigration et insécurité. L' UMP avait les pleins pouvoirs (gouvernement, assemblée nationale, sénat) il y a ... 5 ans. L' UMP n' a absolument rien fait pour restructurer l' Etat France. Sarkozy a eu comme politique : j' emprunte un max sur les marchés, histoire de ne pas demander des efforts aux Français et me faire réélire, ni vu ni connu. Le PS applique la meme politique actuellement.
Depuis 40 ans, UMP = PS = UMPS = les fossoyeurs de la France.
a écrit le 11/12/2013 à 23:52 :
Trop fort : ya qu'à, faut qu'on...

Ils étaient aux affaire l'UMP, ils n'ont rien fait.
Ils y seraient encore qu'ils ne feraient rien.
Ils y retourneraient qu'ils ne feraient pas le début du commencement de ceci.

Bref, de l'enfumage électoraliste, qui sera suivi par du vide.
a écrit le 11/12/2013 à 21:49 :
coppé ? c'est pas celui qui a dirigé un parti politique dont les dirigeants étaient au pouvoir et qui, faute de stratégie industrielle, économique et sociale ont laissé une "ardoise" de 1000 md€ ? si jamais ce genre d'individu revenait aux affaires, nul doute que les trous de mémoires seront sélectifs. Quant aux retraités, ils représentent un pouvoir d'achat non négligeable. le pbme de la francve vient du fait de sa désindustrialisation et donc des performances d'entreprises étrangères. le français consomment mais enrichissent les autres....il eu fallu préserver le tissu industriel français mais l'incompétence du précédent gvnt nous coûte, vraiment, cher. Merci M. coppé.
a écrit le 11/12/2013 à 19:52 :
Je propose pour tenir cet objectif d'aligner les retraites françaises en moyenne sur les retraites allemandes et de faire de même avec le budget de la défense (rapporté au PIB)...Sûr que ça ravira les électeurs du parti de M Copé
a écrit le 11/12/2013 à 19:02 :
Il est comique ce Copé . Il ne suffit pas de dire je vais réduire les dépenses , il faut dire lesquelles et de combien chacune . L ' UMP est moins à l'aise dans cet exercice que dans celui qui consiste à emprunter pour venir au secours des banques aux dirigeants aventureux . Avec la politique U.S. , le Lyonnais n'existerait plus , même en LCL , la "Générale" aurait fondu et le C.A. serait une ombre et plusieurs de ses dirigeants seraient à
l'ombre .
a écrit le 11/12/2013 à 18:49 :
un objectif à vomir !!!...on sait bien que la droite taperai sur les dépenses sociales et les services publiques ( qui sont déjà en mauvais état......grace a leurs 10 ans de pouvoir ) plutôt que frapper le patrimoine des 10 pour cent les plus fortunés.....CAR ...ON NE SE FRAPPE PAS SOI-MEME donc ILS NE SE FRAPPERAIENT PAS EUX-MEME !!!!
Réponse de le 11/12/2013 à 19:36 :
Il n'empêche, il serait bon de réduire ces dépenses sociales qui grèvent les revenus des travailleurs.
Réponse de le 11/12/2013 à 19:54 :
A commencer par les retraites qui sont assez élevées en France en baissant d'office celles des français qui décident de vivre au Maroc ou au Portugal
Réponse de le 14/12/2013 à 21:56 :
ou à marseille
a écrit le 11/12/2013 à 18:45 :
Après avoir dépensé 600 Mds en cinq ans et d'avoir laissé une ardoise de 73 mds de dette au gouvernement suivant, après avoir ruiné l'UMP, ils n'ont qu'un choix à faire dissoudre ce parti politique est disparaître avec l'argent qu'ils nous ont pris et qui n' a pas disparu pour tout le monde, nous petits français on n'en pas vu la couleur.
a écrit le 11/12/2013 à 18:33 :
Pas crédible, sauf à être atteint de la maladie d’Alzheimer,2014 ils peuvent eux aussi se préparer à la raclée...
a écrit le 11/12/2013 à 18:21 :
et voilà la vérité que peu de Français sont près à entendre : les coupes dans les dépenses ce sont d'abord des coupes dans les bénéfices dont ils jouissent et auxquels personnes n'est prêt à renoncer. La reforme de l'Etat si elle est nécessaire pour assurer une meilleure gestion, ne permettra en aucune manière de réduire la dépense totale à hauteur des déficits. Et dans un premier temps cela voudra dire : moins de consommation donc moins de croissance donc plus de chômage lui même moins indemnisé
Sommes nous prêts à entendre ce discours et à joindre l'acte à la parole ?
Réponse de le 11/12/2013 à 18:44 :
a calais nous ne pouvont descendre plus bas , la solution que le pouvoir possede a l'extermination du peuple ceci est deja commence moralement
a écrit le 11/12/2013 à 18:19 :
Réduction du nombre d'élus, de fonctionnaires, du statut privilégié des intermittents du spectacle, rétablissement de 3 jours de carence en cas de maladie des fonctionnaires, convergence des régimes spéciaux avec le régime général de retraite, fin de la gratuité des soins aux étrangers sans papiers et CMU (participation obligatoire)..... Juste quelques propositions pour la justice et l'égalité .
Réponse de le 11/12/2013 à 19:51 :
Si on peut comparer l'administration publique à un grand groupe, vue la taille ... Vous devez savoir que les jours de carence du secteur privée sont dans 90% des cas pris en charge par les mutuelles ou les entreprises. Alors votre remarque ...
Réponse de le 11/12/2013 à 19:57 :
On est TRES loin des 130 milliards
Réponse de le 14/12/2013 à 22:02 :
retour au franc, fermeture des frontières, contrôle d'identité au faciès, ratonade régulières ( faut pas oublier qui est chez qui!!!) Je te rejoins dans ta pensée pourrie ou bien?
a écrit le 11/12/2013 à 17:10 :
On a souffert de 10 ans de droite avec des déficits creusés comme jamais ils nous parlent toujours de réformes pourtant ils ont eu les pouvoirs pendant 10 ans ! Il nous fait bien rire ce copé qui n'est même pas fichu de nous dresser un véritable bilan de sa politique
a écrit le 11/12/2013 à 17:00 :
Il est plaisant Copé sur la photo. "Regarde moi bien dans les yeux et amène moi les sous"
a écrit le 11/12/2013 à 16:54 :
Réduire les dotations aux collectivités territoriales, quitte à augmenter significativement les impôts locaux: ce serait une bonne idée pour que les français demandent des comptes à ces édiles prodigues,..
a écrit le 11/12/2013 à 16:49 :
il y a mieux à faire pour récupérer une grande marge comptable c'est revoir tous les systèmes un à un et leur faire prendre une potion d'amaigrissement pour éliminer l'inutile. Je crois que c'est le Front National qui en a parlé le premier et je pense également qu'il y a un gisement énorme à sonder qui dépassera un quinquennat , mais là il faut des gens normaux pas des petits bras comme on a l'habitude depuis 40 ans .
a écrit le 11/12/2013 à 16:16 :
Déjà que l'UMP a hurlé au scandale quand le gouvernement a voulu conditionner les allocations familiales aux revenus. C'était une vrai baisse de dépense.
On pourrait aussi arrêter de financer l'école privé par les deniers publics. Que dirait l'UMP ? Tous dans la rue comme en 1981 !
En fait, L'UMP veut réduire la dépense de l'Etat pour les plus fragiles mais la maintenir au même niveau pour les plus riches.
N'ont pas changé depuis 30 ans ...
a écrit le 11/12/2013 à 16:10 :
le grand démagogue est de retour , on devrait l'envoyer au bresil .. l'emploi et la réduction des déficits ne se décrètent pas d'un coup de baguette magique , le bresil souffrait d'une inflation terrible , d'une pauvreté generationnelle ignoble , il faudrait déjà qu'il baisse son propre salaire de 60% pour montrer l'exemple , exclure bien des copains proches ou moins proches et recevoir leurs doléances ulcérées par son comportement démagogue , enfin au pouvoir avec ses amis , ils ont légués depuis 2002 , une dette de 1000 milliards d'euro un record historique en plus d'un parti relégué au telethon .. encore mieux ils ont meme pris une crise internationale sur le dos et on reprendrait des démagogues ? en france on en manque pas helàs ..
a écrit le 11/12/2013 à 15:12 :
ils ont été 10 ans avec tous les pouvoirs et maintenant dans l'opposition ils auraient inventé l'eau chaude? Quand ils vont encore relativement se ramasser aux municipales, ils se mettront peut être enfin au boulot et pourrons nous présenter un programme digne de se nom. En attendant on devrait pas tarder à voir Fillon dire que lui il compte baisser de 150milliards...
a écrit le 11/12/2013 à 15:03 :
ce qu'il nous faut c'est des signaux clairs. Démarrer par la réforme de notre organisation (région, département...) serait un premier booster, une redéfinition des missions de l'état qui a vouloir tout faire ne fait plus rien très bien, carrément une mise sur orbite et enfin un grand coup de pied dans ce nid de guêpes qu'est le corporatisme qui nous gangrène (élus, professions réglementées, paritarisme,). Je n'ai pas de problème à payer des impôts pour des services publics performants, mais notre hôpital est décrépi, notre police a des PC des 80's, notre justice met des années, l'école on a vu PISA , pole emploi dépassé etc...J'avoue avoir plus de mal avec la retraite qui me coûte un max avec la quasi certitude de rien avoir au bout, d'aucuns appellent cela des cotisations moi de la spoliation à fortiori quand mes glorieux ainés détiennent l'immense majorité du patrimoine et qu'ils gagnent plus que les actifs en moyenne.Je serai donc très favorable également au blocage des pensions pendant plusieurs années sauf sans doute pour les plus démunis.
a écrit le 11/12/2013 à 14:43 :
à 300 milliards de baisse des dépenses minimum, et une baisse des impots en rapport, l'economie repartirait , avec en corollaire un impot moindre mais qui rapporterait plus. Mais il ne faudrait pas s'arreter là! Ensuite,en dehors des magistrats, policiers, militaires, gardiens de prison, professeurs, personnels hospitaliers, tous exercant exclusivement leur métier sur le terrain, aucune possibilité d'avoir un statut de fonctionnaire avec aucune dérogation possible. Et interdiction de disponibilité même et surtout pour la politique. On aurait un état efficace et un économie saine, mais c'est un rêve!
a écrit le 11/12/2013 à 14:41 :
Inaudible. Le bilan de la Sarkozie demeure.
a écrit le 11/12/2013 à 14:35 :
Ce qui est comique c'est que peu de francais ont compris que la crise va finir de démanteler leur systèmes d'amortisseurs sociales. La retraite par répartition, la secu, la politiques familiales va comme en Grece, en Espagne ou au Portugal se faire abattre par les gros rentiers et fond de pensions qui veulent gagner gros sans trop travailler avec leur main. Ainsi va le monde. Les francais vont se retrouver inviduellement a "négocier" leur epargne de retraite avec les requins de la finance. Ils auront une chance sur deux de se faire plumer par les pros de l'arnaque, hedge fund, fond vautours...quand il faudra un jour récupérer leurs sous. Ce syteme qui se profil, est un système mafieux, pyramidal truqué. Il faudra egalement payer les ecoles privees a des tarifs prohibitifs, sans parler de la,disparition des contrat pérennes qui sont remplacés par du job en toc (qui fait artificiellement baisser le chomage) sans aucun droit pour la classe moyenne et supérieur. Ils faut donc naturellement ameliorer la gestion public mais surtout recuperer l'argent dans le coffre des banques car cette argent dort alors qu'il devrait travailler lui aussi.
a écrit le 11/12/2013 à 14:22 :
en gros de l'austerité a long terme..merci copé... t'es une bon, tu devrais te mettre au niveau du peuple c'est a dire une moyenne de 1.3ke/mois net .... on verrait s'il sort les memes conn..ies
a écrit le 11/12/2013 à 14:12 :
c'est bien la première fois que je penserais à voter pour vous.
c'est bien de le dire mais pour le faire !!
a écrit le 11/12/2013 à 13:45 :
la France est malade de sa fonction publique . Il suffit de baisser de 30% sa masse salariale . C'est immédiat par la dévaluation brutale , ça prend 10 ans par la procédure actuelle décrétée par l 'Europe dont nous sommes membres ! Il n' y a pas d' échappatoire .
Réponse de le 11/12/2013 à 16:13 :
baisser de 30% , c'est fort , bon on les lèguent dans les pré-retraites en virant les plus de 50 ans ? , c'est des taxes et impôts en plus ou des prevelements obligatoires .. ce sera cela la facture finale , ou on les transforme en RSA ou a poil emploi ? , là aussi faudra payer .. pas de solutions miracles .. depuis les années 80 on crée des pauvres et des retraités c'est cela qu'on fait déjà et le reste intègre le service public enfin s'il peut .. car on ne peut pas embaucher tout le monde aussi ..
a écrit le 11/12/2013 à 13:12 :
quand la formation reprend le dessus...
la langue de bois..... revient...!!!
a écrit le 11/12/2013 à 13:07 :
Cela a assez duré, comme cela est maintenant inutile de râler ou se plaindre sans aller plus loin! Nous devons bouger, être nombreux dans l'action, être entendu enfin de ces gens qui sont peut-être "compétents" (??) dans leur domaine, mais qui ne connaissent pas le quotidien réel des français, ne savent pas comment soutenir la création de richesses et n'ont aujourd'hui qu'une vision court termiste, obnubilés par leur réélection lorsqu'ils accèdent au pouvoir : je vous invite tous donc à jeter un oeil (ou les 2) sur un mouvement apolitique participatif appelé "NOUS CITOYENS" (ni de droite, ni de gauche, ni du centre...). Faites vous une idée, adhérez si vous vous reconnaissez dans leur message ou engagez vous, mettez vous au service de votre pays. Il n'y a que par le nombre que nous ferons bouger les choses...
a écrit le 11/12/2013 à 13:03 :
Je propose un exercise a M Cope qu'il fasse la demonstration de la fialbitite de sa demonstration partout la ou il a et ses collegues de l'UMP un mandate executive ex mairies, conseil, generaux, SEM et autres organisms. Fort de cette demonstration il devrait etre elu sans pb y compris avec mon suffrage.
a écrit le 11/12/2013 à 12:47 :
Chacun y va de son chiffre: le mien, c'est 200 milliards, soit 10 pour cent du PIB, ces 10 pour cent étant la différence entre 57, la dépense, et 47 pour cent, les recettes. L'objectif étant bien sur la mise à zéro des déficits. Personnellement, je n'ai pas l'intention de cautionner le désastre budgétaire laissé aux jeunes générations, et bien sur ne crois pas un seul instant aux lendemains où le Dieu Croissance chanterait..
a écrit le 11/12/2013 à 12:46 :
La politique de l'ump un carton et les restaus du coeur pour tous!
a écrit le 11/12/2013 à 12:45 :
Ce sera en tout cas un bon début.... mais après il faudra continuer les réformes (des vrais)
a écrit le 11/12/2013 à 12:30 :
Copé est Président de l'UMP avec comme vice Président Wauquiez qui par ailleurs a déclaré qu'il allait sur Youporn "comme tout le monde"

tous les français de droite d'en bas, du centre d'en bas, et de gauche d'en bas, ne vont pas sur Youporn

mais les adhérents à l'UMP et au Nouveau Centre UDI leurs alliés "défaillants" peut être qu'ils y vont tous ... c'est ce que nous avons compris
a écrit le 11/12/2013 à 12:17 :
Le parlement a voté il y a quelques jours une loi pour effacer une dette du journal l'Humanité de 4 millions d'euros, hors des subventions étatiques, je viens de le croiser par hasard cette information sur le net, pourquoi LA TRIBUNE, que je lis régulièrement, n'a pas diffusé cette information ou ce scandale ? Je suis déçu !!
a écrit le 11/12/2013 à 11:54 :
Hors inflation, les dépenses publiques ont augmenté de 18% entre 2002 et 2011.

2002 : 964 milliards d’euros constants (corrigés de l’inflation).
2011 : 1140 milliards d’euros constants (corrigés de l’inflation).
2012 : 1151 milliards d’euros.
a écrit le 11/12/2013 à 11:52 :
Hors inflation, les dépenses publiques ont augmenté de 18% entre 2002 et 2011.

2002 : 964 milliards d’euros constants (corrigés de l’inflation).
2011 : 1140 milliards d’euros constants (corrigés de l’inflation).
2012 : 1151 milliards d’euros.
a écrit le 11/12/2013 à 10:22 :
Il nous fait du Sarkozy,une fois élu il fait du Hollande.Tout ça c'est bidon.Il ny'a personne de crédible actuellement genre Merckel ou Cameron en France
Réponse de le 11/12/2013 à 11:01 :
Vive la politique à la Merkel qui réduit les pensions des vieux ...
Réponse de le 11/12/2013 à 16:18 :
sans commentaire
a écrit le 11/12/2013 à 10:19 :
Reduire les depense de sante et les retraites ? c est un suicide electoral. le gros des electeurs de l UMP c est les VIEUX !
Et qui sera impacte par une baisse des retraites et plus de cure ou d open bar a la secu ? certaienement pas le gars de 25 ans !!
a écrit le 11/12/2013 à 10:18 :
Le résultat est simple, les gens prennent leur courage a 2 mains, vendent ce qu'ils peuvent et refont leur vie (ou essaient) dans un autre pays. A tous les jeunes : essayez de trouver un stage a l'etranger en y restant :)
a écrit le 11/12/2013 à 10:09 :
Pourquoi avoir abandonner l'idée de la TVA sociale pour nous construire tout un micmac de réduction de dépenses sans relancer notre économies, c'est à dire en pure perte!
a écrit le 11/12/2013 à 10:05 :
Cherche t il a ce faire élire par Bruxelles ou par les français? Il semble encore hésité! A moins qu'il ne faille avoir l'adoubement de U.E. pour se présenter devant les électeurs!
a écrit le 11/12/2013 à 10:01 :
La baisse de la dépense publique est égale à la somme de toutes les baisses, y compris les plus faibles, c'est pourquoi il est inadmissible d'en exempter les parlementaires, ne serais-ce que pour l'exemple qui doit venir du haut. Tant que les français constateront que les mieux lotis qui se prétendent "au service de la France" sont épargnés par l'effort demandés à tous les autres, ils tenteront de s'exonérer de l'effort soit par la fuite de capitaux, soit par la triche, soit par l'exil fiscal. Malheureusement, le mouvement d'auto-exonération est déjà en route et plus les réformes fiscales et d'économies tarderont, plus il sera difficile de faire les dites économies.
a écrit le 11/12/2013 à 9:58 :
Dans votre article vous ne parlez que des 58% de la dépense publique à savoir les dépenses sociales (retraite, santé etc...). Mais reste 42% soit la bagatelle de 466 milliards d'euros pour les dépenses de fonctionnement (nombre d'élus, de fonctionnaires, etc...) sur lequel il est tout à fait envisageable d'y mettre un bon coût de rabot. Vous ne trouvez pas ? Et sans remettre en cause "le modèle français".
Réponse de le 11/12/2013 à 11:00 :
Il y a toujours des économies à faire maintenant le problème de notre état régalien n'est pas tellement son coût, tout à fait comparable à la moyenne des grands états de l'OCDE, mais son inefficacité croissante ...
a écrit le 11/12/2013 à 9:47 :
depuis trente ans on nous rabache si on diminue les impots plus d'école , plus d'hopitaux ,plus de flics pourtant 'si nous supprimons le senat , la moitié des deputes des communes ,des sous prefecture ,des formations bidons des agences d'état ,des comités theodule , de la secu des mines , des regimes spéciaux ,des intermittants du sprectacle , des fabriques de chomeurs comme Lecole du cinema etc etc QUEL RAPPORT AVEC CE QUE NOUS DISENT NOS COUTEUX ELUS
Réponse de le 11/12/2013 à 9:58 :
Une grande majorité de français veulent une secu, des retraites par répartition, une bonne ecole publique mais avec tous les gâchis public et secteur prive qui bénéficie d aides alors ca devient intenable. On ne peut pas gâcher, sauver les banques en faillites qui paient des bonus et sauver le système français. C est impossible.
a écrit le 11/12/2013 à 9:36 :
pour soigner la DMLA, dégénérescence maculaire.... il y a deux méthodes

injection à 25 euros la dose mais le médicament n'as pas son autorisation de mise sur le marché pour cette pathologie....

injection à .... 860 euros la dose qui a son AMM....

le premier fonctionnne très bien et il est utilisé pour soigner le cancer du colon, on connait dont très bien les effets secondaire possible.. il a été employé un temps dans les hopitaux mais c'est deepuis, interdit

économie pour la sécu si on utilisait le premier médicament: 460 millions d'euros par an....

il suffit d'un signature en bas d'un document...... toute la communauté médicale est au courant.... personne ne bouge.....
a écrit le 11/12/2013 à 9:18 :
en augmentant les impôts pardi !
les pauvres sont une plaie béante pour un pays !! mais seulement après s'en être servi pour se faire élire en promettant tout et son contraire et avec des présidentielles tous les cinq ans la vitesse supérieure a été passée . nous voici dans la phase de l'emballement qui précède l'autoallumage ( difficile à contrôler sauf avec un bon gros mur très costaud ) dévastateur pour le moteur économique .
a écrit le 11/12/2013 à 8:49 :
Effectivement ! il faut "taper" sur les retraites et les privilèges des parlementaires mais aussi sur les fonctionnaires; territoriaux, chu,sncf,edf, ratp, etc. Alignement d'urgence de cette caste de nablas de paresseux qui ruinent notre pays sur le privé...
a écrit le 11/12/2013 à 8:48 :
Effectivement ! il faut "taper" sur les retraites et les privilèges des parlementaires mais aussi sur les fonctionnaires; territoriaux, chu,sncf,edf, ratp, etc. Alignement d'urgence de cette caste de nablas de paresseux qui ruinent notre pays sur le privé...
Réponse de le 11/12/2013 à 9:01 :
imposer voire supprimer les RSA ? AME?ATE? et toutes les largesses nées de la bonté socialiste?
Réponse de le 11/12/2013 à 13:31 :
Oui, tapons sur les retraités qui profitent du système, ce ne sont pas les plus malheureux, croyez-moi...plafonnement des retraites, suppression de la réduction de 10% pour frais professionnel sur l'IR, et un taux de CSG identique aux actifs! Alignement du régime des retraites du public sur le privé (idem pour les privilégiés: élus, ratp, sncf et autres régimes spéciaux comme les artistes, journalistes,..) suppression des niches fiscales, division par 2 du nombre de communes, département, agrandissement des régions, division par 2 des remboursements de la Sécu (au Canada pour info, il n'y a que 200 médicaments, en France, une pharmacie et un vrai supermarché!). Suppression de la CMU, des APL avec une diminution imposée d'autant du prix des loyers! Je pense qu'avec ça on n'a déjà beaucoup d'économie sans toucher à un seul emploi. (sauf dans les collectivités...).
a écrit le 11/12/2013 à 8:48 :
Effectivement ! il faut "taper" sur les retraites et les privilèges des parlementaires mais aussi sur les fonctionnaires; territoriaux, chu,sncf,edf, ratp, etc. Alignement d'urgence de cette caste de nablas de paresseux qui ruinent notre pays sur le privé...
a écrit le 11/12/2013 à 8:46 :
Pour nous les français de droite et du centre d'en bas,
les premières économies à faire c'est de supprimer toutes les indemnités des politicards médiocres qui ont plongé la France dans le merdier...
et de leur demander de rembourser l'argent qu'ils ont perçu très abusivement depuis 20 ans.

et pour les français de gauche d'en bas, nous pouvons supposer que pour une fois vous êtes d'accord avec nous ...
a écrit le 11/12/2013 à 8:36 :
Je n'apprécie pas du tout cet article qui tend à demontrer qu'on peut rien faire sans

s'attaquer aux Français.
La gabegie on la voit tous les jours. Commençons par appliquer toutes ces mesures

simples et immédiates. Supprimons tous ces élus inutiles par exemple . Le plis sera pris

et d'autres économies ponctuelles suivront.
Pour aller en Afrique du Sud pour 1 bonhomme il faut 3 avions ?
Dans l'industrie certains plans de réduction des coûts de grande ampleur n'ont pas été

faciles à appréhender et à mettre en oeuvre. Mais pour certain les résultats sont là

(EADS).Dans l'industrie quand il y a une vrai volonté de la direction , ça marche.
Les bouffons actuels annulent des mesures d'économies qui n'avaient pas été facile à

introduire. On n'est pas sur une bonne voie. La plupart des Français ont compris ça.
a écrit le 11/12/2013 à 8:08 :
En France, on ne veut plus du service public car il serait trop couteux...
La solution préconisée par nombre de Français est la réduction drastique du nombre de fonctionnaires.
Et après, les mêmes se plaindront que l'Etat n'assure plus la sécurité de ses concitoyens et la fraude fiscale deviendra un modèle et il faudra rouler en 4x4 sur les routes défoncées de France, et il faudra apporter ses draps et sa nourriture à l'hôpital. Le nombre de malades dû à des intoxications alimentaires explosera en raison de l'impossibilité de contrôler les entreprises.. La liste est longue, j'arrête là.

Vivement que l'on y soit, cela fait rêver.......
Réponse de le 11/12/2013 à 8:54 :
Policiers, infimières... on met toujours en avant les même fonctionnaires pour agurmenter la non réduction des dépenses publiques.
Mais quid des hadopi, CSA et autres hauts conseils divers et variés, des doublons liés à la décentralisation ...
Réponse de le 11/12/2013 à 10:14 :
Il faudrait déjà que les parlementaires cessent de pondre des chapelets de lois sans en évaluer le coût car l'accumulation des lois engendre automatiquement une augmentation du nombre de fonctionnaires pour traiter l'avalanche de décrets nouveaux qui gonflent sans cesse le coût de gestion administrative. L'exemple le plus concret est l'augmentation ahurissante du code du travail qui est un document obèse, ingérable par les petites entreprises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :