Dépenses publiques : la réalité des chiffres en Europe

 |   |  884  mots
Croissance de la dépense publique entre 2007 et 2012, en pourcentage (source Eurostat)
Croissance de la dépense publique entre 2007 et 2012, en pourcentage (source Eurostat) (Crédits : DR)
En moyenne, les pays européens ont accru leur dépense publique de 14% depuis le début de la crise. La France, avec une hausse de 16%, se classe au 19ème rang européen pour la progression de la dépense

Sans grande surprise, le ratio entre dépenses publiques et PIB augmentera encore en 2013. Il devrait atteindre 57,1%, selon les dernières estimations de Bercy, publiées par les Echos. Sans surprise, car même en freinant la dépense, il est difficile de la faire baisser en pourcentage du PIB, quand ce dernier reste étale, ou presque, comme ce sera le cas cette année.

Ce chiffre de 57,1% du PIB, un record, amène à une conclusion rapide : la France serait donc le pays de la gabegie budgétaire, quand les autres pays européens pourraient se voir décerner des prix de bonne gestion.

Hausse des dépenses dans la plupart des pays européens

A voir les données diffusées par l'organisme européen Eurostat, cette affirmation ne correspond pas à la réalité. Partout, la crise de 2008-2009 a amené une hausse des dépenses publiques, ne serait-ce que pour indemniser les nombreux chômeurs supplémentaires. Qu'en est-il cinq ans après ? Les dernières statistiques disponibles sont celles pour 2012. Elles montrent qu'à l'exception de trois pays (Irlande, Hongrie, Islande), tous les membres de l'UE ont accru leurs dépenses (mesurée en milliards d'euros dépensés chaque année) entre 2007 et 2012.

La Norvège a la palme

La plus forte hausse est constatée en Norvège (+45,3%, en euros courants). En Grèce, c'est au contraire la stabilité qui prévaut, sur cette période, marquée par de nombreux plans de rigueur imposés à Athènes.

Et la France ? Elle se situe au 19ème rang européen, s'agissant de la hausse de la dépense entre 2007 et 2012. Bien après la Norvège, la Finlande, mais aussi la Belgique, la Suède, la Pologne… En France, sur cette période, la dépense publique a augmenté de 16%. La moyenne de la zone euro est de +14%.

 L'Allemagne juste après la France

Cette moyenne européenne est inférieure à la progression française en raison de l'Allemagne (+12,6%) et de l'Italie (+7,1%), qui ont plus contraint leur dépense que ne l'a fait la France. L'écart avec l'Allemagne se creuse donc. Il est mesuré d'ordinaire par la comparaison des dépenses en proportion du PIB. La richesse nationale ayant progressé beaucoup plus vite en Allemagne qu'en France sur ces cinq ans, l'écart s'est encore plus accentué.

France, Allemagne, les raisons d'un écart

En 2012, la dépense publique représentait en Allemagne 44,6% du PIB, en France 56,6%. Soit exactement 12 points de PIB d'écart. D'où viennent-ils ? Comment expliquer qu'un tel gap soit apparu entre les deux pays ?

Pour des raisons historiques évidentes, l'Allemagne dépense moins pour sa Défense, comme le montre Eurostat. Cet écart n'est pas fondamental, au regard du différentiel total, il est tout de même significatif (0,7 point de PIB). Le chômage étant moins important, les indemnisations le sont aussi Outre-Rhin (0,5 point). Plus importants sont les écarts concernant l'enseignement et les dépenses de santé. Dans le premier cas, l'absence d'école maternelle en Allemagne, ainsi que la place prise par le système d'apprentissage, expliquent largement la différence de 1,8 point de PIB. Concernant la santé, le système allemand a été profondément réformé : il en résulte des remboursements des soins de ville plus restreints. Les prix des médicaments sont en outre largement inférieurs (1,2 point de PIB de différence au total). Les Allemands consacrent moins d'argent, par ailleurs, à la politique familiale (0,9 point d'écart) et surtout, ils dépensent beaucoup moins pour les retraites.

Les retraites, principale source de divergence

C'est le poste qui a contribué le plus au creusement de l'écart entre les deux pays. Au début des années 2000, les deux pays consacraient chacun l'équivalent de 10% du PIB au paiement des pensions. Aujourd'hui, elles représentent en France 13,4% du PIB, contre seulement 9,5% en Allemagne. Un écart de quatre points, qui explique largement la différence toujours plus grande entre les deux pays.

Les Allemands ont su réduire leurs dépenses de retraite en réformant le système. De sorte que la plupart des salariés doivent faire appel à une retraite complémentaire privée, faute de quoi leur pension sera proche des minima sociaux...


Croissance de la dépense publique entre 2007 et 2012, en pourcentage

hausse de la dépense publique
(Source Eurostat - Illustration LaTribune.fr)

 

Quid du niveau en proportion du PIB?

En général, quand les responsables politiques évoquent la dépense publique, ils citent des chiffres en proportion du PIB. Si l'on retient ce critère, la hiérarchie n'est plus la même, comme le montrent les données d'Eurostat  tout simplement en raison de différents rythmes de croissance. Depuis 2007, la dépense publique a augmenté partout, en pourcentage du PIB, mais la Norvège, championne de la hausse -cf graphique-, n'affiche qu'une hausse de 3,1 points, à 43,4% de la richesse nationale, simplement en raison d'une forte croissance liée à ses ressources pétrolières. La Finlande est en revanche passée de 47,4% à 56,6% de la richesse nationale sur cette même période, tandis que la Suède limitait la progressoin à 0,9 point, là aussi grâce à un PIB en forte croissance. Pour l'ensemble de l'Europe, la hausse atteint 3,8 points entre 2007 et 2012. S'agissant de la France, la progression est tout juste au dessu (+4 points).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2013 à 6:53 :
La Depense publique n'est pas un probleme si la majorite des depenses sont des depenses d'investissments publique. Le probleme c'est que ce n'est pas le cas. Les depenses sont des paiements de fonctionalite. Cela a explose depuis les annees 80.
a écrit le 07/10/2013 à 23:59 :
Le pb est de globaliser et de ne pas mettre en regard ce qui est produit ; donc pas plus le ratio global que son évolution n'a beaucoup d'intérêt. D'abord il ne faut pas additionner les transferts et les dépenses directes (achats et salaires des fonctionnaires). Les transferts sont assimilables à de l'impôt négatif et n'ont pas nécessairement un mauvais effet sur l'économie. Le problème des transferts en France n'est pas qu'ils sont trop importants mais qu'ils sont surtout trop complexes et incohérents. Par contre les dépenses directes, il faut les analyser par unité d'oeuvre produite et par fonction. Si on enlève la dissuasion nucléaire qui est "atypique", le régalien strict est plutôt bas en France (parfois même trop bas pour la justice par exemple). Les dépenses de santé sont plus basses qu'aux US ou en Suisse, comparables à l'Allemagne mais sensiblement plus élevées qu'en Angleterre ou dans les pays scandinaves. L'école primaire est moins chère que la moyenne (mais le gouvernement précédent était descendu trop bas)...mais c'est l'inverse pour le secondaire (et là le gouvernement actuel a tort de vouloir traiter cela par les moyens comme le primaire)...
Après il faut regarder les résultats qualitatifs : la santé est moins chère en UK mais pour la QS, il vaut mieux se rapprocher des pays scandinaves...etc...
Bref, j'attends qu'on explique tout ça aux Français et après seulement on pourra en déduire un plan d'action intelligent. Aujourd'hui on est au "degré zéro" de la culture de gestion, à gauche comme à droite...
a écrit le 01/10/2013 à 21:29 :
Quelle est la dépense de la présidence pour la cantine alors que les français payent la leur quand on leur a donné un emploi et pourtant y a des pauvres et ça augmente !
a écrit le 01/10/2013 à 20:41 :

Dans les sondages publiés, les français veulent réduire la dépense publique, seulement jusqu à présent, il y a le déficit et la stagnation du PIB hors inflation. C est un problème de légitimité des institutions et de respect de la souveraineté populaire alors que la moitié n a pas voté aux dernières législatives.
a écrit le 28/09/2013 à 21:31 :
une vraie analyse de benchmark, comme dans les entreprises, illustre les performances, coûts par unité d'oeuvre..en complément du chiffre manquant pourtant majeur : le % du PIB. ex : la finlande dépense 30% de moins par élève tout en étant 3eme en résultats scolaires, alors que la france est 22eme en dépensant 3% de plus, donc marge de progrès de la france : -30% en dépense et 19 points de classements à gagner. Et dans une entreprise, le manager a ces indicateurs comme objectifs, à tenir sinon remercié...mais peillon recrute et supprime la prime au mérite..voila le système débile et en totale roue libre français !!!
Réponse de le 28/09/2013 à 21:55 :
mais vous n'y pensez pas ! mettre des indicateurs de performance, d'efficacité dans la fonction publique ? mais ils vont faire grève ! le PM a déjà supprimé la prime au mérite : tu bosses, tu bosses pas, payé pareil ! alors c'est pas demain qu'on va amorcer des marges de progrès ! c'est roue libre, pas de vagues, les énarques gérent la paix sociale par les primes, et désavouent les cadres qui voudraient faire avancer le système, sosu la pression du syndicat auitogestionnaire... aucun management, aucune gestion, aucune performance..et on retrouve ces énarques comme ministres, députées, hauts fonctionnaires... aucune chance qu'ils réforment quoi que ce soit, la boucle est bouclée, c'est léthargie, immobilisme et dépense max
Réponse de le 08/10/2013 à 0:03 :
@il faut comparer...Ok pour la méthode mais elle ne donne pas le même résultat pour le primaire et le secondaire. Pour le primaire, il fallait faire ce que fait le gouvernement. Pour le secondaire par contre, il ne faut pas rajouter des moyens mais réformer les contenus...
a écrit le 28/09/2013 à 21:27 :
il ne manque que l'essentiel, l'histogramme en % du PIB, et là la france a le bonnet d'âne !! et c'est ça le chiffre essentiel
a écrit le 28/09/2013 à 21:25 :
c'est signé flanby ou une analyse d'un éconofumiste ? on parle de hausse, laissant croire que la france finalement n'est pas si mal placée !!! MAIS L'ALLEMAGNE DEPENSE 220 MILLIARDS DE MOINS QUE LA FRANCE !!! le france a le record de dépense publique d'europe en % du PIB, le record d'effectifs et le bonnet d'âne pour les résultats qui continuent de descendre !!! la dépense publique est une mine d'or d'économies pour autofinancer les relance, aider l'emploi, baisser les impôts !!!! marre de ces manipulations digne d'une dictature !
a écrit le 19/09/2013 à 10:34 :
On ne compare que des hausses, il faudrait prendre en compte également le point de départ!
a écrit le 19/09/2013 à 9:25 :
Avec la crise financiere, la depense publique aurit du contracter partout. Or on constate une agumentation presque partout, au point ou le journaliste sous-entends que la France fait mieux que ses partenaires. Les pays europeens qui ont augmente leurs depenses plus vite que l'inflation sont inconscients. Les pays l'ayant reduits ont au moins une gestion saine.
a écrit le 19/09/2013 à 6:30 :
A quand la vérité des chiffres ?
Réponse de le 19/09/2013 à 8:20 :
La voici : les deux tiers de la dépense publique sont des dépenses sociales avec au 1er rang l'assurance maladie et les pensions de retraite qui pèsent rien moins que 1,5 fois le budget de l'état ! Ces régimes sont structurellement impossibles à équilibrer notamment pour des raisons démographiques mais pour la génération du papy boom, fidèles électeurs de tous les scrutins, il vaut mieux aggraver la dette sur leurs descendants que de réformer cet état providence à crédit ...
Réponse de le 28/09/2013 à 21:39 :
à zoro : tous les rapports de la cour des comptes, ocde... disent exactement le contraire et les comparaisons avec les autres pays aussi : il y a au moins 30% de mauvaise dépense publique, un trésor de guerre qui permettrait de baisser les impôts et taxes et donc doper l'emploi et la relance, tout en apportant plus de services. voir C dans l'R, la sécu : des dizaines de milliards d'économies possibles : opérations avec retour à domicile, arrêt du tourisme hospitalier, rigueur dans la prescription de médicaments...l'état ? le mille feuille (20 milliards), les régimes spéciaux (20 milliards) ce qui permettrait d'augmenter les petites retraites plutôt que de les diminuer, etc etc.. l'allemagne dépense 220 milliards de moins que nous ce qui consolide le chiffre de gais parfaitement identifiés par ces rapports. et le 1er poste budgétaire : l'enseignement, le record d'inefficacité : la finlande dépense 30% de moins que nous...non, la dépense publique est très compressible, au moins 30% etceux qui rabâchent ces discours mensongers sont ceux qui sont au chaud sans objectif, à gaspiller nos deniers et ne veulent pas que ça change, halte à l'arnaque !!! tous les régimes sont équilibrables, c'est une question de volonté, de compétence en gestion et de justice
a écrit le 18/09/2013 à 22:30 :
En résumé l'Allemagne a une part de dépense publique plus basse en rapport du PIB mais 1- pour des retraites équivalentes aux minimas sociaux (si on ajoute les complémentaires privées pour comparer des patates avec des patates et être comparable à la France on arrive a combien ?) , 2- sans écoles maternelle (femme avec enfant, femme à la maison, à l'ancienne et double effet kisscool cela fait moins de personnes sur le marché du travail donc moins de chômeurs ! ), 3- sans défense ou presque (c'est vachement mieux quand les ricains voir les français et les anglais s'occupent de la défense Européenne , enfin sauf quand il s'agit de s'accaparer majoritairement la production du matériel militaire en faisant du chantage comme avec EADS ) , 4- et en collant une grosse partie de l'éducation du coté des entreprises via l'apprentissage (en remarque pourquoi pas , pour une fois que les patrons sont prêt a payer) . Voilà la recette: du transfert de charge du publique au privé (pour les retraites) sans gage de cout plus faible au final pour les ménages, du radinisme Européen (pour la défense) , et un vieux fond de vieille société patriarcale (femme à la maison pour s'occuper des mioches, et patrons qui s'occupent de l'éducation) . Peut être pas si moderne la recette, c'est plutôt XIX siècle
Réponse de le 19/09/2013 à 7:52 :
vous avez raison , mais en prime en france la dissuasion nucléaire cela se paie aussi , l'Allemagne n'a pas ce cout là , en plus nous payons via notre dette publique les plans d'aide européens ce qui a accentué notre endettement et les allemands eux profitent a fond d'une démographie inversée par rapport a la france , enfin je note que l'Irlande , la hongrie et l'Islande ont fait de réels progrès dans leurs dépenses publiques , dans quelques années on dira que ce sont des bons gestionnaires mais a quel prix aussi ? , enfin en allemagne on pousse les jeunes femmes dans la carrière professionnelle et que la vie familiale ou d'enfants c'est a oublier si on veut rester au niveau qu'on est , avoir un enfant est pénalisant pour la femme allemande , si le mari gagne très bien sa vie cela peut l'aider sinon c'est un handicap social lourd , quand a l'éducation dans ce pays , soit tu paye soit tu te débrouille par toi meme , pas enchantant de faire des enfants
Réponse de le 28/09/2013 à 21:45 :
arretez de chercher des alibis pour ne toucher à rien de notre gabegie incomensubale de la dépense publique, du kafka au quotidien qui n'existe plus dans aucun pays à ce niveau. la différence avec l'allemagne c'est la qualité de gestion, la volonté des réformes, le courage de s'attaquer aux vrais problèmes. ils n'ont pas nos boulets les régimes spéciaux, nos syndicats qui nous coutent 5 milliards, notre mille feuille inerte, le gachis dans les hopitaux, la fraude à la sécu, les caisses noires des députés et sénateurs, le grand gaspillage de la formation professionnelle où les synidats mettent la main dans la caisse.... tout ce qui fait nos 30% de mauvaise dépense publique qui nous ruine et comme l'état ne veut pas y toucher parce que c'est son électorat, il augmente les impôts qui tuent l'emploi et saigne le privé qui pourtant créé la richesse et l'emploi ...le mal principal est là et s'aggrave par cette lâcheté et ce sectarisme
a écrit le 18/09/2013 à 21:07 :
Même l'Allemagne a augmenté ses dépenses publiques de 13%, alors qu'elle donne des leçons de vertu à la terre entière !
Réponse de le 19/09/2013 à 9:37 :
En ce qui concerne le niveau d'éducation et les connaissance de bases mathématiques, l'Allemagne se classe également mieux que la France. (Cela n'a pas toujours été le cas) Un prof de mathe gagne d'ailleurs 2.5 fois plus que son homologue français, ça devrait peser dans les dépenses? Votre rôle "d'idiot du village" est donc bienvenue pour expliquer certaines choses: Une pression assez importante a été exercer sur l'Allemagne pour stimuler sa consommation intérieure. Vous voyez maintenant qu'elle s'est conformée à ces demandes internationales et a augmenté ses dépenses. Puis sur la période des dernières 5 ans, elle a connu de la croissance économique et une croissance fortes de ses recettes fiscales. Après la crise 2008/09 l'endettement en % du PIB a augmenté, MAIS ensuite cette part a diminué, malgré un hausse des dépenses incessante. L'Allemagne a également dégagé un excédent budgétaire en 2012, donc comme la Norvége, elle peut se permettre d'augmenter ses dépenses. Plusieurs personnes sur ce site ont tenté d'expliquer cette relativité mathématique! Sachez aussi que les français ont en moyenne plus de mal à comprende un document écrit que les allemands. Ce qui intéressant que ce pays qui ne vénére pas particulièrement les idées de relance de Keynes (malgré une culture germanique à tendance intellectuelle, en contraste avec l'exception culturelle française). Ainsi, d'un coté ce pays trouve sa théorie confirmée et de l'autre, la pauvre France trouve cette théorie infirmée. Il existe en sciences sociales une corrélation entre le manque de chance des individus (le pas de bol) et un déficit intellectuel individuel. Le cumul des ces déficits individuels mènent à un déficit collectif (je propose que cet indicateur s'appelle la fameuse "exception culturelle")
Réponse de le 19/09/2013 à 11:54 :
Vous oubliez de dire, pour le prof de math Allemands, que bien souvent il n est pas QUE prof de math, il enseigne une ou deux autres matieres, ce qui explique sa plus forte remuneration..... Autre avantage il connait souvent bien mieux ses eleves.... Plusieurs ministre de l education Francais on evoque cette methode et ont meme tenter de l appliquer a la France pour ameliorer les revenus des profs, le niveau global tout en limitant la depense... Les profs sont descendu dans la rue et ont fait greve........ du coup on l a pas fait....
Réponse de le 19/09/2013 à 13:05 :
@ mon pseudo: Oui, c'est plus intéressant pour tout le monde ainsi; les étudiants et le profs peuvent faire des liens entre les différents sujets et matières; un problème de science nat ou sociale peut être aborder par un calcul de probabilité...mais à mon avis le cumul des matières ne fatigue pas ces profs...tant mieux! La pensée par analogie est ainsi encouragée; en France, on favorise la pensée par répétition.
a écrit le 18/09/2013 à 20:15 :
il faut tout privatiser hors police,armée,justice
l Etat hors regalien est une fiction qui detruit l économie et les consciences
Mais ne nous leurrons pas, en France,pays qou l Etat a remplacé Dieu, se desintoxiquer de l Etat sera aussi dur qu un heroinomane qui veut decrocher
Réponse de le 18/09/2013 à 20:33 :
Votre État idéal n'existe nulle part. Peut être y a t il une raison ?
Réponse de le 19/09/2013 à 8:27 :
Ce serait beaucoup plus simple de se débarrasser des inutiles comme les rentiers ...
Réponse de le 28/09/2013 à 21:49 :
la suéde a supprimé les fonctionnaires sauf la partie régalienne, et elle est bien plus efficace, a fait de grosses économies, est repartie dans la propérité. et il est évident que c'est ce qu'il faut faire car nos 1600 commissions théodules tournent en roue libre si on n'arréte pas cette usine fantome. ex : le code du travail : 11000 articles en france, 54 en suisse, et ça continue, tous les ans une centaine de pages en plus....il faut appliquer l'excellent modéle suédois, rationnalité, réformes, courage, pragmatisme, efficacité... tout ce qu'il nous manque ..
a écrit le 18/09/2013 à 19:00 :
Je pense qu'on est plutôt 11 eme juste derrière l'Allemagne qui est 10 eme sur 29. !
a écrit le 18/09/2013 à 18:04 :
"Dépenses publiques : la réalité des chiffres en Europe" pour un article qui compare les augmentations des dépenses publiques en pourcentage sur une base propre à chaque pays,le mettre dans un tableau comparatif qui du coup n'a aucune valeur, aucune base de comparaison entre les valeurs comparées et qui ne veut rien dire et le tourner pour dire "Regardez les mecs! en France, on est dans la moyenne européenne"->ça ne m'étonne même plus de vous Ivan Best. C'est soit de la manipulation, et vous en êtes donc conscient, soit vous vous amusez à écrire des articles qui n'ont aucun sens pour exciter les internautes. Il existe une 3ème possibilité dans laquelle vous êtes vraiment bête et dans le déni mais c'est tellement gros que j'y crois plus.
Réponse de le 18/09/2013 à 20:40 :
Le tableau n'est pas issu de la tribune mais d'une analyse d'Eurostat, comme indiqu? dans l'article. Les données sont comparables. Après, que ces données ne collent pas a l'image que vous avez de la realit?, c'est un autre sujet.
C'est pour moi au contraire un article éclairant qui permet de comprendre les raisons de l'évolution et donc les clés pour limiter l'évolution des dépenses (retraité défense..) aux citoyens ensuite de faire leur choix.
Réponse de le 18/09/2013 à 21:02 :
@ Prout déjà écrit, tant de confusion arrogante... laissez tomber La Tribune, cela nous indiffère
Réponse de le 18/09/2013 à 22:48 :
Le problème c'est qu'en l'occurrence, il a raison. Ce tableau parle de taux d'augmentation de l'endettement pas de taux d'endettement! C'est un peu comme si vous au lieu de parler du taux de chômage à 12% vous vous contentiez de comparer les taux d'augmentation du chômage. Cela n'a aucun sens... à part la désinformation.
Réponse de le 19/09/2013 à 20:14 :
@TRIBUNE et LOL: Cas 1: Taux de chômage qui passe de 2 à 4% Cas 2: Taux de chômage qui passe de 50 à 55%. Le cas 2 a un nombre de chômeur qui a augmenté de 10%, le cas 1 de 100%, pourtant je préfère vivre dans le cas 1 parce qu'il moins augmenté en proportion par rapport à l'ensemble de la population 2%contre 5% et que la finalité n'est pas la même 4% contre 55%. Voilà pourquoi je dis que ce n'est pas comparable. (Je tiens à rappeler qu'on fait ce même genre de problème au CM1/CM2, mais on l'oublie vite même à HEC parce qu'on préfère parler de l'incroyable magicien Keynes )
a écrit le 18/09/2013 à 17:34 :
il faudrait aussi indiquer la méthodologie dans ces statistiques qui sans elle ne veulent rien dire en soi. Dans certains pays d'europe (pas tous) le système des retraites est 100% public et compte comme étant de la dépense publique dans d'autres partiellement voir pas du tout. Vu les sommes en jeu cela peut faire varier de plusieurs points de PIB et pourrait en fait masquer le vrai problème: si un etat à une adminastration centrale très perfoirmante et peu gourmande mais intègre la retraite dans son ration alors que son voisin a un état central enorme et un système de retraite 100% privé on va que dire que 2 est vertueux car ayant un ration < a celui de 1

il vaudrait mieux comparer non pas la dépense publique mais la dépense des administrations centrales et locales pour comparer l'effacité relative des états en Europe.
a écrit le 18/09/2013 à 17:22 :
Trou du aux retraites: retraite des fonctionnaires, non ? Les salariés, eux ils cotisent à taux majoré depuis longtemps, et plus longtemps !!! (pour information: les aux publiés pour les salariés du privé sont FAUX: en effet , par la subtilité du "taux d'appel", ces taux sont majorés à 125% ou 130%.. Bernés jusqu'au bout, les salariés du privé !!! (dont les caisses de retraite sont gérés par des fonctionnaires, qui ne se gènent pas !)
a écrit le 18/09/2013 à 17:12 :
Oui, c est bien beau on parle d evolution....Alors si on estime que 100 est la limite, que la France est deja a 70 alors que la Norvege etait à 20 et qu au final la Norvege arrive a 60 et que la France finit a 90.... l evolution a certe un interret mais ce qui est important c est son montant global, savoir si c est conjoncturel ou structurel.... Or en France elle est structurel et deja a un montant eleve... On pourra se rassurer sur son evolution quand elle suivra le modele de l islande.
a écrit le 18/09/2013 à 17:05 :
Les depenses publiques sont le cancer de l'economie. 1 euro depense dans le public est toujours moins bien utilise que dans le prive. La raison est simple les acteurs dans le prive ont travailler pour l'obtenir alors que dans le public ils se sont cententes de faire les poches de ceux qui font des efforts.
Réponse de le 18/09/2013 à 18:46 :
Et le remettent dans le circuit en le dépensant pour acheter des biens qui sont fabriqués par le privé.....
( Cet été j'ai vu le yacht du patron de Vivendi à St-Tropez (immatriculé sous pavillon de complaisance), étant abonné à SFR depuis très longtemps, je me suis dit qu'une des mailles de la chaîne de l'ancre, hé bien c'était moi qui l'avait payée).
Réponse de le 18/09/2013 à 22:43 :
C'est marrant, mais aller voir les membres du syndicat MEDEF, ils n'ont pas du tout le même point de vue que vous. Ils adorent, ils raffolent de l'argent public !
Réponse de le 19/09/2013 à 13:03 :
@Squee Vous m'étonnez ,chez Doze,ils pleurent leur mére que l'interventionniste de l'état est un frein à l'économie,mais pour les CICE et autres subventions ils sont tous là les canaillous
a écrit le 18/09/2013 à 16:45 :
La croissance des dépenses publiques ne constitue aucun problème; tant que l'endettement ne croît pas (par la croissance des recettes) et que surtout ces dépenses servent finalement à quelques choses de bien. Tout cela n'est pas valide pour la France, elle s'est endettée pour augmenter ses dépenses et les dépenses étaient improductives et n'ont que fait baisser le niveau de vie de la population. Autre point, il existe un niveau de dépense (57 % du PIB) qui est un niveau record très élevé et qui a été juger extrêmement préoccupant par exemple par la Suède qui avait compris qu'elle allait échouer. La Suède a entreprise de réformes fondamentales dans les années 90. La situation de la France est bien plus préoccupante, car elle est en mauvaise compagnie d'autres pays et d'une situation économique globalement très difficile.
a écrit le 18/09/2013 à 16:32 :
En fait, l'objectif de cet article est d'expliquer que l'Etat français peut continuer à s'endetter tranquillement ? Malheureusement, ce qui est intéressant, ça n'est pas de savoir si l'augmentation de la dette ces dernières années est le même que dans les autres pays. C'est plutôt de connaître le niveau global de cette dette par rapport à la confiance que nous accordent nos créanciers. Et là, ça bloque ou plutôt, ça risque de bloquer bientôt...
a écrit le 18/09/2013 à 16:25 :
" Les Allemands ont su réduire leurs dépenses de retraite en réformant le système. De sorte que la plupart des salariés doivent faire appel à une retraite complémentaire privée, faute de quoi leur pension sera proche des minima sociaux "
Ce qui implique logiquement que l'on doit additionner les sommes aux fonds de retraite privée par les Allemands aux dépenses de retraite de l'état allemand pour établir une comparaison valide avec les dépenses françaises . Tout est question de périmètre .
a écrit le 18/09/2013 à 16:23 :
Si on fait le calcul,la difference entre France et Allemagne n'est plus de 12% mais plutôt de 6%.... Pas si enorme vu la pauperisation massive de la societee allemande, ou les salaries low cost deviennent la norme, les retraites oblige d'aller en pologne se payer une maison de retraite, un deficit demographique etcetc
Réponse de le 18/09/2013 à 16:39 :
Euh ... Vous avez déjà été en Allemagne ? Ou vous répétez ce qu'on veut nous faire croire ?
Sinon, je vous encourage à y faire un tour. Je pense que vous seriez surpris.
Réponse de le 18/09/2013 à 16:46 :
"la pauperisation massive de la societé allemande" ???? vous êtes allés en Allemagne récemment vous ????
Réponse de le 18/09/2013 à 17:21 :
pas la peine de repondre @ rb c 1 troll ps
Réponse de le 18/09/2013 à 19:20 :
Faut avoir besoin d'aller dans un pays maintenant pour dire une realite retranstrique dans les medias allemands, la presse?!
Votre raisonnement est totalement absurde et montre l'absurditee ridicule de votre pensee, prenons les touristes etrangers qui voient tous la France comme un pays du luxe, galanterie etcetc....Bon visiblement ca ne sert pas forcement a grand chose d'aller sur place, mieux vaut lire, s'instruire via les medias locaux ;)
Réponse de le 19/09/2013 à 8:30 :
Les pauvres font comme en France, ils se planquent ... C'est fascinant les grosses berlines teutonnes, hein ? Mais elles occultent les millions d'allemands qui sont sortis des classes moyennes en 10 ans !
a écrit le 18/09/2013 à 16:21 :
Personne n'a dit que la France avait plus augmenté sa dépense publique que les autres pays suite à la crise ! Le problème c'est que notre dépense publique culminait déjà à un point très élevé et que nous n'avons donc pas la même latitude. Par ailleurs, M. Best nous explique comment les allemands dépensent moins. Illustration : "Le chômage étant moins important, les indemnisations le sont aussi Outre-Rhin (0,5 point)."... Euhh oui, pourquoi est-il moins important ? C'est cela qui est intéressant : moins de rigidité du code du travail, choix de faire travailler pour des bas salaires plutôt que de verser des allocs, plafonner les allocations chômage à 2 000 ?... En matière de santé, on pourrait aussi trouver milles raisons à l'Allemagne de dépenser plus que nous, notamment avec le vieillissement de sa population. Et la meilleure pour la fin : "la plupart des salariés (allemands) doivent faire appel à une retraite complémentaire privée, faute de quoi leur pension sera proche des minima sociaux..." Ah bon, ça n'est pas le cas en France ? Je suis heureux de l'apprendre ! Par ailleurs, les documents de travail de la DG Trésor indiquent d'autres chiffres en ce qui concerne la part du PIB consacrée au retraites : 14,5 % pour nous contre 13,1 % pour l'Allemagne (http://www.tresor.economie.gouv.fr/File/374396 - P.89). Surprenant un tel écart ! Bref tous les arguments de M. Best n'expliquent rien. Ce que je conclue de cette article, c'est que finalement la dette contractée par Sarkozy, tant décriée par la gauche, est conforme à ce qui a été fait en Europe (je ne dis pas pour autant que c'est bien) et d'ailleurs, son initiative était tellement bonne que les socialistes continuent de plus belle. Merci M. Best pour cet article de désinformation digne de la Pravda.
Réponse de le 18/09/2013 à 16:46 :
+ 10000 !!!! Bravo !!
a écrit le 18/09/2013 à 16:08 :
Une conclusion est qu'en Allemagne il vaut mieux être riche, bien portant et sans enfant. Sinon, c'est la chute. Mais le pays va bien ...Merci
a écrit le 18/09/2013 à 15:59 :
Les commentaires du journaliste LA TRIBUNE me rappellent que certains traders de la City lors de la crise financière de 2008 étaient revenus en France pour se faire payer ... leurs indemnités chômage !!!
a écrit le 18/09/2013 à 15:55 :
L'Allemagne et surtout mieux gérer par des industriels et pas par des Enarques
Petit rappel cout de gestion de l?Allemagne 163 Milliards d?euros de moins que la France.
L?Allemagne a moins d?hommes politique et surtout issus du monde industriel.
Disons la vérité arrêtons de prendre des gangs avec cette caste d?Enarque !!!
a écrit le 18/09/2013 à 15:33 :
"Ce chiffre de 57,1% du PIB, un record, amène à une conclusion rapide : la France serait donc le pays de la gabegie budgétaire, quand les autres pays européens pourraient se voir décerner des prix de bonne gestion." Cette conclusion est juste et demande une analyse plus poussée. La progression des dépenses ne rapporte pas beaucoup d'éléments à ce constat; le Portugal n'a pu eu beaucoup de progression ,l'Espagne bcp plus ,les 2 pays vont mal. Prenons l'exemple de l'Allemagne. Le PIB en SPA / habitant selon eurostat est plus élevé de 14 points. 108 contre 122 = + 12 %; donc 1 % du PIB / habitant donne déjà +12 % de plus de pouvoir d'achat en Allemagne qu'en France. Après que sont les résultats tangibles pour la population; avec 44.6 % du PIB, l'état Allemand hisse sa population au 5eme rang en terme de d'IDH (l'indice de développement humain) L'IDH se fonde sur trois critères majeurs : l'espérance de vie à la naissance, le niveau d'éducation, et le niveau de vie. Ses critères sont assurés essentiellement par l'état providence. La France se retrouve à un niveau bien plus modeste au 20 eme rang des 187 pays classés. Mais ceci n'est pas le problème principal; l'état doit injecter 57.1 % du PIB pour assurer ces résultats bien médiocre. Ce n'est pas fini; l'endettement de la France dérape, celui de l'Allemagne reflue même fortement et son système d'assurance social est excédentaire tandit que celui de la France est en déficit devenant incontrôlable. Rare sont des manifestations d'un déni journalistique aussi éhontés!
Réponse de le 18/09/2013 à 15:57 :
Tres bonne analyse.
Réponse de le 18/09/2013 à 15:58 :
Mettez une culotte de peau, vous aurez l'air d'un bavarois ...
Réponse de le 18/09/2013 à 16:24 :
@ déni: oui, c'est bientôt la fête de la bière, et puis le PIB va encore augmenter; pas besoin de ressouces pétrolières, une bonne choppe est vous retrouvez toute vos énergies pour refaire le monde.
Réponse de le 18/09/2013 à 16:44 :
C'est dingue... L'orgueil français bat des records ...
Réponse de le 18/09/2013 à 23:25 :
Ce que je peux constater c'est qu'à revenu égal, un couple vit plus aisément en Allemagne qu'en France. Qu'on me dise encore que le poste de dépense de l'immobilier n'affaiblit pas le niveau de vie des français, idem pour le poste des dépenses de santés, de l'alimentaire, ... etc. Certains allemands de la classe moyenne supérieure, que j'ai la chance de côtoyer trouvent les prix de l'immobilier en France trop élevés. Cela ne légitime pas les dérapages budgétaires, les mesures à prendre qui ne le sont pas. À quand de réelles économies, pour appuyer les nouvelles recettes. Prêt à payer plus d'impôts à condition que les efforts soient identiques pour tous. Mais de constater que ces impôts supplémentaires partent en fumée, c'est presque insupportable.
a écrit le 18/09/2013 à 15:12 :
Voila un bon résumé: ce qui coute a la France et qu'elle veut surtout pas reformé c'est le social. Tout le monde le sais et personne n'y touche, les politiques en 1er, chut! surtout faut rien dire et rien faire on risquerait de plus voter pour eux. Qd on sera au pied du mur on aura l'air malin
Réponse de le 18/09/2013 à 15:59 :
Baissons le social (les retraites et la sécu) ? Chiche !
Réponse de le 18/09/2013 à 16:24 :
N'oublions pas que nous avons 40 % de fonctionnaires en plus pour gérer plus ou moins les mêmes services qu'en Allemagne, avec 20 millions de citoyens en moins pour la France. ça n'est qu'une partie du problème, mais l'Etat et les collectivités ont du ménage à faire dans leurs propres services avant même de s'attaquer au montant des allocations !
Réponse de le 18/09/2013 à 16:38 :
@@ icietla: donc on fait rien? c'est bien ce que je disais! on pourrais par exemple controler les fraudeurs pour de vrai: lors d'une fraude la personne doit rembourser les sommes fraudées et une amande ridicule, on pourrais aussi l'interdire de toutes aides pdt 5ans ca en calmerais plus d'un et ca ne me poserais aucun pb moral, il a joué il a perdu! dans notre systeme le fraudeur va recommencer car il sais qu'il ne sera que rarement pris et meme dans ce cas il y aura peu de sanction
a écrit le 18/09/2013 à 15:03 :
J'ajouterais que vous devriez augmenter les possibilités d'abonnements : 287 ? ttc ça fait une somme. Pour les petites bourses, vous devriez proposer des abonnements du lundi, du mardi etc... 7 fois moins chers à 41 e par exemple. Ou des formules 2, 3 jours.
a écrit le 18/09/2013 à 14:59 :
Ce qui est bien avec la Tribune, ce sont ces articles qui sortent des sentiers battus. Ce site serait quasi parfait en interdisant les commentaires.
Réponse de le 18/09/2013 à 16:18 :
Il vous suffit d'allez voir les echos!!!
pas de commentaires et autorisations avant de publier un article.
Super
Réponse de le 18/09/2013 à 17:31 :
C'est bien pour ça que j'y vais de plus en plus. ça permet de réduire la masse de bêtises lu en une journée.
Réponse de le 18/09/2013 à 17:49 :
+1000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000
a écrit le 18/09/2013 à 14:36 :
Là, ça va pas plaire aux sarkosystes... "On est QUE 19ème... scandale. On devrait être premier, comme d'habitude..."
Réponse de le 18/09/2013 à 15:59 :
...19e en matière d'augmentation. Le problème c'est que le niveau de dépense publique était déjà très élevé en France avant la crise !
Réponse de le 18/09/2013 à 16:00 :
Faut dire qu'on partait de hauts...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :