Les médecins "mercenaires" représentent un surcoût de 500 millions d'euros par an

 |   |  426  mots
Un médecin intérimaire touche en moyenne de 600 à 800 euros nets pour une journée de travail quand son collègue titulaire est payé 260 euros, estime le député PS Olivier Véran. (Photo : Reuters)
Un médecin intérimaire touche en moyenne de 600 à 800 euros nets pour une journée de travail quand son collègue titulaire est payé 260 euros, estime le député PS Olivier Véran. (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Face à une pénurie de médecins, les hôpitaux sont obligés de recruter des intérimaires, parfois en toute illégalité et à des tarifs exorbitants. Le surcoût est de 500 millions d'euros et la qualité des soins s'en ressent.

L'intérim coûte cher, surtout aux hôpitaux. Près de 6.000 médecins intérimaires seraient employés par les les hôpitaux publics, ce qui représente un surcoût de 500 millions d'euros par an, selon un rapport parlementaire présenté mardi.

Plus de trois fois plus cher qu'un médecin normal

Un médecin intérimaire touche en moyenne de 600 à 800 euros nets pour une journée de travail quand son collègue titulaire est payé 260 euros, estime le député PS Olivier Véran dans ce rapport, remis mardi aux députés. Au final, cela représente un coût de 1.370 euros TTC à l'hôpital, soit "plus du triple du coût normal d'une journée de travail pour un praticien hospitalier".

Et "on peut estimer le surcoût pour les hôpitaux à plusieurs centaines de millions d'euros, de l'ordre de 500 millions d'euros", note le rapport.

Pénurie dans les emplois pénibles

Ce phénomène "qui semble avoir pris de l'ampleur mais bénéficie d'une véritable omerta" est lié aux difficultés de recrutement des hôpitaux, explique-t-il.

La médecine d'urgence, l'anesthésie ou la radiologie souffrent plus particulièrement d'une pénurie chronique de professionnels. Aux urgences, "le recours au remplacement serait symptomatique de la pénibilité" (gardes nombreuses, stress professionnel). En anesthésie, seul un poste de titulaire sur trois est pourvu.

Pratiques à la limite de la légalité

Face à cette situation, les directeurs d'hôpitaux, confrontés à une "surenchère salariale", sont contraints par une réglementation rigide qui ne leur permet pas d'augmenter la rémunération au-delà d'un certain seuil. Certains y dérogent, engageant parfois leur responsabilité, d'autres recrutent des médecins sur des courtes durées, au tarif du remplacement, et renouvellent le contrat mois après mois.

La situation est "plus critique" encore dans les petits hôpitaux où certains services "ne se maintiendraient ouverts qu'en recrutant 100% de remplaçants".

Atteinte à la qualité des soins

Plus grave: "le marché s'est emballé, remettant en cause par endroits la qualité, la continuité, la sécurité des soins". Pour autant, "il est difficile de déterminer si la multiplication des missions temporaires s'accompagne d'un sur-risque pour les malades".

Le groupe de travail à l'origine de ce rapport formule 14 recommandations pour réduire le recours à l'emploi temporaire médical. Il s'agit principalement d'améliorer le recrutement à l'hôpital. Mais aussi de mettre fin aux abus, en plafonnant le niveau de rémunération des médecins contractuels et en renforçant les contrôles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2013 à 18:20 :
posons nous la question, est-ce qu'ils coûtent plus chers que les politiques et rendent-ils plus de service au quidam .
a écrit le 18/12/2013 à 13:46 :
beaucoup de médecins roumains , maghrébins , africains aux compétences souvent douteuses pour pallier à une pénurie croissante.La médecine fait des progrès mais pas notre système de santé.
a écrit le 18/12/2013 à 0:17 :
La solution payer les médecins qui ont de grandes responsabilités, augmentez le salaire des hôpitaux. Les médecins français sont les moins bien payés d'Europe. Il faut valoriser la profession et non la stigmatiser.
a écrit le 17/12/2013 à 23:02 :
Bof, quand on sait qu'un prof de sport agrégé de 40 ans touche 4.600 euros net pour 13 heures de cours par semaine, ou qu'un prof de prépa touche jusqu'à 10.000 euros net en fin de carrière (10 heures à assurer par semaine +heures sup) je me dis que quelqu'un qui sauve des vies mérite plus quand même ?
a écrit le 17/12/2013 à 19:27 :
Vive la France, on est décidément les meilleurs. BRAVO
a écrit le 17/12/2013 à 19:03 :
Dire qu'un médecin mercenaire gagne autant qu'un eurocrate ou un fonctionnaire de Bruxelles...mais ou va t'on ma ptite dame.
a écrit le 17/12/2013 à 15:49 :
dites moi ça censure sec chez vous !!
Réponse de le 17/12/2013 à 23:49 :
en effet la tribune c'est la censure permanente.... en même temps ce n'est pas étonnant.
a écrit le 17/12/2013 à 15:27 :
L’administration française est toujours aussi riche en pratiques étonnantes :
La France manque de plus en plus en de médecins comme en témoignent les déserts médicaux en province, le recours par les hôpitaux à des praticiens étrangers à prix d’or et le fait qu’un nouvel inscrit sur quatre au tableau de l’Ordre a désormais obtenu son diplôme hors de l’Hexagone...
Pourtant un numerus clausus qui ne retient que 15 % des étudiants est obstinément maintenu.
Où est l’erreur ?
Le Vilain Petit Canard (http://levilainpetitcanard2.blogspot.fr/ )
a écrit le 17/12/2013 à 14:37 :
Tout est dit dans cet excellent article. Grâce à l'aberration de la formation médicale française numérus-closus trop important, nous ne formons pas assez de médecins français qui pratiquent. Car du fait de la féminisation de la profession, les femmes limitant leur activité on est obligé pour assurer le service médical à des médecins étrangers dans les zones rurales, et dans les petits hôpitaux ce qui fait que dans ces zones, nous avons à la fois des gens moins bien formés, peu attachés à leurs tâche et qui coûtent cher. Encore une ineptie de nos technocrates qui nous coûte cher à tout point de vue.
a écrit le 17/12/2013 à 14:12 :
l'omerta est une pratique mafieuse et c'est ce qui caractérise ce système. les drh des hôpitaux sont les seuls responsables de cette gabegie. exemple un hôpital du 92 qui paie un médecin 800 euro la nuit cela plusieurs fois par mois mais qui refuse de recruter un medecin FFI à 1500 euro...le mois..Pourquoi me direz vous ? parce que les drh des hôpitaux comme toutes les drh de France sont gangrenés par le racisme...vous pensiez que le "plafond de verre" est réservé aux femmes ???
Réponse de le 17/12/2013 à 14:52 :
toi t'as pas travaillé avec beaucoup de FFI :/
Pour en avoir côtoyé un certain nombre, je t'assure que c'est mieux pour les patients de ne pas les engager. Ce n'est pas du racisme, mais probablement juste un problème de compétence.
Je sais que je ne devrai pas généraliser sur quelques exemples, mais pour l'instant sur 5 FFI, les 5 étaient dangereux.
a écrit le 17/12/2013 à 12:48 :
C'est quoi cette polémique à la con? 1370 euros ttc, c'est 1090 euros hc par jour. vous en connaissez des consultants (ingénieurs, avocats,...) avec un peu d'expérience qui sont vendus pour moins? Ce jeune député ne sait pas encore que le ratio entre le salaire net et la facturation d'une société de service dans l'industrie est de 3? Comment peut-on comparer les salaires des salariés de la fonction publique avec la facturation des indépendant...
Réponse de le 17/12/2013 à 14:20 :
c'est quoi cette réponse à la con ?? 500 millions/6000 = 83000 euro par an..et on parle de garde la plupart du temps !! tu sais ce que c'est l'interim ?? tu vois bcp d'avocat ou d'ingé obtenir leur salaire en 3 jours d'intérim ?? un cardiologue (1500 euro) va venir pointer ( dormir) parce qu'il y a une obligation légal de présence... et il se déplacera pas pour autre chose que de la cardiologie !! alors qu'il pourrait..
un médecin
Réponse de le 17/12/2013 à 15:39 :
Tu peux prendre les chiffres dans n'importe quel sens: 1000 Euros par jours ou une moyenne de 83k Euros par an (pour 220 jours travaillés), la conclusion est qu'il n'y rien d'exceptionnel. Il ne faut pas confondre les coûts (salaires + charges sociales + charge de fonctionnement de l'activité) et le salaire. Un ingénieur débutant gagne environ 35 à 40k brut, pour un coût total de 50k à 60k (+50% de charges sociales): une société de service doit le vendre au moins 70 à 120k Euros pour faire de la marge (il faut réintégrer les frais de structure tel que le comptable, les RHs, le commercial, etc). Et je parle d'un débutant! Un indépendant (par un médecin) va avoir au moins 50% de charges sociales sur son salaire net. Ensuite, il faut ajouter les charges de fonctionnement (une assurance, un bureau, un téléphone, un comptable, etc). Dans cette étude, ont-ils pris en compte les différences de statuts, de charges sociales (c'est drôle, les fonctionnaires ne parlent que de salaires nets!) de couvertures sociales (exemple: délais de carence de 0 jours dans la fonction publique et de 3 à 7 jours suivant que l'intérimaire est salarié du privé ou indépendant), de retraites (80% des 6 derniers mois ou 50% des 28 dernières années), et les coûts fixes?
Réponse de le 17/12/2013 à 16:30 :
C’est bien la première fois que je me permets de poster mon avis, mais trop c’est trop.
Vous trouvez qu’un médecin avec plus de 12 ans d’expérience (7ans pour être généraliste + 5 ans de spécialité) qui facture 700e par jour travaillé via sa EURL ou SARL et qui au passage sauve des vie touche trop !!!
Par contre vous trouvez tout à fait normal qu’un serrurier avec 0 année d’études se déplace pour vous dépanner et vous facture pas moins de 90e pour une intervention de deux minutes, la facture grimpe à 800e s’il doit vous « changer » votre serrure …
Le plombier qui me demande 1500e pour deux bricoles qu’il fait en une demi journée, l’électricien 2000e pour 2j de main d’oeuvre et j’en passe.
Et comme le précise toto, les consultants & ingé pour 5 ans d’exp sont facturés à 500e facilement
Vous oubliez que ce monsieur doit payer les charges patronales, sociales, IR et IS au final il doit lui rester 50% de son CA, l’état lui prend 50% pour le verser à ceux qui rallent, certes ça reste confortable mais c’est amplement mérité !
Les mêmes qui sont entrain de crier ici, trouve par contre normal qu’un joueur lambda de la ligue 1 touche 50Ke par mois (à Sochaux équipe en bas du classement du championnat), il ne fait que taper sur un ballon
Réponse de le 17/12/2013 à 20:57 :
Votre commentaire est étonnant : on parle ici d’un revenu NET de 800 € par jour pour un médecin mercenaire soit 16 000 € NETS par mois s’il trouve un hôpital pour l’embaucher chaque jour ce qui ne doit pas être bien difficile vu la pénurie de spécialistse savamment entretenue par le corps médical (Quel autre intérêt au numerus clausus ?? Pas celui des patients en tout cas !). Il n’y a plus de charges à payer après cela puisqu’il s’agit du NET qu’il met dans sa poche.
Je ne connais aucun ingénieur approchant de tels revenus mirobolants. A vrai dire dans une entreprise privée normale du secteur concurrentiel il faut aller du côté de la direction générale pour entrevoir de telles sommes (et encore dans des grands groupes !). On vous parle ici de 200 000 € nets par an, c’est plus que ce que touche le président de la République. !

Libre à vous d’estimer que la vocation première de l’assurance maladie est de ponctionner les salaires des smicards pour payer les Maserati de quelques milliers de nantis mais je doute fort que ce soit l’expression de la volonté générale.
a écrit le 17/12/2013 à 12:01 :
A la fin des années 90, quand j'étais au lycée, pleins de vocations ont été brisées à cause d'un numerus clausus trop bas. Il fallait des médecins compétitifs. Le pourquoi je le cherche toujours. En revanche 15 ans après on voit le résultat de cette politique visionnaire. Merci aux énarques décideurs qui assumeront leur responsabilité en sortant leur carnet de chèques personnels!!
a écrit le 17/12/2013 à 11:16 :
Faut-il s'étonner? Tous les gouvernements ont favorisé un numerus clausus sous le prétexte de faire des économies. Il avait raison Mr Fernand, "les cons çà ose tout, c'est même à çà qu'on les reconnait".
a écrit le 17/12/2013 à 9:32 :
Nous rentrons progressivement dans une économie tiers-mondiste.Faute de sortir de l'euro
nous continuerons à faire du dumping économique comme ajustement.Moins égal moins comme programme économique,je doute que tout cela aille bien loin.
Réponse de le 17/12/2013 à 12:39 :
elle est où, la relation avec l'Euro?
a écrit le 17/12/2013 à 9:26 :
Normal, que les directeurs y dérogent fautent de pouvoir faire mieux, on va pas laisser les malades crever

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :