Les dix chiffres que vous devez connaître sur la Sécurité sociale

 |   |  282  mots
On dénombre 58,8 millions de bénéficiaires de la branche maladie du régime général à fin 2012
On dénombre 58,8 millions de bénéficiaires de la branche maladie du régime général à fin 2012 (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plus de 450 milliards d'euros de charges nettes, 641.000 accidents de travail donnant lieu à un arrêt : gros plan sur les données majeures du régime général à la fin de l'année 2012 au moment où la Cour des comptes publie un rapport sur la Sécurité sociale.

Alors que le président de la Cour des comptes, Didier Migaud, présente, ce mardi 17 septembre le rapport réalisé par les Sages de la rue Cambon sur la Sécurité sociale, gros plan en dix chiffres sur l'état du régime à fin 2012, d'après les données de la direction de la Sécurité sociale.

  • 454,4 milliards d'euros :

Il s'agit de l'estimation des charges nettes de l'ensemble des régimes de base.

  • -13,4 milliards d'euros :

Ce chiffre correspond au montant total du déficit du régime général sur cette même année.

  • -5,9 milliards d'euros :

Il s'agit du solde de la branche maladie au 31 décembre 2012.

  • 58,8 millions :

C'est le nombre de bénéficiaires de la branche maladie du régime général à fin 2012.

  • 641.000 :

Il s'agit du nombre d'accidents de travail qui ont donné lieu à un arrêt de travail l'an dernier.

  • 54.000 :

Ce chiffre correspond au nombre de maladies profesionnelles qui se sont traduites par un arrêt de travail en 2012.

  • 65,9% :

"En 1991, les cotisations sociales représentaient 86,8 % des recettes des régimes d'assurance sociale des administrations de Sécurité sociale, en 2012, elles ne comptent plus que pour 65,9 %", peut-on lire dans le rapport de la direction de la Sécurité sociale.

  • 46,3% :

C'est la part des entreprises dans le financement du régime général de la Sécurité sociale.

  • 29,8% :

Les impôts et taxes représentent à fin 2012 près de 30 % des recettes du régime général contre 4,9% en 1991. Ce qui s'explique notamment par la montée en puissance de la contribution sociale généralisée (CSG).

  • 2,9 % :

Ce pourcentage correspond à la progression des dépenses du régime général l'an dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2013 à 9:03 :
La sécu 450 milliards d'euros de charges nettes, l?état 370 milliards d'euros de dépenses !
a écrit le 18/09/2013 à 0:23 :
c est pour quand les reformes ?????? alignement des consommations de médicaments sur le reste de l'Europe , contrôle de l installation des médecins (libéraux ) interdiction des visiteurs médicaux etc ... le gouvernement prefere inventer des taxes c est plus simple !!!
a écrit le 17/09/2013 à 19:04 :
La sécu a un déficit de 13,4 milliards pour un budget (ou meme des recettes) supérieures à celles de l'état

L'état a un déficit voisin de 60 milliards

Cherchez l'erreur
a écrit le 17/09/2013 à 18:14 :
Qu'attend-on pour augmenter sensiblement le délai de carence (7 a 10 jours par exemple) et reduire les cotisations. Quel en serait l'effet sur la branche maladie? Son deficit se transformerait certainement en excédent car il y a trop d'abus, beaucoup trop.
Réponse de le 17/09/2013 à 18:39 :
Pourquoi ne pas proposer des jours de carence négatifs (donc payés) aux fonctionnaires et supprimer une semaine de congés payés au privé pendant que vous y êtes?
Réponse de le 17/09/2013 à 19:15 :
Les dépenses dues aux arrêts représentent 6,3 milliards. C'est peu par rapport a 454 milliards de dépenses et agir sur ce levier ne rapportera pas assez, même s'il faut le faire. 1 jour de carence de plus c'est 0,3 milliards de dépenses en moins. 10 jours de carence en plus, soit 13 jours de salaire non versé au malade, c'est 3 milliards, la moité du déficit. Quant aux arrêts injustifiés la loi permet aux entreprises d'envoyer des médecins privés contrôler leurs salariés ; dans la pratique les entremises le font peu. Un article de la tribune, repris par le point estime que 1 arrêt sur 10 est frauduleux, soit une possibilité d'économiser 0,6 milliards. (http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-06-09/plus-de-10-des-arrets-de-travail-controles-sont-abusifs/920/0/350858) (http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/11/14/que-represente-la-fraude-aux-arret-maladies_1603272_823448.html)
a écrit le 17/09/2013 à 18:11 :
Vous avez oublié un chiffre, 588 millions, c'est ce que coûte à la France, l'aide médicale aux étrangers qui n'ont jamais cotisé!!
Réponse de le 17/09/2013 à 18:34 :
Suis bien d'accord !!!
Réponse de le 17/09/2013 à 18:35 :
Oui, mais ca, ils font exprès de ne pas le dire, pour pas qu'on se réveille ! C'est pas vraiment un oubli...
Réponse de le 17/09/2013 à 19:02 :
Soit 1 millième des dépenses. On peut être pour ou contre l'AME mais force est de constater que cela ne changera quasiment rien au problème. La difficlté est que les dépenses augmentent de 2,9% alors que les recettes augmentent au rythme du PIB. Or il est loin le temps où le PIB augmentait de 2,9% et il n'est pas prêt de revenir. Il faudrait arriver a limiter l'évolution des dépenses au niveau d'évolution du PIB. La population française s'accroît de 0,6% par an et l'effet vieillissement avait était évalué a 0,7%, soit une evolution naturelle du fait de la démographie de 1,3% (source Ined et credes) sur un long terme le PIB croit en moyenne en France de 0,9%. , on n'arrivera pas a équilibre si la France ne renoue pas avec une croissance supérieure a 1,3% minimum et idéalement 3%.
Réponse de le 17/09/2013 à 22:51 :
@Pierre,Vous ne connaissez pas le proverbe? les petits ruisseaux font les grandes rivières!
a écrit le 17/09/2013 à 17:52 :
Les économies, c'est bien connu, se font toujours au détriment des MEMES !! il faudrait connaitre le coût réel des bénéficiaires de TOUS POILS, n'ayant JAMAIS cotisé, sans parler des fraudes à la carte vitale, des médicaments aux prix délirants etc etc ! c'est si facile de dérembourser de plus en plus ! et au plus on dérembourse, au plus le TROU SE CREUSE ! faudrait que l'on m'explique cette insoluble équation !!!
Réponse de le 17/09/2013 à 18:58 :
Bien d'accord : ce matin, un patient m'a gentiment invité à passer le voir au Brésil où il va se rendre pendant deux mois pour s'occuper de son bateau avant de me donner sa carte de CMU pour régler sa consultation !... C'est le vécu du jour !
Réponse de le 17/09/2013 à 19:46 :
Je ne vous le fais pas dire...merci!
Réponse de le 17/09/2013 à 20:25 :
@jmdoc, ce genre de comportement est vraiment insupportable et il y en a de plus en plus, des gens blindés qui vivent à l'étranger et qui consultent avec la CMU (pas de revenu en France...). La meilleure pour moi c'est une italienne qui était en affection longue durée et qui, pour ne plus payer le dépassement, (suis en secteur 2) a obtenu la CMU. Elle vient avec ses sacs Vuitton...
a écrit le 17/09/2013 à 17:47 :
Seule solution : Libérer les assurés captifs d'une loi en infraction avec les directives européennes transposées depuis longtemps dans la loi Française, mais jamais appliquée !
"depuis 2001 le monopole de la sécurité sociale a été abrogé. Depuis la signature des directives européennes 92/49/CEE entièrement transposées dans la loi depuis 2001 (lois nº 94-5 du 4 Janvier 1994, nº 94-678 du 8 août 1994 et 2001-624 du 17 Juillet 2001) les
régimes de sécurité sociale maladie et retraite sont en concurrence avec les organismes d'assurance européens permettant de s'assurer librement."=== Le système de retraite et de sécu, modèles que tout le monde nous envie, mais qu'aucun pays n'est pressé d'adopter a vécu, parce que ces modèles sont basés sur le principe de la chaine de Ponzi, chère à Madoff et que le principe de solidarité a été dévoyé ! Le libre choix doit pouvoir s'exercer dans ce domaine comme pour les mutuelles santé ou autres assurances et pouvoir en changer, lorsque le service rendu n'est pas à la hauteur !
Réponse de le 17/09/2013 à 22:14 :
C'est bien vrai
Vive la LIBERTE de choisir
a écrit le 17/09/2013 à 17:42 :
C'est sur que 13,4 Millards d'euros, c'est un gros deficit, mais rapporter a 454,4 M d'euros de charges, cela ne represente que 2,94%. Il suffit simplement de reduire de 2,94% tout versement de la secu, et hop le probleme est Clos
a écrit le 17/09/2013 à 16:59 :
consulter les sites du MLPS et QLSS.FR
a écrit le 17/09/2013 à 16:56 :
-13,4 milliards d'euros

Merci les boomers pour la dette que vous allez laisser à vos enfants et petits enfants.
Réponse de le 17/09/2013 à 18:37 :
Ils ont bien mérité qu'on cotise plus qu'eux les pauvres... Il suffit de voir les pensions de leurs parents derrière lesquels ils se cachent pour pleurer la misère pour voir qu'ils étaient très généreux! Nous devons l'être aussi : Payons ce que nous pouvons payer pour nous loger quand ils possèdent un tas de pierre! Payons ce que nous pouvons payer pour maintenir leurs pensions indexées sur l'inflation quand les revenus s'effondrent! Il suffira seulement d'appliquer les mêmes procédés qu'eux quand ils ne seront plus électoralement majoritaire.
a écrit le 17/09/2013 à 16:52 :
Vous avez un problème d'épaule et on vous fait une coloscopie, un puit sans fond !
a écrit le 17/09/2013 à 16:05 :
On publie comme d'habitude le montant des dépenses et pas le montant des recettes ce qui permet de ne donner aucune explication sur la cinquantaine de milliards perdus dans la gestion et qui ne couteraient rien si on transférait la totalité sur l'impot comme la csg.
Réponse de le 17/09/2013 à 16:34 :
quand je dis transfert sur la csg, ça veut dire supprimer les cotisations patronales et salariales en contrepartie à sommes neutres . Et non une augmentation continue de la csg sans contrepartie comme on a fait depuis sa création.
Réponse de le 17/09/2013 à 17:54 :
sans compter que beaucoup d'organismes, (ainsi que l'état !) doivent de l'argent à la sécu! celle ci ne rentrera jamais dans son argent, et on TAPE SUR QUI, ENCORE & TOUJOURS?????? !
Réponse de le 17/09/2013 à 19:31 :
Supprimer les charges sociales et tout transférer sur les impôts, et donc fusionner urssaf et impôt économiserait le coût des urssaf, soit 0,29% des sommes, soit environ 1 milliard. Je ne vois pas comment vous obtenez 50 miliards. Sans compter que les urssaf recouvrent des sommes pour d'autres caisses que celles de la sécu et qu'il faudrait résoudre ces pb en amont.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :