Un sursis de trois mois finalement accordé à LFoundry malgré la liquidation judiciaire

 |   |  166  mots
Un temps désavoué, Arnaud Montebourg a finalement obtenu gain de cause arranchant le maintien de l'activité de LFoundry durant trois mois le temps de trouver une solution de reprise. (Photo : Reuters)
Un temps désavoué, Arnaud Montebourg a finalement obtenu gain de cause arranchant le maintien de l'activité de LFoundry durant trois mois le temps de trouver une solution de reprise. (Photo : Reuters) (Crédits : AFP)
LFoundry, placée en liquidation judiciaire, a finalement obtenu son délai de trois mois pour maintenir son activité à la demande du ministère du Redressement productif, après une décision contraire exprimée la veille par le tribunal de commerce de Paris.

LFounrdy reste bel et bien en liquidation judicaire, comme l'a décidé le tribunal de commerce de Paris. Mais le délai réclamé par Arnaud Montebourg, dans un premier temps désavoué par la justice, a finalement été obtenu par le commissaire du Redressement productif des Bouches du Rhône à la demande du ministre.

Maintient de l'outil de production

L'entreprise pourra donc maintenir en état de fonctionnement l'appareil productif le temps pour elle de trouver un repreneur pour le site qui emploie 613 salariés.

"Le délai de 3 mois obtenu par le ministère du Redressement productif auprès du liquidateur devra être employé à confirmer la crédibilité de cette solution de reprise. Ce n'est qu'à cette condition qu'une issue positive pourra éventuellement être trouvée", explique le ministère du Redressement productif dans un communiqué envoyé jeudi dans la soirée.

Une cellule sera par ailleurs mise en place pour "gérer l'avenir de l'entreprise", selon les termes employés par le ministère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2013 à 13:51 :
Vous avez pris une photo plus soft d'Arnaud.
C'est l'égérie du gouvernement Ayrault alors quand vous avez mis une photo de lui pas très valorisante sur un autre article, je n'ai pas compris.
La liquidation judiciaire avec la Montebourg Touch, c'est tout de suite une liquidation plus glamour.
a écrit le 28/12/2013 à 8:08 :
Il ne s'agit pas d'un sursis mais de la simple application de la loi à savoir article L 641-10 alinéa 1 du code de commerce qui stipule que "Si la cession totale ou partielle de l'entreprise est envisageable ou si l'intérêt public ou celui des créanciers l'exige, le maintien de l'activité peut être autorisé par le tribunal pour une durée maximale fixée par décret en Conseil d'Etat. Elle peut être prolongée à la demande du ministère public pour une durée fixée par la même voie. Lorsqu'il s'agit d'une exploitation agricole, ce délai est fixé par le tribunal en fonction de l'année culturale en cours et des usages spécifiques aux productions concernées."...rien d'extraordinaire juste le respect des textes!
a écrit le 27/12/2013 à 23:44 :
Heureusement qu'il est là ce Montbourt, lui il sauve des milliers d'emploi tous les mois sinon la courbe du chômage n'aurait jamais baissée; F.H lui doit une fière chandelle.
Réponse de le 27/12/2013 à 23:47 :
Ah oui! ce Montebourg est vraiment l'homme que la france attendait
a écrit le 27/12/2013 à 19:02 :
On pretend qu'en France la justice est indépendante. ....est ce vrai ????
a écrit le 27/12/2013 à 16:11 :
Encore une fois le gouvernement s’immisce dans les affaires judiciaires. Lamentable ! Et qui va payer l'addition ? Le con...tribuable, comme d'habitude. Merci Nono, merci Flanby !
a écrit le 27/12/2013 à 15:35 :
Pour la personne qui défend l'inaction de Mr Montebourg sur le dossier Petroplus la vérité est dure à attendre je rappelle qu'il avait promis devant tout le personnelle et vous devez vous en rappelez ..vous qui connaissez si bien le dossier de revenir avec le champagne pour fête la reprise du site...lamentable. aujourd'hui le site est bien fermé et 550 personnes licenciés cela est la triste vérité.
Réponse de le 27/12/2013 à 18:23 :
Pour qui connais le domaine du raffinage, les vieilles installations de Petroplus n'étaient pas reprennables. Il y a déjà trop de raffineries en France et aussi en Europe pour une consommation qui a diminuée.
a écrit le 27/12/2013 à 14:36 :
Qui paye les pertes durant ses 3 mois ; alors que le tribunal avait demandé la cessation immédiate pour cette raison ? en tout les cas les fournisseurs ne livreront qu'avec des garanties et d'après vous lesquelles L'ETAT, LES IMPOTS et pendant ce temps des entreprises viables ont des besoins de trésorerie .... !
a écrit le 27/12/2013 à 13:41 :
3 mois de plus pourquoi pas ...les élections seront passées. Mais peu importe, le plus soucieux est la valeur de la parole dans tout cela. Nos hommes politiques n' ont plus aucune crédibilité, que dire des tribunaux de commerce qui font "allégeance" au pouvoir écolosocialo en reniant sans aucun problème leur propre jugement ?
a écrit le 27/12/2013 à 12:33 :
On préfaire dépenser sans compter en afrique pour faire une guerre sans fin que de sauver l 600 personnes dans son pays . Je préfère que mes impots sauvent les gens de ma maison..
a écrit le 27/12/2013 à 11:15 :
La justice n'est donc pas indépendante, c'est encore une fois démontré. Elle est instrumentalisée par le politique.
A coup de subvention le gouvernement va faire travailler 600 salariés, c'est toujours cela de gagné dans les statistiques.
LFoundry vient de reprendre une usine plus moderne en Italie. L'usine française n'a pas plus de clients.
La véritable question est bien l'obsolescence programmée des investissements en France, favorisée par les politiques publiques.
Réponse de le 27/12/2013 à 12:20 :
"La justice n'est donc pas indépendante" Je vous rappelle qu'il s'agit d'un tribunal de commerce.
a écrit le 27/12/2013 à 9:58 :
Encore un effet d'annonce de ce bon à rien. On dépense de l'argent des contribuables sachant qu'il sera incapable de sauver cette entreprise. C'est de l'elfe l'âge façon Flamby. Au secours!
Réponse de le 27/12/2013 à 11:41 :
Tant qu'il y aura de l'argent en France, tant que les marchés prêteront, on pourra continuer à faire du social à crédit...
Après, on sera tous égaux et misérables !
a écrit le 27/12/2013 à 9:54 :
Mr Montebourg utilise toujours la même méthode, des effets d'annonce, beaucoup de paroles,de promesse et aucun acte. Il joue avec le moral et la santé des salariés des usines en difficulté cela est inadmissible de la part d'un ministre. Je souhaite que l'ensemble du personnel de cette entreprise ne connaisse pas le même sort que les salariés de la raffinerie Petroplus près Rouen avec la fermeture du site et 550 personnes au chômage malgré les nombreuses promesses.
Réponse de le 27/12/2013 à 11:42 :
Quand on veut parler de Pétroplus il vaut mieux être bien renseigner, plutôt que énoncer des contre vérités, et des âneries, pour cette entreprise il y avait 3 repreneurs, et le tribunal de commerce de Rouen, n'a pas juger les propositions suffisamment crédibles pour engager une suite, depuis que la Shell est partie l'usine n'a pas eu de véritable investissement dans son matériel ce qui veut dire qu'elle est devenue obsolète, alors inutile de taper sur Montebourg ce n'est pas de son fait ni de sa mandature que les choses se sont dégradées, comme toutes les autres d'ailleurs
Réponse de le 27/12/2013 à 12:10 :
il est venu avec des croissants comme à Florange ???
a écrit le 27/12/2013 à 9:53 :
Voilà une démo en live ...comment Montebourg dépense sans compter l'argent de nos impôts... !
Réponse de le 27/12/2013 à 11:42 :
C'est normal : ce n'est pas son argent !
Pourquoi se priver dans ces conditions ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :