BD : la production baisse en 2013, une première depuis 17 ans

 |   |  635  mots
La part de la bande dessinée sur le plan de la production éditoriale globale demeure assez modeste. D'après les données provisoires de Livres Hebdo/Electre, l'offre de bande dessinée ne représenterait, en 2013, que 6,7 % de tous livres édités sur le marché français.
La part de la bande dessinée sur le plan de la production éditoriale globale demeure assez modeste. D'après les données provisoires de Livres Hebdo/Electre, l'offre de bande dessinée ne représenterait, en 2013, que 6,7 % de tous livres édités sur le marché français. (Crédits : Reuters)
Cela faisait plus d'une quinzaine d'années que la bande dessinée n'avait pas connu une baisse de sa production, d'après une enquête de l'Association des critiques et journalistes de bande dessinée. Cette année, c'est Astérix chez les pictes qui truste la première place du classement du nombre d'exemplaires tirés.

Astérix chez les pictes, Blake et Mortimer: L'onde septimus et Le Chat forment le trio de tête des bande dessinée. Malgré les centaines de milliers d'exemplaires vendus de ces locomotives traditionnelles, les ventes d'albums semblent se tasser cette année d'après Livres Hebdo/I+C. Et pour la première fois depuis 17 ans dans ce contexte économique morose, la production de titres de BD sur le territoire francophone européen a diminué. Une chute à relativiser par rapport aux autres secteurs du livre qui ont plus de mal à résister à la crise. 

Tout en conservant une multiplicité de genres et de publics, l'offre de BD a marqué le pas, avec 5.159 albums publiés en 2013, dont 3.882 strictes nouveautés, soit un recul de 7,3% par rapport à 2012, indique Gilles Ratier, secrétaire général de l'Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) dans ce rapport. 

La bande dessinée faiblit mais n'abandonne pas 

La part de la bande dessinée sur le plan de la production éditoriale globale demeure assez modeste. D'après les données provisoires de Livres Hebdo/Electre, l'offre de bande dessinée ne représenterait, en 2013, que 6,7 % de tous livres édités sur le marché français. À noter qu'elle représentait 7,6% en 2012. Ainsi la production, tous secteurs confondus, se situe en effet en hausse de 5,1 %, avec plus de 67 000 nouveautés et nouvelles éditions en 2013. D'autres domaines sont bien plus productifs, à l'instar des livres pour la jeunesse, les sciences sociales ou les romans (respectivement 15,2 %, 13,5 % et 13,3 % de la production de 2012).

Dopée par le 35ème album d'Astérix, l'économie de la BD a toutefois été l'un des secteurs du livre qui a le mieux résisté à la crise. Seuls quelques titres ont cependant réalisé l'essentiel du chiffre d'affaires.

Un marché dominé par les grands éditeurs

Cette industrie culturelle est fortement concentrée. On recense quatre groupes de plus en plus puissants qui totalisent 43,7% de la production (contre 44,9% en 2012), alors que 332 éditeurs ont publié des BD cette année (326 l'an passé). Au premier rang de ces géants, le groupe Médias-Participations, suivi du groupe Glénat, du groupe Delcourt et du groupe Madrigall (Gallimard-Flammarion).

Derrière ces poids lourds du marché, 9 groupes assez importants confortent leurs positions d'outsiders comme Pannini avec avec 318 comics et mangas soit 6,2 % de la production ou encore l'éditeur Bamboo qui fête ses 15 ans d'existence avec 145 titres soit 2,8 % de l'offre globale. 

la barre symbolique des 50 000 exemplaires

Parmi cette abondance d'albums que l'on trouve dans les librairies, 117 d'entre eux ont été tirés à plus de 50.000 exemplaires, dont 86 appartiennent au domaine franco-belge. Astérix chez les Pictes comptabilise 2,48 millions d'exemplaires, le22e tome de Blake et Mortimer 445.000 et le 18e épisode du Chat 350.000 exemplaires. 

En 2013, cet art a aussi été à l'honneur au cinéma. En attestent dix BD francophones qui ont donné lieu à des adaptations au cinéma parmi lesquelles La vie d'Adèle, Quai d'Orsay, Le Transperceneige, Les Profs, Boule et Bill ou Les Schtroumpfs.

1492 auteurs vivent de la BD 

Le passage à la BD numérique reste quant à lui toujours marginal malgré de nombreuses initiatives d'éditeurs ou d'auteurs. Et selon l'enquête:

La totalité de l'offre légale payante, réellement disponible, dépasse à peine les 7 500 titres et alimente les plateformes d'achat mondiales avides de contenu comme Amazon, Google Play, l'Apple Store et même ebay, la grande distribution, des applications spécialisées comme BD Buzz (200 000 téléchargements) et quelques librairies généralistes ou en ligne.

En 2013, 1 492 auteurs de BD réussiraient à vivre de leur création sur le territoire francophone européen, selon les critères établis par l'ACBD tandis que 1 678 personnes ont publié au moins un album cette année. Enfin, il y a eu 514 événements organisés autour de la BD en 2013 contre 489 l'an passé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :