La Redoute : la suppression d’un tiers des postes, "une grosse douche froide" pour les syndicats

 |   |  261  mots
Le plan social devrait entraîner moins de départs contraints que le dernier, datant de 2008.
Le plan social devrait entraîner moins de départs contraints que le dernier, datant de 2008. (Crédits : reuters.com)
Le plan syndical des repreneurs de l'entreprise de vente par correspondance prévoit de supprimer près de 1200 postes, Kering assurera la transformation à hauteur de 315 millions d'euros.

Les élus syndicaux ont vécu comme une véritable "douche froide" le plan social annoncé jeudi par les futurs repreneurs de La Redoute, Nathalie Balla, PDG de l'enseigne, et Eric Courteille, un autre dirigeant du groupe. "L'état d'esprit aujourd'hui, c'est l'effondrement", a réagi Jean-Claude Blanquart, délégué syndical CFDT. 

Le plan social prévoit la suppression 1.178 postes sur quatre ans, soit plus d'un tiers des effectifs totaux. Les départs contraints seraient toutefois inférieurs aux 672 du dernier plan social, en 2008, comme annoncé courant octobre. Face à ce que certain qualifient de "mensonge", les syndicats n'excluent de manifester lors du déplacement le 25 janvier à Lille du Stade Rennais, le club appartenant à la famille Pinault, propriété actuel de La Redoute.

Une transformation financée par Kering

Le groupe Kering (anciennement Pinault-Printemps-La Redoute), qui détient La Redoute depuis 1994, financera la "transformation économique et industrielle" de l'entreprise de vente par correspondance à hauteur de 315 millions d'euros, ont ajouté les futurs repreneurs.

Eric Courteille a prévenu qu'il y aurait encore "des pertes intercalaires", La Redoute perdant "plusieurs dizaines de millions d'euros depuis plusieurs années".

Le mieux disant social

Le 4 décembre 2013, Kering est entré en négociations exclusives avec Nathalie Balla et Eric Courteille pour la cession de l'entreprise. Le conseil d'administration de la holding française avait préféré cette offre de reprise aux trois autres pour son "projet industriel de long terme, pertinent et réaliste pour continuer la mutation".

Nathalie Balla et Eric Courteille pourraient officiellement prendre les rênes de La Redoute à la mi-avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2014 à 9:03 :
c'est la stabilisation selon Sapin! MDR
a écrit le 10/01/2014 à 14:08 :
cliente fidèle depuis xxx années ! j'ai plein de problèmes depuis la dernière saison avec la redoute ! je n'arrête pas de retourner des articles , je dois attendre longtemps leur remboursement ; les délais d'envois sont trop longs : jusqu'à 80 jours pour des collants d'enfants ! faudrait qu'ils se motivent et se bougent pour le service des clients ! qui parle des clients ??
a écrit le 09/01/2014 à 21:57 :
"La Redoute perdant "plusieurs dizaines de millions d'euros depuis plusieurs années"."

et tu vas encore en perdre.
Je risque pas d'acheter la redoute...
a écrit le 09/01/2014 à 18:04 :
d'en acheter c est certain !!!
Réponse de le 09/01/2014 à 21:38 :
31.75e par action !!!!!!!
a écrit le 09/01/2014 à 18:03 :
je crois la douche froide employes syndicats et aussi actionnaires 31,75 euros de perte sur une action jamais en achetant ppr j'aurais pense a ça !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :