"Si la nation aide les entreprises, les entreprises doivent aider la nation" (Montebourg)

 |   |  217  mots
Si la nation aide les entreprises, les entreprises doivent aider la nation (...). Les chefs d'entreprise doivent dire devant la nation les efforts qu'ils pensent pouvoir réaliser en matière d'emplois et d'investissements en contrepartie de la baisse du coût du travail, explique le ministre du Redressement productif dans un entretien accordé aux Echos.
"Si la nation aide les entreprises, les entreprises doivent aider la nation (...). Les chefs d'entreprise doivent dire devant la nation les efforts qu'ils pensent pouvoir réaliser en matière d'emplois et d'investissements en contrepartie de la baisse du coût du travail", explique le ministre du Redressement productif dans un entretien accordé aux Echos. (Crédits : reuters.com)
Si le ministre du Redressement productif se dit confiant à l'égard des réformes proposées par François Hollande, il réaffirme sa conviction de nécessaires contreparties de la part du patronat.

Arnaud Montebourg n'y va pas par quatre chemins. Alors que Moddy's a maintenu la note de la France tout en lui conservant une "perspective négative" - synonyme de possible abaissement à moyen terme -, dans une interview accordée au Figaro daté de ce lundi, le ministre du Redressement productif pointe du doigt les agences de notations :

"Sur les agences de notation, mon opinion ne varie pas: je suis pour leur démantèlement. Elles sont coupables de nous avoir entraînés dans la crise financière"

Une réserve qu'il qualifie de "non-événement", affichant sa confiance à l'égard des réformes proposées par le chef de l'Etat:

"La baisse des charges de 30 milliards d'euros à travers le pacte de responsabilité aura des effets importants". (...)

De nécessaires contreparties de la part des entreprises

Pourvu que le patronat fasse preuve de coopération:

"Si la nation aide les entreprises, les entreprises doivent aider la nation (...). Les chefs d'entreprise doivent dire devant la nation les efforts qu'ils pensent pouvoir réaliser en matière d'emplois et d'investissements en contrepartie de la baisse du coût du travail"

Pour l'heure, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault entre dans le vif du pacte de responsabilité en recevant ce lundi patronat et syndicats pour négocier notamment ces contreparties.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2014 à 11:02 :
le jour où l'état n'interviendra plus les milliardaires devront mettre au pot Peugeot Dassault Bouyghes et les autres devront juste partager un peu plus pour vendre la production sortie des mains des robots.
a écrit le 28/01/2014 à 17:15 :
Ce pacte de compétitivité est encore un enfumage ... Les 30 milliards de baisse des charegs vont reprendre 20 milliards de CICE et augmenter l'IS de 7 milliards. Au final, il ne reste que 3 milliards et ce sur 3 ans ... On est bien loin de la hausse des prélèvements sur les entreprises des dernières années qui se chiffre elle en dizaines de milliards ! Tout cela sera de plus facile à payer si jamais il y a quelques miettes de croissance ...
a écrit le 28/01/2014 à 10:58 :
Le marxisme français qui semblait avoir réussi ,il est mort avec la mondialisation,Montebourg le flamboyant fait partie avec les autres dirigeants socialistes à ne pas le voir,
a écrit le 28/01/2014 à 9:14 :
Vu les propos nos dirigeants n'ont toujours rien compris!!
Il ne s'agit pas de cadeaux, mais de rendre aux entreprise ce qu'on leur prend depuis tant d'année.
Une entreprise est créée pour se développer, et donc embaucher autant qu'elle le peut!
Pour cela il suffit de rendre (et non pas donner) leur compétitivité à nos entreprises, et redonner du pouvoir d'achat aux citoyens.

Ce sera courageux et coûteux à court terme, mais ca sauver notre model sociale à moyen et long terme, par le retour à l'emploi de tous les actifs.
Ceci devrait être votre seule préoccupation, et non des échéances électorales!!!
a écrit le 27/01/2014 à 16:56 :
"La Nation aide les entreprises" !!!
Il vaut mieux entendre ça que d'être sourd comme disait ma grand' mère ! J'espère qu'il se rend compte de l'ineptie profonde de cette déclaration, alors que l’État socialiste fait TOUT ce qu'il peut pour soumettre l'entreprise et les entrepreneurs à des lois, des normes, des obligations, des taxes, etc absolument insupportables !!
Le déclin de la France (par rapport aux autres pays) vient de tout cela et de rien d'autre !
a écrit le 27/01/2014 à 16:32 :
Si les entreprises aide la nation, alors la nation doit aider les entreprises !!!!!
a écrit le 27/01/2014 à 15:13 :
Il faudrait ai moins 300 Milliards d'Euros pour retrouver un peu de compétitivité et une balance commerciale nettement moins déficitaire...Avec 20, 30 milliards cela ne changera rien, baisser un produits de 3% n'est pas suffisant pour un éventuel acheteur...
Réponse de le 27/01/2014 à 15:38 :
il suffit de sortir de l'euro
a écrit le 27/01/2014 à 14:20 :
"La Nation aide les entreprises" !!!
Il vaut mieux entendre ça que d'être sourd comme disait ma grand' mère ! J'espère qu'il se rend compte de l'ineptie profonde de cette déclaration, alors que l’État socialiste fait TOUT ce qu'il peut pour soumettre l'entreprise et les entrepreneurs à des lois, des normes, des obligations, des taxes, etc absolument insupportables !!
Le déclin de la France (par rapport aux autres pays) vient de tout cela et de rien d'autre !
Réponse de le 27/01/2014 à 16:27 :
le fait de cacher son argent en suisse ou ailleurs, voilà qui montre que ceux qui possèdent ne veulent pas aider leur pays.. ils n'ont pas de pays.
Donc je suis pour une contrepartie
a écrit le 27/01/2014 à 13:03 :
un vrai jouisseur de la Republique. Paye pour faire bla-bla. Pas d'obligation de resultats !!
Réponse de le 27/01/2014 à 18:40 :
j'ai pas voté socialiste mais faut reconnaître que Montebourg a raison de soutenir le made in France comme il le fait...
a écrit le 27/01/2014 à 12:00 :
Toujours aussi nul en économie appliquée au monde du travail réel et non administratif.
Selon sa théorie si les impôts et charges augmentent les entreprises doivent licencier et embaucher quand les impôts et charges baissent.
Donc vu les hausses de charges ces dernières années on s explique la hausse du chômage actuel.....
a écrit le 27/01/2014 à 11:51 :
Toujours égal à lui même dans son ignorance économique, notre inénarrable ministre dit "du redressement productif"!
Tout d'abord sur les agences de notation qui évaluent la solvabilité des emprunteurs. Ce n'est pas en interdisant la vente des thermomètres que l'on supprimera la fièvre car ce n'est pas le thermomètre qui crée la fièvre, il ne fait que la mesurer!
Ensuite sur ces fameuses contreparties. Il imagine, comme son mentor élyséen d'ailleurs, que si on diminue les charges des entreprises, elles peuvent s'engager à embaucher "x" personnes. Cela ne peut fonctionner ainsi.
Nous savons que les entreprises françaises sont globalement en sureffectif car elles n'ont pas allégé leurs effectifs autant que la situation de l'économie l'aurait exigé, afin de préserver leur volume de compétences pour une reprise.Dans un premier temps, une reprise de la croissance permettrait de résorber ces sureffectifs avant d'envisager un accroissement de ceux ci. Impossible à moins de 1,5% de croissance et nous en sommes loin. Quel industriel pourrait signer un quelconque engagement d'embaucher un nombre défini de collaborateurs dans l'ignorance de ce que sera cette reprise et quand elle surviendra, avec les commandes qui vont avec.Tout ce que nous savons, c'est qu'une baisse des charges améliorera la compétitivité des entreprises et donc favorisera la reprise.Il faut donc faire le pari.
C'était tout de même plus simple avec le système dit de "TVA sociale" qui avait l'avantage d'être lisible aisément, efficace immédiatement pour améliorer notre compétitivité à l'exportation et faire contribuer nos importations à notre système social. Système tué par pure idéologie!
Réponse de le 27/01/2014 à 12:06 :
la tva sociale a été faite en partie elle estpassée à 20 % au 1er janvier
a écrit le 27/01/2014 à 11:21 :
il a raison
Réponse de le 27/01/2014 à 12:01 :
qui a raison ?? Montebourg est dans la religion socialiste c'est nul la seule façon de revenir en positif emplois investissements résultats ce sont les cde
Réponse de le 27/01/2014 à 12:25 :
Dans le système d'économie dirigée par le peuple et pour le peuple, l'état (comprendre montebourd) est tout et l'économie est là pour suivre le génie de la politique !
Réponse de le 27/01/2014 à 16:29 :
comme le disait un patron de presse il y a peu, le veau d'or est de retour.
aimer l'argent plus que tout, sans soucis de justice. La fin d'un monde se profile... et tant mieux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :