Les jeunes sont moins nombreux à penser à leur retraite

 |   |  217  mots
89% des 25-34 ans indiquent aussi qu'ils ne sont pas confiants vis-à-vis de l'avenir du système de retraite (ils étaient 64% en 2009).
89% des 25-34 ans indiquent aussi qu'ils ne sont pas confiants vis-à-vis de l'avenir du système de retraite (ils étaient 64% en 2009). (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Un jeune actif sur quatre a commencé à préparer sa retraite en 2013 en épargnant, contre un sur trois en 2012. La grande majorité se dit peu confiante dans l'avenir du système de retraite, selon un récent sondage TNS Sofres.

Les jeunes Français seraient un peu moins "fourmis", à en croire un sondage TNS Sofres publié mardi. En effet, d'après cette enquête réalisée pour le gestionnaire de fonds Amundi auprès de jeunes actifs de 25 à 34 ans, seul un quart des sondés aurait commencé à mettre de côté pour la retraite en 2013. Une proportion qui a bien diminué par rapport à 2012, où elle était d'un tiers.

De plus, 78% des jeunes actifs ont déclaré épargner en 2013 contre 86% en 2012. Dans le même temps, la tendance était inverse chez leurs aînés (35-44 ans) qui ont davantage épargné en 2013 (73%) qu'en 2012 (67%).

Les jeunes actifs pensent d'abord à l'immobilier

Le taux moyen d'épargne des jeunes est toutefois resté élevé (13% du revenu mensuel), indique l'étude. Cela dit, ils épargnent avant tout pour se prémunir face aux coups durs, pour financer leurs loisirs ou un gros achat. La préparation de la retraite, elle, n'arrive qu'en troisième position.

Et pour cause: 38% des sondés estiment être trop jeune pour penser d'abord à leur vieux jours. D'autant que les (faibles) ressources financières sont en priorité allouées à un emprunt immobilier.

Enfin, 89% des 25-34 ans interrogés se disent peu confiants dans l'avenir du système de retraite. Une part en hausse par rapport à 2009 où ils étaient 64%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2014 à 18:50 :
C'est sur que lorsque l'on travail et qu'on ait obligé de manger des pâtes à la fin de chaque mois on ne pense pas à mettre de côté pour ça retraite...
a écrit le 29/01/2014 à 15:11 :
J'ai 40 ans, et hormis le fait d'être propriétaire de ma résidence principale (indirectement un placement pour la retraite), je commence tout juste à m'y intéresser (complémentaires, PEE...). Le fait que des jeunes de 25 ans commencent à penser à la retraite me laisse, comment dire, songeur... Quand on est jeune (je suis né en 1973 et n'ai pas vraiment eu un environnement plus favorable que maintenant au niveau du marché du travail), on pense à pleins d'autres choses, mais pas à la retraite??!! Cela risque d'être long pour eux... Quelle tristesse!
Réponse de le 30/01/2014 à 8:40 :
L'article explique clairement qu'ils pensent d'abord à se loger et que seul 10% sont conscient qu'ils cotisent en pure perte.
Réponse de le 02/02/2014 à 11:33 :
C'est ps qu'ils cotisent a pur perte c'est plutôt qu'ils ne peuvent tout simplement pas cotiser...
a écrit le 29/01/2014 à 13:25 :
Mes 2 enfants, jeunes adultes, émargent péniblement à 2000 euros brut malgré un bac+5 en sciences dures. Et, bonheur, ils ont trouvé un travail. Je les héberge encore afin qu'ils puissent épargner de quoi envisager de se loger décemment. Une thésaurisation pour la retraite est pour l'instant juste une légère utopie. En sachant qu'aucun d'entre eux ne croit vraiment qu'il puisse y avoir les moindres fonds dans 45 ans dans le mécanisme actuel.
Réponse de le 29/01/2014 à 16:16 :
Malheureusement, bac+5 en France cela ne veut pas dire grand chose. S'ils ont bac+5 d'une discipline générale de la fac de trucmuche-sur-tintouin, à part les concours de la fonction publique les débouchés sont plutôt limités. Ayant une expérience d'expatrié, les diplômes de l'université française sont si peu reconnus et déconnectés du monde de l'entreprise qu'à part faire rire tout le monde ils ne servent malheureusement pas à grand-chose. Il reste le métier d'instit...
Réponse de le 02/02/2014 à 11:35 :
Et encore dans la fonction publique on a pas de diplôme réel mais des équivalences... Quand vous allez a un entretien d'embauche avec les patrons se marre et ils ont bien raison.
a écrit le 29/01/2014 à 11:57 :
VU que le systeme aura explose d ici qu ils arrivent la retraite, c est pas franchement etonnant. Les jeuens actuels font un DON aux retraités. Ce qui ets trsite c est que ces derniers n en sont meme pas reconnaissant et ne cessent de reclamer toujours plus et de cracher sur la jeunes generation qui les nourris. Pour le reste, epargenr c ets bien beau mais actuellement c est loin d etre evident: l immobilier est surrevalue (il est donc stupide de endetter pour quelque chose qui va perdre au moins 30 % d ici 10 ans) et les placement financier sont soit peu remunerateurs soit risque (n oublie pas le precedent de chypre: si une banque fait faillite, tout ce que vous possedez au dessus de 100 000 € sera confisque)
a écrit le 29/01/2014 à 10:33 :
Et oui les jeunes ne croient plus au système de retraites, surtout quand ils voient les retraités actuels s'accrocher à leurs privilèges sans vouloir les partager avec ceux qui sont en train de les payer. Il est clair qu'il est simple pour eux de repousser toute réforme a demain, demain il ne seront plus là.
Réponse de le 29/01/2014 à 11:03 :
Vous voyez dans le marre de café car vous affirmez que demain les retraités ne seront plus là attention vous ne décidez pas dans ce domaine c'est vous peut être qui ne serez plus là. N'ayez pas trop d'assurance dans ce domaine vous ne savez pas ce qu'il peut vous arriver, la vie n'est pas un fleuve tranquille.
Réponse de le 29/01/2014 à 17:55 :
Les nouveaux retraités ont subi plusieurs réformes qui sont loin de les avantager.
Réponse de le 30/01/2014 à 8:37 :
Les retraités en place ont bénéficié de l'indexation sur l'inflation quand les revenus stagnaient. Sinon, qui profite de l'immobilier dont les prix sont dopés aux subventions?
a écrit le 29/01/2014 à 10:29 :
Les jeunes n'ont pas d'argent.
Réponse de le 29/01/2014 à 11:40 :
ne pensent plus obtenir une retraite surtout
Réponse de le 29/01/2014 à 14:26 :
Il y aura toujours une retraite mais il faudra cotiser 50 ans et on pourra la prendre à 75 ans...
a écrit le 29/01/2014 à 9:43 :
Avec la baisse du pouvoir d'achat les jeunes pensent d'abord à se nourrir, c'est pas plus compliqué que ça.
a écrit le 29/01/2014 à 9:34 :
Au rythme où avance la science, l'on pourra dans 30 ans stopper le vieillissement de l'organisme et pourquoi pas rajeunir les organismes. L'immortalité est pour demain et personne ne se prépare à ce changement de civilisation!
a écrit le 29/01/2014 à 9:32 :
Ils en n'auront pas. Et puis bientôt l'espérance de vie baissera....
a écrit le 29/01/2014 à 9:14 :
Cette baisse du taux d'épargnants, ne faudrait-il pas la mettre en relation avec la hausse du cout de la vie, du cout de l'immobilier, de la plus en plus grande précarité des situations des jeunes, plutôt que de dire qu'ils pensent moins à leur retraite ? Je pense que s'ils pouvaient, ils le feraient ... Et puis, autre contradiction, ils ne font plus confiance au système de retraite, cela devrait les inciter à épargner à côté. En lisant l'article, j'ai l'impression que la non-confiance fait qu'ils ne font plus rien et laisse le système tel quel pour leurs "vieux jours" (ils se tirent volontairement une balle dans le pied pour leurs retraites ?). Ou alors en fait, l'article présente deux statistiques avec la mauvaise corrélation ?
Réponse de le 29/01/2014 à 9:37 :
Clair, je dirais juste que les jeunes n'ont tout simplement plus les moyens de mettre de côté pour leurs vieux jours : déjà qu'ils ne peuvent pas se loger et difficilement manger, qu'ils doivent se battre pour trouver un boulot, alors penser à dans 40 ans ... !?! Désespérant pour toute une génération, le reflet de 40 ans de gabegie, de corruption, de mauvais choix (lâcher l'industrie et taxer le travail pour favoriser la consommation), de dépenses inconsidérées. Et il nous reste un champ de misère.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :