Déficit public : la mise en place d'un délai liée au prochain pacte de stabilité (Juncker)

Le candidat des conservateurs à la présidence de la Commission européenne ne voit pas "a priori" d'éléments permettant de prolonger le délai mais le contenu du prochain pacte de stabilité pourrait changer les choses.
Jean-Claude Juncker a insisté sur la nécessité pour Paris de passer aux actes en matière de réduction du déficit. (Photo : Reuters)
Jean-Claude Juncker a insisté sur la nécessité pour Paris de passer aux actes en matière de réduction du déficit. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)

L'ancien Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker s'est prononcé contre un délai à la France pour la réduction de son déficit, sans toutefois rejeter cette hypothèse en fonction du contenu du prochain pacte de stabilité, dans un entretien publié vendredi dans Le Figaro.

"A priori, je ne vois pas d'élément qui permettrait de prolonger ce délai", a déclaré le candidat des conservateurs à la présidence de la Commission européenne. Et d'ajouter :

"Beaucoup dépendra du programme de stabilité que Paris doit présenter à la fin du mois. Manuel Valls assure que la France est liée par les engagements pris avec ses partenaires. Nous allons voir ce qu'il en est."

"Aucun risque pour l'euro, si la France fait ce qu'elle a à faire"

Pour autant, Jean-Claude Juncker a insisté sur la nécessité pour Paris de passer aux actes en matière de réduction du déficit.

"La mise en œuvre des réformes "structurelles" est essentielle. Il ne suffit pas que les réformes soient annoncées. Il faut aussi qu'elles apparaissent au Journal officiel, qu'elles soient effectivement engagées."

D'autant que selon lui, "la France n'est pas sur le déclin, ni même le malade de l'Europe. […] Je ne vois aucun risque pour l'euro, si la France fait ce qu'elle a à faire".

     >> LIRE AUSSI : Déficit: Paris obtient une "baisse de rythme"

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 25/04/2014 à 10:56
Signaler
C'est parole de chef d'un sacré paradis fiscal ; hier, chef de l'euro-groupe, bientôt chef de la commission ? avec lui, la France va zigue-zaguer dans les choux de Bruxelles, et la finance illisible mais prospère resplendir d'aise.

à écrit le 20/04/2014 à 11:00
Signaler
Combien le contribuable paye de salaire à Junker pour qu'il donne des leçons d'austérité ultralibérale aux européens ???

à écrit le 20/04/2014 à 10:31
Signaler
Cet homme est en campagne pour la presidence de la Commission. Il sait ce qu il faut dire dans les medias pour plaire aux allemands! Apres il sera le premier a vouloir se montrer etre l homme du compromis. Martin Schultz ou JC Juncker... c est schtro...

à écrit le 19/04/2014 à 18:54
Signaler
Bruxelles dit à la France ce qu'elle doit faire. Nous n'avons pas besoin de ces gens surpayés qui ont ruiné l'Europe du Sud

à écrit le 19/04/2014 à 14:28
Signaler
On y comprend rien! Pourtant on a bien perdu un premier ministre après une élection, alors en chœur: ce n'est qu'un au revoir!

à écrit le 19/04/2014 à 14:25
Signaler
Il peut donner des leçons, le patron de paradis fiscal... C'est quand même n'importe quoi de choisir ce type comme candidat, avec tout ce qu'il représente...

à écrit le 19/04/2014 à 14:02
Signaler
J.C Juncker n'a rien compris, la France est un pays d'électeurs qui se réveillent enfin!

à écrit le 19/04/2014 à 13:50
Signaler
On parle du DEficit, du DElai, de la défête électorale ou bien de la déroute économique. En France, les impôts, on aime! Si les français on pourrait imaginer qu'aux municipales Astérix a pris de la potion magique libérale et a mis une droite au premi...

à écrit le 19/04/2014 à 12:16
Signaler
c'est normal il doit etre plus pour la droite car du temps de sarko beaucoup de loie ont été votez mais jamais appliquées

à écrit le 19/04/2014 à 12:03
Signaler
ex cette semaine on rabote les pensions mais on ne reforme pas la cause LES REGIMES SPECIAUX ;.DONC AUCUNE EVOLUTION

le 19/04/2014 à 12:18
Signaler
tout à fait d'accord ,régimes spéciaux et autres privilèges ,puisque nous vivons sous le régime de dictature du fonctionnariat ...pas un mot sur les contrôles des retraites des "franco-algériens" plus que centenaires!!!

le 19/04/2014 à 18:16
Signaler
Oui matheo, c'est bien matheo... Les pubs montrent que les administrations recrutent engagez vous, vous pourrez bénéficier "de ces avantages", ou disons que vous pourrez constater qu'ils sont loin d'en être. Ensuite vous pourrez enfin avoir des comme...

le 19/04/2014 à 21:55
Signaler
Franco algérien plus que centenaire ... Abus sur les prestations sociales... Tout cela, revient régulièrement dans la bouche des néo FN La réalité : la fraude sociale par des particuliers ne représente qu'une toute petite partie du déficit , l'immen...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.