"Les régions devront avoir les ressources nécessaires à leur nouveau rôle"

 |   |  532  mots
Jean-Jacques Queyranne, président (PS) de la région Rhône-Alpes, rappelle que si Rhône-Alpes/Auvergne figurera au 7e rang des régions européennes par notre poids économique, nous avons encore dix à douze fois moins de ressources par habitant que les grandes régions allemandes, italiennes ou espagnoles avec lesquelles nous coopérons.
Jean-Jacques Queyranne, président (PS) de la région Rhône-Alpes, rappelle que "si Rhône-Alpes/Auvergne figurera au 7e rang des régions européennes par notre poids économique, nous avons encore dix à douze fois moins de ressources par habitant que les grandes régions allemandes, italiennes ou espagnoles avec lesquelles nous coopérons." (Crédits : DR)
Jean-Jacques Queyranne, président (PS) de la région Rhône-Alpes est satisfait du projet de fusion de sa région avec l'Auvergne. S'il soutient la réforme territoriale, il attend des clarifications sur les ressources dont disposeront les régions pour financer leurs nouvelles missions.

Comment jugez-vous le projet de réforme territoriale proposé par le président de la République?

Jean-Jacques Queyranne. J'accueille favorablement ce projet qui, comme l'a dit le président, va permettre aux grandes régions d'avoir davantage de responsabilités. Elles seront la seule collectivité compétente pour soutenir les entreprises et porter les politiques de formation et d'emploi, pour intervenir en matière de transports. Elle gèreront les lycées et les collèges et auront en charge l'aménagement du territoire et les grandes infrastructures. Concernant plus spécifiquement le projet de fusion entre Rhône-Alpes et l'Auvergne, je pense que nous pouvons construire cette grande région en réunissant toutes les bonnes volontés. Je m'en suis entretenu avec René Souchon, le président de l'Auvergne. Nous partageons tous les deux la même volonté de mettre l'organisation territoriale de notre pays à l'heure du XXIe siècle.

Certes, mais qu'en est-il des ressources qui seront affectées à ces nouvelles régions ?

Je reconnais que, pour l'instant, c'est le trou noir du projet. J'attends donc beaucoup des réformes qui seront annoncées dans le cadre du second projet de loi qui sera présenté en juin sur les compétences des régions et sur la montée en puissance de l'intercommunalité. Ce que je peux dire c'est que construire la grande région Rhône-Alpes/Auvergne signifie qu'il faudra aller beaucoup plus loin dans l'attribution de nouveaux pouvoirs et des moyens correspondants. De fait, si Rhône-Alpes/Auvergne figurera au 7e rang des régions européennes par notre poids économique, nous avons encore dix à douze fois moins de ressources par habitant que les grandes régions allemandes, italiennes ou espagnoles avec lesquelles nous coopérons.

François Hollande attend aussi des économies de cette réforme, on parle de 10 à 15 milliard d'euros…

Je ne citerai pas de chiffre mais, oui, nous pouvons faire des économies car on va pouvoir supprimer les trop nombreux doublons qui existent, mutualiser des services. Quant aux fonctionnaires, notamment les 270.000 agents des conseils généraux, le président l'a dit, il n'est pas question de remettre en cause ces personnels. Du temps est donc nécessaire et une large initiative sera laissée aux élus pour assurer cette transition. Je suis d'accord avec Alain Rousset, président de l'Association des régions de France, sur le fait que nous devrons trouver une forme d'intégration et profiter des départs à la retraite. Il n'est pas question d'affoler les fonctionnaires.

Revenons à Rhône-Alpes/Auvergne, quelle sera la capitale régionale ?

Je crois que Lyon s'impose comme capitale régionale mais il ne s'agit pas exercer une centralisation des décisions depuis Lyon mais, bien au contraire, comme nous le pratiquons déjà, garantir la proximité dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques régionales. Ce qui signifie que beaucoup de choses peuvent aussi se décider et se passer depuis Clermont-Ferrand. Chaque composante de notre nouvelle région doit être traitée sur un pied d'égalité. Et, déjà, de nombreuses coopérations existent dans les domaines de la santé, des universités, de l'économie, etc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2014 à 15:41 :
Il n'a rien compris il fera avec les ressources qu'il retirera de sa super region.
L'Etat devra supprimer toutes les dotations vers les departements et regions. Une super region devra trouver les moyens de generer de la richesse sur son territoire afin de generer des ressources budgetaires. C'est comme cela que cela marche, en plus si on parle de redistribution entre region Rhone-Alpes serait propablement un contributeur plutot qu'un receveur de fonds.
a écrit le 04/06/2014 à 10:40 :
ce qui me tracasse ce sont ces bras cassés socialeux gobeurq de mouche qui dfemande toujours plus au pauvre peuple de France et de Navarre. Dégage vite fait bien fait ces profiteurs du système socialeux ^_^
a écrit le 04/06/2014 à 9:14 :
Donner des ressources aux régions, c'est enlever des ressources à la Nation et engendrer sa disparition pour "centraliser" tout cela a "Bruxelles". On décentralise pour centraliser a un étage au dessus!
Réponse de le 07/06/2014 à 6:58 :
Désolé mais l'état ne s'occupe pas des memes dépenses que les régions, de meme pour Bruxelles, chacun son role. Ca semble trop compliqué pour vous? Comme dans une équipe, chacun sa place.
a écrit le 04/06/2014 à 8:59 :
ce qui veut dire nouveau impots et taxe en augmentation
voir encore plus de fonctionnaire tous va dan le bon sens
et aucune consultation du peuple un regime autocrate qui se croit au 17siecle
moi roi de hollandie et personne ne dit mots elus , journaliste a denonce
cet olligarchie voici a construction de la dictature
a écrit le 04/06/2014 à 8:35 :
Les politiques qui sont pour la réforme esperent un nouvel échelon territorial... Être a la tête d une mega région sans toucher au reste... Ceux qui sont contre pensent perdre leur place et se fichent pas mal de la santé economique de leur pays... Une réforme efficace doit passer par un référendum....on verra si m hollande fait au final ce choix patriotique ou s il cède au lobbying des politiques... En fait, c est tout le fonctionnement des institutions publiques qu il faut revoir... 6 eme république sinon ce sera aux forces vives du pays de se révolter... Les PME et les classes moyennes qui portent fiscalement a bout de bras le financement public... Ces acteurs Aujourd hui étouffés , surimposés
a écrit le 03/06/2014 à 23:58 :
Normalement les ressources devraient venir de la simplification des choses ! Il n'y a plus d'élasticité dans les ressources de l'Etat quand on a quelques 2000 milliards de dettes. Il y a 36000 communes en France, encore des économies à faire en divisant ce nombre et en plaçant enfin des gens qualifiés.
a écrit le 03/06/2014 à 22:58 :
Laissons faire, les socialistes sont sur le même chemin que l'UMP Nouveau Centre, ils se sont ins tallés solidement sur l'autoroute de l’échec cuisant.
Ca va très très mal finir, imaginons et préparons une révolte nationale, elle sera spontanée, soudaine et finira dans une grande violence.
Réponse de le 03/06/2014 à 23:56 :
le FN est pire alors du calme. Cette réforme aurait pu être plus ambitieuse mais elle va dans le bons sens.
Réponse de le 04/06/2014 à 10:38 :
Tout ce que nous voyons du gouvernement Hollande Valls, ce sont des manoeuvres de brique et de broques, dans le plus grand désordre, toujours très approximatifs et brouillons à souhaits.
Ils n'ont absolument aucune culture industrielle, aucune culture économique, ils ne savent pas ce qu'est une entreprise. bref de vrais incapables NOTOIRES.
a écrit le 03/06/2014 à 21:51 :
ça y est : ils pensent déjà à dépenser encore plus !
a écrit le 03/06/2014 à 21:10 :
On acceptera pas une réforme sans l'avis des peuples ! cela sera la fin de ce quinquennat .
Réponse de le 04/06/2014 à 0:00 :
L'avis des peuples est souvent nul malheureusement. Voyez le référendum concernant le Bas et Haut Rhin. le peuple se fait aisément manipuler.
a écrit le 03/06/2014 à 20:13 :
Il y a des personnes qui font un amalgame de tout. Pour les choses administratives (papiers divers), les sous-préfectures s'en chargent déjà très bien, on gagnera un préfecture sur deux. Par contre je ne comprends pas pourquoi il faudrait un supplément de financement alors que justement le but est de faire des économies d'échelle ! incroyable ce socialiste, encore un pro-impots ! discours inacceptable
a écrit le 03/06/2014 à 19:53 :
Cette réforme peux avoir du bon; mais connaissant comment se déroulent les réformes, comment vont ils financer les surcoûts de mise en place? Comment vont ce dérouler les prochaines démarche a effectuer dans les préfectures? Comment ce passerons les retrait et restitution de permis? Faire 200 km pour un passeport ou y aura t'il des "déports de préfecture en locales"? Et du coup ça coûteras combien?
Les gains attendus me semble exorbitant par rapport a la réalité. Ou alors il n'y aura plus aucun service publique !
a écrit le 03/06/2014 à 19:10 :
Ca pue les nouveaux impots tout ca. Une raison et excuse supplementaires pour ses messieurs rond-de-cuir pour se gaver a plus grand echelle cette fois. Vivement 2017, les urnes vont claquer encore plus fortement
a écrit le 03/06/2014 à 18:41 :
Nous avons dunettoyage à faire en France. Le dernier remonte à 1789. Il va falloir recommencer autrement avec ces vieux de droite et de gauche qui ont pourris la France depuis trante ans. La liste existe. Et les prétendants pour relancer la France restent à trouver.
Vous souvenez vous de Chirac élu comme un dictateur contre Le Pen. Ne coryez vous pas qu'il aurait pu en 6 mois faire toutes les réformes nécessaires suite aux réformes de Mitterand qui a pourri la France (augmentation des députés et sénateurs, 35 heures, pouvoirs des régions, budget en hausse de l'état, etc ...)
a écrit le 03/06/2014 à 18:23 :
Les ressources seront l'addition des deux budgets des régions réunies moins les économies obligatoires, le but n'est pas de dépenser plus.
Réponse de le 03/06/2014 à 23:43 :
Le but est de transférer des compétences de l’État vers des régions renforcés. Il faut donc que l’État dépense moins et les régions plus. Le top serait une régionalisation de l'EN pour enfin casser le mammouth.
a écrit le 03/06/2014 à 17:42 :
Oui bien sur, on a déjà appris45000 emplois inutiles aujourd'hui...combien d'autres venir avec ces réformes qui ne servent à rien alors qu'il faudrait plutôt dégraisser le mammouth ???
a écrit le 03/06/2014 à 17:34 :
La capitale doit etre Clermont certainement pas lyon de toute facon en auvergne on se fout de Rhone alpes
a écrit le 03/06/2014 à 17:29 :
la réforme n'est encore pas faite que l'on réclame déjà des sous: on est pas prêt d'en faire des économies !
Réponse de le 03/06/2014 à 18:34 :
Je n'aurais pas dit mieux. Ils ne sont même pas dans le nouveau schéma qu'ils réclament déjà de l'argent pour continuer leurs conneries, en plus grand...
a écrit le 03/06/2014 à 17:11 :
Il n est pas concerne c est son dernier mandat
a écrit le 03/06/2014 à 17:00 :
Et encore des impôts!! normalement ils devraient baisser!!!
a écrit le 03/06/2014 à 16:55 :
"profiter des départs à la retraite": pourquoi pas un non-renouvellement d'un départ sur 2 ?
Réponse de le 03/06/2014 à 17:36 :
Il y a assez d'argent bygmalion en fabrique.
Réponse de le 03/06/2014 à 18:35 :
Pas de demi mesure. Durant 20 ans, pas de remplacement du tout. Si on veut traiter le problème sérieusement, il va bien falloir s'enlever les pouces du Q, et arreter les mesurettes bricolées...
a écrit le 03/06/2014 à 16:52 :
On sent l'augmentation des impots locaux et taxes départementales ordures et autres. Bref, la mécanique Hollande de mettre en l'air l'économie continue sur la bonne voie et de plus il a des appuis. Vive le socialisme qui permet au capitalisme de reconstruire sur des cendres quand il en reste

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :