Le gouvernement dévoile son plan pour enrayer le chômage des seniors

Le ministre du Travail François Rebsamen présente ce lundi 23 juin un plan pour lutter contre l'expansion du chômage des plus de 50 ans. Au programme: des formations en alternance pour les chômeurs âgés et une réforme du contrat de génération.
Jean-Christophe Chanut

4 mn

Le chômage des plus de 50 ans a progressé de plus de 11% en un an.
Le chômage des plus de 50 ans a progressé de plus de 11% en un an. (Crédits : Reuters)

Le chômage des plus de 50 ans est une véritable plaie pour tous les gouvernements depuis 2010. Si, dans un contexte économique morose, les pouvoirs publics parviennent à coup de contrats aidés à freiner, voire à stabiliser le chômage des moins de 25 ans, il en va totalement autrement pour leurs aînés. C'est pour tenter d'enrayer le phénomène que le ministre du Travail François Rebsamen va présenter ce 23 juin un plan en faveur de l'emploi des séniors. Il est temps. En effet, si le nombre des demandeurs d'emploi de moins de 25 ans a diminué de 3,8% en un an, celui des plus de 50 ans a progressé de… 11,6%. Sur les 3.364.100 demandeurs d'emploi inscrits en catégorie « A », 774.400 ont plus de 50 ans, soit près du quart, tandis que les moins de 25 ans sont 534.300. Le contraste est donc saisissant entre le chômage des moins de 25 ans et celui des plus de 50 ans.

Le piège des ruptures conventionnelles

Certes, cette forte progression est due à des modifications intervenues dans la règlementation. Le gouvernement Fillon a en effet supprimé la dispense de recherche d'emploi pour les chômeurs approchant de la soixantaine, ce qui a eu comme effet mécaniques de les faire réintégrer la catégorie des chômeurs en recherche d'emploi. De même ,les seniors sont les premiers visés par les ruptures conventionnelles qui consistent en une "entente à l'amiable", moyennant une indemnité au moins égale à celle perçue en cas de licenciement, entre un salarié et son employeur pour mettre fin à un contrat de travail. En outre, gros avantage, la rupture conventionnelle autorise le salarié a bénéficier ensuite de l'indemnisation du chômage. Cette formule « souple » de séparation a connu un succès foudroyant : plus d'un million de ruptures conventionnelles ont été instituées depuis leur création. Et une étude de la Dares montre que si les ruptures conventionnelles représentent 16% des fins de contrat à durée indéterminée pour l'ensemble des salariés, ce taux monte à 25% chez les 58-60 ans.

Mais cet âge d'or des rupture conventionnelle est peut-être révolu : à compter du 1er juillet, les nouvelles règles relatives à l'assurance chômage vont rendre les conséquences de la rupture conventionnelle beaucoup moins attractives en instituant un différé d'indemnisation passablement allongé par rapport aux règles en vigueur jusqu'ici.

Des séniors en contrat d'alternance

Pour lutter contre le chômage des plus de 50 ans, le ministre du Travail devra innover. Ainsi, François Rebsamen a d'ores et déjà indiqué que Pôle emploi devra réserver un accueil particulier aux chômeurs de plus de 50 ans qui ne peuvent plus être « traités » comme les plus jeunes. Ils devront donc bénéficier d'un soutien plus personnalisé.

Par ailleurs, instrument de la politique de l'emploi traditionnellement réservé aux jeunes, "l'alternance", sera aussi au menu du plan. Fin avril, François Hollande avait annoncé vouloir permettre aux chômeurs de longue durée, et notamment les séniors, de bénéficier du statut d'apprenti pour l'instant réservé aux jeunes jusqu'à 25 ans. Un dispositif qui permettrait de faciliter la formation des chômeurs de longue durée… et, pour l'entreprise, de les rémunérer un moindre coût car, toujours pour le président, « la rémunération serait maintenue au niveau de l'indemnisation telle qu'elle est prévue ».

Par ailleurs, le contrat de génération, cher au candidat Hollande, va être élargi. Jusqu'ici, pour percevoir une aide de 4.000 euros par an, une entreprises de moins de 300 salariés devait s'engager à embaucher un jeune de moins de 25 ans et à maintenir un sénior dans l'emploi. L'idée, à l'avenir, serait que cette aide soit également perçue par l'entreprise si elle embauche non pas un jeune, mais un sénior de plus de 50 ans.

Enfin, le ministre du Travail souhaite aussi faire davantage profiter les chômeurs séniors du Contrat initiative emploi (CIE), un contrat aidé réservé au secteur marchand. Les séniors chômeurs de longue durée font déjà partie des publics prioritaires pour accéder à ce contrat aidé. Mais, dans les faits, il est davantage proposé aux jeunes.

Reste à savoir si cet arsenal permettra de vraiment freiner le chômage des plus de 50 ans, au regard des pratiques des entreprises. Mais, une chose est certaine, si le gouvernement veut, enfin, inverser la courbe du chômage, cela passe nécessairement et mathématiquement par une diminution du nombre des demandeurs d'emploi de plus de 50 ans.

 

Jean-Christophe Chanut

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 21/03/2016 à 12:40
Signaler
Seule solution... j'aurai 60 ans à Noël et je fais partie des plus que précaires, ni RSA, ni rien du tout, seule solution donc: nous piquer.

à écrit le 26/03/2015 à 16:19
Signaler
Le chômage des"seniors" de plus de 50 ans qui connaît la plus forte progression sur un mois (0,7%) en catégorie "A". Et certains dans leur "nouveau programme" voudrait revenir au paiement des heures supplémentaires sans charges creusant les déficits ...

à écrit le 27/06/2014 à 9:33
Signaler
Bonjour, J'ai lu sur votre journal ce matin à propos du problème de chômeurs. Les chômeurs coûtent beaucoup à l’état français. Nous avons une solution pour aider le gouvernement français à créer plus de 30,000 emplois en France dans le domaine des...

à écrit le 26/06/2014 à 17:31
Signaler
En tout cas j'ai été licencié éco à moins de 45 ans et presque 10 ans après je n'ai pas retrouvé d'emploi. J'ai beau être à jour dans mes connaissances, avoir auto-financé une formation, avoir une allure svelte et sportive, n'être jamais malade ... R...

à écrit le 24/06/2014 à 14:05
Signaler
Comme le dit cet article, "chômeurs âgés", alors il est préférable de les laisser se reposer, question de bon sens et de réalisme, au chômage et à la charge de la société ou de la collectivité comme dirait des esprits "malins" ! Trêve de plaisanterie...

à écrit le 24/06/2014 à 10:05
Signaler
Si le sénior n'a pas de retraite car éliminé de la vie active, le cadre d'EDF touche 3 euros pour 1 cotisé... le pantouflage, ça paye!

à écrit le 24/06/2014 à 9:53
Signaler
La question est de savoir si l'on veut faire à nouveau du chiffre, ou si l'on souhaite, en regard des dispositions imposées par le législateur, permettre aux seniors de travailler réellement plus longtemps ? Et le contenu de ce nouveau plan est ce qu...

à écrit le 24/06/2014 à 9:51
Signaler
Préoccupation première des élections... on bousille la vie de millions de foyers. Pendant qu'on paye des gens à ne rien faire, d'autres font des immolés aux anpe. Seulement vu le déficit et le plan de réduction de dépenses, c'est un gouvernement qui ...

à écrit le 24/06/2014 à 9:34
Signaler
On a un petit souci de croissance et de technologies. D'une part, on explose les sociétés par des bulles de logements, d'autre part on multiplie le chômage! On voit les agriculteurs manifester contre la normite alors que le système empêche la product...

à écrit le 24/06/2014 à 6:37
Signaler
Les personnes inoccupées correspondent aux chomeurs et aux retraités. Cela est dû à la démographie et au cout du travail. Il faut réduire le cout du travail.

à écrit le 24/06/2014 à 0:59
Signaler
Utiliser jusqu'au bout le capital humain disponible, c'est ça le truc ? totalement absurde !

le 24/06/2014 à 6:41
Signaler
Il y a le capital humain, la démographie et aussi, l'énergie. On oublie toujours l'énergie.

le 25/06/2014 à 4:55
Signaler
" capital humain " employé ici de façon péjorative ...

à écrit le 23/06/2014 à 21:58
Signaler
Alors on fait du business à fabriquer du chômage? Pendant que certains s'évadent, d'autres sont mis au chômage... voila une belle usine à gaz pour le actifs et on hébergerait des machétistes? Il existe dans notre société des gens qui ont l'emploi à v...

à écrit le 23/06/2014 à 21:12
Signaler
Vu le taux de chômage des jeunes, on devrait dire place aux jeunes! Qu'est-ce que c'est que cette Europe qui fait la promotion du vice par la croissance de la prostitution, par la hausse du chômage et la baisse des dépenses sociales? Quel est le but ...

à écrit le 23/06/2014 à 18:34
Signaler
Il existerait pourtant un moyen moins couteux, et en plus beaucoup plus simple que l’usine à gaz des contrats aidés où les petites boites ne s’y retrouve plus. Quand aux grandes entreprises, bardées de juristes, elles utilisent à fond… l’effet d’auba...

à écrit le 23/06/2014 à 17:45
Signaler
Ça y est la bricole reprend! STOP! Baisse de charges (taxes, impôts) pour tous les patrons et tous les travailleurs. Pour tous le monde pareil. C'est simple? Non? Égalité?

à écrit le 23/06/2014 à 17:17
Signaler
le monde bouge à grande vitesse et si un senior de 58 ans est sans emploi il parait difficile de le former ou de demander à un chef d'entreprise d'embaucher quelqu'un qui a tous moments peut être en arrêt maladie. Le mieux serait dans le cas de perso...

le 24/06/2014 à 0:43
Signaler
o@ némo Vos solutions-obligations totalement stupides ! Allez y vous faire les corvées minables !

le 24/06/2014 à 0:55
Signaler
Ces obligations dont vous parlez n'existent pas ? pourquoi les créer, nous sommes en démocratie non ?

le 27/06/2014 à 7:53
Signaler
"quelqu'un qui a tous moments peut être en arrêt maladie". Quel curieux préjugé !

à écrit le 23/06/2014 à 15:18
Signaler
entre 45 et 50 ans on est quoi ? pré-sénior, post-jeune ? En tous cas, les CV prennent le même chemin vertical que les + de 50 !!!

à écrit le 23/06/2014 à 14:26
Signaler
C'est marrant, on pense toujours que le senior veut retrouver du boulot .Ou je bosse c'est l'inverse , dès qu'il y a l' annonce d'un plan de départ , il a bousculade au portillon.Généralement , ce sont des salariés de 56,57 ans , cadre ou manager pou...

le 23/06/2014 à 14:59
Signaler
et a cette heure tu bosses toi ?

le 23/06/2014 à 15:09
Signaler
C’est tout à fait exact…

le 23/06/2014 à 17:14
Signaler
@toto C'est le genre de réponse qui laisse penser que tu es concerné par mes propos , ex-manager qui s'ennuie?

à écrit le 23/06/2014 à 14:02
Signaler
Tout ça pour une mise en route quand? En 2017?

à écrit le 23/06/2014 à 13:59
Signaler
Les séniors ex-salariais du privé de 50 ans travailleurs, productifs et stables devraient occupés les emplois de la fonction publique et territoriale afin d'interdire les jeunes étudiants (75 % veulent devenir fonctionnaire) à rentrer tôt dans l'admi...

le 23/06/2014 à 14:13
Signaler
effectivement passé 50 ans il est plus normal de vouloir pantoufler

le 25/06/2014 à 11:28
Signaler
dissoluion et vite pour foutre dehors ces bons a rien du ps et de l ump 40 ans de ruine pour la France sauf pour bygmalion

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.