On peut faire "des tas de réformes mais pas avec 9 millions de pauvres" (Marine Le Pen)

 |   |  248  mots
Pour Marine Le Pen, le pacte de responsabilité va constituer à tuer la demande pour essayer d'enclencher l'offre. (Photo : Reuters)
Pour Marine Le Pen, le pacte de responsabilité va "constituer à tuer la demande pour essayer d'enclencher l'offre". (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La présidente du Front national estime impossible une réforme des 35 heures alors que la France compte 6 millions de chômeurs.

"Impossible n'est pas français" ? Marine Le Pen, présidente du Front national, a déclaré lundi sur RTL souhaiter la suppression des 35 heures mais a jugé cette réforme impossible au vu de la situation économique actuelle.

"On ne peut pas supprimer les 35 heures en situation de chômage de masse. C'est ça le problème, il faut retrouver la voie de l'emploi pour pouvoir supprimer les 35 heures. Il y a des tas de réformes qui peuvent être faites mais pas quand il y a 9 millions de pauvres, pas quand il y a 6 millions de chômeurs."

Lire : Le programme du Front national au crible : paresseux sur l'emploi

En octobre 2012, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Marine Le Pen s'était opposée à un "retour brutal" aux 39 heures, mais s'était prononcée pour "donner aux entreprises la possibilité de faire ce retour dans le cadre de négociations par entreprise ou par branche".

Le pacte de responsabilité va "tuer la demande"

Si elle juge "bien sûr nécessaire" une baisse des charges pour les entreprises, la présidente du Front national s'oppose au pacte de responsabilité qui va, selon elle, "constituer à tuer la demande pour essayer d'enclencher l'offre".

Lire : Pacte de responsabilité: vers un big bang des cotisations sociales

L'eurodéputée frontiste, qui n'aura pas de groupe au Parlement européen, fustige "un modèle ultra-libéral dont on voit bien qu'il va au bénéfice des pays émergents mais au détriment de notre propre pays".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2014 à 22:30 :
Arrêtons de nous voiler la face , la perte de compétitivité du pays a commencé à partir du milieu des années 70 avec un décrochage dans la formation (voir l'étude de l'OCDE)
Bien que cela soit un sujet tabou , c'est du au moins en partie aux vagues d'immigration massive de population faiblement qualifiée voir pas qualifiée du tout (environ 8 millions de personnes en 40 ans)
Cela a permis de faire pression sur le coût du travail en évitant au management des entreprises de se remettre en question sur l'innovation et la montée en gamme de leurs produits sauf les produits hauts de gamme d'hier sont le bas de gamme d'aujourd'hui .
a écrit le 01/07/2014 à 11:48 :
Si les Français travaillaient mieux il y aurait plus de travail et plus de croissance. Beaucoup de gens préfèrent faire eux-mêmes ce que les autres font presque toujours de travers. Les Français ne savent pas lire, pas écrire en dépit du fait qu'ils ont ou prétendent avoir le bac; ils sont incapables de respecter l'identité des gens ce qui est une source de confusion et d'imbroglio chronophage pour les autres, ils n'écoutent pas ce qu'on leur dit et n'en font qu'à leur tête. S'ils étaient moins sourds et moins aveugles cela irait beaucoup mieux.
Réponse de le 02/07/2014 à 10:14 :
affligeant!!!!
a écrit le 01/07/2014 à 8:15 :
C'est la formulation même d'une durée légale du travail qui est obsolète. Il faut négocier entreprise par entreprise une flexibilité du travail (travailler quand il y a du travail, car faire 39h quand il n'y a pas de client ça coûte) et par ailleurs bien sûr un salaire horaire.
a écrit le 30/06/2014 à 23:27 :
sur le fond elle a raison , c'est pas en période de disette qu'il faut diminuer les parts , bien au contraire , il faut donner plus a ceux qui on le plus besoin , par contre dès que la croissance repartira c'est a ce moment qu'il faut faire des reformes de fond , pour le moment c'est anxiogène et on le voit un peu partout autour de nous il suffit d'aller voir sur place , en espagne , grece ce fut violent et le remède provoque plus de problèmes qu'il n'en résolve , en italie on flirte avec le danger mais les réformettes arrivent juste pour éviter le pire .. mais dès que la croissance repartira il serait inadmissible de rien bouger ni toucher , il faudra alors reformer et tout azimut pour encourager la reprise
a écrit le 30/06/2014 à 23:00 :
Lucide Marine! vous avez tout juste en tellement de points! espérons que vous puissiez avancer allègrement! + de 25% de Français comptent sur vous !!!
a écrit le 30/06/2014 à 16:49 :
Très juste, ce n'est malheureusement plus sur ces leviers d'ajustement qu'il faut agir. Cela ne signifie pas qu'il ne faut rien faire mais que les décisions à prendre nécessitent désormais bien plus de courage que n'en dispose notre classe politique actuelle.
a écrit le 30/06/2014 à 15:56 :
et donc que fait on Mme Le Pen ? Si c'est pour dire des banalités on a assez de députés. Encore une preuve que le FN n'a pas de programme il sort de belles phrases, des graaaaaaaandes envolées sur le thème de l'immigration ou de l'europe sans même savoir de quoi il parle, change d'avis comme de chemise (un coup trop libéral un coup pas assez) et surtout sans jamais rien proposé comme alternative. Triste France tu es bien mal servie par tes élites politiques. Ni courage ni idées. que du vide
Réponse de le 30/06/2014 à 17:06 :
Vous avez tout simplement mal interprété ses propos. Ce qu'elle dit c'est qu'avec le nombre actuel de chômeurs ce n'est plas avec des mesurettes de technocrates qu'on va résoudre ce problème.
a écrit le 30/06/2014 à 15:51 :
Ce beau parti bien conservateur et bien populiste.
On ne fait rien, tout ce qu'aime le bon français bien fainéant et bien gueulard !
Réponse de le 30/06/2014 à 17:07 :
Vous entendez ce que vous voulez bien entendre, mais ça n'a aucun rapport avec ce que propose ce parti.
a écrit le 30/06/2014 à 14:50 :
Elle a raison c'est une femme qui la tête su les épaules et capable de remettre le pays sur pied, après 40 ans de n'importe quoi !
Réponse de le 30/06/2014 à 16:23 :
Ce qu'elle propose est identique à ce que propose l'extrême gauche et qui n'a marché nulle part.
Son père avait une vision économique différente de ce qui a toujours été appliqué en France. Malheureusement sur d'autres sujets il était moins fréquentable
Réponse de le 30/06/2014 à 20:00 :
oui !! Vive MARINE!
a écrit le 30/06/2014 à 11:56 :
Aucune ….à part la politique migratoire !
a écrit le 30/06/2014 à 11:38 :
35 heures
copie
L’UMP a rapidement fait de l’abolition des 35 heures son cheval de bataille. Ainsi, pendant sa campagne électorale de 2007, Nicolas Sarkozy y voit une « erreur économique énorme ». C’est aussi l’occasion pour lui de souligner que « les 35 heures, c’est la régression sociale ». « On ne tient plus le coup. Les 35 heures, tel que cela existe aujourd’hui, c’est intenable », ajoute Jean-François Copé. Il serait facile d’aligner les phrases anti-35 heures prononcées par les leaders de la droite.

Leur force de conviction étonne, leur absence de mémoire désespère. Là encore la preuve est apportée qu’en politique on peut raconter n’importe quoi sans craindre de se voir « recadrer ». En effet, l’invention des 35 heures revient à Gilles de Robien (UDF), ministre du Travail (1995-1997) à une époque où le président de la république s’appelait Jacques Chirac et le Premier ministre Alain Juppé.

Le Crédit Lyonnais négocie

--> Site CFDT

En 1996, le Crédit Lyonnais signe un accord de Robien qui prévoit un passage de 39h à 33h pour les 8000 salariés des backs office. Ces derniers passent sur une semaine à 4 jours payés 97% du salaire de base dans un contexte de plan social.
L’accord de Robien est reconduit en 2000 pour 4 ans. La même année, le reste du personnel passe de 39h à 35h dans un cadre Aubry. Les salariés concernés par l’accord de Robien qui ne peut être reconduit vont donc devoir choisir entre passer sous le cadre Aubry en perdant la semaine de 4 jours où faire des concessions sur le salaire.

Les négociations portent sur les salaires puisque les échos laissent penser que les salariés ne soient pas particulièrement enclins à passer sur 5 jours. La direction propose une baisse de salaire de 6% en guise de contrepartie à une semaine de 4 jours.

11 juin 1996 : vote de la loi de Robien, qui avait comme objectif d'inciter les entreprises à favoriser l'emploi, en aménageant et en réduisant le temps de travail de façon conventionnelle. Le choix est laissé aux entreprises de signer un accord ou non visant à réduire pour elles seules la durée du travail.
a écrit le 30/06/2014 à 11:33 :
Mme Marine , quant on a zero chomeurs dans un pays , vous pensez que c'est la qu'il faut faire des reformes? vous savez des fois je trouve bizarre vos commentaires
Réponse de le 30/06/2014 à 17:11 :
C'est sûr qu'une phrase extraite de son contexte, c'est pas toujours évident à interpréter.
Réponse de le 30/06/2014 à 17:13 :
Moi c'est votre orthographe que je trouve bizarre...
a écrit le 30/06/2014 à 11:19 :
Il va même falloir taxer les robots permettant ainsi de distribuer des "salaires" aux chômeurs car sans consommation la machine du bonheur pour tous a bien des chances de s'arrêter.
a écrit le 30/06/2014 à 11:07 :
Comment ne pas approuver pareille affirmation sensée ? L' chômage partiel n'est-il pas une autre forme du même phénomène ? On ne peut invoquer le repoussoir du diable, devant telle évidence, simultanée avec le cri d'alarme du Medef, dont la solution pour être efficace nécessiterait de réduire de moitié les salaires et d'augmenter la population de ces 9 millions de pauvres. Est-ce acceptable ?
a écrit le 30/06/2014 à 11:01 :
Il n'y a pas que les chômeurs mais aussi et surtout les syndicats sur subventionnés qui après avoir obtenu l'impossible essaye encore d'avoir plus . Il faut savoir s'arrêter à un certain moment .
a écrit le 30/06/2014 à 10:32 :
Impossible de changer quoi que ce soit dans l'état actuel. Il fallait le faire quand ça allait "bien". Et cela a été dit et redit. Mais non, ils n'ont rien voulu comprendre. Rien du tout.c'est peut être trop tard maintenant.
Banqueroute comme disait Christian Morin.
Réponse de le 30/06/2014 à 17:29 :
il fallait le faire quand ça allait bien "...juste que le FN n'était pas au pouvoir, dommage !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :