50% des chômeurs indemnisés occupaient un emploi précaire en 2013

Selon le rapport d'activité 2013 de l'Unédic, en charge de l'assurance chômage, 38% des allocataires étaient indemnisés après une fin de CDD et 12% après une fin de mission d'intérim.
Plus de la moitié des chômeurs indemnisés (54,5%) n'ont pas le baccalauréat. (Photo : Reuters)
Plus de la moitié des chômeurs indemnisés (54,5%) n'ont pas le baccalauréat. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)

CDD et mission d'intérim. Fin 2013, la moitié des demandeurs d'emplois indemnisés étaient au chômage après la fin d'un emploi précaire, selon le rapport d'activité 2013 de l'Unédic publié lundi.

Au total, ce sont 2,56 millions de chômeurs qui étaient indemnisés par l'Unédic au 31 décembre 2013 et 4,74 millions de personnes l'ont été au moins une fois au cours de l'année 2013. 

Un tiers des indemnisés ont été licenciés

Selon les données communiquées par l'organisme paritaire qui gère l'assurance chômage, à la fin de l'année passée, 38% des allocataires étaient indemnisés après une fin de CDD et 12% après une fin de mission d'intérim. Des chiffres proches de ceux publiés l'an passé par l'Unédic

Près d'un sur trois (31%) l'était après un licenciement, dont 10% après un licenciement économique.

Enfin, 13% des chômeurs indemnisés se sont inscrits à Pôle emploi après une rupture conventionnelle, un chiffre en augmentation par rapport aux années précédentes (11,4% en 2011). Ce type de rupture de contrat à l'amiable entre salarié et employeur a été mis en place en 2008.

   >> Lire : Comment les ruptures conventionnelles poussent les seniors au chômage

Si les "licenciés" ne sont pas le premier contingent de chômeurs indemnisés, "ils sont plus souvent confrontés au chômage de longue durée", indique l'Unédic.

Les études supérieures, pas une garantie

Par ailleurs, plus de la moitié des chômeurs indemnisés (54,5%) n'ont pas le baccalauréat (plus d'un tiers (37,2%) ont toutefois un niveau de formation CAP-BEP), et 21,1% n'ont que le bac. Seul un quart des allocataires (24,4%) a fait des études supérieures.

"Si un niveau de formation peu élevé semble augmenter le risque de chômage, un niveau élevé de formation ne préserve pas totalement de ce risque", contraste l'Unédic.

Lire ici le rapport complet : 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 29/07/2014 à 15:41
Signaler
Les signes d'embellie sont là: Mosco va retrouver du travail. Commissaire européen, c'est sûrement le smic, mais c'est toujours ça...

à écrit le 29/07/2014 à 15:02
Signaler
Qu'est-ce que la justice? La précarité du travail et le chômage augmentent alors qu'on augmente le nombre de fonctionnaires... Seulement nos chômeurs n'ont pas de foyer possible, de retraite financée par les autres. On tire sur des professions préc...

à écrit le 29/07/2014 à 13:32
Signaler
Qu'est-ce que la justice? La précarité du travail et le chômage augmentent alors qu'on augmente le nombre de fonctionnaires... Seulement nos chômeurs n'ont pas de foyer possible, de retraite financée par les autres. On tire sur des professions préc...

le 29/07/2014 à 14:03
Signaler
30 000 fonctionnaires territoriaux de plus en 2013 ! 75 milliards d'eur qui grossissent la dette française (le point)

à écrit le 29/07/2014 à 13:17
Signaler
Le gouvernement veut faire des economies sur le dos des chomeurs quand on voit les cheques distribues au quai d'orsay 87 cheques de 900000 euros en guise de prejudice moral suite au crasch

à écrit le 29/07/2014 à 11:23
Signaler
"38% des allocataires étaient indemnisés après une fin de CDD et 12% après une fin de mission d'intérim". Et avec 7 à 8 embauches sur 10 en CDD et ce depuis plusieurs années ,ce n'est pas près de s'arrêter.

à écrit le 29/07/2014 à 9:44
Signaler
Ce type la a ouvert l'autoroute du travail au noir en paralysant l'économie française par les taxes et impôts

à écrit le 29/07/2014 à 9:42
Signaler
Vite, le revenu universel de base !

à écrit le 28/07/2014 à 19:13
Signaler
C'est l'UMPS qui a conduit la France à la faillite !!! La France va très mal.

à écrit le 28/07/2014 à 18:54
Signaler
comme dirait le medef, le problème c'est le droit du travail on ne peut pas sous payé les gens assez.

à écrit le 28/07/2014 à 18:28
Signaler
C'est exactement ce que je disais il y a quelques jours !

à écrit le 28/07/2014 à 17:47
Signaler
...& ça va aller de mal en pis ! on va avoir droit qu'à de petits jobs, avec ça essayez de vivre...sinon de survivre! l'avenir s'annonce très noir !

le 28/07/2014 à 18:37
Signaler
a calais nous ne pouvons plus manger,de plus avec une alliance avec le fn les elus mettent en place la repression migrants

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.