En vingt ans, le nombre de personnes habituées à travailler la nuit a doublé en France

 |   |  422  mots
Le travail de nuit concerne 3,5 millions de personnes en France.
Le travail de nuit concerne 3,5 millions de personnes en France. (Crédits : Reuters)
Au total, 3,5 millions d’actifs travaillaient régulièrement ou occasionnellement entre minuit et cinq heures du matin en France en 2012, selon la Dares. En 1991, ils étaient un million de moins.

Il est cinq heures, les balayeurs sont loin d'être les seuls à aller se coucher. En France, 3,5 millions de personnes travaillent régulièrement la nuit, c'est-à-dire entre minuit et 5 heures du matin d'après la définition retenue  par l'organisme de statistique du ministère du Travail (Dares) pour son étude portant sur des chiffres de 2012 et publiée ce 21 août.

Un peu plus de vingt ans auparavant, en 1991, les travailleurs de nuit étaient un million de moins. Parmi les salariés, leur proportion est passée de 13% à 15,4% en 2012 au cours de ces deux décennies.

Moins d'occasionnels, plus d'habitués

Si le travail de nuit occasionnel se raréfie, ne concernant plus que 8% des salariés en 2012 contre 9,5% vingt ans plus tôt, la proportion des travailleurs nocturnes "habituels" a doublé. La part des femmes concernées augmente: elle a quasiment été multipliée par deux en vingt ans (3,5% en 1991, 7,4% en 2012).  Désormais 1,049 million de femmes travaillent de nuit.

Dans le détail, ce sont logiquement les pompiers, policiers et militaires mais aussi les professionnels de la santé qui sont les plus nombreux à travailler la nuit. Dans le secteur privé, plus d'un tiers des techniciens et agents de maîtrise exercent leur activité entre minuit et cinq heures. Même chose pour 34% des ouvriers non qualifiés des industries, et 37% des bouchers, charcutiers et boulangers.

Plus surprenant: les enseignants sont classés parmi les 20 familles professionnelles regroupant le plus de salariés travaillant la nuit, même s'ils ne sont "que" 8% à être concernés par ces horaires décalés, même occasionnellement.

Pénibilité et conséquences

Cette enquête portait également sur les conditions de travail la nuit. Il apparaît par exemple que les personnes exerçant leur activité entre minuit et cinq heures sont beaucoup plus nombreuses que les autres à juger qu'une erreur aurait des conséquences dangereuses ou bien impliquerait un coût financier important pour l'entreprise. Près de 43% des salariés travaillant la nuit disent ne pas "pouvoir tenir jusqu'à 60 ans", alors que les autres sont 27% à partager cet avis.

Les questions soulevées par le travail de nuit, particulièrement en raison de la pénibilité qu'elle induit, se posent avec une acuité nouvelle depuis que plusieurs enseignes de grande distribution ont été condamnées à fermer leurs portes le soir. Il s'agissait alors d'une acception large du travail "de nuit", à partir de 21 heures.

>> Travail le dimanche et travail de nuit : ce qu'il faut savoir pour comprendre la polémique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2014 à 13:58 :
De manière assez surprenante le travail du matin diminue. Peu de magasins qui ouvrent avant 8 heures, 9 et souvent 10! Nous glissons vers la nuit sans réelle raison comme une manière de changement qui pénalise une large partie de la population. Il en est de même pour les "coupures" de midi qui poussent jusqu'à 16 heures. Les administrations ou les entreprises assimilées elles ne sont plus du tout en phase avec la population, fermant trop tôt et n'ouvrant pas le samedi on ne sait pourquoi voire fermées le lundi comme de nombreux commerçants ou sur des jours de pleine semaine ou encore lors de "ponts" qui s'allongent sans limite. Au mois d'août et même en juillet tout est fermé, clubs de sport et autres commerces qui reportent leur action en septembre. Ne parlons pas des services comme GdF qui n'ont plus de bureaux.... Une espèce de fainéantise bien identifiée qui, de petits arrangements en petits arrangements, ajoutés aux 35 heures et autres dispositions de désorganisation finissent par procurer un salaire sans travail ni service rendu. Etonnant.
Réponse de le 23/08/2014 à 15:53 :
excellent! bien vu.
a écrit le 22/08/2014 à 13:59 :
sur 43 ans d'activité, bien 20 ans de nuit et même week-end de nuit, j'ai bien gagné ma vie car personne ne voulait le faire, et je suis bien content de la retraite que je touche maintenant alors que je me suis moins fatigué que mes collègues.
Et toujours une bonne ambiance, pas de chefs, pas de patron du moment que la prod est faite et bien faite et surtout ne pas en faire plus que nécessaire.
Réponse de le 22/08/2014 à 14:52 :
Le gros probleme le pays doit vous payer une retraite consequence, le premier ministre trouve anormal que la majoration pour heures hors cycle journalier compte dans le calcul des pensions, nous y travaillons en groupe pour mettre fin a cette anomalie
Réponse de le 22/08/2014 à 17:52 :
J'apprécie bcp ton commentaire, je suis content de voir une personne qui bosse et qui a envie de bosser.

Trop de gens veulent tous les avantages sans se bouger un peu. On va droit dans le mur avec ses gens la
a écrit le 22/08/2014 à 13:21 :
Le travail de nuit a doublé en 20 ans.........
Petit calcul:
Aujourd'hui 3.5 millions, soit un million de plus qu'il y a 20 ans => donc il y a 20 ans 3.5-1 = 2.5 millions.
Si cela avait doublé ils seraient donc 5 millions aujourd'hui et non 3.5 millions. La progression n'a donc été que de 50% et non 100% CQFD
Réponse de le 25/08/2014 à 10:31 :
Il va falloir apprendre à tourner ses doigts plusieurs fois avant de pianoter et faire son savant matheux.
En aucun cas, il est dit dans l'article que le nombre de personnes travaillant de nuit a doublé. (Augmentation de 13% -->2,5M à 15,4% --> 3,5M)

Ce qui a doublé, c'est la proportion de personnes à travailler HABITUELLEMENTde nuit passant de 3,5% en 1991 à 7,4% en 2012.
En revanche, le travail de nuit occasionnel a diminué passant de 9,5% à 8%.
Réponse de le 25/08/2014 à 12:34 :
Il faut vous traduire l'article ?
Il n'est pas dit que le travail de nuit a doublé. C'est le % de personnes qui travaille habituellement de nuit qui a doublé (3,5 à 7,4%) CQFD
Réponse de le 26/08/2014 à 10:13 :
Ce n'est pas le travail de nuit en général qui a doublé mais le travail de nuit habituel (3,5 à 7,4%) CQFD
a écrit le 22/08/2014 à 11:11 :
Elle est belle la souplesse dans le travail! Je serai curieux de connaître qui ça concerne même si j'ai mon idée (les moins bien payés)!
pour ceux qui sont content de travailler de nuit pour les primes bah peu être que si vous étiez correctement payé de jour, le travail de nuit aurait l'air moins sympa!
Réponse de le 23/08/2014 à 15:56 :
d'ici quelques temps, quant arriveront les premiers problèmes de santé, on en reparlera, car on NE PEUT faire un tel travail continuellement! mon beauf, très mal en point, pourrait en témoigner.......
a écrit le 22/08/2014 à 10:38 :
et c'est après pas mal d'années de boulot de cette sorte, qu'on se rend compte qu'on vit moins longtemps! normal, ça bouscule la physiologie du corps humain qui est de roupiller" la nuit, et vivre la journée....CQFD
a écrit le 22/08/2014 à 10:25 :
Moi j'aurai titré:" le travail QUI nuit progresse".
Réponse de le 22/08/2014 à 10:40 :
c'est clair! les nouveaux esclaves! pour garder un travail, on sacrifie à beaucoup de choses! à quand, le renouveau, du travail pour enfants?? on s'enfonce, on régresse....triste !
a écrit le 22/08/2014 à 8:13 :
Mdr cap il travail jour et nuit faut que t'explique la !!!
a écrit le 22/08/2014 à 4:30 :
ça devient très difficile de travailler la nuit depuis qu'ils éteignent les lumières pour faire des économies.
Réponse de le 23/08/2014 à 15:57 :
mettez donc, une lumière frontale!...mon pauvre ami, quand on voit de ces coms.....
a écrit le 21/08/2014 à 17:22 :
On dit le travail de nuit ou le travail dans le noir ou au noir de la nuit,car celui ci progresse aussi
Réponse de le 21/08/2014 à 17:54 :
Et le travail dans le jour il vous intéresse moi pas, j'ai banni ce mot dans mon vocabulaires pour moi c'est aides et primes.
a écrit le 21/08/2014 à 17:17 :
Moi je ne travaille déjà pas le jour je ne vais surtout pas travailler la nuit, moi je dors la nuit et je bulle le jour. Parfait pour les autres qu'ils se tuent au boulot.
Réponse de le 23/08/2014 à 1:38 :
Au moins vous avez l'honnêteté de le reconnaître
Réponse de le 23/08/2014 à 8:43 :
Vous êtes socialiste?
a écrit le 21/08/2014 à 15:11 :
Les enseignants travaillant de minuit à 6h du mat?

J'hallucine !
Réponse de le 21/08/2014 à 17:55 :
Je suis enseignant, je travaille jour et nuit.
Réponse de le 21/08/2014 à 21:41 :
On détecte bien votre ignorance. Oui les enseiignants n'échappent plus au travail de nuit. Le travail qu'on leur demande de jour ne porte plus ses fruits tellement le niveau baisse. Faites attention au vôtre. Il suit la même pente dangereuse.
Réponse de le 21/08/2014 à 21:48 :
autant que tes élèves
a écrit le 21/08/2014 à 14:30 :
Faut t'il se réjouir de cette évolution ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :