Valls aime l'entreprise, et ne le cache pas

 |   |  936  mots
(Crédits : Reuters)
A l'université d'été du Medef, le premier ministre a prononcé une véritable ode aux entreprise. De quoi provoquer le trouble des "frondeurs" du PS, qui dénoncent un copié-collé de Tony Blair. Le premier ministre s'est prononcé en faveur d'une négociation sur les seuils sociaux dans l'entreprise et de l'assouplissement des règles du travail du dimanche

Un premier ministre de droite aurait-il prononcé un discours aussi favorable aux entreprises ? Aurait-il été à ce point ovationné par les chefs d'entreprise présents à Jouy en Josas? D'entrée de jeu, à l'occasion de son intervention lors de l'ouverture de l'université d'été du Medef, ce mercredi, Manuel Valls a donné le ton :
« Je sais qu'il est d'usage d'opposer la gauche et le monde de l'entreprise ... C'est un vieux refrain ... Mais justement, ce que je crois profondément, c'est que notre pays a besoin de sortir des postures, des jeux de rôle auxquels nous sommes tellement habitués. Alors, je le dis : cessons d'opposer systématiquement ! D'opposer Etat et entreprises ! D'opposer chefs d'entreprise et salariés ; organisations patronales et syndicats !  Je le dis et je l'assume : la France a besoin de vous ! La France a besoin de ses entreprises, de toutes ses entreprises. Car ce sont les entreprises qui, en innovant, en risquant les capitaux de leurs actionnaires, en mobilisant leurs salariés, en répondant aux attentes de leurs clients, créent de la valeur, génèrent des richesses qui doivent profiter à tous. »

« Moi, j'aime l'entreprise »

Et de déclarer, à deux reprises : « moi, j'aime l'entreprise ». Car « une immense majorité de nos concitoyens y travaillent. Beaucoup s'y épanouissent. (...) L'institution qui arrive en tête dans les sondages d'opinion, ce sont les PME, les PMI, et ce avant même la police ou l'armée. Ce sont les entreprises qui créent des emplois. Combien d'entre vous se battent pour préserver les emplois, motiver et rassurer, malgré une conjoncture morose. Je le dis depuis des années dans ma famille politique : il n'y a pas d'emplois sans employeurs. »

Les frondeurs abasourdis, qui dénoncent un "copié-collé de Tony Blair"

« C'est pourquoi », affirme Valls, « il est absurde de parler de « cadeaux fait aux patrons ». Une mesure favorable aux entreprises, c'est une mesure favorable au pays tout entier ».

De quoi faire réagir les députés PS frondeurs, qui se sont dits abasourdis. Laurent Baumel, l'un des leaders de ces députés,  a ainsi qualifié de "copié-collé" des discours de Tony Blair  le discours de Manuel Valls. "Moi qui connais assez bien l'évolution idéologique des partis socialistes depuis deux décennies, a dit Laurent Baumel sur BFMTV, je peux vous dire que c'est un copié-collé du type de discours que tenait Tony Blair dans les années 95-97-99 en Angleterre, c'est-à-dire que c'est une proposition idéologique pour rompre avec tout ce à quoi nous avons cru à gauche depuis des décennies." À la tête du Parti travailliste, puis comme chef du gouvernement, Tony Blair avait réformé en profondeur l'idéologie de son parti, désormais surnommé le New Labour, le convertissant à l'économie de marché. "Je peux difficilement cacher mon trouble", déclare le député d'Indre-et-Loire. "C'est la première fois, je crois, qu'un Premier ministre socialiste va faire applaudir des piques contre des députés socialistes par un syndicat patronal".  "Je connais bien Manuel Valls, je sais que sa posture est toujours d'abord politique, et là je pense qu'il a fait un discours politique", a-t-il conclu.

Pas de nouveaux allègements de charges annoncés

Favorable aux entreprises, le gouvernement va-t-il plus loin encore dans les allègements de prélèvements obligatoires à destination des employeurs ? Ce n'est pas le sens du propos de Manuel Valls.
Il a confirmé le pacte de responsabilité, avec « au total, ce sont plus de 40 milliards d'euros de baisse en quatre ans sur les prélèvements touchant les entreprises ». 40 milliards pour qu'elles gagnent en compétitivité, qu'elles puissent investir, repartir à la conquête de parts de marché, et embaucher. 40 milliards, ce n'est pas rien ! Cela représente 2 points de PIB. C'est plus de 15 points d'autofinancement supplémentaire. Dès 2015, ce sera pour nombre de salariés l'équivalent de 10 points de cotisations sociales en moins. »

Si Manuel Valls ne promet aujourd'hui pas d'aller plus loin, comme l'avait demandé Pierre Gattaz, le patron des patrons, s'agissant de la fiscalité, n'exclut pas de nouvelles avancées en faveur des employeurs, à la faveur de prochaines assises sur l'investissement. Pierre Gattaz réclame une baisse de la taxation du capital, le premier ministre ne semble pas l'exclure.

Moins de formalités, négociations sur les seuils sociaux

« Certaines formalités excessives sont aussi coûteuses et pénalisantes » estime Manuel Valls. Les entreprises comme les ménages en sont victimes. Nous nous y attaquons. Une charte du contrôle fiscal entrera prochainement en vigueur et un médiateur sera mis en place.»
Répondant à une revendication patronale, le gouvernement est prêt à approuver une réforme des seuils sociaux. « Vos représentants participeront à des négociations qui vont s'ouvrir sur la représentation des salariés et le dialogue social. Ces négociations poseront aussi la question des seuils. Cette réforme ne peut réussir que si la négociation réussit. Et la négociation doit réussir, comme les partenaires sociaux ont su réussir des réformes importantes depuis deux ans. Je pense notamment à la sécurisation de l'emploi ou la formation professionnelle. »

Des nouvelles réformes: travail du dimanche et urbanisme commercial

Il y a la négociation, et les réformes promises par le gouvernement. Il s'agit de "rendre notre économie plus souple, plus réactive". Et de promettre "d'accroître la concurrence, d'alléger certaines règles, je pense à celles relatives au travail du dimanche ou à l'urbanisme commercial". Manuel Valls estime que "des milliards d'euros de pouvoir d'achat peuvent être redonnés aux Français".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2014 à 17:39 :
Et Vals de déclarer, à deux reprises : « moi, j'aime l'entreprise ». Car « une immense majorité de nos concitoyens y travaillent. Beaucoup s'y épanouissent. (...) L'institution qui arrive en tête dans les sondages d'opinion, ce sont les PME, les PMI, et ce avant même la police ou l'armée. Ce sont les entreprises qui créent des emplois. Combien d'entre vous se battent pour préserver les emplois, motiver et rassurer, malgré une conjoncture morose"
ALORS, s'il aime les PME,PMI et TPE, qu'il rencontre Roubaud de la CGPME plutôt que Gattaz du MEDEF.
Là, on lui dira la nécessité des PME :des carnets de commande et donc du pouvoir d'achat des salariés, plutôt que les sempiternelles demandes d'allègements de charges pour gonfler les dividendes des actionnaires.
Le fameux CICE, accordées par le gouvernement ne servent que les intérêts des grosses entreprises puisqu'elles ne bénéficient qu'aux entreprises qui font des profits, ce qui est loin d'être le cas des PME, PMI et TPE !
Les embauches ne se font pas sur la base d'allègements de charges, mais sur la base de carnets de commande remplis durablement...
a écrit le 28/08/2014 à 17:09 :
L’essayiste américain Gary Allen écrivait en 1972 au sujet notamment de Rockefeller :
« Si l’on comprend que le socialisme n’est pas un programme de partage des richesses, mais est en réalité une méthode pour consolider et contrôler les richesses, alors le paradoxe apparent de ces hommes fortunés qui promeuvent le socialisme n’est plus du tout un paradoxe. Au contraire, le socialisme devient logique, et même l’outil parfait de mégalomanes dans leur quête du pouvoir.
Le socialisme n’est pas un mouvement des masses opprimées, mais de l’élite économique. »
Réponse de le 28/08/2014 à 18:45 :
Parfait. la stricte vérité...
a écrit le 28/08/2014 à 14:23 :
Dommage qu'il n'aime que les gras du CAC 40, et non les PME, celles en réalité qui procurent le boulot !
a écrit le 28/08/2014 à 12:17 :
Monsieur Valls ne hait pas les riches, le travail, les entrepreneurs fournisseurs de main d'œuvre, ni le courage politique ! Il est utile et clairvoyant. Il est notre dernier espoir d'échapper à la déchéance !!!
Réponse de le 28/08/2014 à 14:34 :
c'est sûrement de l'humour? !!!!
a écrit le 28/08/2014 à 10:49 :
ça sonne faux comme discours ! Valls n'est qu'un baratineur de première
Réponse de le 28/08/2014 à 14:23 :
comme je vous suis !
Réponse de le 28/08/2014 à 15:02 :
En effet jusqu'ici il a beaucoup parlé, beaucoup annoncé, mais rien décidé; a moins que ce soit la faute des dactylos qui n'ont pas encore eu le temps de taper les arrêtés !
a écrit le 28/08/2014 à 9:23 :
Il aime l'entreprise mais pas les actionnaires pourtant pas d'entreprise sans actionnaires et pas d'actionnaires sans dividendes
Réponse de le 28/08/2014 à 14:13 :
Vous confondez grandes entreprises et PME. Dans ces dernières, pas d'actionnaires, juste un entrepreneur qui bosse au même titre que toute son équipe.
Les niches et aides fiscales concernent essentiellement les grandes entreprises du CAC 40 et du MEDEF. Pourtant, ce sont bien les PME et TPE qui sont le premier employeur de France.
Votre image de l'entreprise est pitoyable. C'est avec des discours tels que le votre qu'on détruit l'image des vrais entrepreneurs.
Les grands patrons ne sont que des salariés "de luxe" mis à la disposition des entreprises pour générer le maximum de dividendes pour leurs actionnaires, quitte à devenir des tortionnaires pour leurs salariés, fournisseurs et même clients (quand elles possèdent un quasi monopole ...).
a écrit le 28/08/2014 à 9:23 :
Il aime l'entreprise mais pas les actionnaires pourtant pas d'entreprise sans actionnaires et pas d'actionnaires sans dividendes
a écrit le 28/08/2014 à 9:20 :
Et l'etat ? Va t-il se mettre au régime sec comme pour les citoyens?
Réponse de le 28/08/2014 à 14:15 :
Effectivement, c'est par là qu'il faudrait commencer... mais nos politiques aiment aussi beaucoup les "privilèges" et le cumul de "privilèges" !
Réponse de le 28/08/2014 à 15:03 :
Ça, c'est la plus belle blague de la journée.
a écrit le 28/08/2014 à 8:30 :
les déclarations de Manuel Valls n'engagent que lui .Attendons de voir la suite ./
-Retour aux 39 heures
-Droit du travail moins contraignant pour les entreprises
-Suppression des comités d'entreprise,des subventions aux syndicats.
-limiter le cumul des prestations sociales, ainsi que leur durée.
Réponse de le 28/08/2014 à 14:26 :
à force de laisser de + en + d'aises" aux patrons, on va se retrouver comme dans "Germinal", ça fait rigoler? à votre place , je me méfierai grave !(je ne suis d'aucun syndicat, je PRECISE! ) seulement du BON SENS !
a écrit le 28/08/2014 à 8:09 :
Les réformes continuent dans le secteur marchand pour réduire le coût du travail mais ceux qui ruinent notre pays les parlementaires, les fonctionnaires et territoriaux, les administrations publiques en doublons ou sans utilités, les entreprises publiques à la gestion calamiteuses, etc, aucune réforme en vue pour réduire l'endettement. Ainsi va la monarchie et ses vassaux qui enfoncent la France dans son déclin...
a écrit le 28/08/2014 à 8:05 :
Valls dit qu'il aime l'entreprise et il a raison. Car sans les entreprises pas de W et pas de richesses à redistribuer.
a écrit le 28/08/2014 à 7:34 :
Toujours du BlaBla, et dans les actions rien!!!
Réponse de le 28/08/2014 à 14:33 :
Pareil pour la répréssion des voyous! vous avez vu qu'il ait fait quelque chose de sérieux??? quedalle ! du blabla, des mines froncées, des rougeurs au front! c'est pas ça qui arrange les choses déja très graves de ce point de vue, spécialiste en blablas comme beaucoup d'autres, hélas !
a écrit le 28/08/2014 à 7:32 :
Donc il était auparavant membre et solidaire d'un parti, d'une majorité et d'un gouvernement qui faisaient le contraire de ce qu'il pense profondément ? Et il y a des jobards pour gober ce discours et cette conversion ? Et le pire, c'est que ce discours embarrasse l'UMP !
a écrit le 28/08/2014 à 6:57 :
VALLS démission.
a écrit le 28/08/2014 à 6:56 :
Avec la G*, on dit ce que l'on veut. Souvent, la réalité est bien différente.
a écrit le 27/08/2014 à 23:13 :
Franchement, que fait encore Valls au PS ? Il mène vraiment un politique de droite.
a écrit le 27/08/2014 à 21:39 :
Comme suite à ces paroles dès demain matin 7 h , le RSI ne harcèlera plus les TPE , les banquiers ouvriront des facilités de caisse (soyons prudents pas de prêts ) aux entreprises, la bureaucratie (féodale), enfin , arrêtera de se méfier des entrepreneurs ; donc à demain matin M. VALLS ?
Réponse de le 28/08/2014 à 11:16 :
Ce matin , le RSI , la banque , la bureaucratie tous ont toujours les mêmes ordres : casser l'entreprise... Je serai M. GATTZ , je m'interrogerai ...
a écrit le 27/08/2014 à 21:25 :
Il y a surtout une réforme à faire dans les mentalités du patronat français habitué à l'état providence . La france a besoin de capital risque et d'entrepreneurs qui en ont et non de types avec des copains politiques qui se disent qu'il y a un coup à faire ... mais pour ça , il faut revoir la fiscalité de fond en comble et revaloriser les professions d'ingénierie avec des niveaux de rémunération adéquats Sans ça , le pays continuera à s'effondrer dans les classements internationaux , le reste ,c'est du baratin ...
a écrit le 27/08/2014 à 20:50 :
La HONTE !!! " une véritable ode aux entreprises " et au patronat ! Du grand socialisme ...
a écrit le 27/08/2014 à 19:51 :
Pour 2017 vous vous présentez à la primaire UMP?
Réponse de le 27/08/2014 à 20:00 :
Il va aussi essayer les élections en Espagne.
Réponse de le 28/08/2014 à 15:55 :
Ca serait bien on aurait pas a lui filer une paye a vie et comme l'Espagne est déjà au plus bas il y a peut de chance qu'ils ruine encore plus les Espagnols... Quoi que !
a écrit le 27/08/2014 à 19:38 :
Il aimes les entreprises il n'a jamais bossé de sa vie, c'est un opportuniste qui fait de la com tous les jours, même l'Espagne n'en veut pas.
Réponse de le 27/08/2014 à 19:52 :
C'est juste du paraitre comme quand il était ministre de l'intérieur et qu'il évitait les pierre dans les cité sécurisé. D'ailleur elles sont dans quel état maintenant ces cités?...
Réponse de le 28/08/2014 à 10:04 :
Et bien les cités, ça va pas, ya pas de boulot.... Et bien pas mal de français pensent que à cause des origines, on est mauvais de naissance ou si on habite une cité, on est forcément un méchant bandit...c'est à cause de ce genre de généralisations que ça va mal...et le fn surfe là dessus en parlant de chances pour la france et en prenant quelques mauvais exemples, pour généraliser sur tout le monde ! C'est comme si on disait tous les français ne se lavent pas souvent...simplement honteux.
Réponse de le 28/08/2014 à 14:28 :
France & Français, svp, avec 1 majuscule! on est déjà assez rabaissé comme ça !!
Réponse de le 28/08/2014 à 15:58 :
C'est pas un reproche aux personnes vivant dans les cités que je fait (j'y ait vécu plus de 15 ans avant de pouvoir acheter) mais contre les méthode du premier ministre qui ne fait que du paraître sans rien changer tout en disant qu'il a tout changé !
a écrit le 27/08/2014 à 18:55 :
Et qu'est ce qu'il fait depuis son arrivée à Matignon ? Les entreprises françaises ont besoin de respirer pas d'un système d'assistanat comme le Cice qui ne sevira que les grands groupes. Quand on sait que le premier bénéficiaire de ce système et la Poste, il y a vraiment de quoi douter de l'efficacité du dispositif. Les emplois potentiels sont dans les petites boîtes... certainement pas dans les grandes.
a écrit le 27/08/2014 à 18:46 :
Laquelle? la grasse du CAC 40 , ou les PME qui triment grave ?? !!!
a écrit le 27/08/2014 à 17:57 :
Nous avons changé de président de la république ? Valls en Tony Blair et Hollande en reine d'Angleterre ,
Réponse de le 27/08/2014 à 18:50 :
MDR !!!
a écrit le 27/08/2014 à 17:26 :
Une mesure simple et qui ne coûte rien c'est l'augmentation des seuils sociaux. (Délégué du perso à 10, règlement interne à 20, comite d'entreprise à 50,...). A défaut de les supprimer, il faudrait les multiplier par 5 ou 10 (100/200/500). Mais en voulant passer par la négociation, il est à craindre que l'on accouche d'une souris...
a écrit le 27/08/2014 à 17:21 :
Je ne vois pas en quoi dire qu'il faut cesser d'opposer entreprises et socialisme règle quoi que ce soit, ce d'autant que l'étatisme des socialistes et de la majorité des élus de l'opposition ne gêne en rien les grands groupes qui au contraire plébiscitent évidemment l'utilisation du pouvoir de contrainte et de règlementation de l'état, en particulier quand il leur permet de maintenir ou d'accentuer leurs positions quasi monopolistiques, leur économie de la rente et limite la concurrence, notamment des PME.
Bref, on balade une fois de plus les français mal informés.
a écrit le 27/08/2014 à 17:20 :
valls ne tiendra pas jusqu'en 2017.
Son cote Franc-Tireur et sa licence d'histoire (après JMA et son capes d'allemand) vont vite le rattraper.
La crise économique se transforme petit à petit en crise politique.
Réponse de le 27/08/2014 à 23:19 :
Un franc tireur est efficace alors que lui ne fait que dans le paraître !
a écrit le 27/08/2014 à 17:18 :
Voilà de bons propos mais il faut passer aux actes. Les cadres du parti socialiste issus de la fonction publique et les militants socialistes n ont plus qu a suivre un bon lavage de cerveau.
Oui le chemin est le bon mais le budget 2015 va être l épreuve de vérité
a écrit le 27/08/2014 à 17:03 :
C le pb en france, le medef represente le cac 40 qui n a pas les memes interets que les pme
Réponse de le 27/08/2014 à 17:30 :
Tres bien dit !!!!!
Réponse de le 28/08/2014 à 6:59 :
Je sais, je sais...
a écrit le 27/08/2014 à 17:01 :
C'est toujours le même principe "politique de la girouette"
Réponse de le 27/08/2014 à 18:26 :
Car c'est la même ligne politique qu'il était le seul à défendre pendant la primaire socialiste !
a écrit le 27/08/2014 à 16:55 :
Ça veut strictement rien dire :"j'aime les entreprises". Surtout pour quelqu'un qui n'a jamais mis un pied dedans...mais il est temps de se rendre compte que l'on a besoin d'elles!
Peut être faisait il allusion à fh et son: je hais les riches .
a écrit le 27/08/2014 à 16:44 :
Manuel vals à plusieurs facette 1 il et vasale de Bruxelles c'est un poujadiste et une pensée mira sienne
a écrit le 27/08/2014 à 16:42 :
faudrait pas qu'il en fasse trop Manu!!!!!
Réponse de le 27/08/2014 à 20:03 :
Il n'en fait pas trop il fait du vent et surtout dans son pantalon étroit à la coupe espagnole.
a écrit le 27/08/2014 à 16:29 :
esperons que demain ,il ne fera pas le contraire comme avec la SNCM "je serai ferme " le lendemain il accordait tout à la CGT ,mais il n'a jamais fait evaquer l navire occupé
a écrit le 27/08/2014 à 16:25 :
Le MEDEF, il représente qui ? Les grandes Entreprises, les moyennes, petites, également les TPE, les micro-entreprises ?
Réponse de le 27/08/2014 à 16:34 :
Le MEDEF, il représente qui ?
Le MEDEF représente un groupuscule du CAC 40, en principal les banques et assurances banques qui tiennent les patrons d'entreprises privées "par les couilles" du pognon.
Réponse de le 27/08/2014 à 17:32 :
EXACT !!!!!!!!
Réponse de le 28/08/2014 à 8:47 :
Et alors le CAC40 ce sont des PMI PME qui ont réussi ! Au début ces boites étaient minuscules , regardez leur histoire. Et puis si on a des progrès pour les grosses boites, ça s'applique aussi aux petites ! Et aussi, ce sont les grosses qui font aussi vivre beaucoup de petites et les sous traitants. Donc des gens comme vous qui ne connaissent rien à l'économie mais qui critiquent, c'est ça la France, un pays de nuls en économie et qui parlent...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :