Valls défend sa ligne à La Rochelle

 |   |  1027  mots
(Crédits : reuters.com)
Manuel Valls défend ce dimanche sa ligne en clôture de l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle.

Applaudi debout par les patrons mercredi au Medef, le chef d'un gouvernement purgé de son aile gauche parviendra-t-il à recevoir la même ovation de son propre parti? Alors que sa ligne a été contestée ce samedi par les « frondeurs » du Parti socialiste, Manuel Valls défend ce dimanche sa ligne en clôture de l'université d'été du PS à La Rochelle.

"Je suis des leurs, je suis leur Premier ministre. Je vais leur parler avec le coeur, il faut les entraîner. Je veux rassurer et rassembler", a confié Manuel Valls au JDD.

En se promenant "parmi les Français" dans le centre de La Rochelle samedi, le Premier ministre avait toutefois confié "ne pas chercher les applaudissements", mais "à convaincre". "Je suis pas dans les petits jeux, ma seule mission c'est de redresser le pays".

Accueil sans incident des militants

Si Manuel Valls a finalement eu droit à un accueil sans incident -et plutôt bienveillant- des militants socialistes pour ces premières heures rochelaises samedi (les sifflets qui l'attendaient à la sortie de la gare venaient de militants CGT) la partie ne s'annonce pas aisée.

Car des parlementaires "frondeurs" aux responsables communistes et aux écologistes en passant, à distance, par Martine Aubry, l'ex-maire d'Evry a en effet été sous le feu des critiques samedi au deuxième jour du traditionnel rendez-vous de la famille socialiste.

Capable de gouverner

S'il n'est pas prévu d'annonces de la part de Manuel Valls -la mesure fiscale promise par le gouvernement attendra- "il s'agit de montrer que la gauche, dans des moments difficiles, est capable de gouverner", indique-t-on dans l'entourage du Premier ministre. Manuel Valls "ne veut pas se laisser enfermer dans les mots comme social-libéral, social-démocrate, au moment où la France est dans cette situation difficile. Il connaît les pièges de ces débats", note un proche.

"A travers les militants, il veut s'adresser aux Français", explique-t-on. Dépasser le parti, tel était aussi le message d'un Premier ministre lors de cette "promenade" devant les caméras dans le centre de La Rochelle, qui visait notamment à montrer qu'il n'était pas "bunkerisé" par le pouvoir.

"Social-libéralisme"

Pour le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, qui a glissé qu'à la place de Manuel Valls, il aurait réservé son discours de rentrée aux militants plutôt qu'aux patrons du Medef, il s'agira de dire "ce qu'est le socialisme aujourd'hui" pour ne pas se laisser entraîner vers des querelles sémantiques sur "le social-libéralisme".

Les retrouvailles de Manuel Valls avec les militants PS -qu'il n'a que peu croisé depuis la campagne des européennes- suivent une journée de samedi où la ligne Hollande-Valls aura subi son lot de remises en cause.

La première charge est venue dès le début de la matinée des députés "frondeurs" qui, furieux de la ligne économique "social-libérale" affichée par le nouveau gouvernement Valls II, ont profité du rendez-vous pour lancer leur club "Vive la gauche", devant plusieurs centaines de personnes rassemblées dans un amphithéâtre à l'ambiance surchauffée.

Taubira à La Rochelle

Alors que l'éviction d'Arnaud Montebourg pour contestation de la "seule ligne" gouvernementale était dans toutes les têtes, la ministre de la Justice Christiane Taubira a créé la surprise en venant brièvement assister au rassemblement. Mais Manuel Valls n'a pas trouvé à redire à l'initiative de sa garde des Sceaux.

"La cohérence, la clarté, la cohésion voulues par le président ne sont évidemment pas mises en cause", a-t-il jugé. "C'est très bien que ça se passe ainsi, c'est bien que cette université d'été montre qu'il y a des débats, des discussions", selon le Premier ministre, qui a même dîné assis à côté de sa ministre pour déminer encore un peu plus le début de controverse.

Une autre charge est venue de loin : Martine Aubry, l'un des grands absents du rassemblement, a réclamé que sa ville de Lille et d'autres communes volontaires bénéficient de l'encadrement des loyers, limité la veille à la capitale... par Manuel Valls. Ce dernier lui a répondu dans le JDD que si Lille (ou toute ville volontaire) voulait elle aussi expérimenter cette mesure, libre à elle.

Unité de la gauche

Un dernier incident notable a eu lieu en fin de journée, lors du débat sur "l'unité de la gauche", qui n'a eu d'unitaire que le nom.

D'ordinaire placide, le numéro un du PCF, Pierre Laurent, a fortement haussé le ton en lâchant, sous les applaudissements (et quelques sifflets) que le contrat qu'avait passé François Hollande en 2012 venait, cette semaine, "d'être déchiré devant les Français". "La politique engagée et qui veut être amplifiée par le nouveau gouvernement conduit par Manuel Valls", elle "nous mène dans le mur" et elle "ne permettra pas l'unité de la gauche", a-t-il prévenu.

Egalement présente, la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse, a elle fait passer "un message de colère et de déception après les dernières annonces pour démonter la loi Alur" sur le logement.

Le Pen prête à  gouverner

Lors de sa rentrée politique samedi à Brachay, en Haute-Marne, où elle avait obtenu son score le plus élevé à la présidentielle de 2012, Marine Le Pen a déclaré que la nouvelle équipe de Manuel Valls n'aura pas de majorité pour survivre aux échéances législatives de l'automne. Elle s'est dite prête à gouverner si le Front national devait être porté au pouvoir par un scrutin anticipé.

Si l'hypothèse semble exclue par François Hollande et si la plupart des figures de l'UMP n'y paraissent pas favorables, confrontées qu'elles sont à la reconstruction de leur parti, Marine Le Pen estime une dissolution inévitable à court terme.

"Si le peuple nous donne à l'Assemblée nationale une majorité pour gouverner, et bien nous gouvernerons", a-t-elle dit sous les applaudissements de son auditoire. "Nous ferons tout notre possible avec les moyens dont nous disposerons. Nous ne fuirons pas comme ces lâches nos responsabilités."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2014 à 18:38 :
Le tout est de savoir quelle LIGNE.
Hier pour les patrons aujourd'hui pour une ligne pleine de courbes et qui part dans tous les sens. Demain le bateau sombrera sans capitaine et sans marins dans les eaux troubles et indéfinies.
a écrit le 31/08/2014 à 13:51 :
Droite,gauche,gauche,gauche, sa me rappel une chanson lorsque j'ai fait mon service militaire en Algérie, avec le Général de Gaulle comme Président, il n'a pas été parfait , loin sans faut, mais c'était autre chose que ce que nous avons actuellement...! Sans commentaires vous pensez ce que vous voulez, mais de vous à moi, ne croyez vous pas qu'il y'a des coups de pieds au c.. Qui se perde quand allons nous, réagir pour ce faire respecter quant on vois des ministres naturaliser français ou encore à double nationalité même au sénat la France n'est pas une poubelle. Pourquoi il ne vont pas diriger dans leur pays, et il veulent nous gouverner,
a écrit le 31/08/2014 à 12:29 :
Si Valls défend sa ligne, Hollande n'en n'a jamais eu, au propre comme au figuré
a écrit le 31/08/2014 à 11:40 :
Dans region sinistree du nord nos symphatisants ne juge pas le fn comme le diable, nous organisons des reunions de quartier avec des militants fn , nous rapprochons nos idees, ceci et net nous ne voulons plus de cette 5eme republique et de cette europe qui est responsable de la situation en ukraine en voulant indexer ce pays
Réponse de le 31/08/2014 à 13:04 :
80pourCENT des français d'en bas, dont les petits moyens entrepreneurs, même une bonne part des PME pensent comme vous ;
dans les 20% qui suivent ChiracSarkozyVallsHollande, il y a essentiellement le CAC 40 et le haut du panier minoritaire du MEDEF.
Réponse de le 31/08/2014 à 19:13 :
@Militant Malheureusement pour vous ce n'est pas le FN qui vous fera sortir de l'Union, vous serez aussi abusé par celui-là que par UMPS, le FN est le plan C du système après ces deux là, vous ne l'avez tout juste pas compris parce qu'on ne vous l' pas expliqué... Regardez plutôt côté UPR, à moins que le racisme arabe soit votre motivation mais je ne veux pas le croire...Ce que je vous dis est très explicite sur le site UPR. fr, rôle du FN..
a écrit le 31/08/2014 à 11:28 :
Gouverner par ordonnance, utiliser le 49-3....ça choque les politiciens mais les citoyens veulent un pouvoir politique efficace. Attendre 1 an que le Parlement vote une loi, 6 mois de plus le temps qu'elle soit appliqué c'est trop long. Le monde moderne est un vrai défi pour notre démocratie et nos institutions qui doivent s'adapter pour être plus réactifs et rapide. La 5ème République a au moins cette vertu de raccourcir les procédures, même si l'égo du Parlement en prend un coup...et l'idéal de la démocratie parlementaire type 19ème siècle.
a écrit le 31/08/2014 à 10:51 :
on ne vit plus dans une démocratie lorsqu'il y a une telle trahison des électeurs.
Réponse de le 31/08/2014 à 11:26 :
Seule la rue peut forcer a flamby de partir, le danger valls avec du sang de franco dans les veines
a écrit le 31/08/2014 à 10:47 :
Si ils ne veulent plus porter la cravate, qu'ils portent des chemises col ouvert; ça fait moins ridicule!
a écrit le 31/08/2014 à 10:18 :
Vous m'en avez pas marre de la gauche? J'aime bien les canards mais les couacs tous les jours c'est saoulant !
Réponse de le 31/08/2014 à 10:25 :
Le problème c'est qu'on a le choix entre la gauche ou la droite et si la droite c'est "l'autoritarisme-populisme-bonapartiste-fascisante" alors pour rester républicain et démocrate on doit voter à gauche.
Réponse de le 31/08/2014 à 10:40 :
Pourquoi l'UMP ce sont des anges?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :