Aubry appelle Valls à ne "pas se crisper" et calme le jeu

 |   |  308  mots
Je dis à Manuel, très simplement : il ne faut pas se crisper. Pourquoi d'ailleurs se crisper, il faut simplement discuter, a déclaré l'ancienne première secrétaire du parti socialiste, sortie il y a peu d'un silence de plus de deux ans sur la scène nationale, estimant que ses propos avaient peut-être été mal compris.
"Je dis à Manuel, très simplement : il ne faut pas se crisper. Pourquoi d'ailleurs se crisper, il faut simplement discuter", a déclaré l'ancienne première secrétaire du parti socialiste, sortie il y a peu d'un silence de plus de deux ans sur la scène nationale, estimant que ses propos avaient peut-être été "mal compris". (Crédits : reuters.com)
Martine Aubry assume ses propos de dimanche en faveur d'une inflexion de la politique économique, mais appelle Manuel Valls à ne pas se crisper sur le sujet. Ses propositions resteront dans le cadre du parti, assure-t-elle.

La maire de Lille Martine Aubry a appelé lundi Manuel Valls à ne "pas se crisper", et tenté de calmer le jeu, au lendemain d'échanges entre l'ancienne première secrétaire du PS et le Premier ministre, au sujet de la politique économique du gouvernement.

"Je dis à Manuel, très simplement : il ne faut pas se crisper. Pourquoi d'ailleurs se crisper, il faut simplement discuter", a déclaré l'ancienne première secrétaire du parti socialiste, sortie il y a peu d'un silence de plus de deux ans sur la scène nationale, estimant que ses propos avaient peut-être été "mal compris".

>> LIRE Martine Aubry, de retour, va proposer des "inflexions économiques"

Des propositions "pour que la croissance revienne"

Martine Aubry avait déclaré dimanche qu'elle allait faire des propositions pour infléchir la politique économique "dans les semaines qui viennent", afin que "la croissance revienne", indiquant qu'il fallait réduire les déficits, mais "sans casser la croissance". Des propos qu'elle a par ailleurs rappelé et assumé lundi.

"Il faut faire des réformes mais nous ne faisons pas d'austérité", lui avait rétorqué dans la foulée Manuel Valls, en marge d'un déplacement à Bologne (centre-nord de l'Italie), avec son homologue italien Matteo Renzi.

... "dans le cadre du parti"

"Quand la situation n'est pas bonne (...), le rôle des politiques, c'est d'essayer de trouver des solutions", a fait valoir Martine Aubry lundi, répétant son "seul objectif" :

"Que le président de la République et le gouvernement réussissent".

Ainsi a-t-elle assuré ne pas vouloir "gêner", mais être "utile".

"Nous sommes dans un parti démocratique, (...) je le ferai dans le cadre de mon parti", a-t-elle par ailleurs signalé, avant de louer l'organisation des états généraux du PS, à l'initiative de son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2014 à 6:54 :
Elle arrive avec ses gros sabots malgré la nuisance de son passé.
a écrit le 08/09/2014 à 20:14 :
Que Valls aille un soir au spectacle de Dieudonné, ça le décrispera .
a écrit le 08/09/2014 à 19:52 :
vu les conneries auxquelles elle a participé...qu'elle se taise...
a écrit le 08/09/2014 à 19:12 :
Martine A a perdu les primaires de 2012.... et semble chausser ses baskets pour le sprint 2017
...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :