Croissance : les ménages peuvent-ils continuer à sauver la croissance française ?

 |   |  837  mots
L'exécutif peut-il permettre à la consommation des ménages de résister ?
L'exécutif peut-il permettre à la consommation des ménages de résister ? (Crédits : reuters.com)
Au premier semestre, la consommation des ménages a résisté, tant bien que mal, évitant à l’économie française d’échapper de peu à la récession. Les Français continueront-ils à jouer les cigales indéfiniment ?

Le gouvernement peut remercier les ménages. Après avoir reculé de 0,5% au premier trimestre, les dépenses de consommation des Français ont avancé ... de 0,5% au deuxième. Sans ce rebond, l'activité de l'économie française aurait reculé au lieu d'afficher une croissance nulle, l'investissement et le commerce extérieur étant dans le rouge. Au premier trimestre, seule une variation positive des stocks avait permis à l'économie de... stagner. Pour mémoire, la consommation représente 55% du PIB et explique 30% des variations du PIB chaque trimestre.

La fiscalité, un souci pour de plus en plus de ménages

Les ménages pourront-ils indéfiniment sauver l'économie française ? C'est délicat. Selon l'Insee, l'opportunité de faire des achats importants est de plus en plus faible. Plusieurs facteurs pourraient inciter les ménages à troquer leur costume de cigale contre celui de fourmi. Pour ceux qui sont assujettis à l'impôt sur le revenu et qui ont vu la pression fiscale augmenter, la période de rentrée est parfois délicate. C'est la raison pour laquelle les services fiscaux s'attendent à une nouvelle progression des demandes de délai de paiement ou de demandes gracieuses, réclamations qui ont déjà augmenté de 20% entre 2012 et 2013, 80% de ces demandes ayant été formulées par des particuliers. Le ras-le bol fiscal pourrait donc se traduire par un attentisme de la part des consommateurs.

Autre élément à mettre en avant : la modération salariale. Tant que le chômage continuera de progresser, les pressions salariales resteront orientées à la baisse. La recherche effrénée de gains de productivité pour lutter contre la concurrence internationale vient participer à cette tendance de fond. Même les secteurs abrités de l'économie pourraient être concernés. Dans une note dévoilée la semaine dernière, France Stratégie, le think tank du gouvernement dédié à la Prospective recommande une modération salariale et/ou une intensification de la concurrence dans le secteur abrité pour permettre à la France de baisser son taux de change interne et réduire ainsi les déficits de sa balance courante.

Les salaires progresseront peu en 2015

Cette modération salariale n'est pas prête de s'arrêter. Selon une étude réalisée par le cabinet de conseil Deloitte, les entreprises restent " extrêmement prudentes " en France et prévoient d'augmenter en 2015 les salaires de seulement 2%, soit un rythme « proche » de celui de 2014. " Même au plus fort de la crise économique en 2008, les entreprises envisageaient des augmentations autour de 2,4% (contre 3,3% en 2008 avant la crise économique) ", rappelle le cabinet de conseil. Selon Deloitte, c'est le faible niveau d'inflation, tombée à 0,5% en France en juillet sur douze mois qui explique en grande partie cette faible progression des salaires.

Une évolution des prix qui, si elle continuer à être orientée à la baisse, pourrait également influencer le comportement des ménages au moment de passer à l'acte à la caisse. Selon l'Insee, les ménages étaient moins nombreux en août à estimer que les prix avaient augmenté (-3 points). " Le solde correspondant reste inférieur à sa moyenne de long terme et atteint un plus bas niveau depuis décembre 1999 ", observe l'Institut. En clair, si ce sentiment perdure, les ménages pourraient anticiper une baisse des prix qui, quelle soit réelle ou virtuelle, rendrait possible la menace déflationniste que la plupart des économistes actuellement redoutent. L'indice des prix n'a-t-il pas reculé de 0,3% en juillet ? Sur un an, les prix ont progressé de 0,5%.

La marge de manœuvre du gouvernement est faible

Dans ce contexte, que peut faire le gouvernement ? La prochaine loi " Croissance et pouvoir d'achat " lancée en juillet par Arnaud Montebourg et dont s'est saisi Emmanuel Macron, son successeur à Bercy devait, selon les calculs de l'ex-ministre de l'Economie " redonner 6 milliards d'euros de pouvoir d'achat", principalement en libéralisant certaines professions règlementées. A condition que les calculs économétriques de l'ancien ministre soient justes, à quelle échéance ces milliards tomberont-ils dans les poches des Français ? Difficile à dire. Par ailleurs, rien ne permet d'affirmer que les ménages dépenseront davantage. Effrayés par la montée du chômage et les faibles perspectives de croissance, les Français prennent en effet les devants. En juillet, l'assurance-vie retrouve les faveurs des Français. Selon les chiffres publiés par l'Association française de l'assurance (AFA), la collecte nette, qui correspond aux dépôts des épargnants moins les retraits, s'est élevée à 3,9 milliards d'euros. Un plus haut depuis juillet 2010. En mai et en juin, la collecte nette avait à peine dépassé le milliard d'euros.

L'assouplissement du travail dominical, la solution ?

L'assouplissement des règles encadrant le travail dominical peut-il permettre à la consommation de résister ? Rien n'est moins sûr estiment la plupart des études sur le sujet partant du principe qu'un achat réalisé le dimanche est une dépense en moins le lundi. Publiées le 30 septembre, les statistiques sur les dépenses des ménages sur la période juillet-août sont attendues avec impatience.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2014 à 15:06 :
Anticiper une baisse des prix peut être après la hausse de la tva à venir. Soit retour à la case départ après prélèvement de 2 à 3% de plus. Comment investir dans cette perspective et pour le consommateur comment ne pas dès à présent réduire son train de vie?
a écrit le 09/09/2014 à 12:41 :
Il est cuit !! ! de toute façon
Réponse de le 09/09/2014 à 14:34 :
Qu'il nous ait fait cuire avec ...
a écrit le 09/09/2014 à 12:26 :
les ménages avec l'immobilier qui les plombe et les salaires qui n'augmentent plus sont plombés ! aux économistes et autres "génies de la finance" cette fois de trouver des solutions autres que celles d'enrichir un minorité de Riches qui ne font plus tourner l'économie...
Réponse de le 09/09/2014 à 16:22 :
on ne peut même plus avoir un peu de loisirs! incultes, on va devenir, ça les arrangerait bien, ces mafieux. : serfs, vassaux, et les princes et consorts ...
a écrit le 09/09/2014 à 11:56 :
Les ménages n'ont pas un rond! les politicards, eux n'ont qu'à relancer l'économie! M....DE!
a écrit le 09/09/2014 à 11:17 :
Mais bien sûr que NON ! Il incombe à nos dirigeants, et ils sont scandaleusement rémunérés pour cela, de sauver la croissance ! Mais ce n'est certes pas avec cette bande de "bras cassés" totalement incompétents que l'on est proche d'un résultat, sinon celui de nous enfoncer davantage. Ce pays est top empreint de l'habitude d'être éternellement "assisté", alors que nous sommes en faillite.....frauduleuse !
a écrit le 09/09/2014 à 10:23 :
La réponse à cette question tombe pourtant sous le sens : faire des cadeaux au patronat et au MEDEF, c’est bien évidemment déshabiller les travailleurs, qui eux, gagnent toujours moins. Nul besoin d’être économiste pour comprendre que si l’on a moins, on dépense moins.
Après, il y a bien entendu la solution BCE : favoriser l’endettement privé. Mais ce n’est que reculer pour mieux sauter. Les travailleurs étant toujours plus pauvres et plus exploités par les entreprises ne pourront pas mieux rembourser ces crédits.

C’est toujours le même problème des inégalités, au delà de l’injustice : les très riches ne peuvent à eux seuls faire tourner une économie.
a écrit le 09/09/2014 à 9:55 :
Toujours en augmentation il est très peu volatile, et pour cause, il est évalué à ses coûts qui ne cessent d'augmenter.
Le secteur Privé très volatile est lui à la ramasse.

Croissance du PIB Public à euro courant (et non constant car je ne ne suis pas sûr de l'inflation) :
2007 : 3,53 %
2008 : 3,23 %
2009 : 3,73 %
2010 : 2,64 %
2011 : 2,09 %
2012 : 2,40 %
2013 : 2,43 %

Croissance du PIB Privé à euro courant (et non constant mais c'est pour comparer avec le PIB Public) :
2007 : 5,41 %
2008 : 2,39 %
2009 : - 4,75 %
2010 : 3,20 %
2011 : 3,34 %
2012 : 1,28 %
2013 : 0,66 %

L'importance du Secteur Public (non soumis à une contrainte de productivité) dans le PIB total est un stabilisateur de croissance (malheureusement évaluée à ses coûts – un dégel du point des fonctionnaires sans production supplémentaire augmente le PIB Public).
Mais il amplifie par la ponction exercée l’état déplorable du Secteur Privé en France et donc le chômage qui est la seule variable d'ajustement à la crise.
a écrit le 09/09/2014 à 9:29 :
L inflation est le moteur de la redistribution , n en pas vouloir est un crime contre la société.
a écrit le 09/09/2014 à 8:55 :
Les français "cigales"?? Avec mois après mois des stats records concernant l'approvisionnement sur les contrats d'assurance-vie et autres livrets rémunérés, et alors que ces fonds pèsent plusieurs centaines de milliards d'euros soit un record européen?
a écrit le 09/09/2014 à 8:04 :
Je suis plus dans la tranche des personnes qui ont vu leur impôts fortement augmentés. Comme ceux -ci ne donnent absolument rien sur le plan chômage et dette j'ai décidé de fermer le robinet des dépenses. Oui pour une augmentation des impôts mais pas pour régaler en absurdité de la pression fiscale la galerie des technocrates et politiques qui n'ont aucune vision économique pour ce pays.
a écrit le 09/09/2014 à 6:49 :
Les français cigales ? Soyons sérieux, le taux d'épargne des ménages atteint désormais près de 16% (contre 11,1% en 1987), un des taux les plus élevés des pays de l'OCDE. C'est au contraire parce que les français ne sont pas cigales qu'il y a des réserves de croissance au niveau de la consommation quand les ménages auront retrouvé davantage de confiance dans l'avenir.
Réponse de le 09/09/2014 à 8:03 :
oui, plutôt qu'épargner pour un futur sombre ou la retraite, quelle utilité d' acheter 2 frigos ou 4 voitures, ou de remplir ses armoires de fringues chinoises ? Et la confiance, ce n'est pas demain la veille.
Réponse de le 09/09/2014 à 10:27 :
Le plus absurde, en réalité, c’est de continuer à chercher la croissance alors qu’elle devient tout simplement impossible et non souhaitable. Nous vivons dans un monde et sur une planète finie. La croissance est destructrice. Le seul véritable problème est la répartition des richesses.
Réponse de le 09/09/2014 à 10:58 :
TH Gemini ... Ou le manque de pertinence de ceux qui occultent à la fois sciences, technologie et innovation.

Arrêtez avec ces histoires de planète finie
Réponse de le 09/09/2014 à 12:53 :
@ M r T H GEMINI A RAISON???
Réponse de le 09/09/2014 à 17:07 :
vous avez ENTIEREMENT RAISON !!
Réponse de le 09/09/2014 à 23:08 :
@lol

Cher lol, argumentez un peu, je vous prie.

Tout ce que j’affirme est vrai. Notre planète est finie. C’est un fait. Les ressources disponibles sont finies. C’est également un fait. La science, la technique, ou l’innovation ne diminuent jamais la consommation de ressources (renseignez-vous donc sur l’effet rebond).

Donc, non, il suffit de regarder notre histoire, l’histoire de nos sciences, de nos techniques, de nos innovations pour constater que bien que celles-ci soient toujours plus nombreuses, notre consommation de ressources ne cesse d’augmenter. Nul besoin d’être devin pour comprendre que ce n’est pas par l’innovation que nous sauverons notre civilisation. Seul un changement radical de paradigme le peu.
a écrit le 09/09/2014 à 2:25 :
Il ne faut ni consommer ni investir pour précipiter la chute et rendre la baisse des dépenses publiques obligatoire. Sinon l'endettement explosera...
a écrit le 09/09/2014 à 1:42 :
Mais ya pas de croissance ! pourquoi ??
1/ les loyers sont trop chers et y a plus de logements libres car les proprios sont trop frileux.
2/ la nourriture, les biens de consommation, le prix a explosé car les leclercs et carrefours ont triplé les prix au passage du FRANC à L' EURO.
3/ y a plus de boulot, sauf piston ou autres fonctionnaires, ou garder des retraités dans les hospices, j'exagère à PEINE.
4/ la France est devenue haineuse, c'est la guerre civile entre jeunes et vieux, entre chomeurs et travailleurs, entre riches et pauvres, entre blancs et noirs, juifs arabes etc etc
5/ ce pays enrichi les riches et qui en veulent toujours plus et mettent leur argent en Belgique pour pas payer d'impots.
etc

Elle est où la croissance ? dans la vente d'armes à la Russie et à l'Arabie ?
Mais que fait le gouvernement ? Il travaille pour enrichir les banques et les assurances uniquement ? C'est la guerre civile et larévolution qu'ils fabriquent en France ?
Réponse de le 09/09/2014 à 8:52 :
Vous avez presque tout dit.. merci
Réponse de le 09/09/2014 à 9:00 :
Et oui , parce que la guerre est devenue une marchandise...et que la violence confinée à des territoires permet de pacifier (terroriser?) les autres....
a écrit le 09/09/2014 à 1:32 :
Vous parlez de croissance... faisons un petit tour à Nashville, Tenessee, vous trouvez dans la presse locale des maisons pour une moyenne de 219 000$ avec un pib par tête plus élevé de 30% (+10% administratif)... alors pour le pouvoir d'achat, y a qu'à saisir les datchas! On peut aussi voir chattanougrat ou clarksville...
a écrit le 09/09/2014 à 0:07 :
On nous annonce 2 points de TVA en plus, voila de la croissance! En démocratie du foutage de gueules, les boomers détruisent les jeunes européen à tour de bras!
En Europe on maximise le chômage, voila l'humanisme de grosse commission!
a écrit le 08/09/2014 à 23:40 :
Un fonctionnaire = 50 000 euros par an en moyenne, pendant 73 ans, dont 31 ou il ne travaille pas. Faite le compte, regardez combien d'année d'impot vous devez payer pour payer UN fonctionnaire. Regardez le nombre de fonctionnaire dans des ministères non régaliens, la taille démesurée des collectivités locales. La plus grosse économie est à faire là si on veut relancer le privé, le seul secteur qui produit de la richesse. Déjà la droite n'avait pas les tripes d'y aller, ca n'est un mou de gauche comme Hollande qui va prendre le taureau par les cornes et tailler dans le gras du mammouth.
a écrit le 08/09/2014 à 23:12 :
"les ménages peuvent-ils continuer à sauver la croissance française ?"
Mais on vous l'a dit et répété: Il n'y a pas de croissance (ou si peu grâce à de gros mensonges). La croissance c'est d'ailleurs terminé, elle ne reviendra (peut-être) que si on change de modèle économico-financier. TINA est morte, il faut la remplacer par une formule en Français, "Il y a d'autres alternatives", mais faut le vouloir et ne pas se tromper.
a écrit le 08/09/2014 à 22:40 :
Comment continuer a consommer avec la pression fiscale qui augmente tous les jours. L an prochain, les ménages découvriront sur leur feuilles d impôts la fiscalisation de la part patronale des mutuelles et une nouvelle diminutuion du coefficient familial. Donc, nous serons en récession. On verra alors si les crédits offerts aux entreprises servent à créer des emplois ou à augmenter les dividendes des actionnaires....
a écrit le 08/09/2014 à 22:03 :
"Les salaires augmenteront peut cette année" même pour Gattaz et ces copains ou seulement pour nous?
a écrit le 08/09/2014 à 21:17 :
Avec la crise des subprimes la dette est passée de 60% du PIB à 90% du PIB maintenant. Les riches ne veulent pas payer, les pauvres ne veulent pas payer, les entreprises ne veulent ou peuvent pas payer donc c'est le français moyen qui va payer et il le sait. Par des augmentations d'impôts , puis éventuellement des baisses de salaires pour la grande partie des français qui est salariée , un peu de précarisation voir un peu de TVA sociale en plus . Une augmentation de la consommation avec cela ? Il ne faut pas rêver , attendez 10 ans avant de revoir la consommation augmenter (the lost décade) . J'espère que vous êtes tous patron d'une société qui exporte à 80% !! parce que tous les autres vont morfler sévèrement.
a écrit le 08/09/2014 à 21:10 :
Il faut tout assouplir :
- en diminuant les impôts et taxes pour les entreprises et particuliers (TOUS CEUX QUI PAIENT)
- en diminuant les charges extravagantes de l'état qui dépensent sans compter (cf le livre récent sur le Sénat)
- en diminuant le nombre de fonctionnaires et gouvernants
- en diminuant immédiatement de 20% les employés municipaux inutiles
- en supprimant les milliers d'études de l'administration inutilisées (cour des comptes, et autres)
- en diminuant de 30% les émoluments des gouvernants
- en favorisant la venue des entreprises étrangères
etc.... tout le monde connait le programme mais personne ne veut l'appliquer.
Hollande a paralysé la France par une dernière augmentation des impôts et taxes. C'est tout
Réponse de le 08/09/2014 à 23:16 :
@Assouplir

Il n'y a rien à assouplir, il faut changer de système économique. Tout ce qui sera entrepris dans le système actuel ne changera rien, sauf à rendre les riches encore plus riches... et par voie de conséquence les pauvres encore plus...pauvres.
Réponse de le 09/09/2014 à 10:31 :
@Assouplir
Beau programme. Pouvez-vous nous expliquer qui va en profiter ? Seule une petite partie de celui-ci fait réellement sens.
Donc, non bien sûr, tout le monde ne connaît pas ce programme. Enfin, si, on le connaît, mais on en veut pas. Car il ne nous est pas profitable. Il ne profite qu’à une minorité de nantis.
a écrit le 08/09/2014 à 20:52 :
Il faut une grosse dose de stupidité pour imaginer que les ménages tirés vers la bas et la pauvreté ne peuvent que réduire drastiquement leurs consommation et leurs achats "investissements" ;
Pour disposer de cette énorme dose de stupidité, il suffit de sortir de l'ENA et de Science Po.
Réponse de le 08/09/2014 à 21:42 :
et il n y a pas que les ménages "tirés vers le bas", les "sans dents" chers à notre grand Président
Réponse de le 08/09/2014 à 21:50 :
Nombreux sont ceux qui font la grève des achats au taux de TVA à 20%
a écrit le 08/09/2014 à 19:58 :
au lieu de faire augmenter de façon exponentielles les revenus de 1% des francais,, bien sûr les plus riches, ils n'ont qu'à donner aux gens les moyens de vivre, et de consommer, les paradis fiscaux , c'est pas pour ouvriers et les employés. IL FAUT REDISTRIBUER LES RICHESSES
Réponse de le 08/09/2014 à 20:16 :
J amasse tant que je peux mais je pense que je dois lacher à temps du lest avant que toute ne me saute à la figure ou que je me fasse étriper par un des "alcolo" "fainéant" "bon à rien" "qui en fout pas une" "qui aurait du étudier". Et suffisamment à temps pour que je sauve aussi la peau de mes enfants et enfants d'enfants. Tout cela est une question de stabilité de la société. Redistribuer? personne ne veut le faire de bon coeur, sauf moi (un peu.. pas tout.. pas trop). En fait, je suis obligé de le faire pour sauver ma descendance.
Réponse de le 08/09/2014 à 20:25 :
IL FAUT REDISTRIBUER LES RICHESSES ! que de beaux mots toutefois sans la moindre application pratique, les riches deviennent plus riches que jamais, les banksters de même et les classes moyennes s'applatissent. Mais IL FAUT REDISTRIBUER LES RICHESSES !
Réponse de le 08/09/2014 à 20:32 :
... consommer stupidement...!!!!!!!!!!! ???????, la planète existe depuis des millions d'années et l'homme en quelques deux cents (ère industrielle) ans aura tout pourri et épuisé toutes les richesses.
Vos enfants et petits enfants vous remercieront.... :=((((((((((((((((((((((((((((((((((
Réponse de le 08/09/2014 à 21:46 :
la prise de risque.... pour redistribuer les richesses, il ne vous reste plus qu'a creer vous meme le nouveau loreal ou microsoft.... apres avoir redistribuer l'argent faut redistribuer l'obligation de se lever le matin et se sortir les doigts
Réponse de le 08/09/2014 à 21:55 :
Et la taxation à 49%, la CSG à 15,5%, l ISF......C'est pas de la redistribution????
Réponse de le 08/09/2014 à 22:12 :
non c'est de la spoliation
Réponse de le 08/09/2014 à 23:44 :
Depuis 40 ans la redistribution est le prétexte au clientélisme. Et au passage l'Etat prélève une bonne partie pour faire vivre sa piétaille dont les effectifs ne diminuent jamais. La redistribution est une arnaque à l'échelle industrielle: on appauvri les gens en leur expliquant que la solution c'est d'en appauvrir d'autres... et à vous lire ca marche bien.
a écrit le 08/09/2014 à 19:52 :
je crois que nos énarques feraient bien de satisfaire rapidement le peuple s'ils ne veulent pas voir se reproduire un 6 février 1934 en 2014
Réponse de le 08/09/2014 à 22:08 :
Nous en sommes toujours au même point, que les Français se réveillent
a écrit le 08/09/2014 à 19:48 :
ça ne risque pas, nous avons peu à dépenser....hélas!
Réponse de le 08/09/2014 à 20:39 :
vous remercie... ;=)))))))
a écrit le 08/09/2014 à 19:30 :
Puisqu'il est impossible pour les industriels français "reprendre" la France, alors quel serait le moindre mal : la France vendue aux Américains ou aux Qataris et Saoudiens ?
a écrit le 08/09/2014 à 18:48 :
les ménages qui ont vu leurs loyers augmenter ou acheté cher un logement à crédit ( l'immobilier s'étant envolé) doivent accepter de modestes salaires ou de rares augmentations ! comment voulez vous qu'ils consomment avec aussi un taux de tva plus élevé pour leurs travaux !! les ménages ne peuvent plus relancer la conso qui peine ! car l'état a trop ponctionné !!! politique de rigueur= déraison
a écrit le 08/09/2014 à 14:27 :
Lorsque l'on prend un peu de recul, on voit que les Français sont largement critiqués pour leur "manque" de connaissances "économiques", leur trop grand nationalisme, leur inertie face aux priva .. pardon, "réformes", leur manque de cupidité, leur esprit bien trop critique...
Et là, en l'espace d'un article, tu te rends compte qu'ils se sont BIEN rendus compte que la "croissance", hé been, ils savent, bien plus que d'autres, à QUI elle rapporte en réalité, soit, pas à eux.
Pour un peu, je serais presque fier d'être Français, sur le coup...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :