Gattaz, roi de l'optimisation fiscale ? Le patron du Medef répond par un cours d'éco

 |   |  645  mots
Entre 2010 et 2013, la part des impôts sur les bénéfices payés en France par Radiall est passé de 25% à 3%, indique l'Himanité. (Photo : Reuters)
Entre 2010 et 2013, la part des impôts sur les bénéfices payés en France par Radiall est passé de 25% à 3%, indique l'Himanité. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Accusé par le journal l'Humanité de faire pratique l'optimisation fiscale à son entreprise Radiall afin de réduire ses impôts en France, le président du Medef a répondu point par point sur son blog.

"Comment Pierre Gattaz se sucre sur l'argent public". C'est par ce titre que le journal L'Humanité a détaillé mardi dans une enquête les méthodes d'optimisation fiscales pratiquées par l'entreprise de la famille de Pierre Gattaz, Radiall, lui permettant d'augmenter ses dividendes. Des accusations auxquelles le président du Medef n'a pas manqué de répondre dans une note de blog.

Une part d'impôt sur les bénéfices passée de 25% à 3%

  • Ce que dit l'Humanité

Entre 2010 et 2013, la part des impôts sur les bénéfices payés en France par Radiall, fabricant de composants électroniques très présent à l'étranger dont le capital est contrôlé à 87% par Pierre Gattaz et sa famille, est passée de 25% à 3%, indique le journal de gauche.

>> Lire : Pierre Gattaz est pour la modération salariale mais augmente le sien

"Le groupe ne s'est acquitté que de 202.000 euros en France sur 6 millions d'euros d'impôts sur les bénéfices payés au total dans le monde" en 2013, écrit l'Humanité.

  • La réponse de Pierre Gataz 

En France "la loi fiscale permet, lorsque l'on fait des pertes, de procéder à ce qu'on appelle des "reports déficitaires". Or, Radiall a été lourdement en pertes en 2001, 2002, 2003 et 2009 (de 12 millions d'euros pour cette seule année tout de même)", répond Pierre Gattaz.

"Bref, il reste 21 millions d'euros de reports déficitaires à affecter sur les futurs bénéfices, ce qui explique la faiblesse de l'impôt indiqué."

Une explosion des profits

  • Ce que dit l'Humanité

"Après quelques années difficiles lors de l'éclatement de la crise financière mondiale, Radiall voit son chiffre d'affaires global augmenter de 27% entre 2010 et 2013, et ses profits explosent pour s'établir l'année dernière juste en dessous de 25 millions d'euros (+167% par rapport à 2010)", écrivait l'Humanité.

  • La réponse de Pierre Gataz 

"Il y a confusion entre bénéfices et résultat opérationnel, donc le résultat avant impôts et frais financiers. Le bénéfice de Radiall SA en 2013 n'est donc pas 24,9 millions d'euros, mais 18,5 millions d'euros", lance le patron des patrons. Des chiffres confirmés par le compte de résultat 2013 affiché sur le site de Radiall

La France, entre 14,7% et 70% du chiffre d'affaires global

  • Ce que dit l'Humanité

"Pendant ces quatre années, la part du chiffre d'affaires réalisée par les unités françaises de Radiall reste à peu près stable, aux alentours de 70% du chiffre d'affaires global mais en revanche, celle des profits imputés à la France diminue fortement", affirme l'Humanité.

  • La réponse de Pierre Gataz 

Le patron du Medef renvoie au rapport financier qui donne un chiffre d'affaires de 34,58 millions d'euros en France sur un total de 235,12 millions, soit des ventes dans l'Hexagone de seulement 14,7% du total et non 70%.

"En gros, 85,3% du chiffre d'affaires est réalisé hors de France. Mais j'ai maintenu 50% des effectifs en France (et 69% de la masse salariale)", résume Pierre Gattaz. 

Une optimisation fiscale qui bénéficierait grandement du CICE

  • Ce que dit l'Humanité

Dans son article, le quotidien évoquait un "mécanisme d'"optimisation fiscale"" consistant à "affecter l'essentiel de ses marges dans un pays où la fiscalité sera la plus avantageuse".

Par ailleurs, toujours selon le journal, "la simple augmentation du montant des dividendes versés en 2013 et 2014 (+646.843 euros) absorbe les trois quarts du CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) versé" à Radiall.


L'argent du CICE arrive enfin aux entreprises via BFMTV.

 

  • La réponse de Pierre Gataz 

"Radiall étant une société non taxable, les 876.000 euros de CICE en 2013 seront touchés en ... 2017", répond Pierre Gattaz, qui compare les dividendes de Radiall, de 10,7% des bénéfices en 2013 à une moyenne de 29,1% dans les ETI familiales et un taux "entre 40 et 65%" demandé par l'État aux "entreprises dont il est actionnaire".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2014 à 14:09 :
Gaaz au moins un Frncais intelligent.
a écrit le 04/07/2014 à 8:00 :
Je vois qu'on aime toujours les entreprises en France. Alors ne vous plaignez pas de French bashing. Vous ne vous rendez pas compte de l'image de notre pays à l'étranger avec vos propos de comptoir.
a écrit le 03/07/2014 à 18:01 :
Les entreprises françaises ne sont pas les entreprises allemandes. L'éthique, le chomage des jeunes, l'économie " française" ne signifient rien pour le management et les entreprises opérant en France. Cache cache avec le fisc, dumping social, précarité optimisé, profiter des opérations de l'Etat sur les charges sans contreparties, et des entreprises françaises qui n'investissent pas dans l'innovation, un management " à la papa " et " au piston", le pacte de stabilité est mal parti. Le MEDEF va se défausser....
a écrit le 03/07/2014 à 10:27 :
Voici l'archétype des chefs d'entreprise français qui n'ont pas évolué d'un iota depuis le Second Empire, exploiteur s'enrichissant sans pitié et sans honte, antisociaux extrêmes, menteurs, hypocrites etc...
a écrit le 03/07/2014 à 9:19 :
Un peu de dignité vous ferait du bien, arrêtez de chialer ça vous changerez. À manolo faut les taxer un Max, j'en doute car ils bouffent tous dans la même gamelle.
a écrit le 03/07/2014 à 7:29 :
voila:et après,les entrepreneurs se plaignent que la france est un enfer!parlez en aux fonctionnaires qui n'ont pas eu d'augmentations depuis 6 ans,ce sont eux qui subventionnent les petits patrons
Réponse de le 03/07/2014 à 7:33 :
Humour?
Réponse de le 03/07/2014 à 10:20 :
Et les salaires des (trop nombreux) fonctionnaires, ils sont payes avec qu'elle argent????
Réponse de le 03/07/2014 à 10:58 :
C'est toujours un plaisir de vous lire. Vos commentaires caricaturaux sont toujours hilarant. Quel provocateur!
a écrit le 03/07/2014 à 6:11 :
Et même sans optimisation fiscale très complexe, pour pas mal de très grosses entreprises il est très simple de n'être imposé (plein pot) que sur une infime partie de leurs gains. Il suffit par exemple de monter deux entreprises, une basée au Luxembourg (donc très peu imposée) qui achète un t-shirt 5 centimes au Bangladesh, puis elle le revend à la seconde société en France 9€, cette dernière revend ce t-shirt 9.10€ en magasin, et n'est taxée en France que sur les 10 centimes de profit réalisé, pendant que la plus grosse partie du profit est taxé à trois francs six sous au Luxembourg.
Réponse de le 03/07/2014 à 17:35 :
Commentaire stupide. L'impôt sur les sociétés luxembourgeois est d'un peu plus de 29%. La règlementation sur les prix de transfert empêche de facturer des opérations à des prix déconnectés de ceux du marché. La magouille fiscale est plus sérieuse et plus compliquée que ça.
a écrit le 03/07/2014 à 5:45 :
Ce n'est pas pour rien que tous ces grands patrons sont pour l'immigration massive par exemple. Ils s'en foutent, ils ne payent pas d'impôts (ou très peu, et bénéficient de tout un tas de subventions publiques) donc ce n'est pas eux qui payent le surcoût social de leurs choix politiques. D'ailleurs croyez-moi que si les puissants, les banques, et les grosses entreprises transnationales étaient taxées au même coefficient que le salarié de base, l'artisan, ou le patron de PME, ça ferait longtemps qu'ils arrêteraient de soutenir la politique que nous subissons depuis des décennies, et ce tous domaines confondus...
Réponse de le 10/07/2014 à 15:35 :
*10000
a écrit le 03/07/2014 à 5:39 :
Le même qui il y a encore peu de temps voulait réduire le salaire des smicards qui n'ont pas eu la chance comme lui d'hériter de l'entreprise de papa.
Réponse de le 03/07/2014 à 9:22 :
Il n'en mènera pas tous son fric lors de son dernier voyage et ça ça doit le faire ch....
a écrit le 03/07/2014 à 5:38 :
Démission !
Réponse de le 03/07/2014 à 9:59 :
Il n'a pas besoin de démission, ils sont tous clonés, donc ils sont pareils. Leur principal gêne c'est la pleureuse. Plus qu'ils en on plus qu'ils en veulent, le seul moyen de leur pourrir la vie c'est de les taxer. Moi. J'ai compris le n'achète plus français.
a écrit le 03/07/2014 à 1:02 :
beaucoup de donneurs de leçons , ne savant même pas faire la différence entre chiffre d'affaire, résultat exploitation et résultat net...
Gattaz, il est comme il est mais au moins il développe sa boite et malgré tout la France en profite. Pas sur que vous en fassiez autant, a part parler et critiquer sans rien comprendre.
Réponse de le 03/07/2014 à 2:39 :
Et combien d'entrepreneurs savent lire des documents comptables?

Pas beaucoup croyez moi!

Cela ne les empêche pas de bien travailler et honnêtement généralement!

Chercher à échapper à l’impôt quand on aspire à proposer des solutions pour le bien être de la France c'est assez cocasse comme situation!
a écrit le 02/07/2014 à 20:41 :
il se sucre car il ne paye pas assez? on peut savoir combien de millions d'euros l'humanite a recus ces derniers temps ( au nom du pluralisme qui arrange certains, quand il s'agit de leurs allies)
Réponse de le 03/07/2014 à 2:43 :
Et combien les adhérents du Medef ont donné au figaro via des pages de pub largement surpayées dissimulant difficilement leur financement déguisé?

Vous remarquerez d'ailleurs que le canard et mediapart sortent les affaires car ils sont indépendants de l’État et ne proposent pas de pub!
Réponse de le 03/07/2014 à 10:01 :
Ce sont les bobos de gauche qui financent avec nos impôts ces deux jour eaux que vous citez. C'est pire.
a écrit le 02/07/2014 à 19:23 :
" les Français retourneront planter leur jardin, cultiveront leurs légumes, élèveront poules et lapins, entretiendront leur vélo " mais ce serait merveilleux et pas du tout socialiste. Si seulement nos chomeurs faisaient leur jardin plutot que les supermarchés!
Réponse de le 03/07/2014 à 5:50 :
Ils mangeraient sain au moins, et ça leur éviterait de choper des cancers à force de manger des plats préparés bas de gamme bourrés de pesticide et autres additifs alimentaires cancérogènes.
a écrit le 02/07/2014 à 18:53 :
Il n'a pas besoin de nous expliqué; il l'a démontré en pratique il y a même pas six mois en figeant les salaires de ces employés pendant qu'il augmentait le sien de combien déjà?
a écrit le 02/07/2014 à 16:35 :
Quand je vois les commentaires gauchistes, je me dis que notre beau pays sera un paradis quand il sera débarrassé de tous les entrepreneurs et autres riches spéculateurs.
La France sera alors un pays heureux peuplé de fonctionnaires et employés d'entreprises publiques bien protégés par un statut mais payés avec des billets de Monopoly.
Comme les hypermarchés et autres commerces autrefois tenus par des patrons qui ne pensaient qu'à s'enrichir, auront disparu... les Français retourneront planter leur jardin, cultiveront leurs légumes, élèveront poules et lapins, entretiendront leur vélo car les pompes à essence auront disparu faute de $ pour payer le pétrole.
Bref, le vrai paradis socialiste...
Réponse de le 02/07/2014 à 16:44 :
Vous préférez le soleil vert ? (c'est une référence gauchiste j'imagine) PArce qu'on y va à grands pas.
Réponse de le 02/07/2014 à 16:47 :
J'ai une autre réponse:
Entre un monde libérale ou il y a aura 5 Tera-milliardaires, et des milliards d'esclaves et un monde gauchiste-bobo-ecolo avec 0 milliardaire et des milliards de paysans... Alors oui, je prends la deuxième.
Réponse de le 03/07/2014 à 0:25 :
@yurf

Le pays de vos rêves existe, c'est la Chine. Je vous invite à prendre très rapidement le prochain vol pour Beijing cela vous comblera de bonheur.
Réponse de le 03/07/2014 à 3:53 :
La Chine va nous " bouffer " ... !
a écrit le 02/07/2014 à 15:27 :
Taxer un Max, toujours plus ils ont du frics, les patrons, je travaille dans un golf et je vois comment ils vivent, malheureusement il y a aussi leurs copains, les politiques.
Réponse de le 02/07/2014 à 18:56 :
Malheureusement les "petits" patrons qui se mettent sur la paille pour réussir sont écrasé par ce genre d'individu qui on hérité d'un empire sans aucun mérite ! Tous les patrons ne sont pas logé a la même enseigne et heureusement pour nous. Ce qui détruit notre vie ce sont surtout ces grands groupes qui supprime toute concurrence pour après pratiquer les tarifs qu'ils veulent a nos dépends. A l'origine les super marché étaient de bon rapport qualité et de faible prix alors qu'aujourd'hui!!!
a écrit le 02/07/2014 à 15:05 :
J'espère ne pas me retrouver sur le parcours de leur défilé en slip. Je ne m'en remettrai pas...
a écrit le 02/07/2014 à 14:26 :
3% d'IS, et il réclame encore des baisses! Il y a pire comme enfer fiscal.
Réponse de le 02/07/2014 à 22:41 :
Quand une entreprise fait des pertes elle peut le reporter les années suivantes. Ca évite que si elle perd 100€ une année, ce qui la met en difficulté, elle ne soit imposé « normalement » si elle gagne 20€ l'année suivante. On évite ainsi de la frapper trop lourdement alors qu'elle a déjà un genou à terre.
Vous pouvez penser qu'il faut la taxer sur ces 20€, puis sur les 5€ de l'année d'après, et encore sur les 30€ de l'année suivante, mais si vous réfléchissiez une seule seconde vous comprendriez que sur ces 4 années l'entreprise est toujours en perte (-100 +20 +5 +30) et que l'exonérer d'une partie de l'impôt sur les sociétés (cad sur les BENEFICES SI ELLE EN A) évitera peut-être qu'elle ne coule avec tous ses salariés.
Réponse de le 03/07/2014 à 2:33 :
L’essentiel de l'optimisation repose sur l'utilisation très extensive de niches mais surtout par le transfert de bénéfices à l'étranger. Ce deuxième point constitue un scandale pour une personne qui aspire à influer sur la politique économique nationale, mais reste légal (en général).

Pour le reste, c'est assez amusant de voir a quel point vous bloquez sur un argument qui est l'arbre qui cache la forêt.

Vous croyez vraiment Gattaz?
Réponse de le 03/07/2014 à 6:43 :
@Epyon, TOTAL (la plus grosse capitalisation boursière du CAC40, le plus gros C.A, etc etc) malgré des profits records réalisés en France, n'a pas payé d'impôts durant des années (et je crois bien que c'est encore le cas aujourd'hui), donc le coup du report fiscal déficitaire... à d'autres...
a écrit le 02/07/2014 à 13:35 :
de cette gauche qui essaie en permanence de monter la France qui souffre contre les riches, le patron, l'entrepreneur !... Ces gauchos detruisent notre corps social bien plus efficacement que ne le ferait marine.
Réponse de le 02/07/2014 à 15:08 :
"notre corps social". Et vous avez raison. QUI est plus socialiste que ce Grand Homme. Jemeldemande...
a écrit le 02/07/2014 à 12:43 :
En l'occurence ce n'est pas des cours d'économie qu'il faut donner mais de la manière dont on applique les règles fiscales. C'est pas du tout pareil.
Faire de l'économie (qui n'est pas loin s'en faut une science exacte...) c'est détourner le débat sur l'espace fiscal
Réponse de le 02/07/2014 à 13:35 :
L'économie n'est pas une science exacte, c'est une science "sociale".

Dans une science exacte vous partez d'une prémisse (1+1) et vous obtenez TOUJOURS le même résultat (=2). Cela permet de faire des prédictions, vous pouvez miser et être sur de gagner a tout les coups

En économie, prenons les marchés par exemple, si tous le monde décide de vendre telle action, suite a une mauvaise information, si vous allez a contre courant du mouvement (sachant que vous avez pourtant raison), vous perdez !
D'autre part, les prévisions des économistes tapent souvent a coté, certains d'entre eux nous disent "vert", et les autres "rouge"'. les prévisions sont toujours réajustées (a la baisse souvent, ils sont trés optimistes pour la pluspart...)

Et puis l'économie englobe le facteur humain, et il n'y a rien de moins exact qu'un être humain.

Ce qui est grave aujourd'hui, c'est qu'ils sont arrivés a faire croire aux gens que l'économie était une science exacte, dans le seul et unique but de justifier des décision et des politique injustifiables.
Réponse de le 03/07/2014 à 3:57 :
Intéressant.
a écrit le 02/07/2014 à 12:33 :
Hors de notre vue! que ce monsieur aille se cacher !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :