Intensifier la diffusion des génériques, la potion du docteur Migaud pour soigner la Sécu

 |   |  1062  mots
Les médecins et les pharmaciens sont dans le viseur de Didier Migaud
Les médecins et les pharmaciens sont dans le viseur de Didier Migaud (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Parallèlement à la cure d'amaigrissement qu'il faudrait imposer à l'hôpital, à la meilleure maîtrise des dispositifs médicaux, à l'intensification de la fraude aux cotisations sociales, la Cour des comptes recommande d'intensifier l'usage des médicaments génériques. Mais de nombreux obstacles existent.

Mercredi, la Cour des comptes présidée par Didier Migaud a dévoilé son rapport annuel sur la Sécurité sociale. De nombreuses pistes sont avancées pour parvenir à accélérer la réduction du déficit : cure d'amaigrissement à l'hôpital, meilleure maîtrise des dépenses de matériel médical, à l'intensification de la fraude aux cotisations sociales, la Cour des comptes recommande une meilleure gestion de l'hôpital, une meilleure maîtrise des dispositifs médicaux et une intensification de la fraude aux cotisations sociales. Une augmentation de la consommation des médicaments génériques est également une piste d'économies suggérée par les Sages de la rue Cambon.

Dans le chapitre au titre particulièrement évocateur - " La diffusion des médicaments génériques : des résultats trop modestes, des coûts élevés " - la Cour des comptes met en lumière les blocages qui entravent leur développement.

Certes, le nombre des boîtes de génériques a été multiplié par trois en dix ans avec un peu plus d'une boîte de génériques sur quatre boîtes de médicaments vendues en 2012 (689 millions d'euros) contre une sur dix en 2002. Selon la Cour, bien que le taux de substitution d'un médicament original par son générique ait augmenté de 35 à 82% entre 1992 et 2012, la France reste à la traîne de ses voisins européens. Certes, le développement des génériques est l'une des priorités du ministère de la Santé dont l'objectif est de relever à 25% leur part de marché à en 2017, permettant ainsi la réalisation de 3,5 milliards d'euros d'économies. A titre de comparaison, les génériques représentaient environ trois quarts du volume du marché des médicaments remboursés en Allemagne, au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande et au Danemark selon le dernier panorama de santé de l'OCDE publié en 2011. Mais, martèle la Cour des comptes, les économies pourraient être bien plus élevées.

Remise à plat du rôle du pharmacien

Comment ? En remettant à plat le dispositif "uniquement incitatif" centré autour du pharmacien qui se révèle aujourd'hui être d'une "efficacité limitée et extrêmement coûteux". Sur deux euros d'économies potentielles, un euro est versé aux pharmaciens précise la Cour qui rappelle que les pharmaciens ont bénéficié d'environ 1,7 milliard d'euros en 2013, soit un montant du même ordre que les économies nettes calculées par l'Assurance maladie la même année (1,6 milliard d'euros) au titre des incitations financières mises en place pour développer le générique. Résultat, entre 2007 et 2012, ces incitations ont coûté 5,9 milliards d'euros.

Autre remarque formulée par la Cour des comptes : le périmètre "trop limité" du répertoire qui recense les groupes génériques pouvant être proposés par les pharmaciens au patient en remplacement d'un médicament princeps. "Elargir significativement" la liste des médicaments substituables est donc suggéré.

Les médecins sont aussi dans le viseur

Les médecins sont-ils exempts de tous reproches ? Pas vraiment. Jugé "marginal", leur rôle est aussi critiqué.

"Les prescriptions s'orientent vers les produits plus récents, donc plus chers, toujours sous brevet, sans souvent qu'ils apportent une amélioration du service médical par rapport à des molécules substituables", regrette la Cour des comptes.

Les médecins perçoivent eux aussi une rémunération supplémentaire dont le montant s'est élevé à 75 millions d'euros en 2013, s'ils atteignent les objectifs de prescription de génériques pour cinq grandes classes thérapeutiques. Mais cette rémunération supplémentaire ne constitue "qu'un bonus" et n'est pas modulée ou diminuée en cas de non respect des objectifs.

Elargir le répertoire des génériques et mobiliser les médecins

Dans ce contexte, pour dynamiser la politique des génériques, la Cour recommande de prescrire plus de médicaments substituables, en mobilisant les médecins. La Cour propose d'élargir les objectifs des praticiens et d'introduire des taux de prescriptions comportant non pas le nom de marque du médicament mais le nom de la molécule, estimant que ce changement permettrait de sécuriser les prescriptions et de faciliter l'utilisation des médicaments génériques. La Cour cite notamment le cas du paracétamol.

" Bien que cela soit juridiquement possible depuis 2003, le répertoire n'inclut toujours pas le paracétamol, qui représente pourtant près de 500 millions de boîtes vendues et près de 400 millions d'euros de remboursement pour la CNAMTS. Ainsi si un médecin prescrit du Doliprane, le pharmacien n'a pas le droit de substituer ce produit, alors même que des copies de ce médicament existent. La possibilité de substituer le paracétamol, évoquée dès 2002 et à nouveau proposée par l'ANSM fin décembre 2013, pourrait pourtant contribuer à de nouvelles économies en instaurant une concurrence par les prix entre les producteurs sur un marché dominé aujourd'hui par deux entreprises. Les pouvoirs publics ont pour le moment fait le choix d'une baisse du prix de cette molécule297, ce qui devrait permettre à l'assurance maladie de faire des économies à hauteur de 38 millions d'euros par an ", estime la Cour.

Et si les médecins ne jouaient pas le jeu ? La Cour recommande de baisser le montant de la rémunération si les objectifs ne sont pas atteints.

Le rapport suggère également de redéfinir les modalités de la rémunération en baissant progressivement les incitations en faveur des génériques, pour aller vers une rémunération davantage forfaitaire, moins dépendante du volume des ventes.

Des économies supérieures à 1 milliard d'euros par an

Les laboratoires fabriquant de génériques sont également dans la boucle. " Des accords prix/volume pourraient être conclus avec les fabricants de génériques car l'augmentation des volumes vendus devrait permettre de rendre supportables, à terme, des baisses de prix plus fortes, une fois atteint un certain développement du marché, à l'instar de ce qui a été pratiqué en Allemagne ", explique la Cour qui recommande d'intensifier la prévention en renforçant les campagnes d'informations à destination des ménages.
Reprenant à son compte les calculs de l'Assurance maladie, la Cour évalue à 1,125 milliard d'euros par an la baisse potentielle des remboursements de médicaments par la Sécu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2014 à 10:51 :
LA COURS DES COMPTES DEVRAIS VERIFIER LE GOUT DE L IMOBILIERS DE L ENSENBLE DE LA SECUT? AINSI QUE DU PERSONNEL ?? 50% DU BUJET CELA FAIT BEAUCOUP? ON NOUS PARLE DE PETITE PETITE PILLULE ARLORS QU ILY A PLUS GRAVE???
Réponse de le 18/09/2014 à 11:10 :
Et les fraudes de certains professionnels de santé qui représentent (personne n'est parfait, y a des "loups" partout) des sommes rondelettes. Une fois pris, ayant tout dépensé, ils sont insolvables. 5% les assurés, 95% les pros (ou 10/90).
a écrit le 18/09/2014 à 9:04 :
La sécu , même en faisant des "économies", tu parles! se portera toujours aussi mal, pourtant on nous en dérembourse pas mal de médicaments! ! faire le compte 1 eur, 50 c / boite etc etcfraudes à la carte vitale = les étrangers, les cures, l'état qui lui doit le premier de l'argent....etc etcon plus on lui en met dans le giron au moins il y a de fric! comment comprendre ce mystère? sans compter que certains doivent aussi se servir honteusement, bref c'est toujours les mêmes qui sont de morfle!
a écrit le 18/09/2014 à 8:36 :
le pb ne vient pas de la! il vient de la surconsommation de medicaments non utilises, et surtout du budget de l'hopital ( plus de 50% du budget total)
a écrit le 18/09/2014 à 0:58 :
Suprimons déjà les 50% de médicaments qui ne servent a rien

Et oui il y a eu plusieurs rapports et des livres Debre etc

Regardez la valeurs d un fond de pharmacie qui ne vie que de la sécu

Que de scandale !!!!

a écrit le 17/09/2014 à 23:05 :
Les génériques c'est la même molécule que les médicaments de marque. Si certains ont des gouts de luxe et veulent un produit 2 fois plus cher que le générique, qu'ils payent de leur poche la différence avec le génériques!
Réponse de le 18/09/2014 à 8:58 :
ça! c'est vous qui l'affirmez! savez vous à qui sont donnés les génériques de préférence, évidemment? à un Français! et les autres sont pour les "étrangers parce qu ainsi il n'y aura pas de problème de "compréhension", le nom produit sur l'ordonnance sera bien le nom donné à ces gens..Vous ne le croyez pas? renseignez vous, observez et vous verrez de plus la majorité des médocs viennent d'Inde , ou Chine, et ça a bien été observé par certains médecins qui sont contre, ils ne produisent pas le même effet, pas aussi efficaces!
a écrit le 17/09/2014 à 21:43 :
À l'école, on m'a appris : " ce n'est pas beau de copier"! Nos élus ont manifestement un sens moral différent du mien puisqu'ils considèrent que copier c'est bien ...
Les génériques ne servent à rien. Ça permet simplement de fabriquer des usines à gaz permettant à nos décideurs d'avoir plus d'interlocuteurs pour se faire graisser la patte !!!
La solution est pourtant simple puisque c'est le ministère de la santé qui fixe le prix des médicaments : imposer au laboratoire princeps le prix souhaité ...
Enfin, en favorisant les génériques, on favorise les copieurs sans génie qui ne produisent et n'invente rien. Résultat, une recherche atone et une absence criante de nouvelles molécules efficaces ( pas de nouveaux antibiotiques depuis des années,...).
Réponse de le 18/09/2014 à 11:09 :
Pendant la durée du brevet, l'inventeur vend sa molécule dix fois (dans les pays riches) le prix de revient pour faire des bénéfices et faire de la recherche avec ça.
Une fois le brevet expiré, la molécule est toujours aussi active, et peut être fabriquée par n'importe qui, dont le labo d'origine qui a aussi une filiale "génériques".
Dans certains pays, les génériques voient le prix divisé par trois, quatre, cinq. Chez nous, ça peine à deux, et encore (pourquoi ? Assurer de bons bénéfices aux copieurs ?).
S'il a autre chose en vue, le labo d'origine n'a AUCUNE obligation de continuer à fabriquer son "vieux coucou", il faut donc que d'autres puissent le faire.
Si vous achetez un éclair au café chez votre boulanger, il reproduit la recette et attend qu'un pâtissier de génie crée une nouveauté, il ne le fera pas de lui-même.
Pour qu'un labo génériqueur fasse de la recherche (pas son boulot), il devra vendre le produit au prix d'avant, sous brevet !!
a écrit le 17/09/2014 à 21:40 :
Les génériques il peut se les mettre là ou je le pense.
Réponse de le 18/09/2014 à 11:40 :
bien dit
a écrit le 17/09/2014 à 21:28 :
La Cour des comptes est à réformer ou à supprimer. Elle ne sert à rien, comme le Sénat.
a écrit le 17/09/2014 à 21:26 :
Il faudrait que la sécu rembourse aux prix des génériques existants, ceux qui ne veulent pas des génériques devront payer la différence !
a écrit le 17/09/2014 à 19:45 :
Sacré farceur ce Migaux, champion des économies, mais pour les autres.....dernière en date, il ne souhaite pas voir appliquer pour la Cour des Comptes la même règle que pour la fonction publique (ratio de 12 à 15m2/agent ) : Ces messieurs veulent leurs aises comprenez vous, il leur faut de l'espace pour réfléchir, la piétaille peut quant à elle glandouiller dans les open-space.
La France bougera quand ses élites serviront l'Etat au lieu de s'en servir !
a écrit le 17/09/2014 à 19:06 :
Le modèle social Français ne profite qu'a ceux qui le défendent.
a écrit le 17/09/2014 à 19:05 :
à nous, Français, on donne des génériques, aux étrangers on donne les médicaments initiaux...comment ça se fait, ça ?? !!!
a écrit le 17/09/2014 à 19:03 :
Plus de génériques, tu parles, qui n'ont pas les mêmes actions sur l'individu! des médocs qui viennent d'Inde et de Chine, tout est dit!!!!
Réponse de le 17/09/2014 à 23:06 :
Un Doliprane ou un paracétamol générique sont tous 2 fabriqués en Inde. Cela fait 10 ans que l'Europe ne produit plus ce genre de molécules basiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :