Moody's laisse la note de la France inchangée

 |   |  737  mots
Michel Sapin, le ministre des Finances peut souffler un peu. La note de la France n'est psa dégradée
Michel Sapin, le ministre des Finances peut souffler un peu. La note de la France n'est psa dégradée (Crédits : reuters.com)
L'agence de notation financière Moody's a confirmé vendredi la note de solvabilité financière de la France à "Aa1" et maintenu sa perspective "négative" suggérant qu'elle pourrait l'abaisser ultérieurement, a-t-elle annoncé dans un communiqué.Croissance

Solide... pour l'instant. L'agence de notation financière Moody's a confirmé vendredi la note de solvabilité financière de la France à "Aa1" et maintenu sa perspective "négative". Elle toutefois suggéré qu'elle pourrait l'abaisser ultérieurement, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Moody's a souligné que la note de crédit de la France restait solide en dépit de pressions budgétaires et fiscales significatives.

"En dépit de pressions négatives sur le crédit, le pays conserve des forces significatives, notamment la taille et la santé de son économie ainsi qu'un fardeau de la dette soutenable en dépit d'une érosion continue et graduelle de sa solidité économique et budgétaire", note le communiqué.

"La confirmation de la note est aussi soutenue par l'engagement renouvelé du gouvernement à accélérer le rythme des réformes structurelles et à introduire une approche plus consistante dans sa politique économique ainsi que de mettre en oeuvre un programme d'économies budgétaires", a souligné Moody's.

La France encore sous surveillance

Une perspective négative veut toutefois dire que Moody's pourrait abaisser cette note dans un délai allant jusqu'à 18 mois si la situation venait à s'aggraver.

"La décision de maintenir une perspective négative reflète l'opinion de l'agence que les risques associés à la mise en oeuvre du programme de réformes structurelles du gouvernement sont significatifs en raison de la force des résistances politiques qu'elle pourrait susciter et les expériences malheureuses pour appliquer de telles réformes dans le passé", souligne Moody's à ce propos.

Pour cette raison, l'agence a également maintenu une perspective négative sur les notes "Aa1" de la Société de Financement de l'économie française (SFEF) et la Société de prise de participation de l'Etat (SPPE).

Michel Sapin réclame une enquête

Jeudi, le journal L'Opinion avait assuré que Moody's avait informé le gouvernement français d'une baisse imminente de la note du pays.

Une "information erronée", "éthiquement répréhensible" et qui "a eu un impact sur les marchés financiers", s'était ému vendredi le ministre des Finances Michel Sapin qui a demandé à l'Autorité des marchés financiers d'enquêter sur cette information qui s'est donc révélée fausse.

Moody's a précisé qu'il ne prévoyait qu'une croissance de 0,4% en France en 2014 et de 0,9% en 2015 mais une accélération ensuite progressive pour atteindre 1,4% d'ici 2018.

"Si la faiblesse de l'environnement économique en zone euro a contribué à la performance décevante de la France, le taux de croissance du pays a décliné régulièrement ces dernières années, passant d'environ 2% dans les années précédant la crise financière à environ 1% dans les quatre années qui ont suivi", souligne-t-on de même source.

"Ce recul reflète une perte graduelle de compétitivité comme en témoignent le recul de la part des exportations depuis dix ans (...) et des rigidités dans l'économie française auxquelles ne se sont pas attaqués les précédents gouvernements", ajoute Moody's.

Faible croissance et faible inflation

Le ministère français de l'Economie, de l'Industrie et des finances a affirmé en réagissant à la décision de Moody's que "la trajectoire de redressement des comptes publics du pays a été impactée par la faiblesse de la croissance et de l'inflation".

"Mais la France a convaincu de sa détermination et de sa capacité à réformer notre pays", a-t-on ajouté de même source, en indiquant que le ministre de l'économie Emmanuel Macron avait reçu les analystes de Moody's avant que leur décision ne soit arrêtée, de manière à leur présenter "l'esprit des réformes" envisagées par le gouvernement français "pour redresser notre économie".

Tenir le cap des réformes

"La clarification de la ligne politique du gouvernement est explicitement soulignée par Moody's", affirme le ministère dans un communiqué et "sa décision témoigne des atouts de notre économie et souligne notre volonté de faire avancer les réformes dans notre pays".

Pour Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, "ce maintien nous engage, car il renforce la nécessité de poursuivre et d'approfondir les réformes de structure pour lever les blocages qui handicapent aujourd'hui la France, notamment celles que le Président de la République et le Premier Ministre m'ont chargé de mettre en œuvre".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2014 à 18:12 :
Moody's a bien tord la gestion de la France est un véritable désastre!
a écrit le 21/09/2014 à 12:54 :
Moody's est gentille.
Elle ne voulait pas lui filer une nouvelle fessée alors qu'ils s'en reçoivent tous une par jour depuis la rentrée.
Elle reviendra à Noël pour le cadeau de fin d'année.

Alors Michel, on l'inverse cette courbe fin 2013 ?
a écrit le 21/09/2014 à 10:49 :
j'adore cette photo où il tient un poil de c.. Entre ses doigts.
a écrit le 21/09/2014 à 10:13 :
POUR SUE NOS GOUVERNANTS CONTINUENT A FAIRE DES CONNERIES ! Ils vont tomber dans le piège car ils sont nuls en économie, politique et gestion.
a écrit le 20/09/2014 à 15:58 :
le problème de nos ministres sortant de l'ENA c'est qu'ils n'ont jamais créé quoique ce soit apportant une valeur ajoutée.
Ce sont donc les moins compétents pour gérer les finances d'une entreprise comme la France.
Réponse de le 20/09/2014 à 23:21 :
On passe un concours à 25 ans et ensuite la collectivité vous prend en charge jusqu'au cimetière. On fait des discours, on assiste à des réunions, on organise sa stratégie de carrière et même si on endommage la vie de millions de gens, par des décisions ineptes, on reste aux manettes ou au pire on en change. On est irresponsable mais conscient de sa supériorité sociale.
a écrit le 20/09/2014 à 13:37 :
Il n'est encore débranché l'ami Sapin ?
Ce gouvernement souffre trop longtemps, il faut savoir arrêter les frais et le débrancher de l'appareil.
Les diarrhées médiatiques hebdomadaires d'Arnaud Montebourg, feu ministre du redressement dans le déclin, me manquent beaucoup.
Rendez vous dans une semaine pour l'explication mathématico-philosophique de la hausse mensuelle du chômage.
Pour une France plus forte, plus apaisée, plus anesthésiée, ...dans la justice sociale et les pactes blablablabl.
a écrit le 20/09/2014 à 13:31 :
Les agences de notation sont comme les comptables, ils gèrent le passé !!!
Réponse de le 20/09/2014 à 15:07 :
le passé est souvent -et au cas présent, malheureusement-garant de l'avenir.
a écrit le 20/09/2014 à 12:46 :
TOUT CELA POUR CELA ?
Qui a intérêt a faire courir les rumeurs de cette sorte la veille du soit disant retour de dalton ?
Réponse de le 20/09/2014 à 18:56 :
Oui et a chaque diffusion ou reprise sur les réseaux télé et autres, une grosse prune…
et voir si la côte de certain journaliste monte ou à quelle vitesse il tombe du rez de chaussée…
Nous aussi on va faire des prévisions sur la longueur des taches, la rapidité avec laquelle ils vont s'auto titriser,
En tout cas c'est une belle occasion de voir si l' AMF est encore de se monde, au mieux c'est ce que Doze dit de lui même, et illustre très bien l'inutilités de ses commentaires,
a écrit le 20/09/2014 à 12:44 :
tant que nous persévèrons dans les réformes structurelles,ils ne peuvent pas toucher a notre note.finement joué de a part du gouvernement.et en plus le pays se modernise.
Réponse de le 20/09/2014 à 13:16 :
lol de lol ! C'est du second degré ou de l'ironie? Ou les deux?
Réponse de le 20/09/2014 à 13:51 :
Mais bien sûr, continuons de faire augmenter la dette (+100 Mds/an, pas mieux que le précédent gvt), à protéger nos cohortes de privilégiés, à diminuer l'écart entre ceux qui bossent et ceux qui ne f..... rien, à accueillir à bras ouverts toute la richesse du monde, à massacrer les classes moyennes et les familles pas nombreuses, puisque tout va si bien!
Réponse de le 20/09/2014 à 15:51 :
Oui on "persévère" on y va, on va faire le nécessaire, mais ça prendra du temps, l'espoir de gôche est là...
a écrit le 20/09/2014 à 12:43 :
La BCE garantit mais la France s'effondre quand même. Curieuse analyse de Moody's. Tout le monde sait qu'il n'y aura pas de réformes. Alors quoi? On ne veut pas mettre le feu? Il est certain que la débâcle française profite à ses concurrents qui vont achever le travail. On laisse faire et Sapin pérore... Ce pays sent l'odeur de la décomposition du mensonge à plein nez. Attendons les prochains chiffres...
a écrit le 20/09/2014 à 12:25 :
Pourquoi cette fameuse note ne bouge pas ? C'est simple : hollande suit obama en irak et contre la Russie. La France continue d'emprunter a des taux bas pour ces mêmes raisons.
Réponse de le 20/09/2014 à 13:18 :
Vous résumez parfaitement la situation... On peu ajouter la politique de la BCE...
a écrit le 20/09/2014 à 12:09 :
Moody's se moque du monde! Il faut une sacré dose de culot pour oser écrire "la note de crédit de la France restait solide..", "un fardeau de la dette soutenable", "La confirmation de la note est aussi soutenue par l'engagement renouvelé du gouvernement à accélérer le rythme des réformes structurelles et à introduire une approche plus consistante dans sa politique économique ainsi que de mettre en œuvre un programme d'économies budgétaires". Somptueuse langue de bois face à des annonces de mesures homéopathiques jamais exécutées....
Et pendant ce temps, les faits sont têtus:
- 5. 5 millions de chômeurs
- 9 millions de pauvres
- déficit du budget : 4. 5%
- 57. 1% du pib en dépenses publiques, 46% en Allemagne, 34% en Suisse.
- plus de 40% de charges patronales en France, moins de 20% en Allemagne.
- dette de 2000 milliards d'euros, en augmentation de 90 milliards par an
- le traitement des fonctionnaires et des retraités est payé par la dette lors du dernier trimestre de chaque année.
- La France 12% de la population européenne 40% des collectivités.
- au moins 30% des jeunes diplômés quittent la France pour s'émanciper à l'étranger
TOUT VA BIEN, LA NOTE DE LA FRANCE EST BONNE, AUCUN SOUCI RÉEL....Merci Moody's....
Réponse de le 20/09/2014 à 12:45 :
Vous avez raison, c'est hallucinant et inquiétant !
Réponse de le 20/09/2014 à 14:19 :
si je peux, prélèvements obligatoires RECORD MONDIAL depuis deux ans et demi, que ce soit sur les personnes physiques ou morales, augmentation de TVA, et POUR QUELS RESULTATS??? où est le pognon pris,????? hollande et sa troupe de comiques doit des comptes aux Français qui TRAVAILLENT. Nous ne sommes pas tous des illettrés comme dirait macron, le richissime socialo.
Réponse de le 20/09/2014 à 19:13 :
Si on tient compte de la valeur spéculative du parpaing français et considérant que la pierre est une forme d'épargne (ce qui est évidemment faux) alors la dette du pays est soutenable. C'est une très mauvaise analyse réalisée par de nombreux économistes.
a écrit le 20/09/2014 à 11:18 :
Réformes, réformes, le gouvernement n'a que ce mot à la bouche, aucun acte concret pour l'instant, juste du blabla médiatique.
Réponse de le 20/09/2014 à 11:42 :
y'en a eu pourtant quelques unes !
Réponse de le 21/09/2014 à 3:48 :
@clem

Le mariage homo et la suppression de l'unique jour de carence dans la fonction publique... en effet c'étaient de véritables priorités nationales!
a écrit le 20/09/2014 à 11:07 :
Ceux qui ont raillé ce Gouvernement à ce sujet en sont pour leurs frais... Hahaha !
a écrit le 20/09/2014 à 11:05 :
Ceux qui ont raillé ce Gouvernement à ce sujet en sont pour leurs frais... Hahaha !
a écrit le 20/09/2014 à 10:35 :
La France a été vertement rappelée à l'ordre par la Maison Blanche à propos du paiement des rançons contre la libération d'otages aux mains de groupes terroristes. Le Quai d'Orsay a fait profil bas et a promis de ne plus refaire le coup. Voilà la raison du faux annonce d'un rebaissement de la note française pour ensuite venir le démenti de Moody's. C'est de l'info, pas de l'intox.
Réponse de le 20/09/2014 à 10:55 :
c'est du racket quoi, et la france de hollande s'y plie sans plus.... la honte
a écrit le 20/09/2014 à 10:23 :
Il croit aux renouvèlements des engagements du gouvernement a faire des réformes de structures rires !!!

Ils doivent être dans un bureau aux USA car en france la parole de hollande elle vaut 0000
a écrit le 20/09/2014 à 10:19 :
Un petit coup de fil du Young leader Hollande à son copain Barack (OK, je ne livre pas les Mistral à Poutine) et tout a été réglé auprès de Moody's.
Réponse de le 20/09/2014 à 12:11 :
C'est à peu près ça Vieux Chêne. La déclaration de Moody's relève du foutage de g..... à l'état pur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :