Qui sauvera la croissance en 2014 ?

 |   |  441  mots
Les ménages et les administrations publiques auront permis à l'économie de ne pas stagner cette année.
Les ménages et les administrations publiques auront permis à l'économie de ne pas stagner cette année. (Crédits : Reuters)
Selon l'Insee, c'est parce que la demande intérieure résistera que l'économie française échappera à la stagnation en 2014. Les dépenses des ménages mais aussi des administrations progresseront respectivement de 0,1% et de 2,2% par rapport à 2013.

L'investissement des ménages, qui chutera de 7,4% entre 2013 et 2014, et des entreprises (-0,6%) étant dans le rouge, quel sera le principal soutien de l'économie française cette année ?

Le commerce extérieur ? Il est atone. Il n'affichera qu'une progression annuelle de 0,1% cette année. Selon l'Insee, seule la demande intérieure progressera en 2014, en particulier la consommation, comme le laissait envisager les dernières statistiques portant sur les dépenses des ménages. Cette progression restera néanmoins timide, évaluée à 0,1%.

En revanche, les dépenses de consommation des administrations publiques (centrales, locales et de Sécurité sociale), qui s'élèveront cette année à 549,9 milliards d'euros - à comparer aux 1.085,6 milliards d'euros de la consommation des ménages - augmenteront de 1,8%. Elles avaient progressé de 1,9% en 2013 et de 1,7% en 2015.

Les dépenses totales de l'Etat ont reculé

Ces progressions permettent de relativiser l'effort de rigueur imposé par l'exécutif depuis 2012, même si les dépenses totales de l'Etat ont reculé entre 2013 et 2014, passant de 380,7 à 379,1 milliards d'euros. Les dépenses des administrations publiques locales sont globalement restées stables à 11,9 milliards d'euros sur la période.

Pourtant, lors de la présentation du projet de loi de finances 2014, le message du gouvernement avait été clair : la maîtrise des dépenses publiques était la priorité. "Chaque économie réalisée constitue autant d'impôt en moins à prélever sur les ménages et les entreprises. Dans le budget 2014, plus de 80 % de l'effort de rétablissement des comptes portera donc sur les économies de dépenses publiques, soit 15 milliards d'euros au total. Ce résultat historique est atteint par une méthode nouvelle qui permet de chasser la mauvaise  dépense et de conforter la bonne. Ces efforts sont partagés, toutes les administrations publiques y participent ", expliquait le document présenté par Bercy.

L'impact sur l'activité

Les tenants de l'orthodoxie budgétaires pourront renâcler. On peut les comprendre, d'autant que les messages du gouvernement ont été sans équivoque, répétant à l'envie sa détermination à couper dans la dépense publique. En revanche, les partisans de la relance devraient se réjouir, à moins que l'effort des administrations publiques soit encore jugé trop insuffisant pour retrouver le chemin d'une croissance vigoureuse et durable.

Avec un effort de 21 milliards d'euros en 2015, dont 3,7 milliards réclamés aux collectivités locales, les dépenses des administrations publiques baisseront-elles ? A voir. Si tel était le cas, l'impact sur l'activité, et en particulier, sur celle du secteur privé serait à n'en pas douter négatif. Il ne resterait plus qu'à espérer que la confiance revienne et que les carnets de commande se remplissent à nouveau.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2014 à 15:22 :
La bonne réponse à cette question est : le reporter Clark Kent ! eh oui, c'est lui qui en quittant rapidement sa table à la rédaction de La Tribune va trouver la cabine téléphonique la plus proche pour ensuite s'envoler à travers le ciel de la Métropole, de bottes et cape et travesti aux couleurs américaines...
a écrit le 03/10/2014 à 14:26 :
Quelle question ! Qui va sauver les sans dents, c'est bien entendu "moi president" :-) vous aurez aussi remarqué la rhyme :-)
Réponse de le 03/10/2014 à 18:30 :
Non, pas la rhyme mais la rime et ça manque un peu de rythme, tout ça !! Allez, encore un effort ;-)
a écrit le 03/10/2014 à 13:47 :
Pour la plupart la population stagne, voire baisse (Allemagne, Italie, Japon). Ils sont déjà tous équipés de tout ce qu'il faut pour vivre (infrastructures de transport, de loisir, de santé...). La terre, la mer ne peuvent plus produire plus, et même dans la plupart des cas, elles produisent de moins en moins (agriculture, pêche, pétrole mer du nord etc). Alors, avec quoi vous voudriez faire de la croissance ?
Réponse de le 03/10/2014 à 15:18 :
Si, si ! les USA utilisent un logiciel qui fait de la croissance virtuelle dans leur économie. Ces taux sont immédiatement envoyés à toutes les rédactions du Monde Libre et celles-ci en font parti au grand publique civilisé. C'est merveilleux, avec ce logiciel fini les récessions et les gueules tirées de politiciens, des patrons… où pourrait-on s'en procurer le savez vous ?
a écrit le 03/10/2014 à 12:13 :
Lorsqu'ils se trouvent parmi des limaces, les escargots croient être tombés dans un camp de nudistes. Et pourtant c'est ne pas la réalité, les limaces ne font pas du nudisme. De même ce n'est parce que la demande intérieure résistera que l'économie française échappera à la stagnation en 2014. Sans commerce extérieur la France coule, voilà les "bienfaits" des sanctions anti-Russie et les effets de l'embargo russe pour notre économie. Histoire de sauver la face on n'en parle jamais (secret d'État, dit-on) et les escargots du terroir continueront à croire que se retrouvent dans un camp de nudisme… parmi les limaces !
a écrit le 03/10/2014 à 11:36 :
L’univers politique (au sens large du terme) .... à perdu toute crédibilité !
a écrit le 03/10/2014 à 11:35 :
Les tenants de la dépense et de l'aggravation de l'endettement seront peut-être satisfait, sauf que... s'il n'y a pas d'export, c'est bien la démonstration éclatante de la perte de compétitivité de l'économie française ! Or toute dépense des administrations publiques et des ménages augmente les couts de production et donc la perte de compétitivité !
a écrit le 03/10/2014 à 11:31 :
Qui sauvera la croissance en 2014 ?... pas François HOLLANDE ni SAPIN .... et CONSORTS !
a écrit le 03/10/2014 à 11:27 :
Nous sommes encore à TROIS ANS des prochaines élections présidentielles et pourtant il nous suffit d'ouvrir n'importe quel canard parisien pour ne voir que des photos de Nicolas Sarkozy. Partout. C'est inimaginable !! le nain a déjà réussi son coup de bluff (ou pas) : il fait parler de lui bien plus que de l'actuel Président. Sa "vendetta" est déjà consummée, c'est sûr, la France médiatique est encore une fois amoureuse du nabot. Tout un symbole.

Cependant ce qui me laisse bouche bée c'est le manque de déontologie des presses et médias confundus, encore une preuve que "l'indépendance de la presse" n'est qu'un autre mythe pour la collection. Tout un symbole.
Réponse de le 03/10/2014 à 12:14 :
En effet, c'est affreux, résolumment affreux.
Réponse de le 03/10/2014 à 13:42 :
Tout simplement abominable, mais mon dieu où va-t-on?
Réponse de le 03/10/2014 à 15:27 :
Non mais, parbleu, c'est la fin du monde !
a écrit le 03/10/2014 à 11:22 :
Qui, mais QUI va assister ces gouvernants (???), laxistes, lâches et néanmoins "scandaleusement" rémunérés A VIE à nos frais, a sauver la France du chaos ?????? Les aider, c'est les encourager, a attendre patiemment que se produise un miracle alors que plus aucun Européen ne leur accorde le moindre crédit et que la Planète entière se moque de nous, les "sous doués" donneurs de leçons !!!!!!!
a écrit le 03/10/2014 à 11:02 :
Les achats vont être limités au minimum vital et les vacances seront prises à l' étranger pour ne plus aider ce gangster qui s' appelle Hollande !!!!!!!!!!!
a écrit le 03/10/2014 à 10:28 :
puisque Hollande les massacrer avec ses impots sur le revenu. Elles ne dépenseront pas de l' argent qu'elles ne possèdent plus. En conséquence, beaucoup de commerces de vêtements, chaussures, etc... fermeront. Ce qui augmentera encore le nombre de chomeurs. C'est ça, le Hollandisme : après avoir fait fuir les riches (qui dépenseront leur argent dans d'autres pays) et les entrepreneurs (qui auraient pu développer une activité en France si la pression fiscale était moins forte), il s'attaque aux classe moyennes (certains émigreront) et aux retraités coincés en France. Dans le même temps, il poursuit la politique UMPS de colonisation par des millions d'africains de la France à qui il offre : école payée par les Français, sécu payée par les Français, HLM payés par les Français, allocations diverses payées par les Français. C'est vrai que pour certains qui votent PS, la France est un paradis !
Réponse de le 03/10/2014 à 10:38 :
Le socialisme importe la misère, produit des taxes et exporte (chasse) les richesses...
Réponse de le 03/10/2014 à 11:11 :
Ho le beau racisme à 2 balles !!!!
Et il en profite pas lui de l'hôpital / médecin pas cher, de route en bon état, de l'école et de l'université pour ses enfant sans dépenser une fortune ?
Réponse de le 03/10/2014 à 13:04 :
A cip, le racisme c est de ne pas aimer les francais. La France est le seul pays au monde ou l on se fait traiter de racisme lorsque l on dit qu on préfère les francais aux étrangers. La classe moyenne n en peut plus de payer pour les autres et de se faire traiter de raciste par des pseudo intellos de gauche
Réponse de le 03/10/2014 à 15:30 :
Et vous allez voter Sarkozy ou Marine ?
Réponse de le 03/10/2014 à 17:35 :
@ CPI
Il en profite pas IL COTISE !
Ce qui n'est peut être pas votre cas ou si peu !
a écrit le 03/10/2014 à 10:24 :
commence à peser très lourd sur tout le monde. La situation en Afrique, entre ebola et djihadistes va finir aussi par peser lourd. Quant au Moyen-Orient, plus très loin de s'embraser, cela n'aidera pas. Il me manquerait plus qu'il y ait des troubles en Asie et nous serons bons. Ah mince, il y en a déjà me dit-on (Hong Kong, Thaïlande). Ajoutez, facteur aggravant pour la France, le mauvais état persistant de nos plus gros partenaires (Italie, Allemagne, Espagne, Belgique etc...) et tout roule.
Réponse de le 03/10/2014 à 15:29 :
C'est affreux,mais nom de dieu où va-t-on?
a écrit le 03/10/2014 à 8:48 :
Et pourquoi faut-il sauver la croissance? On ferait mieux de maîtriser la décroissance car c'est ça l'avenir.
Réponse de le 03/10/2014 à 10:08 :
et oui, c'est la décroissance qui est notre seul salut. Nos pays ultra équipés ne vont plus avoir une croissance supérieure à 1%

Dans la rigueur actuelle, les ménages et administrations ultra équipé, ne veulent et peuvent pas consommer. C'est la fin des Trentes Glorieuses.
Un nouveau modèle économique est à mettre en place, qui n'est pas le schéma des politiques actuelles (qui ont tous commencé leur "métier" de politique dans les années 80)
Vive la transition énergétique, seul salut de "croissance" comme ils disent : que l'on soit sobre en énergie et producteur de cette énergie (maison passive) et donc fin des monopoles étatiques type EDF.
Réponse de le 03/10/2014 à 10:41 :
...nous serons tous heureux au fond de nos tanières chauffées avec le soleil du mois de décembre et nos oranges poussées en Ile-de-France...
Vive le rêve écologiste !
Réponse de le 03/10/2014 à 10:49 :
nous vivrons heureux au fond de nos tanières chauffées à l'énergie solaire du mois de décembre et à manger nos oranges poussées en Ile de France...
Vive le rêve (délire?) écolo !!!
Réponse de le 03/10/2014 à 15:31 :
…mes cendres feront du bon engrais.
a écrit le 03/10/2014 à 8:37 :
Nos alliés, nos grands amis les États-Unis et leur super-héros, évidemment !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :