Le commerce de détail enregistre une baisse record en septembre

 |   |  335  mots
Malgré cela, les commerçants se déclarent optimistes quant à leurs perspectives d'activité en octobre.
Malgré cela, les commerçants se déclarent optimistes quant à leurs perspectives d'activité en octobre. (Crédits : reuters.com)
L'indice PMI, qui mesure les variations mensuelles de ventes d'un panel de 300 commerçants de détail français, subit sa plus "forte baisse mensuelle depuis un an et demi". Le taux de suppression de postes a également atteint son plus haut niveau depuis un an et demi.

Marasme persistant. Le commerce de détail en France a enregistré une baisse record de ses ventes en septembre, pâtissant de la baisse du pouvoir d'achat et de la conjoncture économique morose, selon l'enquête mensuelle du cabinet Markit.

L'indice PMI, qui mesure les variations mensuelles de ventes d'un panel de 300 commerçants de détail français, allant de la grande distribution au détaillant indépendant, est ainsi passé de 45,5 en août à 41,8 en septembre.

Il s'agit de la plus "forte baisse mensuelle depuis un an et demi", note le cabinet. Et sur une base annuelle, "l'activité enregistre son plus fort repli depuis le début de l'enquête", soit depuis janvier 2004, est-il ajouté.

"Faiblesse persistante"

Les détaillants français ont réalisé en septembre des ventes largement inférieures à leurs objectifs, l'écart étant "le plus marqué depuis 11 mois".

"La faiblesse persistante de l'économie française continue de peser fortement sur l'activité des détaillants qui, malgré de fréquentes remises de prix accordées à leurs clientèles, ne parviennent plus à stimuler les ventes", analyse Jack Kennedy, économiste du cabinet Markit.

En outre, du fait de promotions fréquentes pour tenter de relancer l'activité, les marges brutes des commerçants se réduisent également fortement, le "taux de contraction atteignant un plus haut depuis 8 mois", signale Markit.

Des perspectives optimistes

Malgré cela, les commerçants se déclarent optimistes quant à leurs perspectives d'activité en octobre. En ce qui concerne le reste de l'année, ils se montrent prudents, partagés entre l'attente des achats de Noël, qui va probablement donner un coup d'accélérateur aux ventes, et les doutes inhérents à la conjoncture économique, marquée par un taux de chômage élevé et un manque de confiance des consommateurs.

Dernière conséquence de cette activité atone: les commerçants français réduisent de nouveau leurs effectifs en septembre, le taux de suppression de postes atteignant son plus haut niveau depuis un an et demi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2014 à 6:51 :
Quand on voit le prix d'une paire de chaussures ou d'un Jean dans le commerce de détail, il faut s’étonner que ces magasins ferment les un après les autres. Les prix ne sont plus en rapport avec la moyenne des salaires. Probablement au fait qu'il pèse trop de charges sur ces commerçants et c'est celui qui est en bout de chaine qui doit payer la note ?
a écrit le 06/10/2014 à 18:34 :
trop de commerces inutiles(vetements chinois,gadgets a 1 euro ,cosmétiques a 1 euros,bijou en faux or chinois etc...)la fermeture de nombreux petits commerces sera bénéfique pour notre balance commerciale!
Réponse de le 06/10/2014 à 20:40 :
les fautes de français ne sont pas en solde chez vous!
Réponse de le 07/10/2014 à 8:16 :
@ élu ps
Trop d'élus ps aussi, leurs diminutions serait aussi bénéfique pour notre porte monnaie !
a écrit le 06/10/2014 à 17:54 :
Les gens vont à l'essentiel, et tant pis pour le superflu....
a écrit le 06/10/2014 à 16:34 :
Encore un peu d'économie façon Gataz/Fillion : on passe a 39h et on vire plus facilement (600 000 fonctionnaires et autant de salariès du privès) , et hop on rentre en recession/deflation pour 5 ans.
Que c'est bon la decroissance qd elle est organisèe par une bonne vieille droite ringarde.
Réponse de le 06/10/2014 à 17:22 :
hollande a ete elu sur un programme de decroissance avec ses copains rouges et verts et vous mettez ca sur le dos de sarkozy... vache, vous en avez gros dans la culotte en matiere de foutage de gueule! vous n'auriez pas vote socialiste, par hasard?
a écrit le 06/10/2014 à 15:12 :
bravo, c'est vrais !!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 06/10/2014 à 15:05 :
A part les 68ards et boomers multi-rentiers et dopés aux croisières costa sur le dos des générations suivantes; qui peut encore consommer ?
Réponse de le 06/10/2014 à 15:45 :
en 68 on faisait 45 heures par semaine , on n'avait pas de salle de bains pas de tele de portable de tablettes pas de voiture et vous? vous en etes ou si vous etes au chomage c'est par manque de travail a l'ecole
Réponse de le 06/10/2014 à 16:09 :
Vous êtes breton ?
Réponse de le 06/10/2014 à 16:17 :
Les gens aimeraient déjà pouvoir avoir un travail dans le monde qu ils héritent aujourd'hui
Réponse de le 06/10/2014 à 17:21 :
Regardez les bonnes cibles , au lieu de vous en prendre à vos parents qui se sont décarcassés! et NON, pas TOUS les retraités foutent le camp en croisière ! le contexte était meuilleur, est ce leurs fautes? voir les politicards et affairistes qui provoquent ce marasme, bonne soirée !!
Réponse de le 06/10/2014 à 17:54 :
j'adore les gens qui jalousent les autres : retraités, riches, pdg, actionnaires etc....
Pour les retraités les conditions de vie et de travail n'étaient pas seules d'aujourd'hui. Il fallait prendre le travail qui se présentait pour vivre : fils de mineur, de métallo. Après des sacrifices pour l'achat d'une maison et pour élever les enfants ils peuvent profiter de la vie. Tout est fait pour vous inciter à devenir riche en travaillant, durement. Rien ne tombe dans le bec si vous voulez vivre. et à faire le nécessaire pour profiter à votre tour de votre retraite et en bonne santé.
a écrit le 06/10/2014 à 14:57 :
les feuilles d'impôts tombant comme les feuilles mortes ne sont pas de nature à "stimuler" l'ouverture des portes-monnaie chez les commerçants , bien souvent vendeurs essentiels de chinoiseries.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :