L'Institut Montaigne veut en finir avec les 35h, et vite...

 |   |  424  mots
Le temps de travail est un sujet régulièrement au centre des débats en France depuis le passage aux 35h au début des années 2000.
Le temps de travail est un sujet régulièrement au centre des débats en France depuis le passage aux 35h au début des années 2000. (Crédits : reuters.com)
Le think tank d'inspiration libérale a publié une étude où il préconise d'augmenter le temps de travail dans le public et le privé afin de relancer l'économie française. Il exclue toute compensation salariale...

L'Institut Montaigne, moins-disant que le slogan de campagne de Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2007 ? Dans un rapport publié mercredi, le think tank (club de réflexion) préconise d'inciter les Français à travailler davantage mais... sans gagner plus.

Ce texte intitulé "Temps de travail : mettre fin aux blocages" s'inquiète des écarts entre la France et ses voisins en matière de temps de travail. Le rapport décrit ces écarts de "proportions inquiétantes".

"Tous secteurs confondus, les salariés à temps plein travaillent en France moins que dans la plupart des pays européens et des économies comparables de l'OCDE".

"Relancer l'économie française"

Or, pour l'Institut Montaigne, l'enjeu d'une réforme du temps de travail n'est rien de moins que "relancer l'économie française". Selon lui, il faut "agir rapidement" car cette situation aurait déjà "handicapé l'économie française au cours des dernières années". Mais cette réforme ne passerait pas par une hausse salariale.

"Une hausse du nombre d'heures travaillées sans compensation salariale, en permettant à la fois une baisse du coût du travail et une hausse de la production, pourrait permettre de créer un véritable choc de compétitivité en France", affirme le centre de réflexion.

Le think tank s'appuie sur une récente étude de Coe-Rexecode, un centre d'étude économique d'inspiration libérale, tout comme l'Institut Montaigne. D'après cette étude, les salariés français à temps complet ont travaillé en 2013 en moyenne 186 heures de moins que les Allemands, et 239 heures de moins que les Britanniques. Le rapport de l'Institut Montaigne dénonce l'opacité des statistiques sur le temps de travail des fonctionnaires et une "défaillance globale du contrôle de la durée effective du travail".

Pour une suppression du temps légal de travail?

Parmi les préconisations du rapport, l'augmentation du temps de travail dans le secteur public et privé figure en place prioritaire. Il s'agit de passer de 35 heures actuellement à un temps de travail compris entre 38 et 40h. Il va jusqu'à proposer la suppression de la notion de "durée légale du travail" au profit d'accords collectifs de branche ou d'entreprise. L'Institut précise qu'"en cas d'absence d'accord, la décision unilatérale du chef d'entreprise" devrait être autorisée.

Pour lutter contre l'absentéisme, le think tank propose de restaurer le jour de carence dans la fonction publique. Ce jour de carence avait été instauré en 2011 avant d'être supprimé par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2014 à 10:34 :
Camarades !! Ne nous laissons plus abuser par ces pseudo informations culpabilisantes à 2 balles !! Je le répète : qu'ils travaillent pour 800 euros et 50 h par semaine et plus vite que çà !! et surtout qu'ils nous foutent la paix !!
a écrit le 10/10/2014 à 9:52 :
Il faudrait raisonner en tenant compte des gains de productivité que l'énergie nous procure. Il s'agit du temps de travail libéré par l'usage de l'énergie.
a écrit le 09/10/2014 à 19:08 :
enfin des orientations susceptibles de relancer l'efficacité des entreprises Françaises.
et il faudra également faire la même chose avec les fonctionnaires, tous les fonctionnaires, tels que SNCF, RATP, EDF.
Réponse de le 11/10/2014 à 15:22 :
Vive l'esclavage, tout le pognon au riches et les autres au turbin .... Rien ne doit resté de la décision des SansDent, Seuls les riches savent si qui est bon pour le bas peuples...
a écrit le 09/10/2014 à 10:31 :
L'institut Montaigne, c'est le degré zéro de la réflexion économique.
Réponse de le 09/10/2014 à 19:13 :
@Thomas C'est une évidence ... +100 !
a écrit le 09/10/2014 à 10:25 :
VUES LE CHOMAGE DEMASSE QU ILY A EN FRANCE CE N EST PAS 35 HEURES QU IL NOUS FAUT MAIS 30HEURES??? AVEC DE LA ROBOTIQUE ON PEUT REVOLUTIONNEZ LA PRODUCTION ET DOUBLE LES ENPLOYES EN DOUBLANT LA PRODUCTION???
Réponse de le 09/10/2014 à 19:18 :
+100 !
a écrit le 09/10/2014 à 10:25 :
un lobby libéral qui s'appuie sur une étude réalisée par un organisme groupusculaire (70 adhérents) et corporatiste (des entreprises)...
Les conclusions étaient écrites par avance et ne sauraient surprendre. Même en ayant perdu 10% de pouvoir d'achat en 10 ans, en n'ayant plus aucune sécurité de l'emploi, des retraites peau de chagrin, une assurance sociale qui n'assure plus grand chose, un service publique en cours de naufrage, les français restent toujours trop chers aux yeux des requins néo-libéraux. De toutes manières, mêmes réduits en esclavages, on trouverait des gens pour se plaindre du coût de la main d’œuvre et ce seraient les mêmes psychopathes qui ne voient la vie qu'au travers d'un compte en banque.
a écrit le 08/10/2014 à 23:52 :
Vous en voulez des gains de productivité ? Moi je vous en donne à foison, sans augmenter le temps de travail, et ça ne coûte pas un rond. Je travaille actuellement dans une banque. Une grande banque dont vous connaissez le nom. Et le plus gros de ma journée, je la passe à lutter contre le manque d'organisation, et les règles absurdes imposées par les incompétents très haut placés : Je dois développer des programmes, mais les spécifications sont sur un serveur auquel je n'ai pas accès. Pour demander l'autorisation, il faudrait faire une fiche d'intervention motivée qui va remonter dans la hiérarchie jusque... je ne sais où (N + 3 minimum). Deux ans que je suis dans la boîte, je n'ai toujours pas accès à ce foutu serveur. Et ce n'est qu'un exemple, tout est à l'avenant, outils inadaptés, règles de sécurité complètement idiotes (qu'on contourne régulièrement, d'ailleurs, il faut bien si on veut bosser un peu).

Alors messieurs les dirigeants d'entreprise, pour gagner en productivité, ce n'est pas le temps de travail qu'il faut remettre en cause. Commencez à vous remettre en cause, vous et votre hiérarchie pléthorique qui ne fait pas 20 heures de travail par semaine, mais qui empêche tous les autres de travailler convenablement, vos fichiers Excel à remplir 4 fois par mois et que personne ne regarde, votre organisation Kafkaïenne, vos règlements internes iniques.
Réponse de le 09/10/2014 à 17:45 :
Toi t'es à la Société Générale !
a écrit le 08/10/2014 à 23:17 :
La France est un pays de feignasses en comparaison avec beaucoup de pays de l'OCDE.
Réponse de le 09/10/2014 à 16:49 :
Ou un pays qui a une productivité plus importante. Le nombre d'heure travail n'est pas le facteur le plus important ...
a écrit le 08/10/2014 à 20:00 :
Pour moi , le réservoir de pensée ....se trompe dans son mode de calcul .Ce n' est pas le nombre d' heures qui comptent mais le contenu de celles-ci ..
a écrit le 08/10/2014 à 18:45 :
il y a quand même une directive sur le temps de travail en Europe.
Examinons ensuite la productivité entre pays européens.

Alors les actionnaires attendrons...
a écrit le 08/10/2014 à 18:40 :
Enfin dans Think Tank reste que le "Tank"pour l'institut Montaigne...Alors pour en finir avec ces tartuferies libérales dont le but est uniquement d’augmenter les dividendes des fonds spéculatifs et la rémunération des dirigeants...On laissera les miettes à ces gueux de salariés dont ils ont besoin pour faire le boulot et surtout consommer des produits sans modérations à crédit...ce qui est la base de cette économie libérale schizophrène.
a écrit le 08/10/2014 à 18:35 :
Mais pourquoi on voit et on entend à longueur de temps les Think thank nous dire ce qu'il faut faire ou penser. Que ce soit Montaigne ou Terra Nova ils nous gavent grave, d'autant qu'ils semblent tous très orientés politiquement.
Réponse de le 08/10/2014 à 19:09 :
+ 100 !
a écrit le 08/10/2014 à 16:56 :
C'est du délire ! Nous ne sommes pas en surchauffe : avec 3 millions de chomeurs, ce n'est pas la main d'oeuvre qui manque, c'est le travail !
Réponse de le 08/10/2014 à 18:38 :
J'ai été menacé de licenciement car je travaillais trop vite , et j'allais permettre de diminuer les 10% des effectifs comme demandé ,et au contraire il fallait entasser des tas de dossiers sur le bureau pour faire croire que l'on était submergé : quelle hypocrisie !
Réponse de le 08/10/2014 à 18:39 :
Vous avez raison mais le patronat des chômeurs il s'en moque un peu, ce qu'il veut c'est casser le code du travail. L'institut Montaigne n'est qu'un haut parleur pour eux.
Réponse de le 09/10/2014 à 10:36 :
vous concluez tous les 2 qu'il manque de travail, correct ?
pour attirer le travail (mondial) en france, et réduire le chomage, peut-etre faut-il adapter la forteresse sociale francaise ?
(cdi vs cdd, salaire brut vs net, conventions collectives datées, et oui 35h)
Réponse de le 09/10/2014 à 16:53 :
Le principe de base, c'est qu'au de l'humanité, le nombre de services/produits consommable est fixe. Donc le besoin en production est plus ou moins fixe.

Il faudra un jour réfléchir mondialement et pour le bien de tous. Au lieu de penser à comment mieux tirer son épingle du jeu que les autres ...
a écrit le 08/10/2014 à 16:28 :
Un institut qui porte bien mal son nom..... Les Français travaillent autant que les allemands si on prend tout les contrats de travail. De plus les Français travaillent déjà plus que 35h sauf que.... C payé en heure supp, ce que l'institut Montaigne trouve horrible, comme le MEDF. Les rigolos sont de sortie, ils veulent nous faire croire que le frein à l'emploi ce sont les employés eux mêmes, et bientôt qie c'est l'impôts sur les sociétés qui poussent les grands groupes à frauder. Des Tartuffes!
a écrit le 08/10/2014 à 16:13 :
quand on sait que c'est Bébéar qui est le président de ce "think tank" lequel est financé par environ une centaine d'entreprise, ce la rappelle les laboratoire qui donnent eux même les résultats d'analyse des produits de leur laboratoire cf l'affaire Servier et autres
Réponse de le 08/10/2014 à 18:46 :
+100. Pour comprendre ce que propagande cet institut il faut regarder qui le finance. . .D'autre part je serais bien curieux de savoir les salaires qu'ils se prennent dans ces think thank . . .pour nous pondre des pseudo études
a écrit le 08/10/2014 à 16:03 :
Moi j'habite a l'etranger. Tout mes amis en France bossent comme des dingues pour faire la memes productivite que mes 42h. Je ne travaille pas plus, c'est juste plus flexible (pas de pointeuse etc...) et beaucoup moins stresse. Alors oui la France est championne de la productivite et..... des suicides. La France est le seul pays qui a un taux de suicide comparable aux pays nordiques. Franchement 35h ont ete une erreur, les supprimer serait peut etre pire.
a écrit le 08/10/2014 à 15:22 :
Je propose qu'on commence par plafonner le salaire des dirigeants d'entreprise à 3-5 fois le salaire moyen constaté dans l'entreprise ...
Réponse de le 08/10/2014 à 16:30 :
Et moi, je propose que l'on mette "le nez" dans les affaires de ce groupe qui ne me parait pas très plausible. Je pense déjà qu'eux-mêmes doivent s'octroyer des salaires mirobolants et ne pas arriver à 30 h par semaine !
a écrit le 08/10/2014 à 14:55 :
D'abord il faut supprimer tous ces tanks de la pensée tel l'Institut Montaigne dont le père était marchand de poissons à Bordeaux et l'autre Terra Nova, supprimer la moitié des associations, redonner aux patrons leur autorité, supprimer les carcans et donner à chaque branche le soin de faire les lois, retraite, salaires, congés. Obliger les enseignants des écoles maternelles, les écoles primaires, les collèges, les lycées, les universités à faire 40 heures sur place avec pointeuses avec omniconférencier. Obligation de remplacer ces collègues. . Interdire les partenariats public/privé qui ruinent l'État aux profits des fonds étrangers. Envahir le Luxembourg et les îles anglo normandes pour récupérer notre argzent des paradis fiscaux
Réponse de le 08/10/2014 à 15:23 :
Faut pas pousser mémé dans les orties ! Votre propos est irrationnel.
Réponse de le 08/10/2014 à 16:16 :
déjà que l'on ne trouve plus de candidats aux concours et qu'on recrute à pôle emploi
compte tenu du stress et de la fatigue mieux vaut être balayeur
a écrit le 08/10/2014 à 14:26 :
Tous les salariés de l'Institut Montaigne à 800 €/ Mois pour 50 h de travail. Allez et que ça saute !!!
a écrit le 08/10/2014 à 14:17 :
Ils ont raison : les rentiers sont à 168 h/sem et ne se plaignent pas...
a écrit le 08/10/2014 à 14:17 :
Travailler plus, gagner moins. Je ne comprend toujours pas comment ca peut amener à des embauches.
Il faut des consommateurs pour ecouler ses services/produits.

Soit on part sur un tout à l'export et on en arrive à devenir les ptits chinois d'autres pays. Mais on finira toujours par trouver un pays qui fera moins cher.
Soit on ne peut exporter et on n'a pas à produire plus puisqu'il n'y a personne pour consommer en local. Et oui un consommateur qui n'a pas d'argent, pas de temps, pas la forme ... ca ne consomme pas.

Plutôt que de chercher à réduire notre niveau de vie, pourquoi ne pas pousser à l'élévation de celui des autres pays ... Sans doute une version trop utopiste de l'idée d'une humanité pas trop conne et égoiste.
Réponse de le 08/10/2014 à 15:56 :
Les autres pays travaillent plus afin de permettre aux Français de vivre au dessus de ce que permet réellement la productivité de la France. Les 35 heures, c'est de l'impérialisme français!
Réponse de le 09/10/2014 à 16:48 :
Les autres pays travaille moins cher pour exporter. C'est une décision de ces pays de se baser sur des salaires/monnaies basses pour pouvoir exporter une surproduction qu'ils ne pourraient pas vendre dans le pays même.

Mettre fin au 35h, dans un cadre où on ne peut pas exporter une quantité illimité ne permettra pas de creer des emplois. Par contre à stock écoulé constant, il faudra moins de personne pour gerer la production. Donc moins d'emplois.

A moins d'un tour de magie qui permettrait de forcer les gens à acheter des services/produits et soutenir une surproduction , je ne vois toujours pas en quoi les 35h sont destructeurs d'emplois ...
a écrit le 08/10/2014 à 14:06 :
C est marrant c est gens qui demandent aux autres de faire des sacrifices, j espère qu il réduiront aussi leur salaire horaire... En attendant personnellement je bosse 50h semaines pour 35 h payées 1,6 smic, donc les 35h mon patron ne les connait pas. Sinon c est vrai que pour les fonctionnaires ça permettrai de faire des économies.
a écrit le 08/10/2014 à 13:46 :
Et pourquoi pas simplement supprimer les RTT tout en conservant les 5 semaines de congés payés ? Ce serait effectivement un début. Quand au Code du travail, il y a une différence fondamentale entre l'alléger et le casser.
a écrit le 08/10/2014 à 13:36 :
Aujourd'hui a 35H il apparait acceptable aux salaries de travailler 40H (heure supp payees), si on passe a 40H legaux, il accepteront de travailler 42-43H (heures supp toujours payees). Supprimer les 35H remettra tout le monde au travail, fera disparaitre la legende qu'on peut travailler moins en gagnant autant, generera de la valeur re-injectee sous forme d'investissement, formation, salaire.
Idem pour 2 jours de conges en moins.
Réponse de le 08/10/2014 à 16:19 :
les entreprises françaises sont les championnes du NON INVESTISSEMENT
Réponse de le 09/10/2014 à 0:30 :
C'est comme la TVA des restaurateurs : sa réduction à 7% devait induire des investissements et des embauches. On a vu le résultat pitoyable....
a écrit le 08/10/2014 à 13:31 :
Ces messieurs oublient :
1) Que le PIB par ACTIF est nettement plus élevé en France qu'en Allemagne
2) Que l'important dans le travail c'est la qualité plus que la quantité.
Réponse de le 08/10/2014 à 13:38 :
mensonge éhonté PIB/personne: France 35000$ Allemagne : 37 900$. dites les socialos adeptes du mensonge comme hollande, valls, et autres clowns, vous n'êtes plus crédibles. Quant à la qualité !!! allemande ou française, kif kif, "deutsche qualitat" you know??? lol
Réponse de le 08/10/2014 à 13:43 :
Aller dire ça aux directeur d'hôpitaux dont le personnel est qualifié mais qui manque cruellement de quantité.
Réponse de le 08/10/2014 à 14:56 :
@physicien?
quelle intox (sauf pour cadres et professionnels indépendants) répétée en boucle par la nomenklatura socialiste ! ça fait bien rire mon frangin expatrié !
a écrit le 08/10/2014 à 13:26 :
Avec des patrons pareils, on ne sortira jamais de la crise.
Dans les entreprises "utiles", celles qui créent de la richesse des trucs qui s'exportent, personne ne travaille 35h, quand au coût global des professionnels ceux qui la crée cette fichue richesse il est inférieur à l'allemagne d'environ 1/3 deux fois plus cher en Suisse et au Japon.
Seule chose qui serait utile passer plus loin la limite d'heures sup.
Dans mon métier il m'est arrivé de travailler 70h pour relancer la prod.
a écrit le 08/10/2014 à 12:34 :
Avant de prôner les diminutions de salaire horaire, que les dirigeants donnent l'exemple en réduisant leurs propres salaires, qui ont connu des augmentations astronomiques et indécentes.
Réponse de le 08/10/2014 à 13:27 :
+100. Les patrons ont en plus de leurs salaire énormes des stocks options, des avantages en natures, des retraites chapeau .
Réponse de le 08/10/2014 à 15:21 :
dites d'abord soyez directeur ou postulez. De plus dans Gala, Voici, Closer on parle stocks options, retraites chapeau, etc...mais ça être soicétés du CAC 40 pour moitié détenu par des étrangers, mais dans la vraie vie y a pas avoir tout ça. Y avoir travail, redressement judiciaire, liquidation judiciaire, saisie de ses biens
Réponse de le 09/10/2014 à 0:34 :
Justement, l'Institut Montaigne créé par Bébéar (Axa), c'est plutôt le CAC40 que les PME/TPE.
a écrit le 08/10/2014 à 12:20 :
Les 35 heures ont permit d'augmenter les cadences. Les entreprises ont produit la même richesse qu'auparavant en réduisant les frais liés au temps d'ouverture des usines : électricité, chauffage... Les pays qui travaillent le plus ne sont pas ceux qui ont le meilleur PIB par habitant. Les chiffres montrent pas exemple que l’Allemagne est derrière la France dans ce domaine.
Réponse de le 08/10/2014 à 12:56 :
FAUX, si vous êtes en contrôle de gestion vous vous apercevriez que votre propos est erroné. Il n'y a pas eu d'augmentation de productivité. Par contre le coût monstrueux pour l'Etat et les entreprises (10% de baisse de travail soit 1/2 journée ne se rattrape pas. D'ailleurs quels sont les cinglés qui ont suivi ce délire socialo?? A U C U N. PIB de l'allemagne derrière la France???????? savez vous lire??
Réponse de le 08/10/2014 à 14:46 :
Ce n'est pas le PIB par habitant qu'il faudrait prendre en compte, mais le PIB par travailleur. Or cette donnée n'est pas disponible mais à calculer soit même.
Réponse de le 08/10/2014 à 22:57 :
@Schmurzy : C'est bien le PIB par habitant qu'il faut prendre en compte, car il y a répartition de la richesse créée entre les habitants. L'autre confond le PIB total avec le PIB par habitant. Chiffres du FMI pour 2010 : 41 018 pour la France et 40 631 pour l'Allemagne. Le modèle Français est donc bien supérieur au modèle Allemand, ce sont les chiffres qui le disent.
a écrit le 08/10/2014 à 11:54 :
j'ai quitté mon job en france car j'avais trop de rtt, 10+, le travail prenait des lustres.
peut-etre pourrions nous supprimer les rtt dans une premiere phase ?
puis revenir au 39h dans une seconde.
ce n'est pas une régression sociale.
a écrit le 08/10/2014 à 11:50 :
L'institut Montaigne, combien de divisions?
Réponse de le 08/10/2014 à 13:39 :
vous quel niveau?? 0
Réponse de le 08/10/2014 à 14:10 :
Rassurez vous cette réplique je l'ai reprise. A propos qui l'a dite?
a écrit le 08/10/2014 à 11:35 :
On aimerait savoir si les instituts en question envisagent de priver les entreprises des aides auxquelles elles ont droit depuis la création des 35 h (suppression ou baisses des cotisations sociales jusqu'à 1,6 smic). On aimerait connaître également l'impact chiffré de cette mesure : les pertes et les gains envisagés. Qd les 35 h ont été créées, il s'agissait d'augmenter l'emploi de 6% contre une baisse de 10% du temps de travail. Doit -on imaginer le calcul inverse ? Un gain de productivité de 10% permet de baisser les prix ? Pour embaucher combien de salariés ??
a écrit le 08/10/2014 à 11:24 :
Institut ou asile ... ?
a écrit le 08/10/2014 à 11:14 :
"Tous secteurs confondus"les français travaillent moins..secteur "institut Montaigne" compris.S'ils avaient bossé leur sujet au lieu de réciter leur cathéchisme,ils auraient découvert que la faible productivité de certains est supportée par la forte productivité des autres
Réponse de le 08/10/2014 à 13:18 :
Commentaire qui ne veut absolument rien dire... sauf a confine le fait qu'une partie des français travaille d'arrache pied pour financer les RTT de l'autre partie. La France aime être schizophrène...
a écrit le 08/10/2014 à 11:07 :
Les pseudos réflexions de ces gens n' apportent strictement rien au " débat " - elles sont
partisanes - totalement improductives et totalement contraires aux intérêts de la majorité des français. Idéologiquement elles sont plus proches du modèle socialo - communiste
de base ... que d' un système d' économie libéral(e) ou ... démocratique.
Parce que si on pousse la logique à terme c'est quoi l' idée ou l' idéologie de fond de ce genre de " projet " ? Un immense camp de travail sous l' autorité de - avec travaux forcés et châtiments et la totalité des bénéfices partagés entre les classes dirigeantes ... C' est ça l' idée, le projet ... ?
En résumé ( et pour faire vite ) zéro ! Et sans aucune légitimité !
Réponse de le 08/10/2014 à 13:49 :
Thomas, votre sens de la mesure m'impressionne, je suppose que vous êtes satisfait de l'impact des 35 heures sur le chômage, de ce succès fulgurant et indéniable ! Non, vraiment, remettre en cause les 35 heures relève de la pure idéologie.
Réponse de le 08/10/2014 à 21:23 :
Au moment du passage des 35 heures le problème ne se posait pas en termes de productivité mais déjà en termes d' écoulement des marchandises; autrement dit
de la capacité des marchés à absorber les biens crées .... ( ... )
a écrit le 08/10/2014 à 11:04 :
Et si les médias arrêtaient de diffuser des informations de groupuscules et autres groupes de pression. Les élucubrations de l'institut Montaigne sont toutes aussi importantes que les vannes à 2 balles que je dis à la cafète pour faire rigoler les collègues.
Dans le même genre est-il nécessaire de nous rappeler tous les jours que le "secrétaire d'Etat aux Choux Farcis" était de retour en politique.
Réponse de le 08/10/2014 à 15:38 :
ne sortez pas de la cafète, le reste vous ne comprendriez pas. Comment oser critiquer un tel organisme lorsque son niveau est aussi bas?
a écrit le 08/10/2014 à 11:01 :
Le problème n'est pas dans le nombre d'heure mais dans son coût! Le travail n'engendre le travail que s'il y a consommation!
a écrit le 08/10/2014 à 10:48 :
Ce sont les politiques qui manquent de courage...ils font lancer une idée par un institut pour connaître les réactions des citoyens...et voir si, à la prochaine échéance électorale, cette idée peut être reprise pour leurs comptes....!!!!
a écrit le 08/10/2014 à 10:44 :
Supprimer les 35 heures pour passer à 39heures SANS AUGMENTATION DE SALAIRE c'est une proposition retenue de l'UMP (qui ne communique pas sur ce sujet ou qui est très évasive....) il faudra bien qu'un jour les journalistes posent cette question avec une réponse précise des hommes politiques....!!!
Réponse de le 08/10/2014 à 10:56 :
Ne mettez pas tous les politiques dans le même panier ! F Fillon a été clair...
Réponse de le 08/10/2014 à 11:58 :
Ils se mettent eux mêmes dans le même sac ...
Réponse de le 08/10/2014 à 13:54 :
mais que vont faire les socialos qui ont mis notre pays en ruine durant 5 ans avec Mou, si par malheur la droite forte et SOCIALE, ce que n'est pas du tout le PS Parti Sectaire, venait à dire que les 35 heures seraient supprimées. Il faut rappeler que le PS est un parti d'assistés et de petits fonctionnaires territoriaux embauchés par les régions 21 sur 22 socialos, donc refusant tout travail sup. ce qui est le propre du scoialo de base.
a écrit le 08/10/2014 à 10:28 :
suivant les besoins on parle du nombre d'heures travaillées ou de la productivité, comme si les deux n'étaient pas liés. Ces rigolos se prennent pour des penseurs alors qu'ils ne sont que des lobbyistes. Suggèrent-ils de revoir l'impôt sur les très hauts revenus et patrimoines, la suppression des paradis fiscaux, etc. ? non ce n'est pas leur boulot. Leur boulot c'est de pressurer les travailleurs.
a écrit le 08/10/2014 à 10:23 :
Autrement…
(Contribution au débat)
Comme les riches refusent que l’on touche à leur vie indécente alors faisons payer la classe moyenne et les pauvres (hausses des prix et/ou taxes du Gaz, timbres, redevance TV, diesel…)
Comme il est hors de question de toucher aux taux de rendement des actionnaires et de rentabilité du capital financier ainsi qu’à celui des pensionnaires (détenteurs des fonds de pension) alors prolongeons le temps de travail, dégraissons et supprimons des postes de fonctionnaires, augmentons le taux de TVA et bloquons ou baissons les bas salaires ainsi que ceux des fonctionnaires…
Comme il n’est pas question de s’attaquer aux difficultés de vie des gens modestes : de lutter contre le chômage, de mettre un terme à la pauvreté et à la misère ( un français /cinq trouve des difficultés à payer ses factures GDF/EDF…) alors occupons les citoyens avec le terrorisme et soumettons-les par la peur pour mieux leur faire avaler le coût et les conséquences de la guerre ainsi que les séries de lois liberticides et « sécuritaires ».
Comme il n’est pas question de tirer vers le haut le niveau de vie des citoyens, braquons les projecteurs sur les pseudo-privilégiés de la SNCF, d’EDF, de la Poste, de l’Education Nationale bref de tous ceux qui ont un statut de fonctionnaire : bouc-émissaire idéal …
Comme l’heure est à la collaboration de classes (de certains syndicalistes, intellos et politiques) à la résignation et à l’impuissance, montons les non grévistes contre ces « égoïstes » qui (se) manifestent et résistent pour les contraindre, eux aussi, à cette soumission volontaire que les gouvernants « socialistes » cherchent à imposer…
Comme le contexte est favorable, remettons en cause les rares acquis sociaux au profit des revenus financiers, des baisses des « charges patronales » et de leurs contributions fiscales. Au plan européen passons en douce le TAFTA traité (maltraitant les peuples d’Europe) entre L’Union et les Etats-Unis visant à contourner les choix nationaux…
Et comme les « socialistes » - qui vont jusqu’à assumer ouvertement la punition des frondeurs et la récompense des collaborateurs - se droitisent et que la droite - pour se démarquer- s’extrême-droitise, le FN, lui, rafle la mise et ses idées se banalisent.
Et comme il n’y a rien à attendre de l’alternance « gauche »/droite et des élections « vote et cause toujours », et des faux débats entre un blanc-bonnet et un bonnet-blanc…osons une société humaine qui tournera définitivement le dos au système libéral en se donnant des moyens sûrs et durables pour la faire vivre et évoluer vers un mieux être…
Commençons par une marche sur Paris pour libérer l’Elysée et Matignon des deux escrocs qui les occupent et remettons-les à la Justice pour qu’ils répondent de leurs crimes et mensonges d’Etat.
Réduisons pour commencer et donner l’exemple les indemnités des Ministres, députés (nationaux et européens) et sénateurs d’un tiers et supprimons les fonctions coûteuses et inutiles à commencer par celle de Président de la République.
Nationalisons -au franc symbolique- les Banques, Assurances, autoroutes, industrie pharmaceutique et compagnies pétrolières… pour s’assurer de fonds suffisants et permanents pour la santé, l’Education, le logement et la culture pour tous.
Et puisque tout le monde - de la « gauche » à la droite – s’accorde à dire qu’il est injuste de léguer cette dette/racket estimée à « 2000 milliards d’euros » à nos enfants alors : soumettons sans attendre cette fameuse « dette » à un audit sincère pour liquider sa part légitime et effacer le reste. Que les « créanciers » se retournent contre les escrocs à qui ils ont confié « leurs fonds »…
Mettons au même régime les détenteurs des fonds de pension et ceux du Livret A puisque les primes de « risque », liées à l’instabilité programmée du système, pour justifier les taux de rendement exorbitants n’auront plus lieu d’être ; l’Etat souverain et riche sera le garant de leurs dépôts s’ils acceptent ces nouvelles règles et mesures d’équité.
Organisons une véritable chasse aux fraudeurs (grands et petits) du fisc notamment ; 80 Milliards d’euros au bas mot pour les seuls évadés fiscaux… Et les fraudes dans le domaine social, des professions libérales, du travail au noir, des rentrées de fonds non déclarées… ? Et les niches fiscales pour les riches ? Aucune croissance ou productivité ne pourra remplacer une juste répartition de la richesse et une réforme fiscale corrective des inégalités pour les besoins de solidarité.
Limitons dans un premier temps les revenus annuels à 80000 euros maximum et à pas moins de 20000 euros et interdisons le cumul des fonctions ou mandats/revenus.
Encadrons les prix des biens et services de première nécessité…
Prenons en main les moyens d’information par une présence/occupation non violente pour expliquer et discuter avec les citoyens des fins et moyens de la nouvelle République.
Une République, première du genre :
- Par le respect de la complémentarité hommes/femmes qui leur assurera une parfaite égalité devant la loi : mêmes droits et mêmes devoirs.
- Par le rejet des représentations sur des bases religieuses et/ou communautaires et le respect strict de la Laïcité qui fera de la France une seule entité riche par sa diversité.
Les Députés européens auront pour mission – pendant cette phase - d’expliquer ce nouveau choix du peuple souverain de France qui décidera de son maintien ou départ de l’Union si l’humain n’est pas mis au centre de la nouvelle Europe. Europe qui devrait décider par elle-même et pour elle-même sans ingérence étrangère…
Tout représentant élu pourrait être révoqué - par les citoyens selon des critères démocratiques fixés par des Assemblées de veille sur les fondements de la nouvelle République - s’il s’avère malhonnête ou incompétent.
Cette République sera ouverte à tous ceux qui adhèrent aux valeurs de la nouvelle France. Pas la France du MEDEF et des lobbies en tout genre ni celle des profiteurs du système dit libéral qui fomentent crises, désordres, terreurs, violences, guerres et détruisent le patrimoine culturel et écologique… Ceux qui ne pensent qu’à leur carrière et qui passent leur temps à maltraiter et à manipuler les citoyens en leur promettant à chaque fois un demain sans lendemain.

Lançons enfin -et dès à présent- un appel aux policiers, gendarmes, militaires…pour les inviter à s’inscrire dans cette démarche salvatrice, pacifique qui rejette les brutalités et les violences d’où qu’elles viennent et n’aspire qu’à permettre au peuple de France d’exprimer son droit à l’autodétermination et à établir une société libre et libérée de toutes les formes d’injustice, de mépris, d’exploitation, de rejet et d’exclusion… Une société solidaire avec les peuples, respectueuse de leurs choix sans ingérence dans leurs affaires intérieures avec de nouveaux rapports d’échanges sur des bases équitables et fraternelles.
Songe…

Gendarme,
Toi qui ne fais qu’obéir
Tabasser et blesser
Des paysans et des éleveurs révoltés
Tu imagines
Que tu te nourris
De leur sueur…

CRS, Policier
Toi qui ne fais qu’obéir
Provoquer et matraquer
Les ouvriers mécontents
Tu imagines
Que tu te déplaces, tu t’habilles…tu vies
Grâce à leur labeur…
Toi qui ne fais qu’obéir
Filer, arrêter et brutaliser
Les travailleurs, les fonctionnaires ainsi que les élèves et les étudiants
Qui sont notre avenir…

Soldat,
Toi qui ne fais qu’obéir
Envahir et occuper des pays,
Tuer et/ou blesser des femmes et des enfants innocents
Que tu comptabilises parmi les « dégâts collatéraux »
Pour défendre les intérêts des multinationales et recevoir la médaille du déshonneur des mains sales de tes généraux
Tu imagines qu’au lieu de protéger ton pays et de défendre ton peuple
Tu deviens un occupant d’un autre pays et un oppresseur de son peuple

Tu imagines, gendarme, CRS, policier, soldat
Toi qui ne fais qu’obéir
Matraquer, occuper, blesser…et tuer
Un frère, une sœur, un(e) rebelle, un(e) innocent(e)…
Serait-ce le salaire
Que tu réserves
A son tribu ? A sa soif de liberté ? A son désir de vivre sa propre vie ?
Et toi que te rapporte ton obéissance ?
Qu’on te traite de sans cerveau, de robot et de salaud
Qu’on te nomme brigadier, caporal ou inspecteur…,
Chef des sans cerveau, des robots et des salauds.
Jusqu’à maintenant
Tu n’as fait qu’obéir
Je te demande à présent de, juste, réfléchir…

NB : Clin d’œil aux policiers esquintés moralement et/ou physiquement par leurs conditions de travail qui finissent par comprendre qu’ils sont là pour réprimer les petites gens et la petite délinquance et protéger les criminels, les fraudeurs et le grand banditisme…

Aux soldats ravagés par les atrocités de la guerre qui passent leur période de soins et/ou de convalescence à cauchemarder sur les horreurs qu’ils ont subies ou qu’ils ont fait subir, non pas pour lutter contre « le terrorisme » ou pour défendre des valeurs, comme on leur dit, puisqu’ils constatent que le vrai terrorisme est celui de leur Etat et que les valeurs censées être défendues sont constamment bradées par leurs gouvernants qui font de la République une fille facile que des richissimes sans morale et sans valeur s’offrent à vil prix. Les courbettes de la droite et de la gauche au Roi d’Arabie Saoudite et à l’émir du Qatar en sont un exemple...

Puisque le capitalisme par son « laissez faire, laissez passer » est à l’origine du colonialisme, du fascisme, du nazisme, de l’impérialisme et du sionisme et qu’il est responsable du développement, des injustices, des trafics et fraudes en tout genre, de la corruption, de la pauvreté, de la misère, du terrorisme et des guerres que nous avons traversé et continuons à subir…
Puisque le capitalisme n’a rien de libéral ni de moderne et qu’il est plutôt liberticide et réactionnaire…
Osons apporter notre contribution à la mise en place d’une société et d’un monde humain, juste, évolué et solidaire.


« Contre le bruit des bottes et le silence des pantoufles résister, c’est exister… »

Hamid Benzekri le 5/10/2014
Réponse de le 08/10/2014 à 13:25 :
Impressionnant qu'il y ait autant de français toujours bloques sur des concepts des années 50...
L'utopie est une spécialité de notre pays ces jours-ci et, ne vous en déplaise, elle n'apporte rien de concret. la plupart des propositions que vous avance ont été essayées et ont échoué (pas toutes mais le reste ne fait pas un programme d'avenir). Il faut arrêter de penser que "le système" va résoudre tous vos problèmes et laisser les individus prendre leur destinée en mains.
J'ai l'impression de lire un pamphlet anarchique des années 30 en lisant votre commentaire...
Réponse de le 08/10/2014 à 18:24 :
Dès que j'écris 3 lignes de commentaires , je suis évincé , comment font-ils pour écrire de telles tirades : tojours des privilégés !
Réponse de le 08/10/2014 à 18:26 :
personnellement , dès que j'écris plus de 3 lignes de commentaires , je suis balayé : toujours des privilégés !
Réponse de le 08/10/2014 à 21:56 :
lire privilégié et non privilégé : je deviens vraiment vieux !
a écrit le 08/10/2014 à 10:06 :
Et si, on en finissait avec l'institut Montaigne. Encore des pseudos penseurs qui ont usurpé le nom d'un grand homme pour cacher leurs incompétences.
Réponse de le 08/10/2014 à 13:26 :
Vous avez raison, cassez le thermomètre pour éviter de connaitre votre niveau de fièvre. Eux au moins essayent de trouver une solution a nos problèmes. Et vous ?
a écrit le 08/10/2014 à 10:02 :
prochaine idée à venirde l'institut Montaigne: le contrat 0 heure comme en GB cela permettra de faire baisser les statistiques du chômage sans que la situation s'(améliore mais dans une société où l'on prend la com au premier degré sans chercher à analyser cela marche!
a écrit le 08/10/2014 à 9:54 :
Combien l'Institut Montaigne reçoit-il de subvention? L'institut c'est-il penché sur le futur des robots qui pourrait bien le remplacer avantageusement lui aussi. L'Institut c'est-il penché sur le fait que le peuple n'est plus souverain puisque sa souveraineté à été transférée à Bruxelles. L'Institut s'est-il penché sur le fait que l'ancien peuple souverain qui a voté NON en 2005 le parlement c'est assis dessus. Mais non l'institut préfère jacasser à nos frais sur les 35heures. Il faut cesser de subventionner toutes ses fondations quelles qu'elles soient cela fera beaucoup d'économies ainsi que les subventions aux journaux qui passent leur temps à taper sur ceux qui travaillent.
a écrit le 08/10/2014 à 9:40 :
La montée du chômage devrait logiquement se réduire avec les départs de 8 millions de salariés d'ici 2020 en retraite..Même avec une embauche pour 4 départs il y aura au minimum deux millions d'emplois à pourvoir mais sur ce sujet le gouvernement et le patronat restent d'une discrétion magistrale..Il faut raboter les acquis sociaux au maximum en culpabilisant les gens avec le chômage.
Réponse de le 08/10/2014 à 10:26 :
Mais pendant le même temps combien de nouveaux arrivants chaque année sur le marché du travail ?
En ne comptant que les bacheliers il en arrive plus de 700 000 par an soit 4, 2 millions d'ici 2020 !
a écrit le 08/10/2014 à 9:38 :
Et si on gelait les dividendes des actionnaires pour les réinvestir dans les sociétés?
Réponse de le 08/10/2014 à 10:27 :
Et si à cause de cela il n'y avait plus d'actionnaire ??
Où serait le bénéfice ?
Réponse de le 08/10/2014 à 11:23 :
zéro ! Réfléchissez ...
Réponse de le 08/10/2014 à 18:06 :
plutôt vous réfléchissez rien qu'un peu. Si pas dividende quel est l'intérêt d'investir?? réponse svp. merci.
Réponse de le 08/10/2014 à 21:42 :
Personne ne parle d'une suppression des dividendes mais d' une meilleure gestion des investissements ...
Réponse de le 08/10/2014 à 21:49 :
Personne ne parle d' une suppression des dividendes mais d' une meilleure gestion des investissements - plus responsables ... ?
a écrit le 08/10/2014 à 9:31 :
naturellement aucune responsabilité des patrons dans les difficultés du pays .ne serait-ce que l'exemple des pdg de l'automobile qui ont tous foiré depuis 20 ans ,avec les conséquences catastrophiques sur la désindustrialisation du pays .
a écrit le 08/10/2014 à 9:30 :
moi je bosse 6j/7 six mois dans l année ou je fais a peu près 49h les autres six mois je fais 35h+8h sup semaine environ non paye.
Je sait tout faire car nous sommes en permanence en sous effectif je remplace le chef de magasin durant ses congé ainsi que toute ses absence et je gagne. 1140€ les heures ne sont jamais payé ni jours de récup.
Mais je suis dans le privé je suis ultra remplaçable pire qu un kleenex. C est un grand groupe c est pas le premier ou je passe j ai aussi bossé dans des pme toujours la même chose. Ces gens là sont t oralement déconnecte de la réalité. La seule chose qu il connaisse peut être c est la fonction publique la y a du boulot à faire oui. Avoir un emploie a vie devrait être la seul différence avec le privé.
a écrit le 08/10/2014 à 9:30 :
L'institut Montaigne parle uniquement du travail à temps plein. Pour être vraiment crédible il devrait aussi parler du travail à temps partiel qui s'est énormément répandu au sein des pays d el'OCDE; S'il l'avait fait on se rendrait compte que les français travaillent tout autant que leurs voisins.
On peut se poser la question de l'utilisation abondante du travail à temps partiel par les entreprises si la solution préconisée par l'Institut Montaigne d'augmenter le temps de travail est la SOLUTION.
En fait la Solution de l'institut Montaigne est purement et simplement une réduction des salaires (augmentation du temps de travail sans augmentation de salaire revient à une réduction du taux horaire).
Réponse de le 08/10/2014 à 9:41 :
Si il y a autant de temps partiel pourquoi augmenter le temps de travail? Cela ne fera pas augmenter le nombre d'heure travaillé par les français!
Réponse de le 08/10/2014 à 16:28 :
+1
a écrit le 08/10/2014 à 9:20 :
"think tank"
Des mots magiques, en anglais pour faire plus professionnel, regroupant des forts en thèmes divers, mais avec une base de réflexion identique à celle du XX siècle; alors qu'il s'agirait d'inventer un autre mode de fonctionnement sociétal, et par certain aspect diamétralement opposé à celui actuel, mondial; en fait une révolution conceptuelle, un peu comme 1789 a été une révolution politique. Et cela dépasse, de loin, un nombre d'heures...A l'évidence, "Montaigne" est en vacances!
a écrit le 08/10/2014 à 9:13 :
Ils travaillent par semaine 39,5 h pour les salariés français et 40,3 pour les allemands lors d'une autre étude qui dit la vérité ? et 32h pour les 5,5 millions fonctionnaires sans compter leurs absentéismes élevés dans la fonction publique.
Réponse de le 08/10/2014 à 10:33 :
bizarre fonctionnaire depuis 10 ans je travaille 37h30 par semaine et je n'ai à ce jour aucun absentéisme
a écrit le 08/10/2014 à 9:10 :
Le travail crée le travail et l'inverse est vrai. La Gauche devrait reconnaître que son calcul d'un gâteau travail à mieux répartir ne fonctionne pas. C'est dans les pays où l'on travaille le plus qu'il y a le moins de chômage.
Évidemment c'est ennuyeux pour ceux qui ont décrété pour le peuple un droit imprescriptible à la paresse.
Personne ne peut être forcé à travailler mais il faut cesser d'encourager le non travail (un proche vient de recevoir son courrier de pôle emploi : il a droit à 1085 jours de chômage alors qu'il pourrait retrouver du travail très rapidement !).
Des milliers de jeunes font actuellement le tour du monde en touchant leurs allocations chômage, tout le monde le sait et il suffit de sortir du pays pour s'en rendre compte.
Réponse de le 08/10/2014 à 9:37 :
Sans faire le tour du monde, je sors un peu de notre beau pays et constate qu'ailleurs l'herbe n'est pas forcément plus verte...surtout pour le bas peuple. Si le chômage officiel est souvent plus bas, je constate hélas que partout dans nos pays dit civilisés, les inégalités explosent et la misère gangrène toujours plus de monde.
Ce n'est pas à cette société de plus en plus cruelle pour les plus démunie à laquelle j'aspire.
Réponse de le 08/10/2014 à 9:44 :
Tout ça a condition qu'il y ai consommation!
Réponse de le 08/10/2014 à 11:28 :
Quel est donc le mouvement historique concernant la durée du travail, cher condorcet ?
Le travail crée le travail quand la situation économique est à une expansion forte, et que les gains de productivité sont nuls, ce qui est loin d'être le cas depuis 15 ans.
Réponse de le 08/10/2014 à 16:18 :
Je n'arrive pas à écrire mon commentaire : il y a une dizaine d'années à mon arrivée à Hanoi , sur le nombre de touristes français à l'hotel ,une seule avait un emploi , fonctionnaire de police dans le Sud de la France , tous les autres étaient chomeurs ou un seul retraité comme moi !
Réponse de le 08/10/2014 à 20:22 :
pour anecdote , ils n'avaient d'argent pour payer les boissons , mais ils se débrouillaient pour s'inscrire à l'excursion pour le "pont de la rivière kwoi " , qui ne se situait pas forcément au Vietnam , que de bons souvenirs !
a écrit le 08/10/2014 à 9:01 :
Les chômeurs seront encore plus nombreux. Nous sommes en plein emploi messieurs.
Réponse de le 08/10/2014 à 9:33 :
malheureusement non, le travail n'est pas un simple gâteau à se partager.
Cette vision simpliste a couté cher à la France, et associé à une surprotection du cdi qui fait peur aux employeurs et réduit à peau de chagrin le turn over, les chômeurs actuels ont de quoi se faire du soucis.
Réponse de le 08/10/2014 à 9:46 :
Ce système dit simpliste fonctionnait tant que nous possédions des frontières
Réponse de le 08/10/2014 à 13:29 :
Bien sur, revenons au 19eme siècle, parce qu'on sait bien qu'avant l'ouverture des frontières, le niveau de vie était bien plus élevé, les gens conduisaient tous leur propre voiture, ils vivaient 80 ans en bonne santé et ne travaillaient pas 30% de leur temps. Dans quelle fantaisie vivez-vous ?!
Réponse de le 08/10/2014 à 16:59 :
Ces frontières qui se sont ouverte que depuis peu, nous permette de vivre jusqu'à 80 ans en bonne santé et de conduire notre propre véhicule... que le temps passe vite!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :