En 2015, les niches fiscales coûteront... 72 milliards d'euros !

 |   |  240  mots
D'après lles Échos, la niche la plus coûteuse sera le crédit d'impôt recherche (5,3 milliards d'euros) en 2015.
D'après lles Échos, la niche la plus coûteuse sera le crédit d'impôt recherche (5,3 milliards d'euros) en 2015. (Crédits : reuters.com)
Hors CICE, le montant des niches fiscales atteindra 72 milliards d'euros, rapporte les Échos jeudi.

Si la maîtrise des dépenses est une des priorités affichées du gouvernement pour le projet du budget 2015, les niches fiscales ne devraient pas en pâtir en 2015. Elles coûteront 72 milliards d'euros en 2015 (82 milliards avec le CICE), 2 milliards de plus qu'en 2014, relève Les Échos, jeudi 9 octobre.

L'augmentation dépassera les 2% alors que le montant du CICE restera stable, souligne le quotidien qui rappelle une règle d'or inscrite dans la loi de programmation 2015:

"À compter du 1er janvier 2015, le montant annuel des dépenses fiscales (hors CICE) ne peut excéder 70,6 milliards d'euros courants."

Nouvelles niches fiscales en 2015

Le quotient financier explique l'augmentation par de nouvelles niches introduite dans le budget 2015:

  • Le nouveau crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), censé succéder au crédit d'impôt développement durable (CIDD) mais dont les coûts se "cumulent à court terme". Le montant total atteindrait 890 millions d'euros.
  • Les exonérations fiscales sur le pétrole de 200 millions d'euros supplémentaires, alors que l'augmentation de la taxe sur le diesel de 2 centimes d'euros a été annoncé il y a quelques jours.
  • Les exonérations destinées aux agriculteurs augmenteront de 100 millions d'euros et passeront 1,8 milliards d'euros en 2015.
  • Le crédit d'impôt dédié à l'apprentissage connaîtra une hausse de 100 millions d'euros.

Ainsi, d'après le quotidien financier, la niche la plus coûteuse sera le crédit d'impôt recherche (5,3 milliards d'euros) en 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2015 à 8:42 :
Il faut supprimer TOUTES les niches et retablir l'impot republicain , citoyen , pour tous .
Du smicard au milliardaire , progressivement de 5 à 49% net , sans niches .
N oublions pas que les niches des uns sont les impots des autres!
Et pour je suis persuadé que les rentrées supplémentaires affectées à une baisse de charges massives , profiteront à tous et relancerons la machine . Il n'y a pas de niche " utile " , il n'ya que des prétextes à l'inégalité devant l'impot .
a écrit le 18/01/2015 à 12:03 :
Les niches fiscale supprimer.
Une tva unique a 21%.
Géneralisé la mutuelle pour tous pour soulager la cram;
Rembouser les soins a 5O% SUR TOUT.
Instaurer une tva de 21% sur les transport public.
Redonner du pouvoir d achat a tout les Français prélévement sur les salaires 17% AU LIEU DE 23%. CHARGES PATRONALES 33% AU LIEU DE 57%.Ont gagne DE 30% sur le cout du travail.
Réduire le code du travail de moitié.
Revaloriser les retraites au minimun de 1200€ FINANCER PAR LA TAXE DES PRODUIT ASIATIQUE DE 100%.
Pour les smicards apl entiére a 380€.
Voila en gros ce budget est simple mais calculé.
Mais il ne verra jamais le jour?



Supprimer l isf.
a écrit le 18/01/2015 à 11:45 :
Toute les supprimer sans exception comme disait madame lagarde.
Car elle ne produisent aucun effet sur l emploi la croissance et l emploi?
ALORS ONT ATTEND QUOI?
a écrit le 13/10/2014 à 8:07 :
notre pays n'a jamais autant saupoudré de subvention, d'aides, d'exonération, d'exemption les entreprises et les ménages.
Le résultat est consternant et les politiques continuent inexorablement à persister dans leurs erreurs
Plus de 150 milliards d'euros, c'est en réalité le montant des niches fiscales données aux entreprises et particuliers sans parler des aides sociales (700 milliards distribués dont 600 sans condition de ressource !).
Qui pense sérieusement que la suppression d'une partie de ces aides en fonction de 2 critères fondamentaux à savoir pour les particuliers, les conditions de ressources et pour les entreprises la condition de ne pas distribuer les bénéfices ne permettraient pas d'économiser plus de 70 milliards d'euros d'interventions inutiles ou d'effet d'aubaine
Ainsi une entreprise qui distribuerait 1 million d'euro de bénéfices se verrait contrainte de reverser un montant équivalent aux exonérations et avantages sociaux et fiscaux obtenus
Ainsi pour un particulier dès lors que ces revenus dépassent 2.5 fois le seuil de pauvreté il n'aurait plus droit à des crédits d’impôts mais uniquement à des réductions. En attendant la suppression pure et simple des niches fiscales qui n'ont aucun effet sur l'emploi et qui ont des effets inflationnistes sur les prix (chaudière condensation...)
a écrit le 11/10/2014 à 12:46 :
Les niches fiscales concernant les familles ont été dénichées et supprimées , mais combien va couter aux contribuables la nouvelle qui vient d'etre crée concernant la prime de 10000 euros pour les voitures tout électrique ?
a écrit le 11/10/2014 à 11:45 :
étonnant, l'article ne parle pas de la niche des journalistes...
a écrit le 10/10/2014 à 20:13 :
et voilà tout est dit en 1 chiffre, 72 milliards d'euros de niches fiscales soit le montant annuel du déficit français
Supprimer les niches fiscales et nous aurons un budget équilibré qui permettra d'engager le désendettement sachant que 45 milliards d'euros sur le budget dépenses sont les seuls intérêts de la dette....
a écrit le 10/10/2014 à 16:33 :
une erreur c'est glissée dans le texte:
les niches fiscales ne coutent rien, ce sont les impôts qui sont très couteux.
Réponse de le 10/10/2014 à 20:16 :
ceux qui bénéficient d'une niche fiscale payent moins et le manque à gagner est reporté sur les autres (donc hausse de leur impôt)..C'est bien les niches fiscales qui sont des "non ressources" ou dépenses dites "fiscales" qui coutent chers à l'état et donc au contribuable imposé.
l'erreur n'est pas dans le texte mais bien dans votre approche
Réponse de le 11/10/2014 à 7:52 :
Mais non, ce que l'on appelle bêtement une niche fiscale c'est un aménagement de la fiscalité soit pour favoriser un secteur que l'on veut encourager ou soutenir soit un système pour corriger les effets parfois pervers d'une taxe sur une partie des contribuables.
Ce qu'il faut supprimer ce sont les avantages qui ne produisent pas d'effet utiles.
Réponse de le 12/10/2014 à 10:38 :
+1 Etriel - Mais les politiques de maintenant appliquent la méthode Sarko: Je ne cherche pas à comprendre,trop compliqué, alors je crée ma propre loi.
a écrit le 10/10/2014 à 16:26 :
Pourquoi calculer sur 4 ans. Il y a de bonnes chances que la suppression de cette approche clientéliste soit enterré définitivement dès qu'un gouvernement aura le courage d'y toucher. Dès que le contribuable lambda aura compris qu'il a plus à y perdre qu'à y gagner.
a écrit le 10/10/2014 à 15:45 :
Ce concept de "niches fiscales" est à hurler d'indignation !
C'est un mécanisme pervers : l’État institue un impôt nouveau, bon, admettons. En même temps, il pose des exceptions à cet impôt pour faire passer la pilule et pour atténuer, lisser les injustices. Ces exceptions sont des "manques à gagner", en aucun cas des "cadeaux". Ce sont simplement des impôts que l’État décide lui-même de ne pas prélever.
Bon, jusque-là, ça va. Mais voilà qu'apparaît le concept inique et pervers de "niches fiscales". Ces non-prélèvements sont soigneusement chiffrés, et pervertis en "chèques faits par l’État" ! Encore une fois, ce n'est pas de l'argent sorti des caisses de l’État, mais de l'argent qui n'est pas taxé aux Français, pour de très bonnes raisons.
Chaque fois qu'on utilise ce mot de "niches fiscales", on se fait le complice de ce tour de passe passe.
Réponse de le 12/10/2014 à 22:25 :
"Encore une fois, ce n'est pas de l'argent sorti des caisses de l’État, mais de l'argent qui n'est pas taxé aux Français, pour de très bonnes raisons." : Quelles bonnes raisons? Il est normal que vous ayez des salariés à domicile à 10 euros de l'heure coûtant en reportant quelques parts les assurances sur l'ensemble des français? Il est normal que l'état vous aide à changer vos fenêtres quand le locataire d'un clapier à Paris ne peut pas mettre son loyer dans les frais réels?
Allez, allez, dites surtout que tout ce qui fait payer moins est toujours une bonne raison. C'est humain, c'est juste indéfendable que ce soit en terme économique ou de justice.
Il n'y a que lorsque l'on appartient à une minorité d'électeur qu'il est tout à fait normal de payer plein pot : Ceux qui gagnent bien leurs vies, ne possèdent rien car ils partent les poches vides et n'ont même pas la place pour avoir un gosse. Là, pas de voiture neuve, pas d'immobilier locatif, pas de logement à entretenir : Pas de niche fiscale.
a écrit le 10/10/2014 à 14:00 :
Eliminons les niches fiscales qui ne servent qu'à blanchir l'argent des riches. Du type niche fiscal DOM TOM, sur les oeuvres d'art, subventions à Dssault ou grands groupes privés, ou privés/publics, qui n'en ont pas besoin etcetc Certaines niches sont utile et nécessaire, d'autres à supprimer.
Mais bon il est mieux vue de pointer du doigt les chômeurs, pécaires, et autre rsaiste qui ruineraient la france
Réponse de le 10/10/2014 à 14:32 :
au lieu de vous plaindre, vous pourriez creer une boite et embaucher plein de precaires! vous ne le faites pas , vous etes donc responsable du chomage !
Réponse de le 10/10/2014 à 16:34 :
nulle et non avenue ta réponse, précaires. Si tout le monde pouvait "créer sa boite" et embaucher, cela se saurait. Mais tout le monde connait la honte de ces niches fiscales réservées aux plus riches.
Réponse de le 10/10/2014 à 19:57 :
mais tout le monde peut créer sa boite et embaucher !
a écrit le 10/10/2014 à 13:56 :
Tiens pourquoi pas les supprimer cela serait une belle source d'économie,
sur 4 ans près de 300 milliards, vu que également leur efficacité n'est absolument
pas démontrée.
Chiche monsieur Valls et Hollande !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :