Valls veut que les entreprises s'engagent sur l'emploi des jeunes

 |   |  299  mots
(Crédits : reuters.com)
Le Premier ministre demande aux entreprises des engagements sur l'emploi des jeunes. Il a promis davantage de flexibilité mais ne veut pas de "CDD bradé" ou de "Smic minoré".

Manuel Valls a demandé jeudi aux entreprises d'ouvrir leurs portes aux jeunes, estimant vanter "suffisamment la nécessité d'assouplir, pour le rendre plus flexible, le marché du travail" pour obtenir des "engagements" de leur part.

Relevant que la France doit savoir "intéresser ses jeunes diplômés", le Premier ministre a jugé que les entreprises "doivent faire confiance à la jeunesse, lui ouvrir des portes et des perspectives", lors d'un discours tenu à l'occasion d'un colloque national de Jeunesse et Entreprises, à l'Ecole nationale des Arts et Métiers à Paris.

Il s'exprimait après un discours d'Yvon Gattaz, président-fondateur de "Jeunesse et entreprises", ancien président du CNPF et père de l'actuel président du Medef, Pierre Gattaz.

Pas de "CDD bradé" ou de "Smic minoré"

"Quand j'entends dire ça-et-là certains entrepreneurs résumer la question de l'emploi des jeunes à celui d'un Smic minoré, d'un CDD bradé, d'un CDI inaccessible.. Je me dis qu'ils ne sont pas à la hauteur de l'enjeu", a déclaré le chef du gouvernement.

"Je suis suffisamment conscient des réalités de l'entreprise, je vante suffisamment la nécessité d'assouplir - pour rendre plus flexible - le marché du travail, je suis suffisamment, je l'espère, convaincant vis-à-vis des entreprises en engageant 40 milliards (d'euros) sur trois ans de soutien et d'aides pour baisser leur fiscalité et le coût du travail, pour appeler aussi (à) l'engagement - et je ne doute pas de cet engagement - des entreprises", a -t-il poursuivi. "La jeunesse n'est pas une charge, c'est un investissement", a-t-il plaidé.

Faisant allusion à son discours devant le Medef fin août, il a ironisé: "je me fais applaudir par le fils, je peux bien me faire applaudir par le père".

A lire aussi : Budget 2015: Macron et Valls jouent-ils la politique du pire?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2014 à 17:58 :
Bonjour,
Erreur dans la citation :
"je me fais applaudir par le fils, je peux bien faire applaudir le père".
a écrit le 17/10/2014 à 14:18 :
T'es un p'tit patron, tu marnes, tu t'casses le c.., et t'apprends que TOTAL a pris un chèque de 80 patates ! et Sarko qu'en avait filé 600 à madame "je le vaux bien" au titre du bouclier fiscal...Vachement motivé pour embaucher es jeunes...enfin......
a écrit le 17/10/2014 à 11:47 :
Et il s'engage sur quoi Mr VALLS? toujours plus de dette
Réponse de le 17/10/2014 à 13:02 :
Rassurez vous, tout va bien : nous avons + de dette, + de dépots de bilan, + de chomeurs, + de pauvres, + de colons africains, + de fonctionnaires, - de militaires (l'Afrique et le Moyen Orient sont à feu et à sang, c'est le moment de baisser la garde !). Sur ce, FH vous souhaite 'un bon ramadan !"
a écrit le 17/10/2014 à 9:17 :
Moi ce qui fait bien rire c'est de voir tous les commentaires des patrons ci-dessous !
Au lieu de perdre votre temps sur la Tribune, ALLER BOSSER !!!
Réponse de le 17/10/2014 à 11:24 :
Désolé gars, c'est fini. fermeture définitive en 2015. je vais enfin profiter. Je vais essayer de tout faire assez vite sans laisser tomber les clients en cours avant qu'il nous encore des lois pour forcer à embaucher. Ne plus rien faire, c'est ca l'avenir.
PS : j'ai le temps j'arrête la prospection et le developpement
a écrit le 17/10/2014 à 9:03 :
Les "engagements" des patrons ne valent rien, mais pas pour la même raison que les politiciens. Les patrons ne peuvent pas s'engager réellement, certains n'ont pas de visibilité à trois mois de leur activité. Arrêtons de leur demander des choses impossibles et laissons-les bosser.
Réponse de le 17/10/2014 à 16:27 :
Disons que les patrons ne sont pas la pour s'engager politiquement ou socialement. Oui, l'entreprise a un rôle social mais cela ne doit pas sortir de l'objectif principal de l'entreprise qui est de générer de la richesse (et pas que pour ses patrons). Si on donne suffisamment de flexibilité aux entreprises pour être pereines et avoir un peu plus de visibilité, alors elles seront qu'il est dans leurs intérêt d’intégrer et valoriser les jeunes.
a écrit le 17/10/2014 à 3:53 :
"estimant vanter "suffisamment la nécessité d'assouplir, pour le rendre plus flexible, le marché du travail" pour obtenir des "engagements" de leur part. "

Mais ce ne sont que des mots monsieur Valls !? Les entreprises attendent des mesures , des actes,pas des discours !!
C est incroyable cette classe politique francaise tous partis confondus,ils ont tellement peu le courage de réformer qu ils en arrivent a croire que leurs discours peuvent avoir une quelconque emprise sur le réel !
a écrit le 16/10/2014 à 21:28 :
Il n'a pas encore que tant que les guignols de socialos sont là nous n'embaucherons pas. C'est tout simple. Nos filiales étrangères en profitent
a écrit le 16/10/2014 à 21:28 :
Il n'a pas encore que tant que les guignols de socialos sont là nous n'embaucherons pas. C'est tout simple. Nos filiales étrangères en profitent
a écrit le 16/10/2014 à 20:32 :
Valls fait comme pour la baisse de tva des restaurants : il ponctionne les entreprises de 60 milliards, puis promet 40 milliards de compensation...puis exige en échange des engagements en faveur des seniors...puis des engagements en faveur des jeunes...puis des engagements en matière de revalorisation salariales.. puis des engagements...puis des engagements ...puis des engagements ...puis des engagements...puis... !!!
Réponse de le 16/10/2014 à 22:42 :
ca s'appelle de la "redistribution" en se servant au passage, une obsession des Gouvernements Hollande. Ce qui se resume à: je preleve tout ce que je peux partout où je peux et je distribue où ca me plaît si ca me plaît en toute désinvolture pour contrôler tout le monde
a écrit le 16/10/2014 à 20:19 :
Le jeune est-il prêt a travailler en usine ou juste se la couler douce le cul sur une chaise.
Réponse de le 16/10/2014 à 23:01 :
Dans quelle usine voulez-vous faire travailler les jeunes? En Roumanie ou au Bengladesh?
Réponse de le 16/10/2014 à 23:51 :
réveillez-vous, travailler sur une chaise n'est pas si facile et ils n'en veulent pas plus.
Réponse de le 17/10/2014 à 9:04 :
En Roumanie ou au Bengladesh, on a aucun problème pour trouver des salariés qui veulent travailler. C'est pour cela qu'il n'aura bientôt plus d'usines en France, plus de pénibilité, plus de sales patrons qui s'enrichissent. Que des chomeurs et des assistés, un vrai paradis !
a écrit le 16/10/2014 à 20:06 :
Depuis 40 ans on prend pour cible le patron, source de tous les maux de la société. C'est l'esprit gauchiste français. Dont acte. Dommage....
a écrit le 16/10/2014 à 19:56 :
Il rêve ce Monsieur, il croit au père Noël, avec toutes les contraintes qui pèsent sur les employeurs ce n'est pas pour demain, s'il est incapable de redresser notre Pays en prenant de bonnes décisions, qu'il démissionne
a écrit le 16/10/2014 à 19:44 :
Pour qu'une entreprise embauche, jeunes ou vieux, il faut de la croissance. Le job du gouvernement n'est pas de "demander aux entreprises de s'engager", mais de créer les conditions de la croissance et accessoirement, de réduire les véritables freins à l'emploi (smic, simplification du droit du travail, réforme des contrats de travail etc...).
a écrit le 16/10/2014 à 19:03 :
qu'i commence par revoir les programmes et l'orientation .s'ils ont du personnel motivé les entreprises n'ont pas besoin des discours WALLS pour embaucher
a écrit le 16/10/2014 à 18:49 :
Mr Valls pourrait mettre en application une loi, obligeant au renouvellement d'un salarié sur deux partant en retraite dans le privé là il y aurait effectivement des emplois.
A titre d'exemple,dans l'automobile pour 5 départs voir 6 départs à la retraite il y a une embauche...
Réponse de le 16/10/2014 à 20:35 :
Et une loi pour obliger Marcel a embaucher du personnel de ménage, c'est pour quand ??!
Réponse de le 16/10/2014 à 23:09 :
Vous semblez avoir un goût prononcé pour les boissons alcoolisées car vous négligez volontiers le poids des progrès médicaux et technologiques. Si vous souhaitez élever des enfants comme des poules et des canards plutôt qu'éduquer des enfants instruits, il faudra inventer pour cela la machine à remonter le temps.
Réponse de le 17/10/2014 à 8:58 :
Vous trouvez qu'il y a trop d'usines survivantes en France ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :