Barrage contesté de Sivens : Ségolène Royal évoque une "erreur d'appréciation"

 |   |  408  mots
Aujourd'hui, une décision de construction d'un ouvrage tel que celui-ci ne serait plus possible, a assuré la ministre de l'Ecologie
"Aujourd'hui, une décision de construction d'un ouvrage tel que celui-ci ne serait plus possible", a assuré la ministre de l'Ecologie (Crédits : Reuters)
Très peu loquace sur le sujet cette semaine, Ségolène Royal est sortie de sa réserve ce dimanche. Selon la ministre de l'Ecologie, la décision de construire le barrage contesté de Sivens dans le Tarn relève d'une "erreur d'appréciation".

La décision de construire le barrage contesté de Sivens dans le Tarn, où les opposants organisent dans l'après-midi une marche de recueillement en mémoire de Rémi Fraisse, a relevé d'une "erreur d'appréciation", a estimé dimanche la ministre de l'Écologie Ségolène Royal.

"Il y a eu manifestement une erreur d'appréciation", a déclaré la ministre lors du Grand Rendez-vous LaMonde/i Télé/Europe 1, au lendemain de manifestations en hommage à Rémi Fraisse qui ont dégénéré à Nantes et Toulouse (une dizaine de blessés et une trentaine d'interpellations).

"La durée de la réalisation, d'obtention d'autorisations, des délais, est beaucoup trop longue sur ce type d'équipement, ce qui fait qu'au moment où les travaux commencent, souvent les ouvrages sont périmés", a-t-elle expliqué. "Aujourd'hui, une décision de construction d'un ouvrage tel que celui-ci ne serait plus possible", a assuré la ministre.

L'arrêt du projet n'est pas encore décidé

Interrogée sur un possible arrêt du projet, Ségolène Royal a dit ne pas vouloir "se substituer" au Conseil général du Tarn, maître d'ouvrage, mais la ministre a rappelé qu'elle recevrait les élus mardi à Paris pour "trouver des solutions".

A Lisle-sur-Tarn, près de Gaillac, le projet vise à créer une modeste retenue d'eau de 1,5 million de mètres cubes - pour un coût d'investissement de 8,4 millions d'euros - afin de sécuriser l'irrigation des cultures.

Les opposants dénoncent depuis plusieurs années un projet "mal ficelé" du Conseil général du Tarn qui selon eux n'a pas étudié les alternatives possibles, moins dommageables pour l'environnement.

Plusieurs rassemblements prévus

La ministre s'exprimait quelques heures avant une "marche de recueillement" organisée par les opposants sur le site à 14H00 en mémoire de Rémi Fraisse, ce manifestant de 21 ans mort il y a une semaine, jour pour jour, dans l'explosion d'une grenade offensive lancée par les gendarmes, selon les premiers résultats de l'enquête

Les participants prévoient de retracer le parcours emprunté dans la nuit du 25 au 26 octobre par Rémi et d'organiser un sit-in à l'endroit où il est mort, "en silence, sans slogan ni banderoles". Des arbres y seront plantés et les fleurs déposées.

Un autre rassemblement est prévu en milieu d'après-midi sur le Champs-de-Mars à Paris à l'appel notamment de l'ONG France Nature Environnement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2014 à 18:02 :
Ce projet a été reconnu d'utilité publique par les autorités responsables suite aux procédures en vigueur dans notre pays (études par les services de l'Etât compétents, concertation, enquêtes publiques,...) C'est donc la loi d'une minorité, des anarchistes et autres casseurs que l'on veut nous imposer. C'est scandaleux, la France est-elle toujours une démocratie ???
Réponse de le 03/11/2014 à 19:04 :
relisez le fond du projet et vous changerez d'avis sans aucun doute .
a écrit le 03/11/2014 à 11:26 :
Ségolène, toujours aussi démagogique, réagit TOUJOURS après coup et TOUJOURS dans le sens des manifestants, casseurs !!!!!! Et nous nous laissons prendre à ce petit jeu PUERIL ?????
a écrit le 03/11/2014 à 7:34 :
Et on arrete...et qui paye le contribuable...bien sur pas un responsable, pas d enquete sur les commissions versees....comme ecomouv....qui n avait verse des commissions qu à ump...???? on continue la gabegie organisée par des politiques mafieux incompetents...
a écrit le 03/11/2014 à 7:30 :
bienvenue dans le pays où on préfère écouter une bande d écolos hirsute qui squatte les environs du barrage depuis des semaines. Nous sommes la risée du monde entier avec ce gouvernement d amateurs
Réponse de le 03/11/2014 à 10:33 :
Et voilà notre géniale Ségo qui baisse deux fois sa culotte dans la même affaire !
A croire qu'elle aime ça...
Réponse de le 03/11/2014 à 10:41 :
un barrage pour le bénéfice de qui ? et combien sont ils pour bénéficier d'un ouvrage qui coûtera la bagatelle de 800 millions d'euros !
a écrit le 03/11/2014 à 7:16 :
une bonne façon, de s'en mettre plein les poches tout en appauvrissant la population Française. C'est la politique UMPS depuis 40 ans en France ! En France, ce sont les politiques professionnels UMPS "au service du peuple" qui sont millionnaires (les Hollande, Ségo, Fabius, Montebourg, Lang, Fillon, Coppé, etc...) , pas la majorité des chefs d'entreprises...
a écrit le 02/11/2014 à 23:34 :
Une difficulté? Une contestation? On recule! C'est de la faute des autres, ceux qui se sont occupé du dossier, car moi, Sainte Ségo, détentrice de la Vérité ultime, je suis sur terre pour annuler sine die tous les projets qui entrainent une forme quelconque de constestation. Amen.
a écrit le 02/11/2014 à 22:23 :
encore une affaire qui coûte chère , 800 millions d'Euros pour un tel projet !
Réponse de le 03/11/2014 à 10:45 :
on peut comprendre les déficits année après année des collectivité locales avec chacun son petit où grand projet payés par les emprunts plus ou moins toxiques .
a écrit le 02/11/2014 à 20:29 :
"Il y a eu manifestement une erreur d'appréciation" dit-elle avant d'avoir pris le temps d'étudier le dossier ! C'est grotesque...
a écrit le 02/11/2014 à 18:55 :
Le conseil du Tarn a vote pour
Actuellement 43 élus sur 46 sont pour
Alors nous sommes en démocratie donc le barrage doit se faire
Et ce n'est pas à ce gouvernement qui n'est soutenu que par 10 %des français de décider
a écrit le 02/11/2014 à 18:47 :
si elle pouvait parler aux"sans-dents" du coût engendré par la déconfiture d'Heulliez, de l'arrêt de l'écotaxe et par conséquence de écomouv, du coût de cet arrêt du barrage. QUEL POGNON NOUS A COUTE CE PERSONNAGE combien de MILLIARDS d' EURO? nous les "sans-dents" "les pauvres" "les illettrés" exigeons la vérité. Allez l'ancienne des chiffres de cette gabegie socialo.
a écrit le 02/11/2014 à 17:40 :
Il faudrait savoir : soit la capacité du barrage est surestimée de 35 %, comme les experts "indépendants" (!!!) du Ministère l'ont déclaré bien tardivement, soit les procédures sont tellement longues que ce type d'équipement est déjà dépassé lorsqu'il entre en service. Elle est à la rue ou cela y ressemble fort...
a écrit le 02/11/2014 à 17:09 :
En France entreprendre tient à l'épouvante.
résultat les US?les émirats, et tous les investisseurs non gaulois se détournent de cet hexagone devenu totalement incontrôlable et gouverné si l'on peut dire par des fantoches,syndicaliste comme lepaon compris
,
a écrit le 02/11/2014 à 17:06 :
Avec ségoléne et les soi-disant écolo des villes il n'y aurait jamais eu de barrages en France, la tour eiffel n'aurait jamais été construite pas plus que le viaduc de garabit ou le pont de Millau
a écrit le 02/11/2014 à 16:25 :
Mme royal, l erreur d appréciation c est de céder a des anarchiste, pseudo écolo mais comme vous et votre ancien mari avez le carrisme d une huître, cela ne surprendra personne
Réponse de le 02/11/2014 à 16:49 :
Vous avez une bien mauvaise image de la FNSEA, il est vrai qu'ils mis Morlaix à feu et à sang il y a deux mois, et qu'ils ont reçu la semaine suivante 60 millions de l'Etat!

La FNSEA est plus dans le courant fachiste, réactionnaires et poujadiste qui est bien plus nuisibles que ces quelques anarchistes!
Réponse de le 02/11/2014 à 18:50 :
La différence entre les paysans et les anarchologistes est que les premiers sont utiles.
a écrit le 02/11/2014 à 15:09 :
En Provence , il y a les installations du grand canal de provence basé sur 2 barrages dans les alpes du même nom. L'interet de ces installations n'est plus à prouver avec tout ce qu'elles permettent dans cette région. Pourquoi ne pourrait on pas faire celà en Midi Pyrénnées. A cause des pseudos protecteurs de grenouilles ? au détriment de nos agriculteurs ?
Réponse de le 02/11/2014 à 19:09 :
agriculteurs ,je dirais plutôt empoisonneurs avec leurs pesticides etc...Ce qu'ils font a la nature la nature le rendra.Aujourd'huui il n'y a plus d'agriculteurs
Réponse de le 03/11/2014 à 0:09 :
@ NAT : Tu bouffes comment ?
Réponse de le 03/11/2014 à 10:24 :
@ Nat : Les agriculteurs sont les premiers et les seuls vrais écolos de France. Ils connaissent et entretiennent la France bien mieux que n'importe quel "écolo" présent sur les ZAD de NDL et de Sivens. Arrêtons de les stigmatiser de façon si simpliste et considérons les un peu mieux. Tout n'est pas encore parfait bien entendu, mais les efforts sont énormes. Les forêts sont en expansions et la qualité des sols s'améliore.
Je comprends que la vision du paysan labourant à cheval, trayant ses 30 vaches à la main, regardant ses cultures cramer l'été et amenant un panier de légumes bio à la porte des gentils sauveurs écolos est bien sexy à Paris. Il faudrait juste se rappeler que l'esclavage est aboli pour eux aussi...
Réponse de le 03/11/2014 à 17:28 :
Je sais tres bien de quoi je parle.j'ai la chance de pouvoir consommer des produits sains et naturels et je voudrais que tout le monde puisse faire pareil,mais je ne changerais pas le monde tout seul et ce n'est pas avec cet etat d'esprit qu'on y arrivera.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :