Urssaf : les redressements augmentent, les remboursements diminuent

 |   |  346  mots
Si 79% des entreprises interrogées disent avoir intégralement remboursé le montant imputé par l'Urssaf, 44%, considèrent néanmoins ces contrôles comme une gêne dans leur travail et 39% une source de stress.
Si 79% des entreprises interrogées disent avoir intégralement remboursé le montant imputé par l'Urssaf, 44%, considèrent néanmoins ces contrôles comme une gêne dans leur travail et 39% une source de stress. (Crédits : reuters.com)
La part des entreprises ayant subi un redressement de l'Urssaf s'élève à 60% en 2014, constate une étude. 16% d'entre elles ont reçu un remboursement.

La progression est constante depuis trois ans. Les entreprises redressées par l'Ursaff, qui étaient 51% en 2012 et 57% en 2013, ont atteint les 60% cette année, constate une enquête publiée mercredi 26 novembre par le cabinet Atequacy et réalisée -avec le concours de la Junior Essec- auprès de 200 sociétés, dont 60% de PME et 9% employant plus de 5.000 personnes.

Des redressements pour avantages en nature et frais professionnels

Les motifs de ces redressements croissants restent, eux, stables. Le premier, concernant 52% des entreprises redressées, est représenté par les avantages en nature et frais professionnels. Il est suivi par les allègements de charges patronales sur les bas et moyens salaires (dits "réductions Fillon"), cités par 27% des sociétés interrogées. Les indemnités de rupture du contrat arrivent troisièmes: elles ont conduit au redressement de 22% des entreprises.

Néanmoins, la complexité croissante de la législation augmente le risque de redressement: c'est le cas notamment des "modifications de la formule de calcul de l'allègement Fillon" intervenue pendant ces dernières années, note l'étude.

Des contrôles de plus en plus perçus comme gênants et stressants

Les grandes entreprises (de plus de 5.000 salariés) sont celles le plus fréquemment redressées: à 67%, contre 58% seulement pour les entreprises de taille intermédiaire (qui comptent entre 250 et 5.000 employés).

Si 79% des entreprises interrogées disent avoir intégralement remboursé le montant imputé par l'Urssaf, 44%, considèrent néanmoins ces contrôles comme une gêne dans leur travail et 39% une source de stress. Une proportion en augmentation, puisqu'en 2012 seules 19% et 36% respectivement répondaient ainsi.

Les remboursements en baisse

A l'inverse, de moins en moins d'entreprises sont remboursées depuis 3 ans: 14% en 2014, contre 16% en 2012, note l'étude. En 2014, 78% d'entre elles l'ont été sur les allègements Fillon, 61% sur la limite d'exonération retraite et prévoyance et 43% sur les avantages en nature et frais professionnels.

En revanche, "les assiettes de remboursements évoluent légèrement à la hausse". Un tiers des entreprises remboursées le sont à plus de 30.000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2014 à 10:29 :
C'est certainement ce que veut dire j'aime les entreprises de la part des socialistes!!!
Heureusement il y en a de moins en moins tout cela sera bientôt réglé!!!
a écrit le 27/11/2014 à 9:37 :
Voilà enfin des fonctionnaires qui rapportent à l'Etat.nous n'avons hélas pas assez d'inspecteurs de l'URSSAF et il vaudrait mieux en recruter un peu plus.Si on cherche des postes budgétaires, ils y a les centaines de profs détachés qui ne savent même plus ce qu'est un élève.
Réponse de le 10/12/2014 à 14:12 :
Les 134000 professeurs du privé sont des professeurs détachés, ainsi que les professeurs qui enseignent à l'étranger.
a écrit le 27/11/2014 à 8:24 :
Cela ne me donne pas envie d'embaucher, autant délocaliser pour ceux qui peuvent. L'Etat français est l'unique responsable du chomage. La crise, elle a bon dos....
a écrit le 26/11/2014 à 23:41 :
Bonjour,
L'URSSAF a totalement raison de sévir car il n'y a pas de solutions de rechange pour les cotisations. Si on ne peut pas payer les cotisation c'est que l'on gère mal et que l'on n'est pas censé pouvoir avoir autant de salarié. C'est une question de bonne gestion.
Si on rajoute les 20 milliard de fraude à la sécurité sociale on s’aperçoit que le système est en déficit à cause des patrons fraudeurs qui ne payent pas leurs cotisation tout cela grâce au gouvernement qui n'embauche presque pas d'inspecteurs du travail alors qu'en Allemagne il y en a 4 fois plus qu'en France chez eux il n'y a pas de fraude. Déficit de la sécu : 13 milliards, fraude à la sécu : 20 milliard en 2013. Donc le système est virtuellement bénéficiaire de 7 milliard malgré le papy boom en cours. Donc il faut effectivement sévir sévèrement. Il faut arrêter les petits arrangements. La loi elle est pour tous. On ne paye pas, on est redressé, on récidive c'est le tribunal point. Sinon on ne s'en sortira pas et ça deviendra l'anarchie.
Réponse de le 27/11/2014 à 0:55 :
Votre mepris n'egale que votre incompetence.
Plutot que de taper sur les entreprise regardez donc de cote des fonctionnaires en arret maladie a repetition et deresponsabilises, des consultation multiples chez le medecin, des trajets en taxi medicalise de pure convenance.
4 jours de carence pour tout le monde, franchise de 10 € par consultation et on en reparle du deficit de la secu ... accessoirement on degraisse le mamouth aussi.
Réponse de le 27/11/2014 à 2:04 :
Je pense que Marousan n'a jamais été entrepreneur ou peut-être même jamais travaillé dans le privé. Sa bêtise n'a d'égale que sa méconnaissance du monde de l'entreprise. Sachez qu'un salarié payé 1200 euros, coûte la même chose en charges. Alors cherchez l'erreur.
Réponse de le 27/11/2014 à 6:57 :
Des chiffres invérifiables
Réponse de le 27/11/2014 à 10:30 :
Et chacun sait que le gouvernement et les fonctionnaires gèrent si bien!!!
Réponse de le 27/11/2014 à 11:35 :
Je n'aurai pas dis mieux
a écrit le 26/11/2014 à 22:10 :
L'U.R.S.A.F.F est un organisme, qui a tous les droits, Froid, Absolument Tyrannique Traumatisant, et indigne d'une Démocratie, irrespectueux .
a écrit le 26/11/2014 à 21:39 :
Je ne sais plus qui disait que les pauvres vivaient à nos crochets... A priori, ce sont surtout les plus riches...
Réponse de le 27/11/2014 à 8:40 :
hahaha, très drôle !!!
a écrit le 26/11/2014 à 21:28 :
"la complexité croissante de la législation" et la SIMPLIFICATION, c'est pour quand ? Se gargariser avec l'intention de rendre les choses plus claires, plus simples, limpides (?) donc économiques à gérer, c'est prévu pour 2100 ? Les contrôleurs, inspecteurs auraient moins de travail.
a écrit le 26/11/2014 à 20:32 :
L'effet sarko fut en effet magique : il faut pomper un max.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :