Crise politique grecque : le taux d'emprunt français au plus bas

 |   |  214  mots
La dette française s'échange à un taux de 0,845% contre 0,857% lors de la clôture précédente.
La dette française s'échange à un taux de 0,845% contre 0,857% lors de la clôture précédente. (Crédits : reuters.com)
Inquiets d'une nouvelle crise politique en Grèce, après l'annonce de nouvelles et incertaines élections législatives anticipées, les investisseurs se réfugient dans les dettes allemande et française.

Valeurs refuges? Après l'annonce de nouvelles et incertaines élections législatives anticipées en Grèce, les taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne et de la France ont touché des plus bas historiques.

Vers 15 heures, le bund (obligations allemandes) évoluait à 0,559% après être descendu à 0,552% sur le marché obligataire secondaire. Lors de sa dernière clôture mercredi 24 décembre, sa dette déjà émise s'y échangeait au prix de 0,589%. La dette française, elle, s'échange à un taux de 0,845% contre 0,857% lors de la clôture précédente.

L'envolée du taux grec à relativiser

A l'inverse, le taux d'emprunt grec s'envolait ce lundi atteignant 9,55%, contre 8,5% lors de la séance précédente. "Le résultat de l'élection a fait passer le taux grec au-dessus de 9%, mais il faut rappeler que cette dette est très peu échangée ce qui accentue les mouvements", souligne Patrick Jacq, cité par l'AFP, stratégiste obligataire chez BNP Paribas.

Les investisseurs craignent une nouvelle crise politique en Grèce après l'annonce ce lundi 29 décembre d'élections législatives anticipées, le Parlement n'étant pas parvenu à nommer un président de la République. Le parti Syriza, la gauche radicale, est favori dans les sondages, et veut mettre un terme aux politiques d'austérité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2015 à 19:12 :
Il est bien évident que la création de l'Euro , indexé sur le PIB fut une erreur et que la France s'enfonce dans ce bidul fut assez incompréhensible, mais comme le mal est fait il faudra attendre longtemps pour que les choses s'assainissent. Notez que les idées de Mme Lepen sont assez simpliste: elle voudra continuer à toucher son salaire ou ses primes de député européen en Euro exemptées d'impôt et accorder au bas peuple une monnaie de seconde zone et autre bons d'alimentation. Donc , les idées du Front National ne sont pas susceptibles de remédier l'nconscience des français lorsque ceux-ci accordèrent leur quittus ou non pour les traités européens. En ce qui concerne la BCE pour les italiens , celle-ci qui est un système de banques centrales est autre chose comme la Goldman Sachs ou autre FMI , et au sein de l'Europe , l'Italie et la Grèce sont des frères jumeaux entretenant des hostilités séculaires et les choses devraient être plus sereines au niveau de la BCE dès lors que 10 000 000 de grecs c'est peu pour faire sauter la banque. .
a écrit le 30/12/2014 à 16:15 :
attention au piège, les préteurs nous donnent des bombes à retardement. les élus sont drogués à l'emprunt et au surendettement, car ç aleur permet de dépenser sans retenue et de ne rien gérer, de ne rien arbitrer, de continuer à gaspiller....mais si le staux d'intérêt augmentent, c'est la faillite, car comment trouver 50 milliards de plus rien que pour rembourser les intérêts ???
la saine gestion de base c'est équilibrer les comptes
les dealers de prests continuent de droguer et rendre dépendants les élus car ils savent qu'ils vont se payer sur la béte : les particuliers et leurs économies...
il est urgent de désintoxiquer ces incompétents d'élus et les virer de toutes responsabilités...
a écrit le 30/12/2014 à 11:55 :
Il y avait la crise du rouble, maintenant c'est la crise en Grèce qui revient les grecs semblent de nouveau moins docile aux remèdes économiques de l’Europe ....
a écrit le 30/12/2014 à 9:43 :
La dette de QUI ??????????????
En effet si nos politiques au pouvoir depuis 40 ans étaient plus soucieux des finances de
notre pays à l'instar des français qui savent que l'argent gagné grâce à leurs mains n'est
pas inépuisable , ils seraient moins enclins à se goinfrer avec l'ARGENT des français !
C'est tellement évident de faire le beau avec l'argent qu'ils sont INCAPABLES de gagner
par le travail !
a écrit le 30/12/2014 à 9:24 :
solidarité au peuple grec ZAD partout .
a écrit le 30/12/2014 à 9:19 :
L'épargne des français, dans son ensemble, assurance vie, livrets correspond encore pour le moment à la dette...donc cette 'hypothèque' pour les créanciers reste rassurante ...
a écrit le 30/12/2014 à 9:14 :
La dette publique est faite d'argent qui n'existe pas.
a écrit le 30/12/2014 à 2:26 :
La France est un pays solide à cause de son système fiscal redoutable. Chacun sait qu'au besoin on tondra un peu plus les nantis. Et si la Grèce faisait défaut ? Et l'Espagne ensuite, puis le Portugal, et même l'Italie ? vers la fin de l'Euro en été 2015... et l'explosion de l'Europe. Fin du cauchemar... et début d'un autre ?
Réponse de le 30/12/2014 à 10:13 :
C Q F D
a écrit le 29/12/2014 à 21:20 :
Et bien si ce parti arrive au pouvoir on va voir ce qui va se passer !Il est d'extreme gauche proche du FDG et donc si l'experience est positive ou negative ça va rejaillir sur lui !
a écrit le 29/12/2014 à 18:14 :
Allez, demain on rembourse ?
a écrit le 29/12/2014 à 18:11 :
Le système est paradoxal. Comment un pays pourri comme la France peut inspirer confiance? Tout simplement car la BCE et l'Allemagne sont dans l'obligation de le soutenir pour sauver le système. Une forme de chantage en quelque sorte. La France en profitera pour envoyer la dépense publique et ne pas réformer. Le jour où la France sera lâchée ça sera saignant! Rien ne pourra plus sauver l'hexagone car sa dette deviendra pourrie du jour au lendemain.
Réponse de le 29/12/2014 à 18:57 :
"Comment un pays pourri comme la France peut inspirer confiance? "
Parce qu'il est bien moins pourri que les démagogues frontistes et les médias, à plus des 3/4 acquis à la droite, voudraient nous le faire croire.
Réponse de le 29/12/2014 à 19:29 :
Il suffit d'ouvrir les yeux et de ne pas se contenter de faire du stupide bashing.
Regarder la dette des USA, du RU et du Japon. Ca vous ramènera peut-être à un vocabulaire moins fleuri...
Réponse de le 30/12/2014 à 0:54 :
Foutaises ! Les USA adapte leur politique monétaire avec beaucoup moins de risque car les échanges internationaux s'effectuent en dollars, tandis que la grande majorité de la dette japonaise est détenue par les résidents japonais, quant aux R-U, c'est leur position ultra-accomodante dans l'UE et l'afflux de capitaux qui les tirent vers le haut, sans compter qu'ils ont déjà abandonné les provinces !
a écrit le 29/12/2014 à 17:46 :
Taux à 10 ans 
Novembre 2011 : 3,66%(FR) - 1,66%(ALL) = écart 2 % (Sarkozy)
.
Aujourd'hui : 0.85% (FR) - 0,56%(ALL) = écart 0,29%
Réponse de le 30/12/2014 à 0:27 :
Ok, c'est un fait. De là à en déduire que c'est grâce au PS...
Réponse de le 30/12/2014 à 11:30 :
Oui.
Juste un peu de mauvaise foi...
Le "bashing" anti Hollande c'est bien pire.
a écrit le 29/12/2014 à 17:08 :
Si l'on a déjà une légère inflation en France pourquoi les taux d'emprunt sont-ils encore si bas ?
Réponse de le 29/12/2014 à 17:39 :
Parce que la France est un pays solide, qui n'a jamais fait défaut dans on histoire et qui résiste même mieux que l’Allemagne et le RU aux crises graves (voir en 2008).

Plus généralement les gigantesques liquidités déversées par certaines banques centrales (Fed, BoE, BoJ) doivent bien aller quelque part.
De préférence dans un pays sécurisant comme la France ou l’Allemagne
Réponse de le 29/12/2014 à 18:06 :
parce que les banques ne pretent pas aux entreprises. Et vu les défaillances, elles ont raison car les risques de ne pas etre remboursées sont grands.
Du coup, tout va dans la dette publique...
Réponse de le 29/12/2014 à 19:31 :
Merci Marco pour tenter de faire prendre un peu de recul à certains... je crains malheureusement que ça ne change rien dans leur capacité à l'autoflagellation. Ils n'ont même pas idée d'aller regarder le niveau de dette des USA, du RU ou encore du Japon.
Réponse de le 29/12/2014 à 20:39 :
Merci à tous de vos réponses. Si bien qu'il me semble un peu bizarre d'entendre que la France "est un pays solide" (selon mes lectures, la plupart des économistes disent le contraire) je pense l'avoir compris. C'est peut-être plus sûr pour les banques mais par contre c'est la catastrophe pour les entreprises et par conséquent le marché du travail. Enfin, la France demeure cette "exception" qu'on connaît. Merci encore.
Réponse de le 29/12/2014 à 21:24 :
@la dette publique
Très juste.
Elles sont maintenant trop prudente après avoir été trop laxistes !

@Hoi Et oui, la "planche à billets" à ce niveau (la BCE par contre pourrait en faire un peu) se paiera chèrement un jour prochain.
Réponse de le 29/12/2014 à 21:33 :
@la dette publique
Très juste.
Elles sont maintenant trop prudentes après avoir été trop laxistes !

@Hoi Et oui, la "planche à billets" à ce niveau (la BCE par contre pourrait en faire un peu) se paiera chèrement un jour prochain.
Réponse de le 30/12/2014 à 9:57 :
Merci ! Ça fait du bien de lire autre chose que des commentaires populistes alarmistes fascisants.
Sur la politique monétaire,
Je ne suis pas sur que la planche à billet qui fonctionne allègrement depuis 2009 soit la cause directe de futurs déboires... ?
Cependant il est vrai que cette situation pourrait créer une bulle obligataire. Existe elle déjà ?
Encore une fois il est bien compliqué ds ce nouveau monde de savoir exactement qu elles seront les conséquences de ces "Helico drop". Us ou Japonais.
Peut être la zone €uro sera t elle la grande gagnante, en ayant avancé ses pions la dernière.
Enfin qu on le veuille ou non, le resserrement du Gap entre le taux 10 ans All et Fr prouve la cohérence de la politique économique menée en France.
Même en agissant un peu par dépit, les Zinzins ne sont pas tous fous.
Qu en penses tu Marco ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :