Pourquoi le made in France ne se vend pas

 |   |  1004  mots
Depuis 2003, le déficit commercial est dans le rouge.
Depuis 2003, le déficit commercial est dans le rouge. (Crédits : reuters.com)
En novembre, le déficit commercial s'est élevé à 3,2 milliards d'euros. Il s'est réduit de 1,1 milliard d'euros, en grande partie grâce à la baisse des cours du brut. Les exportations n'ont augmenté que de 0,6% entre octobre et novembre.

Les mois se suivent et se ressemblent. En novembre, la balance commerciale a accusé un déficit de 3,2 milliards d'euros. Les plus optimistes pourront se satisfaire de la nette diminution du déficit par rapport à octobre. Il s'élevait alors à 4,3 milliards d'euros.

Les exportations se sont-elles envolées ? Elles n'ont progressé que de 0,6%. " La hausse des exportations se prolonge ", précisent les Douanes. Il faut rappeler que les exportations avaient progressé de 0,4% en octobre... Champagne !

L'impact des cours du brut

Si cette diminution sensible du montant du déficit commercial s'explique en partie par la décélération de la consommation des ménages, elle trouve surtout son origine dans la chute actuelle des cours du brut. Les importations ont reculé de 1,9% en novembre. Si le prix du baril continue de reculer, on peut donc raisonnablement penser que le déficit commercial restera contenu au cours des prochains mois. Après avoir atteint 74 milliards d'euros en 2011 - le record -, 67,2 milliards d'euros en 2012 et 61,2 milliards d'euros en 2013, le déficit commercial devrait à nouveau reculer et approcher les 55 milliards d'euros en 2014.

Sans cette bouffée d'air, qui aurait pu être plus importante encore si l'euro ne décrochait pas face au billet vert - le brut est libellé en dollars - rien ne peut laisser penser que les exportations décollent enfin.

Sachant qu'il faut remonter à 2003 pour observer le dernier excédent commercial tricolore, comment expliquer cette panne désormais chronique du commerce extérieur et son incapacité à contribuer positivement à la croissance ?

Les raisons sont multiples. La facture énergétique, le coût du travail, la concurrence des entreprises allemandes dont les produits industriels sont le plus souvent positionnés sur le même créneau mais qui sont jugés de meilleure qualité, sont des éléments régulièrement avancés.

La qualité du made in France, justement, est-elle prise en défaut ?

Selon une étude de COE-Rexecode publiée en 2013 et que l'institut réalise tous les deux ans, la qualité des produits français est reconnue à l'international. Un exemple : les biens intermédiaires et les biens d'équipement mécaniques français sont positionnées au troisième rang sur dix concurrents mondiaux, en terme de qualité derrière l'Allemagne et le Japon. Les délais de livraison, le contenu en innovation technologique sont très bien notés. Points noirs, la variété des fournisseurs et le prix.

Beaucoup de facteurs explicatifs

La trop forte dépendance à la zone euro, qui absorbe les deux tiers des exportations tricolores, nuit également au redressement e la balance commerciale. Comment celles-ci peuvent décoller si les économies de la zone euro sont en panne ?

Une autre explication peut être fournie. C'est la structure même de l'appareil exportateur qui est défaillante. En effet, la France ne comptait que 121.500 entreprises exportatrices.

A titre de comparaison, l'Italie en recensait 210.000 et l'Allemagne 310.000. Par ailleurs, outre-Rhin, la taille moyenne des entreprises est plus élevée qu'en France. Si le nombre d'entreprises est à peu près égal - un peu moins de 3,6 millions en France, un peu plus en Allemagne - 94,3% des entreprises tricolores ont moins de 10 salariés, contre 80,3% en Allemagne. Cette différence est visible quelque soit la taille des entreprises, comme en témoigne les données compilées par Natixis.

Taille des entreprises

Un problème structurel

Le faible nombre et la taille modeste des entreprises françaises ne sont pas les seules explications aux difficultés du made in France à s'imposer.

Comme le précisent les Douanes lors de la publication des dernières statistiques annuelles, le nombre d'exportateurs entrants s'élevait à 30.300 en 2013, contre 28.300 pour les sortants. On peut se réjouir que le solde soit positif, avec 2.000 entreprises exportatrices supplémentaires.

Mais parce que 76% d'entre elles ont moins de 20 salariés, on peut surtout déplorer que près de la moitié des entreprises n'aient pas de courant d'affaires réguliers. En clair, faute de moyens financiers ou parce qu'elles n'ont pas de service export, exporter est un « coup », pas le fruit d'une stratégie de développement murement réfléchie.

Le made in France est-il en cause ?

Malheureusement, au regard de la conjoncture - le PIB n'a progressé que de 0,4% en 2014 et le nombre de défaillances d'entreprises est très élevé -, il serait miraculeux que le nombre d'exportateurs ait progressé l'année dernière et que la structure du tissu exportateur soit moins concentré. En 2013 , les 1.000 premiers exportateurs ont réalisé 71,5 % des ventes à l'international, contre 68,1 % en 2003. En 1999, les Douanes recensaient plus de 131.000 entreprises exportatrices.

Les entreprises sont-elles les seules en cause ? Ce serait trop facile. Les gouvernements et les collectivités territoriales ont multiplié les structures et les dispositifs de soutien à l'exportdepuis le début des années 2000. Selon un rapport remis en juin 2013 à Nicole Bricq, alors ministre du Commerce extérieur, le système actuel était jugé illisible au point que huit entreprises sur dix se débrouillent seules à l'export !

Néanmoins, parce qu'il est impensable qu'un gouvernement n'apporte pas sa petite touche à un système déjà complexe, les petites réformes se multiplient. La semaine dernière, l'exécutif a scellé la fusion d'Ubifrance, l'agence qui aide les entreprises à se lancer à l'export et de l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII) dans une structure unique, Business France. A part une adresse commune et une hypothétique mutualisation de quelques services administratifs, cette fusion apparaît comme le mariage de la carpe et du lapin. Un simple choc de simplification aurait peut-être été plus utile...

Faut-il compter sur les réseaux consulaires, et notamment des chambres de commerce et d'industrie (CCI), les structures qui, a priori, connaissent mieux les entreprises ? Plutôt que de se contenter de tailler dans leurs budgets, le gouvernement n'aurait-il pas été plus avisé en leur imposant la mission de détecter les entreprises qui ont un véritable potentiel à l'export ? La réforme territoriale et ses éventuelles conséquences sur la gouvernance économique des régions pourront-t-elles changer la donne ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2015 à 23:59 :
Cela montre une chose, la baisse de l'euro ne fait pas grand choses aux exportations. Pourtant I y a toujours des partisans du retour au franc en France.
a écrit le 14/01/2015 à 21:24 :
500 analyses plus tard : ADMINISTRATION, pléthorique, INEFFICACE et très coûteuse.
Quant aux entreprises, bravo : tenez bon,.
a écrit le 14/01/2015 à 13:26 :
Le made in France doit d'abord recommencer sa reconquête par le marché intérieur !
Il y a maintenant de nombreux outils qui permettent d'acheter made in France (un moteur de recherche, des annuaires...)
Aux citoyens de soutenir les entreprises si nous ne pouvons pas compter sur l'Etat.
a écrit le 14/01/2015 à 7:25 :
Trop d’impôts, trop de charge trop de taxes directes et indirectes pour entretenir une administration totalement incompétente et inefficace et en surnombres.
Tout est dit!
a écrit le 13/01/2015 à 22:26 :
120.000 entreprises exportatrices en France et 210.000 en Italie, plus encore en Allemagne. Mais quels étaient les chiffres respectifs il y a 30 ans, avant les ravages économiques du socialisme à la Française ?
Réponse de le 14/01/2015 à 17:21 :
ah bon le socialisme ??!!!! sur 30 ans et la droite qu'a elle fait pendant ? Elle n'a pas gouvernée ???
Réponse de le 14/01/2015 à 17:59 :
Dans les faits on a "une droite de gauche", c'est à dire que la droite nous vend une soit disant "rigueur" dans sa gestion alors que la rigueur a surtout l'air d'être d'ordre moral (en théorie en tout cas) et en matière de qualité de gestion les résultats sont nuls: la droite n'a jamais les c...... de défaire les délires de la gauche (35H, ISF et j'en passe). La droite n'a pas baissé le nombre de fonctionnaire: Sarko a surtout beaucoup baratiné mais peu fait. On a l'air d'être nombreux à vouloir une politique de droite en terme économique mais visiblement personne n'est vraiment la pour le faire, et ne parlons même pas de l'équipe Lepen, totalement dénuée de vision au niveau économique.
Réponse de le 14/01/2015 à 22:07 :
Pendant ces 30 années, la gauche, à chaque fois qu'elle a été élue, a fait les pires bêtises économiques: 35 heures, retraite à 60 ans, pouvoir syndical renforcé, augmentation des charges des entreprises, arrêt du nucléaire et d'autres encore. Lorsque la droite a été élue, elle n'a jamais réussi -ou voulu- annuler ces stupidités, sauf sous Sarkozy. Lorsque Balladur a voulu faire sauter la barrière du smic pour les jeunes, 1 million de personnes dans la rue, projet retiré. Lorsque Juppé a voulu s'attaquer au problème des retraites, idem, projet retiré. Lorsqu'on a reparlé des centrales nucléaires, tollé de la gauche et des écolos, projet retiré, etc.. Chirac a été un roi fainéant, il n'a rien fait. En résumé, les fautes des socialistes se sont accumulées avec un effet cliquet face à une droite endormie. Ce n'est pas glorieux de sa part, mais les fautes viennent toutes des socialistes.
a écrit le 13/01/2015 à 18:41 :
qualité prix non concurrentiel , mauvais positionnement, peu innovants , coût des divers impôts et charges sociales,politique de hauts salaires,système éducatif prolifique en éducateurs pas en entrepreneurs
Ceci étant on est les champions !
a écrit le 13/01/2015 à 17:11 :
Tout ce que j'ai acheté allemand est tombé e ruine dans les qqes années qui ont suivi, autos, pannes coûteuses à répétitions chez Volkswagen, chauffage chaudière gaz avec très haut rendement, basse température, soi disant le top et système solaire intégré en toiture corrodé nous douchait dans le plumard au bout de trois ans, une panne par an au bout de 5 ans, il faut dire que tout vient de Chine ou des pays de l'est et est labellisé made in Deutschland, tu parles.. Marketung garanti , plumé et biffetons à trouver à l'arrivée!! La qualité allemande il y a 15 ans oui, 10 ans encore un petit peu, aujourd'hui, nein.
a écrit le 13/01/2015 à 16:07 :
tout tombe à l'eau et seloa commence meme au niveau des écoles d'ingénieurs: dans ces écoles il faut 100% de reussite: le niveau des cours est en chute libre est le clientellisme est roi: l'eleve choisit ses cours par option et prend en particuleir ceux ou on a de tres bonnes notes sans rien faire! Les profs sont en effet notés par les elves et si le prof a une sale note il se fait engueulé par la direction !!!

Voila ce qui se passe dans nos soi disantes grandes écoles à la Française qui sont notre fierté et que tout le monde nous envie!!

de plus les jeunes ingénieurs aujourdhui ne sont plus du tout intéressés par la technique, l'innovation: ils veuent juste gagner un max de blé, sans rien foutre et ne pensent qu'au commercial et à la tchache, à diriger et commander! Ils sont devenus NULS!!

comment voulez-vous concurrencer les japonnais, americains, allemands et chinois, alors que notre niveau baisse baisse baisse ......... nous sommes cuits!

Il faut supprimer ces systemes à la con , et rebaser notre enseignement sur le technique et la science et non pas sur le pipeau!!!
Réponse de le 13/01/2015 à 17:34 :
tout baisse, à commencer par l'orthographe !
a écrit le 13/01/2015 à 15:13 :
J'achète beaucoup par correspondance, maintenant presque uniquement à des société allemandes , parce que je jette systématiquement les catalogues français qui veulent me faire payer le téléphone pour passer une commande ou me renseigner si l'information internet n'est pas complète. Comme si on vous faisait payer à l'entrée d'une boutique!. L'énarque assis sur le fauteuil du haut doit être obnubilé par les rentrées des petits multiples de 0.44€/Minutes. Quel gachis!
a écrit le 13/01/2015 à 15:11 :
Pour acheter français, encore faut-il trouver des produits fabriqués en France... électroménager, informatique, photo, téléphonie etc, sont inexistants ou à des prix que le citoyen lambda ne peut se permettre.
Réponse de le 13/01/2015 à 15:52 :
Les français achètent des bagnoles allemandes neuves et d'occasion pouquoi? Parc qu'elle ne sont pas à leur niveau de prix réel, les neuves bénéficient d'une parité de change à l'avantage des allemands, si les français devaient se situer en phase avec la richesse qu'ils produisent, ils ne pourraient pas ou beaucoup moins se payer les grosses bagnoles de luxe allemande, idem en ce qui concerne les bagnoles d'occasion étant entendu que le marché allemand pourvoyeur à grande échelle est totalement corrompu par l'argent noir, il faut savoir en effet qu'on peut acheter une bagnole en Allemagne en payant en argent liquide jusqu'à des montants étonnants 100.000 € ou 120.000. Par ailleurs on est capable de tout refabrique en France que ce soit de la petite ou moyenne voir m^me le haut de gamme des berlines et autres 4x4, de l'électroménager de qualité, voir même de l'équipement hi fi et TV, ceci vaut pour les produits grands publics, en professionnels, on a en France des secteurs de pointe comme chacun sait,pour peu que les boites soient dirigées par de bons managers (donc pas des technocrates ou des patrons à la mode XIX éme siècle, des spécialités bien françaises), qu'on est des syndicats intelligents, et un taux de change qui nous soit favorable, donc retour au franc, l'euro franc.
a écrit le 13/01/2015 à 13:48 :
A former des former des techocrates de grandes firmes pas des vendeurs, pas des créateurs, pas des innovateurs, pas des exportateurs. Qu'on les envoie en stage ou en formation aux Pays Bas ou en Allemagne pour voir.
a écrit le 13/01/2015 à 13:41 :
Et de la sélection formation de la pseudo élite française.
a écrit le 13/01/2015 à 13:41 :
Franchement quand je fais mes courses à Carrefour ou E .Leclerc j'essaie pour chaque produit de trouver du made in France mais parfois c'est assez compliqué car il n'y a pas toujours cette mention sur l'emballage.Pourtant si tous les Français pouvait sciemment choisir des produits français, qui ne sont pas plus cher ou si peu, alors tous nos problèmes seraient résolus rapidement.C'est d'ailleurs le comportement des Allemands et des Japonais qui privilégient leurs produits maison.
a écrit le 13/01/2015 à 11:53 :
une etude recente de la CCI IdF a montre que l'ecrasante majorite des PME quand elles exportent le font en priorite vers la Belgique, Suisse et Quebec, faute de maitrise de l'Anglais.
a écrit le 13/01/2015 à 11:34 :
Pour les coups de pieds au C..qui ne se perdent pas, je porte des "Paraboot" 100% françaises. Voyons les pompes de nos politiques discoureurs.
a écrit le 13/01/2015 à 11:07 :
N'oubliez pas que vos achats sont vos emplois, alors si vous vous détournez des produits fabriqués en France vous serez voué à la paupérisation et au chômage, c'est pourtant simple à comprendre, non?.
Réponse de le 13/01/2015 à 11:49 :
Faux ! Les grandes entreprises françaises ont délocalisé pour faire plus de marges, mais ont paupérisé leurs clients français, leurs ouvriers qualifiés. Les pays émergeant ont entre-temps dépassés technologiquement la France qui se retrouve dans l'incapacité de les concurrencer tant sur le marché local qu'international. Nous leur avons donné sur un plateau notre leadership technologique, notre outils de production industriel ainsi que nos parts de marché. Il ne nous restait que l'agro-alimentaire, qui part aussi en morceaux (fermetures progressive des abattoirs et activités connexes).
a écrit le 13/01/2015 à 10:55 :
le déficit commercial américain est abyssale, ça les empêche pas d'avoir 5% de chomage.
On est 5 eme puissance exportatrice derrière des pays beaucoup plus peuplés que nous, et pour la Chine,Allemagne et Japon avec une population qui vieillit très très vite voir une population qui baisse, donc ayant une consommation intérieure faiblarde structurellement.

Après je me dis aussi que c'est des cycles, après demain on sera peut être excédentaire pour des raisons exogènes (type augmentation des salaires en Allemagne ou en Chine ou baisse du pétrole) et intérieures car on aura conduit des politiques favorables à la compétitivité , mais toujours avec nos bons gros 10% de chômage. Il est là le problème fondamental de notre société. C'est la conséquence entre autres du manque d'investissement dans le privé qui tiennent à différents facteurs. Quand on aura traité ce problème,nous verrons aussi les exportations augmentées.Mais l'objectif c'est l emploi,qui sera d'autant plus qualifié et rémunérateur, si notre formation professionnelle est de qualité et adapté et qu'il y a du capital. Le solde commercial ne sera qu'une conséquence. Je crois que ce constat est partagé et ce qui est désespérant c'est qu'on n'avance pas sur ces sujets.
a écrit le 13/01/2015 à 10:55 :
Voici quelques marques bien françaises : Cémoi (chocolats), Bic, Linvosges, Damart, armor lux, le slip français, devialet (hi fi), petrole hahn, pierre Fabre, klorane, elgydium (dentifrice), l’arbre vert (lessive), habitat, Atlas, Roche-Bobois, LVMH, cristel, Ek’Oh (machine à café), weston (chaussure), celio, le label de musique Naïve, Rowenta (groupe SEB), archos (tél mobile, tablette), les jeux vidéos Ubisoft, Dupont (stylos)…
Réponse de le 13/01/2015 à 11:59 :
Attention, Linvosges ce n'est pas du made in France...
Archos c'est conçu en France, mais made in China (bon en high tech c'est très compliqué de faire du made in France donc on les excuse...).
Celio marque française mais pas made in France.

Pour avoir du vrai made in France, allez sur PréFRance.fr, le moteur de recherche !
Réponse de le 13/01/2015 à 13:08 :
des marques bien françaises oui mais ce qu'elles vendent a t il ete fabrique en france?
Réponse de le 13/01/2015 à 15:11 :
Que la marque soit française, ne veut pas dire que le produit soit fabriqué en France ! Par exemple, Renault produit la plupart de ses petits modèles ailleurs...
Réponse de le 13/01/2015 à 17:31 :
Vous nous râbachez ce même message depuis plus d'une année déjà. La barbe quoi. Plus recevable.
Réponse de le 13/01/2015 à 19:30 :
Et VW aussi!! Moi j'aime bien le message, le plus c'est répétitif, le plus j'y vais d'instinct, je révise!!
Réponse de le 14/01/2015 à 8:10 :
Continuez ami, c est plus productif que ceux qui rabâchent leur déclinisme et leur défaitisme.
a écrit le 13/01/2015 à 10:24 :
Après le désinvestissement massif des entreprises françaises de ces dernières années (voir les baisses successives des investissements depuis 2008), il faut espérer que le fond a été touché et que, partant de presque zéro, sur des outillages obsolètes, l'automatisation la robotisation et l'optimisation des processus de production donneront un nouvel élan à la fois pour le coût, mais aussi pour la qualité des produits français. La réorganisation des financements et des circuits d'exportation devrait faire le reste. On attend les chefs d'entreprises ....
Réponse de le 14/01/2015 à 9:51 :
pour investir une entreprise a besoin de cash et donc voir le banquier , car de nouveaux outils coutent très cher , a voir les spécialistes dans la médecine ou les technologies sont pas données , alors dans l'industrie avec l'automatisation c'est facile mais très cher payé et a amortir il faut plusieurs années voir une décennie .
a écrit le 13/01/2015 à 9:41 :
Comparativement aux deux autres pays qui sont devant, la France n'a pas à rougir, être dans le top 3 des pays qualitatifs est un must.. D'autant que la qualité allemande est devenue depuis 10 ans un très gros mythe.J'installe donc la France immédiatement derrière le Japon;
a écrit le 13/01/2015 à 9:28 :
moi j'achète ma boîte de sel, elle est française.
Réponse de le 13/01/2015 à 11:43 :
+1 oui oui une belle baleine ^^^moi aussi .
a écrit le 13/01/2015 à 9:24 :
Lachcor a mille fois raison : le déficit commercial se creuse quand on importe plus : la France n'exporte pas si mal que çà, et va exporter mieux encore avec un Euro plus bas par rapport au dollar US.
Mélanger déficit extérieur et coût du travail, c'est trop facile : c'est juste un argument pour comprimer les salaires, et se prémunir contre tout retour de l'inflation, qui écornerait les retraites des rentiers qui nous gouvernent.
Le plus important, ce n'est pas le coût, c'est le prix de vente qu'on obtient pour son produit. Dans la valeur ajoutée créée, il n'y a pas que le coût du travail : il y a la qualité qui justifie le prix.
Ce n'est pas en expliquant à longueur de journée aux ouvriers qu'ils coûtent trop cher qu'on peut leur faire fabriquer des bons produits qui se vendent bien. Les entreprises gouvernées par les comptables, çà finit toujours mal. cf PSA
a écrit le 13/01/2015 à 8:58 :
les produits francais se vendent, il ne faut pas confondre exportation (5 ème puissance exportatrice du monde derriére la chine les usa l'allemagne et le japon mais devant les autres...) et le deficit commecial....Quand on veut tuer son chien on l'accuse de la rage....
Réponse de le 13/01/2015 à 9:27 :
suivez l'actualité on est passé à la 6° place en attendant pire.
a écrit le 13/01/2015 à 8:35 :
Où sont ces pseudo économistes qui nous promettaient la réduction du déficit commercial grâce à la baisse de l'euro ?? Et heureusement que le pétrole est au plus bas sinon on coulerait
a écrit le 13/01/2015 à 8:09 :
Quand je lis ces commentaires les bras m en tombent. Si, la France reste un pays industriel, il y a une offre mais pas dans tous les domaines certes. Bon sang où est le patriotisme économique ?? Si les allemands sont devants c est que ça fait 50ans qu ils achètent leurs produits en 1er même s ils sont un peu plus cher. Le français moyen ne pense qu a son porte monnaie quitte a acheter des merdes de chine.
Réponse de le 13/01/2015 à 9:24 :
vous qui savez tout pouvez vous préciser d'où vient votre téléviseur et j'en passe.
Réponse de le 13/01/2015 à 10:17 :
Le français comme tout citoyen peu importe le pays achète avec ses moyens. Un exemple est intéressant la voiture, depuis quelques temps on lit, les français aiment les petites voitures est ce de l'amour ou du portefeuille?
Réponse de le 13/01/2015 à 11:55 :
"la France reste un pays industriel,"

part de l'industrie de PIB France a 10% = niveau de la Grece= avant dernier en Europe
a écrit le 13/01/2015 à 7:54 :
Ou la la cet article confond tout. Depuis deux ans on nous dit que le déficit diminue grace aux airbus. Regardez le détail des soldes par secteur et vous verrez la tendance. Quant a l'ex port, commençons par aider les entreprises françaises en achetant leurs produits. Il y en a dans spresque tous les scteurs a un excellent rapport qualité prix.
Réponse de le 13/01/2015 à 9:25 :
bon courage à vous.
a écrit le 13/01/2015 à 7:15 :
Vous vous dites bon je vais etre un bon citoyen et je vais acheter Francais:

Materiel Agricole (tracteurs): pas possible pas d'offre
Engins de chantier (grues, bull-dozer;...) pas possible pas d'offre
Machines outils (robots, lignes de production) : pas possible pas d'offre
Camions, Bus : tres difficile, pratiquement plus d'offre
Semi conducteur pratiquement plus d'offre
Meubles, Cuisines haut de gamme pratiquement plus d'offre
Réponse de le 13/01/2015 à 7:45 :
Votre commentaire illustre très bien les choses. Les entreprises françaises souffrent d'un manque de notoriété et de connaissance. C est flagrant pour les meubles tant les enseignes pulullent. Idem pour semi conducteur: soitec, Stm micro. Pour les machines outils, les entreprises jouent la sécurité, il y a plein de me françaises de machine outils, etc.
Réponse de le 13/01/2015 à 9:26 :
il vous reste LIDL et Aldi pour acheter la merde allemande.
Réponse de le 13/01/2015 à 9:57 :
Allez reprenez vous.
vous pouvez acheter un tracteur Claas fabriqué au Mans l'AXION élu meilleur tracteur au monde en 2014.
vous avez des engins de chantier Case tractopelle fabriqués à Vierzon.
des grues,des pelleteuses et engins spéciaux pour forer des tunnels fabriqués par Liebherr-France SAS à Colmar
Des poids lourds fabriqués à caen, angers lyon.
Au moins une bonne centaine d'entreprises fabriquant des semi conducteur, dont plusieurs leaders mondiales dans leur domaine.
Des fabricants de meubles de cuisine dans presque tous les cantons.
Réponse de le 13/01/2015 à 11:23 :
Vous êtes ignorant...
Engin de chantier : Volvo (fabriqués dans l Ain), cat.
Camion : Renault trucks (18000 personnes en France !!!).
Bus : iveco bus, tout fabrique en France à annonay!!
Composants électronique ST micro, meubles de cuisine il y en a plein ( mobalpa etc), meubles également ( roche bobois etc) et j en manque plein sur votre liste.
Réponse de le 13/01/2015 à 14:19 :
En fait, il y a bien des offres, mais de marques étrangères...fabriquées en France!
engins de chantier => Caterpillar (oui certains modeles sont bien français)
Materiel Agricole (tracteurs) => je crois que John Deer en fait en France (à verifier)
Machines outils (robots, lignes de production) : complétement faut, j'en acheté a plusieurs PME, bien françaises !
Camions, Bus : euh...faux également, il y a Renault Trucks le plus connu, mais aussi les bus Iveco
et ainsi de suite...
on a un peu trop tendance à croire que la France ne fabrique plus rien, mais quand vous travaillez dans le domaine, vous vous rendez compte qu'en fait l'offre est tres riche! ce sont les biens de consommation pour les particuliers qu'on ne fabrique plus trop (ex: groselectromenager, high tech, ect)
Réponse de le 13/01/2015 à 16:15 :
faux!!!

Materiel Agricole : tracteurs renaults!
Engins de chantier ! manitou!!
Machines outils : Huron
Camions, Bus :: renault
Semi conducteur pratiquement plus d'offre: NXP
Meubles, Cuisines haut de gamme : vus rigoler? mobalpa, etc...
a écrit le 13/01/2015 à 6:53 :
... plus rien n'est fabriqué en France....!
Et on pleure sur le chômage...! incompréhensible ce pays...!
Réponse de le 13/01/2015 à 7:04 :
et le camembert ?
Réponse de le 13/01/2015 à 7:55 :
C faux ! Il y a des marques françaises partout. Renseignez vous. Vous êtes victimes du marketing des autres marques. Allez voir madinfrance.com
Réponse de le 13/01/2015 à 11:45 :
non le camembert et fabriqué partout dans le monde , comme laguiole .
a écrit le 13/01/2015 à 6:19 :
Il ne suffit pas d'apposer un "Made in France" sur un slip ou sur des chaussures, il faut que les produits aient un attrait, si c'est juste un produit de qualité, comme beaucoup d'autres fabriqués en Chine ou en Inde, tout a fait banal mais enveloppé dans une belle boite qui fait grimper le cout, ça n'est pas vraiment plus attrayant.
a écrit le 13/01/2015 à 0:58 :
Moi qui suis une micro-entreprise dans les vins et spiritueux (oui, je sais, un poison en france, mais un des seuls secteurs qui apporte de la valeur ajoutee a la balance commerciale, pas comme le rafale), le probleme principal est de s'y retrouver dans le fouillis d'aides a l'export...dont on ne peut pas beneficier car on ne remplit pas les conditions.
Des mois de procedures, de dossiers a remplir et re-remplir (ben oui, ils les perdent!!), de devis a fournir,.... pour au final etre rembourse d'environ 30% des depenses engagees, ah oui mais hors ceci, hors cela,....Au final, il faut quand meme investir une quantite de temps qui n'a rien a voir avec la conclusion d'affaires, mais qui sert a rendre belles les stats d'ubifrance.... dont je n'ai toujours pas saisi l'utilite en dehors des beaux discours d'inauguration et des pots de fin de salon, fournis souvent par les exposants!!
a écrit le 12/01/2015 à 23:58 :
Pourquoi acheter francais, les autres produits sont aussi bons et moins chers. Il faut arrêter d'engraisser le MÉDEF.
Réponse de le 13/01/2015 à 15:17 :
Vous avez tout à fait raison, il vaut mieux engraisser les patrons des grands entreprises chinoises si respectueux des conditions de travail de leurs ouvriers !
a écrit le 12/01/2015 à 19:53 :
les francais parlent 0 autre langue, sont tres arrogants, etc...
mais le plus gros des pbs, c'est que c'est des petites boites sous capitalisees et pas rentables ( vu que c'est interdit par les socialistes) ou des bac, bac-2 qui maitrisent le poldomoldave au smic doivent faire le travail ( incoterms, prospection, gestion des changes, etc...)
tt le monde est demotive, personne n'a plus envie de gagner d'argent ou d'investir....
c'est bien, ca reduit les inegalites avec les boites qui n'exportent pas.... vive le moins disant a la francaise!!!!!!!!!
Réponse de le 13/01/2015 à 11:24 :
Vous avez entendu des Japonais parler anglais ? Moi oui. Cela ne les empêche pas d'exporter. Les Français parlent moins bien anglais que les Hollandais ou les Allemands, mais ils ne sont pas aussi nuls qu'on le dit et c'est aussi lié au fait qu'ils parlent une langue latine et non germanique.
Sur les "bac" ou "bac-2", vous confondez niveau de diplôme et niveau de compétence.
Arrêtons de nous dénigrer. Nous avons à affronter des problèmes graves, mais nous ne sommes pas si minables que ça. Les chefs d'entreprise ont tort de se focaliser sur l'étiquette politicienne du gouvernement et de tout voir en noir. L'UMP n'a pas supprimé en dix ans de pouvoir les 35 heures et elle n'avait pas suivi une politique économique foncièrement différente. Chefs d'entreprise, soyez pragmatiques !
Réponse de le 13/01/2015 à 11:26 :
Des opinions qui généralisent tout. Bref, que d'intelligence. Retournez en Angleterre ...
Réponse de le 13/01/2015 à 14:14 :
Et en français, ça donne quoi?.
a écrit le 12/01/2015 à 19:45 :
"Plutôt que de se contenter de tailler dans leurs budgets..." Evidemment !!! La politique d'austérité , de réduction des budgets publics est suicidaire ... Et plutôt que de faire des cadeaux fiscaux aux entreprises, qui n'en font pas profiter l'économie nationale, il serait mieux que l'état garde les même budgets en assistant les entreprises capables d'un peu d'efficacité.
a écrit le 12/01/2015 à 19:03 :
Pour beaucoup à l’étranger les Français sont des "sauteurs" ! Deux exemple du sérieux germanique. J’ai dû remplacer une pièce d'une douche en verre. Le fabricant avait disparu mais fort heureusement une firme l'avait repris. Après quelques échanges via Internet ladite pièce m'a été envoyée (gratuitement). Même chose avec une cuisine allemande. Manquait la poignée pour le panneau devant couvrir la porte du lave-vaisselle. Dix ans plus tard la poignée m'a été expédiée sans frais... Réponse à Élu PS : il n'y a que la foi qui sauve !
a écrit le 12/01/2015 à 18:37 :
Le made in France est-il en cause? Quelle est l'alternative, le made in China? Depuis plusieurs decennies a ete abandonee l'idee de produire en France. Il en faudra au moins une pour se remettre sur les rails. La question n'est pas le Made in France, mais comment arri-t-on a produire en etant competitive dans notre pays sans se mettre au niveau du SMIC chinois.
a écrit le 12/01/2015 à 17:40 :
Notre Président est parfaitement conscient du problème et a déjà largement commence à y apporter une solution. Grâce aux aides, la reconquête industrielle est en marche, l'embauche repart et les perspectives sont bonnes. Mais il faut du temps pour réparer les dégâts du gouvernement précédent! La loi Macron va rapidement apporter une nouvelle vitalité .
Réponse de le 12/01/2015 à 18:03 :
Le seul trait de caractère de la prétendue loi Micron, elle est infantile dans la veine de son auteur et de son mentor Valls
Réponse de le 12/01/2015 à 21:30 :
Toujours le même commentaire à l"elu PS": des mots, toujours des mots grandiloquents pour des actions minuscules voire sans rapport avec les problèmes ou nuisibles
Réponse de le 13/01/2015 à 1:31 :
Des aides par ci des aides par la des subventions par ci par la. Vous n'avez rien compris arrêtez tout cela coûtera moins cher et baissez les impôts en conséquence. Mais c'est trop simple, surtout au passage certain y perdront ...
Réponse de le 13/01/2015 à 15:20 :
a: Elu PS:
Votre commentaire explique à lui tout seul pourquoi nous en sommes là! C'est beau l'innocence.
a écrit le 12/01/2015 à 17:19 :
Bonjour,
Il y a des fautes d'orthographe, merci de vous relire :
"exporter est un « coup »"

Je ne vous ferais pas l’affront de vous dire ou est la faute ... .
Réponse de le 12/01/2015 à 17:27 :
où est la faute ...
Réponse de le 12/01/2015 à 17:42 :
Il n'y a pas de faute l'auteur a écrit coup comme dans l'expression un bon coup, quelle erreur voyiez vous.
Cordialement
Réponse de le 12/01/2015 à 19:12 :
vu qu'il n'y a pas de faute, il s'agit d'un jeu de mots, une vanne, quoi.
heu... je n'ai pas compris...
Réponse de le 12/01/2015 à 20:18 :
Ce n 'est pas une faute d'orthographe ! J'ai employé le mot "coup" et non "coût" pour exprimer le fait que les entreprises font un coup lorsqu'elles exportent. Ceci dit, le mot "coût" aurait pu être juste si j'avais écrit "exporter a un coût"
Réponse de le 12/01/2015 à 23:51 :
Je crois que c'est exactement comme cela qu'il voulait l'écrire.
Réponse de le 13/01/2015 à 7:37 :
Ou un joli jeu de mots : on peut le comprendre dans les deux sens.
Réponse de le 13/01/2015 à 9:23 :
oue é la phote je ne l'ai pa trouvéée. Merssi de mele dirres.
a écrit le 12/01/2015 à 17:13 :
Le socialisme, la fiscalité, ratatinent les entreprises française depuis 1981. Il est trop tard. L'actionnaire est un parasite, le patron est un salaud et donc la France va devenir très pauvre. Il n'y aura pas de révolution libérale. C'est fichu.
a écrit le 12/01/2015 à 16:58 :
Le mal français en matière d'exportation, c'est de proposer des produits "low value", et même "very low value" s'agissant de Renault qui a tout tiré vers le bas.
En dehors de l'opposé "produits de luxe", les industries se sont vautrés en croyant au mirage de l'erreur Dacia Renault,
et maintenant les industriels français ont des rentabilités trop faibles par manque de valeurs ajoutées seules sources de profits (regardez ceux de Audi, Bmw, Ferrari, LandRover, Porsche, et VW ...qui eux ont accumulé de monstres trésoreries en cash grace à leurs énormes profits fondés sur la production et la vente de produits très techniques, très innovants, à très très hautes valeurs ajoutées.
Ne cherchons pas ailleurs les causes de l'échec industriel français imputable aussi aux fausses grandes écoles managées par des professeurs hyper prétentieux autoproclamés de superlatifs immérités qui ont formés des benêts d'ânes.
Réponse de le 12/01/2015 à 18:36 :
Justement pas, Dacia et Renault en moindre mesure ne sont pas du made in France, c'est l'intéret de leur démarche d'ailleurs. PSA a engagé le mouvement opposé avec une montée en gamme de DS et Peugeot. Donc tres mauvais exemple que vous citez la.
Réponse de le 12/01/2015 à 18:48 :
C'est bien ce que je regrette de la part de Renault et PSA. Ce sont des entreprises françaises, elles pourraient toutes les deux surfer sur la vague du "luxe à la française", mais non. Ceci dit, vous pouvez regarder l'entreprise Parrot, une entreprise de technologie française et elle a bien compris qu'il fallait proposer des produits sérieux et "luxe" (vue le prix ...) et ça marche ! Preuve que rien n'est impossible, il faut avoir les bons dirigeants d'entreprise, les salariés n'y sont pour rien, eux n'attendent qu'une chose : produire des bons produits !
a écrit le 12/01/2015 à 16:02 :
Je ne comprends pas pourquoi personne ne veut acheter nos televiseurs, nos telephones, notre electoménager........
En plus si l'euro descend alors le deficite va s'accroitre....
a écrit le 12/01/2015 à 15:54 :
Pour être compétitif, il faut se battre avec les mêmes armes. Une entreprise française peut bénéficier de 6000 aides différentes (locales, nationales, UE). Mais seules 10% d'entre elles font les démarches pour les obtenir vu la complexité des dossiers. Par contre pour les prélèvements et taxes 90% des sociétés y sont soumises à 100%. De fait la plupart des concurrents de la France n'on pas les mêmes contraintes. C'est comme si un sportif s'alignait sur un 100 mètre un boulet au pied et espérait gagner.
Réponse de le 12/01/2015 à 16:53 :
@Orden: je te signale qu'en France, un boulet n'empêche pas de (peut-être) gagner :-) Regarde Juppé, condamné pour abus de biens sociaux (vol d'argent public). Cela ne l'empêche nullement de croire qu'il peut être, sans complexe aucun, le prochain président de la République :-) Si l'on s'en tient statistiquement au taux de malfrats parmi nos dirigeants, on peut même affirmer que si t'as pas magouillé, tu peux pas arriver :-) :-)
Réponse de le 12/01/2015 à 17:18 :
Ok, que pensez vous de supprimer l'ensemble des aides aux entreprises contre une baisse des charges ? Et bien sûr on affecte autre part tous les fonctionnaires qui gèrent tout ça.
Réponse de le 12/01/2015 à 18:06 :
PAS FAUX !!!!!!! (c'est plutot un signe "de réussite"!)
Réponse de le 12/01/2015 à 20:37 :
++++++++ 59'879'999 !!!!
a écrit le 12/01/2015 à 15:32 :
parce-que les Français sont frileux et ne veulent pas apprendre l'Anglais ?
parce-que nous avons préféré les services, d'ou excédent commercial dans ce domaine ? distribution (qui étouffe notre industrie...)/BTP-immo/Finance/Utilities/SSII-services technologiques...
Réponse de le 12/01/2015 à 15:58 :
Les chefs d'entreprises et la plupart des employés qui font de l'export parlent l'anglais ainsi que d'autres langues on est pas en retard sur la formation. Se qui étouffe les entreprises c'est un état sur dimensionné qui se goinfre sans créer de réelles richesses en retour.
a écrit le 12/01/2015 à 15:09 :
L'Inde a tout intérêt à acheter les chasseurs russes, pas les Rafale. À en croire au quotidien indien The New Economic Times, le ministère indien de la Défense pourrait renoncer à acheter les chasseurs français Rafale au profit des chasseurs russes Su-30MKI.

Bad news for France ? L'histoire c'est que le refus de l'Inde d'acheter les Rafale au profit des chasseurs russes serait avantageux pour la partie indienne sous tous les rapports: les caractéristiques tactiques et techniques de l'appareil russe sont largement supérieures à son équivalent français.

Cerise sur le gâteau, le prix est extrêmement important pour l'Inde, et le fait que la France l’ait multiplié par près de deux par rapport au contrat initial ne correspond pas du tout aux réalités économiques. Donc on voit l'Elysée mener une politique pour le moins contradictoire : elle veut vendre un produit Dassault sous des conditions plus que strictes commercialement (refus de transfert de technologie, conditionné le contrat de vente des Rafale à d'autres de domaine que l'aéronautique, etc) et surtout à des prix qui sont loin d'être compétitifs.

Non sans considérer qu'après l'affaire des BPC Mistral non-livrés à la Russie, la crédibilité commerciale française en ce qui regarde la vente de matériel militaire se trouve considérablement écornée.
Réponse de le 12/01/2015 à 16:19 :
Sinon vos conditions de travail à l'ambassade, elles sont bonnes ? Vous pourriez quand même faire un effort parce que vos commentaires copiés/collés et hors sujet ne vont pas convaincre grand monde... Oui Poutine est super tout ça tout ça, on connait la chanson... Changez de disque !
Réponse de le 12/01/2015 à 16:29 :
Vous avez bien expliqué le pourquoi mais de forme indirecte.
Réponse de le 12/01/2015 à 16:48 :
On est obligé de se démener pour exporter nos Rafales pour financer les trous du budget de la défense. Il serait plutôt salutaire que la Nation fasse un réel effort pour sa défense et ses forces de sécurité. Au lieu de cela, on sacrifie l'essentiel, la sécurité, pour financer nos déficits sociaux. Le monde est dangereux et ne nous veut pas que du bien.
Réponse de le 12/01/2015 à 16:51 :
continu à voler en jet privé, parce qu'en aéronautique militaire c'est le zéro pointé
=> les SU30 superieur au rafale vraiment n'importe quoi
plus cher oui,et dassault ne veut pas prendre la responsabilité des 108 fabriqué en inde.
Réponse de le 12/01/2015 à 18:51 :
Je préfère que notre Rafale ne soit pas vendu à l'export et fasse jouir les pilotes de l'armée de l'air américaine (oui oui) que de voir notre Rafale produit en Inde pour ensuite nous repomper toute la technologie et nous concurrencer après. Ne créons pas les géants de demain, Siemens, Bombardier et Kawasaki l'ont appris à leur dépend en Chine avec les TGV.
Réponse de le 12/01/2015 à 21:03 :
Je vous ai répondu mais puisque ma réponse n'était pas joliment flatteuse à cet avion dont vous défendez bec et ongles, la modération démocratique de ce journal me l'a censurée. Mais je ne suis pas en accord avec vous, du tout.
Réponse de le 12/01/2015 à 21:36 :
On apprend par un journal indien que le ministre indien de la Défense a demandé au gouvernement français de préciser sa position concernant la livraison de chasseurs Rafale à l'Inde avant la visite du président Modi à paris en avril prochain. Donc rien n'est dit que l'affaire est dans le sac.
Hollande se retrouve alors entre l'enclume (les Mistral) et le marteau (la grande possibilité des Rafale être remplacés par des chasseurs de fabrication russe). Il va peut-être inventer une "issue pacifique de la crise ukrainienne" et demander aux US l'autorisation et ainsi avoir un alibi pour livrer les Mistral à la Russie. Sinon, il va se retrouver dans des sales draps : sans vendre les Rafale à l'Inde, et le montant de 3 milliards d'euros que la France doit payer à la Russie.
Réponse de le 12/01/2015 à 21:42 :
@ Jet privé : Soyons sérieux. Le taux de disponibilité de la flotte indienne de SU30 est ridicule, elle a encore été entièrement clouée au sol dernièrement pour un problème de moteur. Le matériel russe n'est pas fiable, et le gouvernement indien n'en parle que pour mettre la pression aux français dans la dernière étape de leurs négociations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :