Commerce extérieur : la France a compté sur ses exportations, l'Allemagne moins

 |   |  300  mots
Les Douanes font état d'un recul de 1,9% des importations par rapport à octobre, à 40,4 milliards d'euros, et d'une hausse de 0,6% des exportations, à 37,2 milliards d'euros.
Les Douanes font état d'un recul de 1,9% des importations par rapport à octobre, à 40,4 milliards d'euros, et d'une hausse de 0,6% des exportations, à 37,2 milliards d'euros. (Crédits : reuters.com)
Tirés par l'aéronautique, les exportations françaises ont progressé de 0,6% en novembre, contre une baisse de 2,1% en Allemagne.

La baisse des achats énergétiques tire le déficit commercial vers le haut. Celui-ci s'est réduit à 3,24 milliards d'euros en novembre contre 4,27 milliards en octobre, selon les statistiques CVS/CJO publiées vendredi 9 janvier par les Douanes françaises.

Le déficit cumulé sur les onze premiers mois de l'année s'élève à 50,6 milliards d'euros contre 56,3 milliards un an plus tôt. Le déficit d'octobre avait été annoncé à 4,72 milliards d'euros en première estimation.

"Excellentes performances" dans l'aéronautique

D'après un communiqué, les exportations ont continué à progresser, grâce à d'"excellentes performances" dans l'aéronautique, tandis que les importations ont baissé "du fait de la forte contraction des achats énergétiques". Plus précisément, les Douanes font état d'un recul de 1,9% des importations par rapport à octobre, à 40,4 milliards d'euros, et d'une hausse de 0,6% des exportations, à 37,2 milliards d'euros.

Par zones géographiques, le déficit avec les pays hors Europe s'est réduit à 2,40 milliards (-3,42 milliards un mois plus tôt). Celui avec les autres pays de l'Union européenne s'est creusé à 2,67 milliards contre 2,28 milliards, "en raison d'une poussée des achats pharmaceutiques". Avec la seule zone euro, il s'est inscrit à 3,30 milliards contre 2,88 milliards.

Baisse des exportations plus forte que prévue en Allemagne

A contrario, l'excédent commercial s'est contracté en Allemagne atteignant 17,6 milliards d'euros, en raison d'un recul des exportations et d'une hausse des importations, selon des chiffres publiés vendredi par l'Office fédéral des statistiques.

Les exportations ont baissé en novembre pour le deuxième mois consécutif avec un repli de 2,1% en données corrigées des variations saisonnières, indiquent les données. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à un recul moins marqué, de 0,2%. Les importations ont parallèlement augmenté de 1,5%, réduisant le déficit commercial à 17,7 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2015 à 14:15 :
Quel amalgame , de plus souligné dans le titre de l´ article !
D un coté un deficit (en baisse) de 3 milliards pour la France en Novembre contre un excedent de 17 milliards pour l Allemagne en Novembre en baisse egalement.
Il faudrait peut être rapeller que la Allemagne exporte mois apres mois entre 95 et 100 milliards par mois !

Quant aux prouesses de l´aeronautique si la facure finale d´un Airbus est faite en France, il y aura eu auparavant des importations non negligeables venant des sous traitants en particulier d´Allemagne.
Réponse de le 11/02/2015 à 7:52 :
Effectivement, et ces importations contribuent à la fois au déficit commercial français et à l'excédent commercial allemand. En même temps quand depuis une dizaine d'année un pays vend ss multinationales industrielles (Arcelor, Péchiney, Filière énergie d'Alstom, Lafarge, Rhodia, Gemplus, ...) qui ont déjà une base en France beaucoup plus faible comparé à la base allemande des multinationales allemandes, il ne faut pas s'étonner de voir l'emploi industriel se casser la figure et le déficit commercial industriel flambé. On devrait faire un audit des dirigeants politiques et économiques français, probablement parmi les plus mauvais au monde depuis une quinzaine d'années au moins, quelque soit leur bord politique.
Réponse de le 11/02/2015 à 8:22 :
Pour Airbus, en effet, les échanges de l'Allemagne vers la France peuvent faire plusieurs milliards d'euros annuels.
Par contre, il est clair que deficits et excédents commerciaux des deux pays sont fortement reliés aux exportations/importations d'automobiles. En 2005, la production automobile française était facilement le double par rapport à maintenant, soit au bas mot au moins 1,2 millions de véhicules exportés en plus et plsuieurs centaines de milliers de véhicules importés (notamment en provenance des usines hors de France de Renault et PSA) en plus. Probablement, le différentiel est de 2 millions de véhicules par rapport à il y a 10 ans. En considérant un coût de l'ordre de 15000 €/ véhicule (ce qui est raisonnable comme les constructeurs francais sont généralistes), on obtient un accroissement du déficit commecial français de 30 G€ pour le seul secteur atuomobile, et encore je ne sais pas comment cela se déroule concernant les sous-traitants. Ce chiffre représente pas moins de 60 % du déficit commercial français !
Pedant cette période, l'allemagne a augmenter ses exportations d'automobiles de plusieurs millions de véhicules mais d'un coût moyen bien supérieur (au moyen 30 000 €). Il faudrait vérifier les chiffres. Pour 2 millions de véhicules, cela ferait 60 G€ d'excédent commercial en plus, mais à mon avis cela représente un accroissement des exportations supérieurs à ce chiffre et donc probablement l'industrie automobile représente bien plus que 50 % de l'excédent commercial allemand. Quand on voit par ces chiffres le poid des secteurs automobiles, on voit à quel point le choix de stratégies économiques différentes des dirigeants de ces secteurs économiques pèse sur les excédents/déficits commerciaux de pays comme la France et l'Allemagne et à quel point la vision qu'ont les gens sur l'origine des excédents/déficits commerciaux de ces pays est fausse. L'Allemagne n'est pas du tout un chantre de la haute technologie ni la France un pays reatardé là-dessus car c'est l'évolution des industries autmobiles de ces deux pays qui a conditionné les excédents/déficits commerciaux de des pays depuis 10 ans. D'où l'importance de la pub et de la réputation de l'industrie automobile (qu'elle soit usurpée ou pas) pour leur bonne santé et excédents/déficits commerciaux de nos pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :