Dialogue social : toujours aucun accord entre partenaires sociaux

 |   |  760  mots
Les syndicats mi-furieux, mi-désabusés ont attendu pendant douze heures un nouveau texte patronal. Il n'est jamais arrivé, faute de bornes claires dans les rangs du patronat sur les amendements acceptables par ses adhérents.
Les syndicats mi-furieux, mi-désabusés ont attendu pendant douze heures un nouveau texte patronal. Il n'est jamais arrivé, faute de bornes claires dans les rangs du patronat sur les amendements acceptables par ses adhérents. (Crédits : reuters.com)
Les négociations qui ont débuté il y a quatre mois entre patronat et syndicats pour simplifier et améliorer le dialogue social en entreprises n'ont pas abouti à un accord. Les partenaires sociaux se sont donnés encore une chance pour conclure. Accord ou pas, le gouvernement a indiqué qu'il légifèrera au deuxième trimestre.

Syndicats et patronat ne sont pas parvenus à s'entendre samedi après une négociation marathon pour simplifier et améliorer le dialogue social en entreprise, mais se donnent une nouvelle chance de répondre à la demande du gouvernement, qui accord ou pas, veut légiférer rapidement.

Après quatre mois de négociations et une séquence record (deux jours et une nuit complète), la partie patronale (Medef et UPA) a fini par renoncer à l'aube à présenter un nouveau texte après avoir pris connaissance des critiques encore nombreuses des syndicats.

Aucune date de nouvelle réunion fixée

Aucune date de nouvelle réunion n'a été fixée à ce stade. La CFDT évoque l'hypothèse d'une séance au cours de la semaine prochaine. "Nous allons fixer une autre date pour continuer la négociation et essayer de lever les blocages qui perdurent, il y en a encore de gros", a dit Joseph Thouvenel (CFTC).

"On rentre tous se coucher. C'est dommage d'échouer dans ces conditions", a regretté Marylise Léon (CFDT). "On verra à l'issue de la prochaine dernière séance", "je ne suis pas déçu, la négociation n'est pas terminée", a insisté de son côté le chef de file de la délégation du Medef Alexandre Saubot.

Les syndicats mi-furieux, mi-désabusés ont attendu pendant douze heures un nouveau texte patronal. Il n'est jamais arrivé, faute de bornes claires dans les rangs du patronat sur les amendements acceptables par ses adhérents. Mais aussi parce que "le patronat n'arrivait pas à se situer entre différentes approches" des syndicats cherchant à amender le texte, a expliqué Marie-Françoise Leflon (CFE-CGC). Sur la méthode (avec des textes remis en séance jeudi comme vendredi); "il aurait fallu pouvoir travailler plus tranquillement", a-t-elle déploré.

"On a passé la nuit à attendre" pour "entendre dire qu'il n'y a pas de texte", a dit Marie-Alice Medeuf-Andrieu (FO). "C'est ça la modernisation du dialogue social? Si c'est ça le modèle, je plains les salariés", a-t-elle ajouté. La qualité de la relation employeur-salarié était justement au cœur de la négociation.

Regrouper toutes les instances de représentation du personnel

Pour alléger les contraintes des entreprises et les seuils sociaux, le Medef et l'UPA (artisans) veulent regrouper toutes les instances de représentation du personnel (Comité d'entreprise, le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et les délégués du personnel), dans les entreprises de plus de 11 salariés en un "Conseil d'entreprise".

En contrepartie, ils proposent un droit de représentation "universel" pour tous les salariés. Il doit permettre à ceux des très petites entreprises (TPE, moins de 11 salariés) de trouver conseil auprès d'une instance externe dans chaque région.

Le sort du CHSCT est resté tout au long des discussions un sujet d'inquiétude majeure pour les syndicat. Le projet prévoit qu'il devienne une commission du Conseil, optionnelle de 50 à 300 salariés et obligatoire au-delà. "Nous n'allions pas acter des reculs aussi importants pour les salariés", a commenté samedi matin Agnès Le Bot (CGT). Pour FO, ce projet "remet en cause" plus d'un demi-siècle de droits acquis.

Ne rien perdre

Ne rien perdre était la condition posée par les trois syndicats (CFDT, CFTC et CFE-CGC) enclins à accepter ce grand chambardement de l'instance unique. Vendredi, ils jugeaient le texte encore trop "flou" et "ambigu" sur le maintien des prérogatives des instances actuelles et pointaient une "baisse des moyens".

Formaliser une représentation des salariés dans les TPE, même externe, est un sujet de mécontentement cette fois pour la CGPME. L'organisation patronale n'est pas disposée à faire cette concession en contrepartie de l'instance unique. Elle a proposé samedi dans un communiqué "de reprendre les discussions sur des bases différentes en se concentrant sur les entreprises de plus de 50 salariés et en prenant davantage en compte, pour chaque mesure proposée, les conséquences directes ou indirectes sur l'emploi".

La signature du troisième partenaire patronal n'est pas indispensable. En décembre 2013, le Medef s'en était passé pour l'accord sur la réforme de la formation professionnelle. Côté syndicats, pour qu'un accord soit valide, il doit recueillir l'aval d'organisations totalisant au moins 30% des voix aux élections professionnelles.

Mais cette étape de la signature n'est pas encore en vue. Le gouvernement, qui s'est gardé de tout commentaire samedi, devra encore patienter. Accord ou pas, il légifèrera au deuxième trimestre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2015 à 11:21 :
"ne rien perdre" . Tout est dit ... quand un syndicaliste négocie, c'est pour savoir combien on va lui donner en plus !! C'est du Sens Unique !! Faire des concessions en faveur du développement de l'emploi, c'est quelque chose qui n'effleure même pas l premier de leurs neurones !!
Ils attendent les propositions du patronat, mais ne retiennent à chaque fois que ce qui les intéresse, sans faire la moindre concessions de leur coté... comment parler de dialogue dans ces conditions !! CE sera au gouvernement de légiférer et prendre ses responsabilités ... après tout, c'est lui qui est responsable de la courbe du chômage !!
a écrit le 19/01/2015 à 11:20 :
Ou les syndicats, loin de défendre l'intérêt du plus grand nombre, montrent encore leur sectarisme, leur incapacité de s'adapter à un monde en perpétuel changement, et ce faisant se décrédibilisent vis à vis des salariés et des employeurs.

Ils sont passées de vecteur de progrès à vecteur de régression à force de ne pas ouvrir les yeux...
a écrit le 19/01/2015 à 11:16 :
Ce que demandent les syndicats, c'est que les créateurs d'emploi de portent volontaires pour se faire tondre !! Difficile d'être d'accord
a écrit le 19/01/2015 à 9:05 :
Une nouvelle preuve que ce sont les syndicats (si caressés par les politiques de droite comme de gauche) qui bloquent ce pays de par leur infiltration dans tous les rouages de la bureaucratie et de l'économie ; dans la situation actuelle, leur attitude est pitoyable...
a écrit le 18/01/2015 à 12:03 :
C'est au parlement de faire les lois, à ceux qui sont démocratiquement élus. Les organisations syndicales ne sont pas des représentants du peuple. C'est un contournement de la démocratie que de confier le code du travail à des organisations qui ne défendent que leurs propres intérêts.
a écrit le 18/01/2015 à 10:10 :
les patrons veulent encore se faire de la tune sur le monde du vrai travail.
Réponse de le 19/01/2015 à 11:25 :
Parce que d'après vous, Qu'est-ce qui motive un entrepreneur a créer un emploi : perdre de l'argent ??
Descendez de votre nuage, et créez une entreprise : vous changerez certainement de point de vue !
a écrit le 18/01/2015 à 8:51 :
La méthode ( je m en lave les mains ) est mise à mal . Le premier comme celle de l éducation ont une copie à revoir .
a écrit le 18/01/2015 à 8:29 :
On s'en fou !!
On a voté pour des hommes politiques et voir des petits apparatchiks qui ne représentent personnes négocier à minima me fait penser qu'il faut changer le système
a écrit le 18/01/2015 à 3:53 :
Pourquoi le texte a discuté doit venir du patronat ?
Réponse de le 19/01/2015 à 11:29 :
Parce que celui qui propose un texte fait nécessairement des concessions ! Les syndicats le disent sans pudeur : Ne rien perdre ! CA signifie implicitement "ne rien proposer"!
Le patronat doit cesser de se faire mener en bateau et laisser le gouvernement prendre ses responsabilités: c'est lui qui sera sanctionné selon la courbe du chômage, alors qu'il prenne ses responsabilités !!
a écrit le 17/01/2015 à 21:27 :
Incapable de faire le consensus, c'est dingue!
a écrit le 17/01/2015 à 18:12 :
on s'en fout du dialogue social , la guerre est declarée avec 'nous sommes tous Charlie' , plus moyen de faire marche arrière ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :