Seul un cadre français sur cinq parle couramment l'anglais

 |   |  265  mots
Pour un cadre français sur deux le manque de cette compétence linguistique constitue un frein dans sa carrière.
Pour un cadre français sur deux le manque de cette compétence linguistique constitue un frein dans sa carrière. (Crédits : Reuters)
Connaître la langue de Shakespeare est devenu une compétence de plus en plus incontournable, selon une étude de Cadremploi.

L'anglais est indispensable pour les cadres. Une enquête menée en France auprès d'environ 4.000 d'entre eux, et publiée jeudi 22 janvier par le média de recrutement Cadremploi*, le confirme, soulignant que 83% de ces professionnels ont déjà été amenés à utiliser une langue étrangère au cours de leur vie professionnelle et que pour 98% d'entre eux il s'agissait bien de l'idiome de Shakespeare.

La suprématie de l'anglais par rapport aux autres langues se renforce d'ailleurs sensiblement, puisque les personnes déclarant s'en servir étaient en 2014 30% de plus qu'en 2013. Elle semble aussi être amenée à perdurer, étant donné que 97% des cadres interrogés pensent qu'ils utiliseront majoritairement l'anglais à l'avenir (contre 76,5% en 2013).

La moitié des cadres considère son niveau d'anglais comme limité

Seulement, les cadres français sont bien loin de se sentir à l'aise face à cette exigence. Ils sont presque la moitié (47%) à considérer leur niveau comme limité et plus d'un sur deux à voir le manque de cette compétence linguistique comme un frein dans leur carrière.

Ceux qui estiment avoir un niveau courant en anglais ont certes augmenté de 4 points, mais ne constituent toujours que 20% des personnes interrogées. Pire, le pourcentage de ceux qui ne se sentent pas armés pour passer un entretien d'embauche en anglais augmente, passant de 73% en 2013 à 86% en 2014.

Trois quarts voudraient ainsi renforcer leurs acquis via une formation, observe l'étude. Cependant, 73,4% n'ont même pas fait de demande de DIF (droit individuel à la formation) en 2014, essentiellement par manque d'information.

*L'enquête a été réalisée en collaboration avec l'institut de formation 1to1 English.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2015 à 7:58 :
pas vraiment à la hauteur des enjeux , hier comme aujourd'hui.
a écrit le 25/01/2015 à 4:50 :
Et combien de patrons ne maîtrisent pas le français?
Réponse de le 25/01/2015 à 15:58 :
OOOOOOOooooooooops, the nail over the coffin!
a écrit le 24/01/2015 à 19:59 :
Je pense que d' ici peu temps nous disposerons d' oreillettes traductrices , pas la peine de se cailler le sang .
Réponse de le 25/01/2015 à 3:00 :
et pour parler tu feras comment?
a écrit le 24/01/2015 à 18:09 :
il èy a plusieurs niveaux de pratique d'une langue:
-la lecture
-comprendre la langue parlée (la musique de la langue)
-la redaction écrite-
- la conversation courante !

les problemes
les profs sont -ils au niveau
l'enseignement d'une langue ne doit pas commencer par l'étude des auteurs classiques mais par l'usage dans la vie courante et pratique et tant pis s'il y a des imperfections grammaticales . l'essentiel est d'arriver à comprendre et se faire comprendre


au sujet de la "dictature anglophone"il faut demander aux anglophones de bien vouloir faire un petit effort pour apprendre un peu la langue des autres !
l'avantage de connaitre une langue vis à vis de ceux qui ne connaissent pas la votre c'est que vous pouvez les "controler"
a écrit le 24/01/2015 à 16:58 :
Une des grandes défaites de l'UE sera de ne pas avoir imposer une langue commune, en l'occurrence l'anglais. On a préféré dépenser des millions d'euros en traducteurs et traduction pour les 25 langues différentes au lieu de fédérer les peuples autour d'une langue commune qui s'imposait. L'éducation nationale avec une fois de plus sa pensée non pragmatique n'a pas voulu perdre ses professeurs de langues non utiles pour le collège, il aurait fallu ne garder que l'anglais jusqu'à la troisième et laisser les autres langues pour la seconde pour ceux qui voulaient diversifier leurs connaissances.
Réponse de le 25/01/2015 à 15:56 :
Le reveur, C Paul....
a écrit le 24/01/2015 à 15:32 :
L'éducation nationale est un autre fléau de gauche, la France meurt de sa gauche. Il suffit de regarder les problèmes de ce pays. Ils viennent tous de l'idéologie socialiste.
a écrit le 24/01/2015 à 15:30 :
Pour parler a un client anglais ma niece disait " Saint clou very much " pour " Thank you very much et le client disait de quel saint vous parlez et ma niece " Et bien very much !!!
a écrit le 24/01/2015 à 15:26 :
Au valais suisse sur les bouteilles de la dame de Sion il est marque.L'anglais inutile bientot le monde entier parlera Valaisan.
a écrit le 24/01/2015 à 15:18 :
S IL Y A UNE MACHINE A INVENTEZ C EST LE TRANFORMATEUR DE LANGUE VOCALES? JE SUIS ETONNE QUE PERSONNE N Y EST ENCORE PENSE? CELA AIDERAIS ENORMEMANTS LES ECHANGES COMMERCIAUX INTERNATIONNAUX???
Réponse de le 24/01/2015 à 19:08 :
ça existe et c'est en cours de test
Réponse de le 25/01/2015 à 11:40 :
Il y a énormément de gens qui y pensent, mais aucun ne sait faire la machine.
Réponse de le 25/01/2015 à 15:52 :
ca existe deja.
Réponse de le 25/01/2015 à 18:20 :
c est supert? ALORS POURQUOI CETTE ARTICLE???
a écrit le 24/01/2015 à 14:36 :
Cela n'est guère surprenant. Les cadres qui se débrouillent bien en anglais sont très souvent des personnes issues des écoles d'ingénieurs ou des écoles de commerce. Il y a aussi ceux qui ont eu l'opportunité de suivre un cursus Erasmus qui parlent très bien la langue de Shakespear. Quand aux autres, c'est pas brillant il est vrai. Ils sont obligés de passer par les instituts de langues privés comme Wall Street pour non pas se perfectionner, mais presque tout réapprendre ! En effet en sortant du bac, le niveau anglais oral n'est pas terrible pour ne pas dire catastrophique... excepté ceux qui ont des aptitudes particulière pour les langues.
a écrit le 24/01/2015 à 13:13 :
Je parle trois langues . Le Francais , car c'est ma langue natale . l'Anglais , car je suis marie avec une Americaine et le Japonais , quand je me tape sur les doigts en bricolant ...
Réponse de le 25/01/2015 à 16:01 :
So desio, ne!!!!!!
a écrit le 24/01/2015 à 11:38 :
combien de cadre étranges parlent le francais ?aéronautique on doit traduire leurs rapports ( pas assez précise )
Réponse de le 24/01/2015 à 12:02 :
TOUT CEUX QUI SONT ˝ Et eux ils parlent pas le francais ˝.
C'est pas une raison !
1) Si tout le monde penserait comme ca, alors autant n'apprendre aucune langue, au moins aucun probleme d'ego.

2) Qu'on le veuille ou non apprendre l'anglais est indispensable pour nous, le contraire l'est moins (biensur cela depend des conditions, jobs, ... mais generalement).
Réponse de le 24/01/2015 à 14:16 :
pas de ma faute si le francais est la langue de la culture du savoir et de la précision.
a écrit le 24/01/2015 à 10:49 :
Bon moi qui croyait que tous les Français parler l'Anglais , avec tous ces mots Anglophone que vous placez dans une phrase je doit me tromper.
a écrit le 24/01/2015 à 9:29 :
Combien de cadre anglo-saxon prennent la peine d'apprendre le français sachant que tout le monde se met a l'anglais?
a écrit le 24/01/2015 à 9:23 :
Il ne faut pas parler la langue de Shakespeare car elle est incompréhensible pour des espagnols ou des chinois. Par contre il faut parler "globish" pour travailler et les cadres y arrivent souvent très bien...Aux anglais et aux américains de s'adapter au globish (ce qu'ils font d'ailleurs malgré des réticences initiales)...
a écrit le 24/01/2015 à 8:27 :
Plusieurs remarques:
1 Un institut de formation en langue ne va pas dire que ses clients potentiels sont bons dans la matière
2 Signification de parler anglais couramment. Il vaudrait mieux dire parler une sorte d'anglais global que les anglais (les vrais) critiquent en permanence. Je parle couramment anglais avec 90% de la population mondiale (et même souvent mieux qu'eux, car notre formation académique nous évite de faire de grossières fautes de grammaire du style concordance des temps avec ago, since, for par ex.); je n'en dirai pas autant avec un vrai rosbif.
3 Les anglophones ont même du mal à se comprendre entre eux; dans ma vie antérieure, j'ai vu un écossais ne pas comprendre un texan (moi non plus d'ailleurs).
4 Ca n'a rien à voir, mais à peu prés partout dans le monde, rien ne vaut parler la langue du pays. Ex en Amsud avec l'espagnol et le portugais qui sont des langues pas trop compliqués pour nous.
5 le français est une langue compliquée, notamment sa grammaire, sa prononciation et la différence entre l'écrit et l'oral
Réponse de le 24/01/2015 à 9:22 :
Aussi pour ce type de questions, les français ont la tendance générale à se juger trop sévèrement. C'est du à notre caractère pessimiste qu'on fait passer pour du réalisme.
Réponse de le 24/01/2015 à 9:25 :
En phase
a écrit le 23/01/2015 à 21:57 :
vieux problème.... a quand le prochain article ? Aucun politique ne saura prendre une décision pour la formation des élèves... Retournons nous coucher
Réponse de le 24/01/2015 à 7:18 :
Le problème ne vient pas de la formation mais de l'absence de media 100% en langue anglaise: Pas de radio Fm pas de Tv gratuite. Si on ne pratique pas l'anglais au quotidien on l'oublie.
a écrit le 23/01/2015 à 20:17 :
Moi je m'inquiéterait plutôt du fait que l'on parle de moins en moins le Français.Aidé en cela par les élites qui poussent le snobisme jusqu'à parler anglais entr'eux.
Réponse de le 23/01/2015 à 20:58 :
A une réunion, mon père avait vu deux belges se parler en anglais, un wallon et un flamand. Il fallait trouver une langue commune.
a écrit le 23/01/2015 à 19:48 :
Eh, oh ! Faudrait pas oublier les ouvriers. Moi je parles plusieurs langues après mes deux litrons de jaja...
a écrit le 23/01/2015 à 19:28 :
Heureusement qu'il ne s'agit pas de "la langue de Shakespeare" ! la majorité des anglophones serait bien en peine de la comprendre ! On se réfère plus probablement à un niveau de globish; que les anglophones acceptent (sans, d'ailleurs faire l'effort de s'adapter, eux, à d'autres idiomes). Aucune langue étrangère n'est aisément accessible aux francophones exclusifs (oïl): leur langue est l'objet d'une tare: l'absence d'accent tonique (ainsi que d'autres caractéristiques telles l'homophonie, prononciation différant de l'écrit, etc...). Ipso facto, lorsqu'il leur faut apprendre à le placer, pour pouvoir être bien compris, ça n'est pas aisé. Et pour aller dans le sens de "profs", la technologie a fait d'immense progrès en quelques décennies, et pourtant...
a écrit le 23/01/2015 à 19:09 :
Il faut relativiser la prétendue importance de l'anglais car une forte majorité de Français n'utilisent jamais cette langue dans le cadre de leurs activités professionnelles. Il est donc absurde de la présenter comme nécessaire, encore plus de faire croire qu'on en attend partout une maîtrise parfaite. À part les métiers qui touchent à l'international (et où il vaut mieux connaître plusieurs langues), l'anglais est et doit être absent des entreprises françaises. En effet, le code du travail impose l'utilisation du français pour tous les documents, les logiciels et les courriels des salariés français. Pour avoir bafoué cette obligation et avoir voulu faire travailler ses salariés en anglais, la filiale française de General Electric a écopé d'une amende record de 570.000 euros. De même, la société Europ Assistance a elle aussi été sévèrement sanctionnée car elle voulait imposer à ses salariés français un logiciel anglais sans traduction. Dernière condamnation en date, celle de Danone le 6 juillet 2012.
Réponse de le 23/01/2015 à 21:00 :
Ou des appareils de radiothérapie avec le logiciel et l'interface (voire les unités de distance) en anglais, source d'erreurs.
Réponse de le 23/01/2015 à 21:38 :
Une personne qui commence à travailler aujourd'hui, partira à la retraite au mieux en 2057!

Le monde aura bien changé d'ici là et je pense vraiment que nous travaillerons en anglais dans de très nombreuses entreprises, y compris des PME.

De plus l'anglais sera dans notre quotidien car les contenus (internet, videos...) seront exclusivement en anglais et ne seront plus sous titrés ou doublés.

C'est déjà le cas pour moi, dans mon travail comme dans ma vie privée.
Réponse de le 24/01/2015 à 9:19 :
Effectivement, le fait de refuser d'utiliser les unités du système métrique qui est le système international utilisé par tous les autres pays est une preuve indubitable de l'arrogance des anglo-saxons et de leur french bashing. Ils préfèrent utiliser leurs vieilles unités moyen-ageuses.
a écrit le 23/01/2015 à 18:46 :
et ça ne va pas s'arranger tant l'enseignement reste à pleurer
aucune amélioration entre mes gamins et moi à 30 ans d'écart
Réponse de le 23/01/2015 à 21:33 :
Bougez vous! Faites un effort et arrêtez de vous plaindre!

Les français adorent dire qu'ils sont nuls en maths et en anglais à cause de leurs profs, que leurs entreprises sont mal gérées à cause de l'Etat...

J'ai appris l'anglais à l'école et plutôt bien. J'ai eu des bons profs et d'autres que je trouvais mauvais.

Évidemment, je me suis mis au premier rang, j'ai participé, j'ai fait mes devoirs... et c'était à une époque ou il n'y avait pas internet, you tube et cette multitude de sources!!

Pour ne pas savoir parler anglais aujourd'hui, il faut vraiment le vouloir!
Réponse de le 24/01/2015 à 8:13 :
A gringo. Quand on veut, on peut comme vous le dites si bien
Réponse de le 24/01/2015 à 18:34 :
à 30 par classe et 3 petites heures par semaines ?
ce qui compte c'est surtout de le parler hors le pauvre prof n'a d'autre choix que de faire travailler l'écrit ...
a écrit le 23/01/2015 à 18:43 :
lien direct avec la faiblesse de nos entreprises à l'export
et le pire c'est que les commerciaux ne sont guère meilleurs que les ingés
a écrit le 23/01/2015 à 18:06 :
Er le vrai problème, c'est que les 4 qui parlent que français vont mettre des bâtons dans les roues de ceux qui pourraient faire avancer le shmilblick :-)
Réponse de le 24/01/2015 à 9:02 :
Le problème est que les DRH ne parlent pas anglais et sont incapable d'évaluer correctement les candidats. Ils font donc confiance aux "réseaux" pour recruter. Hors personne sain d'esprit ne va coopter quelqu'un qui a de meilleures compétences que les siennes. Je suis cadre bilingue ayant exercé plusieurs années à l'international, et pourtant au chômage...
a écrit le 23/01/2015 à 17:59 :
Et combien de cadres anglais parle français ?
Réponse de le 23/01/2015 à 18:18 :
@Xav: le celte, le latin, etc., sont certes des langues intéressantes, mais il faut aussi vivre avec son époque :-) je pense que les cadres anglais sont plus intéressés par le chinois,le russe, l'allemand, etc., qui sont des langues plus productives que le français à beaucoup de point de vue :-)
Réponse de le 23/01/2015 à 19:05 :
À Patrickb : pour information, le français est bien plus enseigné à l'international que le chinois, l'allemand ou le russe. De plus, son nombre de locuteurs dans le monde ne cesse d'augmenter et atteindra plus de 700 millions en 2050, grâce au dynamisme démographique de l'Afrique francophone. On est très loin du marasme démographique allemand ou russe...
Réponse de le 24/01/2015 à 9:06 :
@Michel078: euh, il va falloir revoir tes sources :-)
a écrit le 23/01/2015 à 17:58 :
Le français est souvent arrogant pour nous et quand nous nous apercevons qu'il balbutie quelques mots d'anglais cela nous amusent, nous les anglophones.
Réponse de le 24/01/2015 à 7:24 :
Encore hier un américain se moquait de mon mauvais anglais, je honte 😞
Réponse de le 06/02/2015 à 17:48 :
@mjj - Vous avez surement raison qu'un institut de formation de langues ne va pas dire à des client intéressé "non, votre niveau est suffisant. Nous ne voulons pas de votre argent," mais ils devraient. Je sais qu'avant d'entamer une formation avec un nouveau client, j'analyse son niveau & ses besoins, mais aussi sa motivation et le temps qu'il a pour se consacrer à sa formation entre nos séances. Si je vois que ses objectifs ne collent pas avec sa motivation et l'effort qu'il est prêt à fournir, je lui déconseille la formation. C'est une perte de temps pour nous deux de faire une formation sans que la personne ne s'implique. C'est comme ça que nous arrivons à des constats comme "Ça fait 10 ans que je fais de l'anglais et je sais toujours pas parler!"

Et Paul73 (vous êtes en Savoie? Je suis une Américaine en Isère!), puis je vous conseiller une vidéo que j'ai faite récemment sur ma chaine YouTube Christina Rebuffet? Le titre est justement "How to stop feeling embarrassed when you don't understand". Et mardi prochain, je publie une vidéo "Understanding Americans when they say Hello" qui traite plutôt de la compréhension, mais c'est aussi bon pour la prononciation. Les 2 vont ensemble! Il présente surtout comment comprendre des phrases courantes comme "Hey howyadowin?" (Je vous laisse la déchiffrer... ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :