Recrutements des cadres, peut-être un léger mieux en 2015

 |   |  663  mots
Les cadres débutants ne profiteraient qu'à la marge de la possible timide reprise des recrutements de cadres qui se profile pour 2015
Les cadres débutants ne profiteraient qu'à la marge de la possible timide reprise des recrutements de cadres qui se profile pour 2015 (Crédits : Backbuilder)
Selon la dernière enquête annuelle de l'Association pour l'emploi des cadres, jusqu'à 174.000 cadres pourraient être recrutés en 2015, soit une progression de 4% par rapport à 2014. Mais les entreprises sont encore dans l'expectative.

Le marché de l'emploi des cadres serait-il à la fin d'un cycle négatif ? Connaitrait-il un frémissement ? Rien n'est moins sûr, même si la dernière enquête annuelle de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) laisse entrevoir quelques signaux positifs. De fait, dans son enquête 2015 réalisée auprès d'un panel de 11.000 entreprises pour connaître leurs intentions sur les recrutements des cadres, il apparaît que ce nombre de recrutements pourrait augmenter de 4% et atteindre 174.000, contre 169.000 en 2014. Mais attention, il s'agit d'une médiane. En réalité, les recrutements pourraient varier dans une fourchette comprise entre 162.000 et 186.000, soit une évolution par rapport à l'année dernière comprise entre - 4% et +10%. Rarement, cette fourchette a été aussi large, ce qui démontre, selon l'Apec, le très grand attentisme des entreprises. Certes, elles ont des projets d'embauches mais elles hésitent à les réaliser eu égard à la conjoncture morose.


Les entreprises hésitent à franchir le cap du recrutement

D'ailleurs, preuve que le moral des entreprises est mitigé : 87% d'entre elles songent plutôt à stabiliser leurs effectifs cadres, même si le pourcentage d'entreprises anticipant une augmentation des effectifs cadres est légèrement supérieur à celui prévoyant une réduction, respectivement 7% contre 6%. «L'enquête a été réalisé à la fin de l'année 2014, depuis de bons indicateurs sont intervenus [baisse des prix du pétrole, baisse de l'euro] cela va peut-être décider les entreprises à recruter. Dans ce cas on aura une bonne année » espère le directeur général de l'Apec, Jean-Marie Marx.

En fait, en 2015, le marché de l'emploi des cadres risque d'être à plusieurs vitesses. Certains secteurs vont connaître une sorte de rattrapage après les basses eaux de 2013 et de 2014. C'est le cas notamment des activités Informatiques-Télécommunications , où, hypothèse haute, 37.5000 embauches de cadres sont espérées, mais aussi de la Banque-Assurance, des Equipements électroniques, de l'Aéronautique, etc.

En revanche, d'autres secteurs seraient à la peine, comme celui de la construction où seulement 9.800 recrutements sont attendus selon l'Apec. Et encore, il s'agit là aussi d'une hypothèse haute. Mais les attentes sont aussi très faibles pour la Distribution, le Bois-Papier-Imprimerie ou encore le Transport-logistique. Globalement, par grand secteur, l'Apec espère (hypothèse haute) 27.900 embauches de cadres dans l'Industrie, 19.300 dans les commerces et 129.900 dans les services.

Priorité à l'embauche des cadres avec de l'expérience...

Au niveau des profils, s'il y a des recrutements, ce sont surtout les cadres entre 1 et 10 d'expérience qui en profiteront. Ils seraient ainsi plus de 100.000 à être embauchés dans l'hypothèse haute, soit 56% du total. En revanche, la situation continue d'être très détériorée pour les jeunes diplômés débutants. Dans le meilleur des cas, ils seraient 39.100 à être recrutés, soit seulement 21% des embauches de cadres. Même constat, aggravé, pour les cadres seniors avec plus de 20 ans d'expérience. Au mieux, ils seraient... 9.600 à être recrutés, soit une chute de 12% par rapport à 2014. Et ils ne représenteraient que 5% du total des embauches de cadres.

... surtout dans l'informatique la R&D et les fonctions de "commercial"

Si, cette fois, on s'intéresse aux fonctions qui pourraient recruter, outre l'informatique qui arrive toujours en tête, ce sont les postes dans la Recherche & Développement qui ont le vent en poupe (avec 30.900 recrutement espérés en hypothèse haute, soit une progression de 15% par rapport à 2014). Puis viennent ceux de la fonction de  "commercial " (19.500 en hypothèse haute, soit une hausse de 5% par rapport à 2014). Suivent les cadres de l' « Administration » (personnel, communication, droit) avec 15.900 recrutements espérés, ceux de la Production industrielle (14.600) et de la Finance (comptabilité, contrôle de gestion, audit) avec 14.300 embauches attendues.

Enfin, selon le modèle économétrique bâti par l'Apec, le nombre de recrutements de cadres seraient en augmentation dans les années à venir : 193.100 en 2016, puis 210.900 en 2017. Soit un niveau jamais vu depuis la crise de 2008.




Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2015 à 9:49 :
"peut-etre":
prévenez moi quand ce sera certain: je lirai alors "peut-être" l'article.
a écrit le 12/02/2015 à 17:31 :
pourquoi les femmes cadres portent des mini jupes ? je comprend pas...
Réponse de le 13/02/2015 à 9:46 :
parce qu'elles sont écossaises !
a écrit le 12/02/2015 à 12:14 :
Étend informaticien, je suis un peu sceptique quand j'entends dire que l'informatique est le "secteur qui recrute le plus", alors que c'est celui qui a détruit le plus d'emploi ces dernières années ! (voir l'article " Le numérique détruit de l’emploi... au sein du numérique" sur l'obs. et ses commentaires) Si on se base sur le nombre d'annonces, effectivement il y en a pléthore. Sauf que si on regarde dans le détail, ce sont des moutons à cinq pattes que l'on cherche dans ces annonces : un employé, maximum 35 ans (ce ne sera pas écrit car discriminatoire, mais dans la pratique c'est le cas) avec minimum cinq ans d’expérience dans le domaine de la sécurité dans un environnement que personne ne connait, apparu il y a trois ans... bref, des annonces pour la forme, pour "dire qu'on recrute", mais qui au final ne conduise à aucune embauche.
Il y a aussi les SSII, mais qui, passé 35 ans (et là aussi l'âge est souvent éliminatoire pour ce type de poste), a envie d'être payé au lance-pierre, pour un employeur qu'il ne voit jamais, sur des projets souvent peu motivants, et d'être sur siège éjectable en cas "d'intermission" qui se prolongerait ? oui, Qui ?
a écrit le 12/02/2015 à 10:56 :
Méfiez vous de ce genre d'article. Car un médecin généraliste homme ou femme est payé 23€/consultation. Donc si les femmes sont moins bien payés que les homme c'est soit qu'elle font moins d'heure, soit qu'elles sont plus lente, soit qu'elles sont plus nuls... Dans ces trois cas ça justifie la différence de salaires qu'elle subissent dans toutes les professions. Et JE NE CROIS PAS QUE CE SOIT LA REALITE... Hommes et femmes sont égales dans le travail...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :