Nicolas Sarkozy renouvelle son refus de la Turquie dans l'UE

 |   |  154  mots
Le président Sarkozy a réaffirmé ce dimanche son hostilité à une entrée de la Turquie dans l'Union européenne, après le soutien apporté par le président américain Barack Obama à une telle adhésion.

"Je travaille main dans la main avec le président Obama, mais s'agissant de l'Union européenne, c'est aux pays membres de l'Union européenne de décider", a déclaré Nicolas Sarkozy, interrogé ce dimanche sur TF1 en duplex depuis Prague où il participe au sommet UE-Etats-Unis.

"J'ai toujours été opposé à cette entrée et je le reste. Je crois pouvoir dire qu'une immense majorité des Etats membres (de l'UE) est sur la position de la France", a insisté l'hôte de l'Elysée, en accord avec ses engagements de campagne présidentielle. "La Turquie, c'est un très grand pays, allié de l'Europe et allié des Etats-Unis. Elle doit rester un partenaire privilégié, ma position n'a pas changé", a déclaré le chef de l'Etat.

Quelques heures avant, le président américain avait soutenu l'entrée de la Turquie dans l'UE, estimant qu'elle enverrait "un signal important" à ce pays musulman.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis tout a fait d'accord la turquie n'a rien a faire dans l'europe et il faudrait que toute l'europe le dise clairement à la turquie afin qu'elle arrete d'esperer y entrer.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et bien moi, je ne suis pas d'accord et il faut que la Turquie intègre au plus vite la Communauté. Pour la justification, je laisse lolo argumenter sa position et je dis le contraire.....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il est clair que la Turquie n'est pas géographiquement en Europe. C'est aussi un pays à très forte majorité musulmane avec un régime islamiste modéré qui s'est malheureusement bien éloigné des principes républicains d'Atatürk. Ce pays de 72 millions d'habitants s'il devait intégrer l'Europe créerait un déséquilibre redoutable dans de nombreux domaines. Une intégration de la Turquie dans l'Europe ne se justifie pas plus que celle de l'Algérie, du Maroc ou de la Tunisie qui seraient fondés à demander également leur intégration. Il est urgent que le projet européen soit redéfini afin de mettre un terme aux dérives des rêveurs internationalistes altermondialistes de gauche comme de droite qui y voient un passage obligé. Évidemment ceci n'exclut aucunement une vaste coopération sociale, économique, politique et militaire avec la Turquie.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce pays n'a plus rien a voir avec la laicité et ne partage en rien notre histoire, nos valeurs et ce forcing pour rentrer dans une europe a laquelle il n'appartient aucunement est indécent.Alors basta.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et si un pays en cachait un autre? Pourquoi ne pas poser cartes sur table au lieu de se 'defiler a l'Anglaise'?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La moindre des choses quand on se prétend un Etat démocratique c'est de faire face à son histoire (pavée de génocides) et de changer un système où l'armée est toujours en position de "dissoudre" le gouvernement. Comble de l'ironie, c'est l'armée qui est garante des valeurs de la république en Turquie. Sans l'armée le gouvernement islamiste "modéré" serait islamique tout court depuis longtemps. NON car ce ne sont pas nos valeurs. En revanche rien ne nous empêche d'être alliés et de coopérer dans tous les domaines. L'Union Européenne n'EST PAS qu'une zone de libre échange. C'est ça le point central.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A tous ceux qui invoquent le fait que la Turquie n?est pas en Europe (elle l?est partiellement sans contestation possible) Pourquoi ne soulevez-vous pas le problème de Chypre qui est INTEGRALEMENT en Asie ? Personne n?a contesté l?entrée de Chypre dans l?Europe, alors deux poids et deux mesures ? L?argument géographique est ainsi absurde. Ceci dit d?autres raisons peuvent être valables. Les Turcs eux-mêmes sont-ils si favorables que cela à leur entrée dans l?Europe ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
léa : je ne vois pas ce que j'ai en commun avec un estonien, alors tant qu'à faire, pourquoi ne pas envoyer un message de paix entre civilisation à un pays qui depuis des siècles est tourné vers l'Europe (n'en déplaise à la propagande de la Sainte Alliance dont vous semblez être victime)...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Parlons de laïcité, d'intégrisme ou d'intégration : tout cela n'est qu'hypocrisie ! nous intégrons bien des "citoyens français" comme à Mayotte,où sauf erreur, on ne voit pas beaucoup d'européens et encore moins de catholiques ... mais plutôt des polygames et autres islamistes, non francophones de surcroît. Je ne vois pas où est le problème quant à intégrer la Turquie qui aurait certes plus à apporter économiquement à l'Europe que tous ces départements dits "français" qui ne font rien d'autre que d'exploiter le système. ils sont moins nombreux, je le conçois, mais combien coûtent-ils aux travailleurs ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A fmk
Envoyer un message de paix ...Mais nous ne sommes aucunement en guerre me semble-t-il... Il ne suffit pas d'avoir les yeux tournés vers l'Europe pour etre européen.
Et concernant la sainte alliance ce n'est pas une propagande mais un fait historique dont l'europe est issue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :