Bonne nouvelle pour l'industrie chinoise

 |   |  415  mots
Infirmant les craintes d'un ralentissement de l'économie, l'activité manufacturière chinoise a atteint un plus haut de six mois en octobre. Elément positif, la croissance industrielle a été stimulée par la demande intérieure. Mais les pressions inflationnistes persistent.

Le secteur manufacturier chinois a accru son activité le mois dernier, stimulé par de nouveaux contrats, ce qui souligne la solidité de la deuxième économie mondiale mais également les pressions inflationnistes auxquelles la Chine est confrontée.

Deux enquêtes, l'une officielle et l'autre menée par la banque HSBC, conçues pour donner une image avancée du secteur manufacturier chinois, ont montré que l'activité industrielle chinoise a bondi à en octobre son plus haut niveau depuis six mois.

L'indice officiel des directeurs d'achat (PMI) a atteint 54,7 en octobre, contre 53,8 en septembre, alors que les analystes et économistes interrogés par Reuters anticipaient 52,9.

L'indice établi par HSBC s'est de son côté inscrit à 54,8 le mois dernier après 52,9 en septembre, soit l'une des plus fortes hausses enregistrées depuis la création de la statistiques.

Un indice au-dessus de 50 dénote une phase d'expansion. En dessous, il signale une contraction. Cela fait 20 mois consécutifs que l'indice officiel ressort au-dessus de 50.

Attention à l'inflation

La performance est d'autant plus remarquable qu'habituellement l'activité manufacturière chinoise faiblit en octobre en raison de nombreux jours fériés liés à la fête nationale. "Le fait que le PMI progresse en dépit de ce biais saisonnier suggère que la croissance de l'activité réelle devrait avoir été extrêmement forte en octobre", estime Yu Song et Helen Qiao, économistes chez Goldman Sachs.

L'indice officiel et celui établi par HSBC montrent tous les deux que la croissance industrielle a été stimulée par la demande intérieure et non par les exportations. Le sous-indice officiel des prises de commande est ainsi monté à 58,2 le mois dernier, contre 56,3 en septembre, tandis que les nouvelles commandes à l'export sont passées de 52,8 à 52,6. HSBC a fait état d'une évolution similaire.

Chang Liqun, chercheur pour le gouvernement, a néanmoins mis en garde contre un trop grand optimisme et estime que la croissance pourrait faiblir en raison du ralentissement des investissements et des exportations, alors que les pressions inflationnistes constituent une source d'inquiétudes.

Les prix producteurs ont également atteint leur plus haut niveau depuis six mois, à 69,9, contre 65,3 en septembre. Dans l'enquête HSBC, ils ont enregistré leur rythme de croissance le plus élevé depuis 27 mois.

La Chine dévoilera ses statistiques sur l'inflation la semaine prochaine et de nombreux économistes s'attendent à ce que les prix à la consommation aient atteint le mois dernier leur plus haut niveau depuis près de deux ans, ce qui pourrait peser sur la croissance économique chinoise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :