Etats-Unis : nouveau record de saisies immobilières en 2010

 |  | 312 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Plus d'un million de saisies en 2010 ! Un nombre qui aurait pu être bien plus élevé sans le ralentissement des procédures en raison du scandale sur leur régularité. 250.000 saisies auraient ainsi été reportées. Elles pourraient intervenir au premier trimestre 2011.

Plus d'un million de logements ont été saisis l'an dernier aux Etats-Unis, un nouveau record. Selon la société spécialisé RealtyTrac, ce sont 1,05 million de saisies qui ont été effectuées, soit une progression de 14% par rapport à 2009. Et encore, ce nombre aurait pu être bien plus élevé sans le ralentissement des procédures en raison du scandale sur leur régularité. RealtyTrac estime qu'environ 250.000 saisies ont ainsi été reportées. Elles pourraient intervenir au premier trimestre 2011. 2,9 millions de procédures ont été initiées l'an passé, un autre record.

Les grandes banques américaines sont accusées au mieux de négligence, au pire de fausses déclarations lors du traitement de milliers de dossiers visant à déloger les mauvais payeurs. Incapables de gérer l'avalanche des défauts de paiement, elles auraient notamment eu recours à des "robot-signers" (signataires automatiques) : des employés, souvent pas ou peu formés, qui paraphaient des centaines de dossiers par jour, sans prendre le temps de les vérifier.

Alors que les témoignages se multipliaient dans la presse, plusieurs établissements avaient suspendu temporairement toutes les procédures. Avant de les reprendre, à l'image de Bank of America qui assurait, après examen de l'ensemble de ses pratiques, être parvenue à la conclusion qu'elles étaient correctes. Tout juste a-t-elle admis quelques erreurs, tout en assurant par ailleurs n'avoir procédé à aucune saisie non fondée. L'ampleur prise par ce scandale avait poussé les procureurs généraux des cinquante Etats américains à ouvrir, mi-octobre, une enquête commune.

La semaine dernière, la Cour suprême du Massachussets avait par ailleurs invalidé deux saisies immobilières effectuées par les banques Wells Fargo et US Bancorp, estimant qu'elles n'avaient "pas fait au moment de la saisie la démonstration requise qu'elles étaient les détentrices des crédits hypothécaires". Un premier revers judiciaire pour les banques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :