Liaisons dangereuses avec la Libye : le patron de la LSE démissionne

 |   |  186  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Howard Davies, directeur de la London School of Economics (LSE), a démissionné jeudi après la révélation que la prestigieuse école avait accepté des financements libyens.

"Je suis arrivé à la conclusion qu'il était juste que je me retire même si cela va causer des difficultés à cette institution à laquelle je me suis attaché (...) Je suis responsable de la réputation de l'école et celle-ci a souffert (...) J'ai fait une erreur de jugement personnel en acceptant l'invitation du gouvernement britannique à devenir un émissaire économique et l'invitation consécutive des Libyens à les conseiller sur leur fonds souverain".

C'est en ces termes qu'Howard Davies, 60 ans, directeur de la prestigieuse LSE, qui a vu passer sur ses bancs John F. Kennedy ou George Soros, a justifié sa démission jeudi soir. Auparavant il a reconnu que la décision d'accepter 300.000 livres (350.000 euros) de dotation d'un des fils du colonel Kadhafi, Seïf al-Islam, ancien lui aussi de l'école, était erronée et que sa mission en Libye pour contribuer à la modernisation des institutions financières du régime était malvenue.

Howard Davies restera en place jusqu'à ce qu'un successeur lui soit trouvé. Ancien responsable de l'Autorité britannique de régulation des services financiers, il a aussi été gouverneur adjoint de la Banque d'Angleterre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2011 à 21:48 :
devant l'argent on est tous aveugle
a écrit le 05/03/2011 à 0:41 :
Quand une école ou université donner un diplôme à un élève richissime (type famille Kadhaffi), puis accepte de grosses sommes de celui-ci, on peut légitimement avoir des doutes sur la validité du diplôme en question.
Réponse de le 11/03/2011 à 8:24 :
dans certains pays, les anciens élèves fortunés trouvent normal de faire des dons à leur ancienne école. De même que les milliardaires créent des fondations. Cest vrai que chez nous, ça ne risque guère d'arriver....
a écrit le 04/03/2011 à 11:33 :
Un exemple à suivre pour nos décideurs/élites discrédités qu'ils sont par leur incurie.
Réponse de le 04/03/2011 à 14:23 :
Un trés bel exemple à suivre pour nos élites, mais ont ils compris la portée de leurs actes? j'en doute un peu..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :